Greek Crisis

dimanche 13 mars 2022

Placeuses et matrones



Neige, pluie et vent. Les Grecs ont froid car ils sont paupérisés, amorphes et désespérés, suite à la guerre à bas voltage qu’ils subissent depuis plus de dix ans. Et cette guerre, ils l’ont perdue. Il y a encore dix ans, nous habitions un appartement dans un immeuble chauffé à Athènes. Puis, arrive 2012, cette année alors charnière de l’arrêt définitif du chauffage central pour plus de la moitié parmi les cobayes grecs. Depuis, l’ankylose gagne de la sorte corps et âmes. C’est autant une raison qui fait dire aux Grecs... que cette dégradation et même dépravation de leur vie qui leur reste, n’a pas été causée par Vladimir Poutine.

Faire feu de tout bois. Péloponnèse, mars 2022

Et depuis, les Hellènes font feu de tout bois. Parfois même, ils en meurent. Rien qu’en deux mois cette année, on déplore plus de 25 morts, “suite au mauvais chauffage”, autant que durant toute l’année 2014 par exemple, d’après une enquête menée par les Pompiers au niveau national. Bien entendu, parler de “mauvais chauffage” tient de l’euphémisme imposé par la novlangue du Régime, pour ne pas dire génocide lent par paupérisation. Mais nous avons bien l’habitue il faut dire, des euphémismes, comme de la paupérisation.

Or, Il a neigé cette semaine jusqu’au Péloponnèse côtier tant fréquenté par les touristes de l’Europe du nord chaque été, et nos météorologues d’expliquer que “cet hiver est le plus froid de la décennie”. Sauf qu’il y a dix ans, le fioul domestique coûtait 40 centimes le litre, quand actuellement son prix dépasse 1€50, et ce n’est que le début du Resetisme... plus l’électricité dont le prix a doublé rien qu’en six mois.

Le RESET était d’ailleurs dans les atlas depuis un moment déjà, autrement-dit, la prédation des richesses, des biens, du territoire, des symboles, de la culture et enfin, celle des vies de tous, au profit de cette caste khazar mondialiste, misanthrope et à terme transhumaniste. Cette dernière qui se dit alors prête d’imposer sa... solution finale à tous les autres, de préférence en Occident. Quitte à provoquer sinon en plus, le chaos géopolitique OTANesque, en agressant à terme et déjà en encerclant par exemple la Russie.

Veiller... sur nos denrées. Péloponnèse, mars 202

Le vrai pouvoir, en Occident en tout cas, demeure visiblement aux mains de dangereux pervers, satanistes, méta-capitalistes et au besoin, le choix est multiple, sionistes, nazis et socialisants à la sauce Soros et Attali, pour ne parler déjà que des conditionneurs ayant pignon sur rue.

Ces gens sont finalement si dangereux, non pas à cause de leur appartenance identitaire, mais plutôt parce que l’Hybris et la prédation démesurées, deviennent alors leurs uniques boussoles. Tel l’initié Jacques Attali, quand il déclare que “On peut imaginer, rêver d'un Jérusalem devenant capitale de la planète qui sera un jour unifiée autour d'un gouvernement mondial. C'est un joli lieu pour un gouvernement mondial”.

Mais à Athènes ou à Patras qui ne sont pas... les capitales du monde, tous les signaux et les alarmes actuels sont au rouge, pour peu que l’on puisse enfin les saisir. En ce coin même du vieux Péloponnèse, nos pêcheurs parmi les plus âgés en ont par exemple conclu, “que nous toucherons bientôt le fond du puits” quand la décision fut prise il y a près de dix ans, de détruire plus de la moitié déjà de ce que le pays réel maritime comptait encore de chalutiers traditionnels.

C’est le début de la fin pour la pêche aussi de subsistance, et ainsi à terme, le préliminaire à la famine, sous les effets par exemple possibles et combinés, de l’effondrement économique “technique”, tout comme de la guerre à géométrie variable. Voire même... autant de leur théâtralisation.

