Greek Crisis

mercredi 28 septembre 2022

L’hybridation finale



Dans Athènes des vieux quartiers, les chanteurs de la dernière chance nous offrent encore des moments inoubliables. Car voilà ; contre vents et marées, notre musique populaire des années 1930 à 1970 n’est pas morte. Les Grecs chantent, les touristes apprécient, et pour chaque consommation, le prix est majoré de deux euros, car nos artistes ont d’abord besoin de subsister. Septembre plutôt mélancolique, quand la pluie est parfois de retour et que les Grecs, se tournent massivement vers le bois pour se chauffer.

Donation - Appel mensuel


Merci de votre soutien !


vendredi 16 septembre 2022

Une Grèce sans été



Dans le Magne, péninsule située dans le sud du Péloponnèse entre le golfe de Messénie et celui de Laconie, on expose depuis un moment déjà, les objets ainsi que les photos du tout dernier... anthropocène grec de jadis. Jadis, c’est-à-dire, à peine deux générations plus loin dans le temps. Pays ainsi des hommes vaillants d'autrefois, des femmes courageuses, terre des oliviers centenaires, terre de la pierre. Enfin le Magne, fut ce royaume connu de la vendetta, des armes ; tout comme des formes disons diverses... de justice traditionnelle.

lundi 12 septembre 2022

Le sarcophage



Lundi 12 septembre, rentrée des classes en Grèce. C’est autant décidément l’époque où l’on admire à peine les sarcophages de jadis... actualité oblige. Tel le sarcophage exposé devant le musée archéologique de Delphes, découvert entre 1828 et 1831, près de cinquante ans avant les grandes fouilles entreprises en ces hauts-lieux du voyage, par la mission française. Le décor, rien que le décor est alors planté... et il y reste.

lundi 5 septembre 2022

Naufrages



Certains naufrages sont plus loquaces que d’autres, c’est bien connu. D’autres non. Tel ce vieux petit cargo “Agios Dimítrios” long de 67 mètres, échoué sur le sable de l’ultime Péloponnèse côté sud, c’était très exactement le 23 décembre 1981. Il transportait d’après certaines sources quelques cigarettes de contrebande ; puis, une fois saisi ou plutôt abandonné par ses armateurs pour cause de dettes, d’après son autre legende, ses amarres ont été mystérieusement larguées depuis le port proche Gýthio, quand son capitaine fut absent “pour cause de maladie”. C’était l’époque des prétextes encore simples, voire simplifiés.