Et il y aurait enfin de quoi bien veiller en ces années sombres, sur nos denrées et autres produits, à l’instar de certaines enseignes de supermarché en Grèce, lesquelles viennent de plafonner cette semaine... l’achat des farines à base de blé. “Pas plus que trois paquets par passage à la caisse”. Nous voilà prévenus.

“Pas plus que trois paquets”. Grèce, mars 2022 (presse nationale)

Oui, tous les signaux et les alarmes actuels sont au rouge. Chez nous, au lieu de farine, nous avons plutôt opté pour le stockage du pain sec traditionnel conditionné, issu des boulangeries de la région, sa conservation est suffisamment longue et en plus, nous n’aurons pas à fabriquer notre propre pain si souvent; cela étant dit, nous disposons d’un four à bois au cas où... prêté par le voisinage.

Exemple ainsi parmi tant d’autres cris d’alarme, ce commentaire laissé sur un site bancocrate et mainstream, par un lecteur, entrepreneur de la branche alimentaire. Car il faut préciser que les commandes et les prix ne suivent plus, et pour ne rien cacher, le dit “libre marché” en gros s’est déjà transformé en Grèce comme au reste de l’Europe, en marché noir plus mafieux que jamais. Comme aux plus grands moments de cette contre-bande que les spécialistes universitaires nomment parfois encore... “le système économique”. Il faut le dire aussi, notre situation actuelle se rapproche de plus en plus à la piraterie ordonnée bien d’en haut.

De la piraterie, de l’usure jusqu’à l’os, et du sang, voilà la recette miracle sans cesse renouvelée, pour que les familles des Rothschild, des Rockefeller et des autres parasites mondiaux, connus ou alors dissimulés, puissent se saisir des commandes mondiales si chères au caporal du B'nai B'rith qu’est Jacques Attali.

Bien entendu si possible, quel que soit le régime politique apparent chaque fois, mais en somme... une bonne fois pour toutes. Aujourd'hui, ces initiés méta-mondains, pensent alors arriver à la phase finale de notre extermination, qui plus est au besoin médicalement assistée, quand leur complot permanent devient de plus plus visible car clairement annoncé, par exemple sous forme d’Agenda 2030.

Veiller... sur nos denrées. Péloponnèse, mars 2022

Pourtant, bon nombre d’Européens n’y voient encore rien ou sinon pas grand-chose. L’ingénierie sociale et le... divisionnisme sont passés par là. Et de ce fait, des peuples entiers se dirigent bien volontiers tout droit vers l’abattoir. Car, leur mise à mort tient peut-être autant d’une question de... morale plutôt cabalistique, ou sinon interprétée comme telle. Les goym doivent se sacrifier par eux-mêmes, cela facilite la tâche des initiés... œuvrant pour la dépopulation de la planète. Témoignage donc d’actualité, laissé sur un site mainstream grec... par un goym justement, sous forme de commentaire.

Bonjour. Comme il semble que nous dormons du sommeil des justes ; néanmoins, pendant ce temps, certains creusent notre tombe devant nos yeux. Le profit, l'usure et le chantage ont pris des proportions énormes sur l’ensemble du marché. Exemple: 200 tonnes de maïs prépayé n'ont pas été livrées, car le fournisseur ne les avait pas. Ses camions se sont arrêtés à la frontière bulgare avant d’entrer en Grèce pour faire demi-tour, à destination de l’Allemagne, ceci parce que d’autres grossistes ont payé 50 euros de plus la tonne. La cargaison était destinée à un ami éleveur de cochons”.

Pour moi c’est pareil. Pour les boulangeries, pareil. Idem pour ce qui est des pâtisseries. Partout... on entend le même refrain. Et cela se produit bien largement à travers l'Europe dite civilisée avec en prime, ces Anglo-Saxons qui font tourner en rond tant de navires, tant les accords sur les ventes des farines et des céréales ne sont alors plus respectés un peu partout en Europe”.

J’ai dit à l’importateur - Rends-moi mon argent. Il avait exigé auprès de moi cette somme il y a une semaine, mais personne ne peut garantir que je recevrai mes grains, et encore moins bien entendu à quel prix de vente. Sauf que le marchand importateur reste implacable. -Je ne vous le rends pas, j'ai acheté du maïs mais je ne vous rembourse pas, car je l'ai payé plus cher que la somme que vous m'avez versée. Comment est-ce de ma faute? Ou allez-vous me donner 100 euros supplémentaires par tonne ou sinon, allez donc au tribunal pour récupérer votre argent”.

L'autre RESET. Péloponnèse, mars 2022

Il m'a raccroché au nez sans un au revoir. Cela arrive PARTOUT. La Serbie a interdit l'exportation des céréales, du maïs, des graines de tournesol et de l'huile de tournesol. La Hongrie suit. Les spéculateurs se déchaînent. Cela devient... de l’attitude alors tendance. C’est ta mort ou alors c’est ma vie. Pourtant, il n'y a fondamentalement pas de problème de manque pour l’instant, c'est juste de la panique et personne n’entend désormais vendre aux prix fixés, mais à ceux en réalité imposés par le... grand marché noir. Un marché noir, au meilleur de sa forme... paneuropéenne. Honte”.

Le ministre concerné quant à lui, alors il somnole à Athènes, et nous, nous aurons dans pas longtemps tous perdu nos maisons, pour cause de saisies. Nous, c’est-à-dire les entrepreneurs du secteur alimentaire. Je jure sur les os de mes parents que ce que j'écris ici, n’est que la partie visible de ce qui se déroule en ce moment et qui affecte le marché des matières premières, celles dont la branche alimentaire a tant besoin pour exister”.

Ils nous ont littéralement mis le couteau sous la gorge. Qu'ils sortent aussi pour le dire publiquement à leur tour, nos pâtissiers, nos boulangers, comme tous les autres, car ils ne pourront que confirmer ce que je dis. Le pain, la semaine prochaine, sera vendu 1€20 et vous ne saurez même pas pourquoi”.

Et pas que le pain bien évidemment, quand tous les dirigeants actuels, puis leurs soi-disant adversaires politiques sont des marionnettes sociopathes, au demeurant pédophiles, malades mentaux, “rituellement parfois sodomisés avant leur emploi” d’après le journaliste Hadjáras, marionnettes préparées de longue date, derrière les portes fermées du dit forum de Davos et du Sergent Schwab. Ces parasites exécutants, ne peuvent donc que finalement haïr “leurs” peuples.

Dans le même ordre d’hybris, les ministres... actuels en poste à Athènes, alors nous disent cette semaine sans même la moindre vergogne, “ne roulez plus en voiture, la voiture n’est pas faite pour les pauvres, restez dans une seule chambre chez vous, faites fonctionner le four électrique pour vos repas car il est autant une source de chaleur, lorsqu’on n’a pas les moyens... il faut se laver une fois par semaine en hiver”, et j’en passe. Par les dieux de Babylone, on ne peut qu’en arriver là à terme, sous cette démocrature totalitaire sodomite et prostituante à tous les étages, la géopolitique en plus, si besoin.

Par les sombres temps qui courent, nos plus fervents Orthodoxes, en Grèce, en Serbie, en Roumanie ou en Russie, nous disent alors que “l’Antéchrist n’est guère loin, et que les Saintes Écritures se réalisent en ce moment même, car le pire surtout, est devant nous”. Une autre idée... fixe, qui ne favorise peut-être guère, l’organisation de la contre-attaque.

Et sans perdre une seule minute, nos dirigeants Troïkans, puis Covidistes et vaccinistes, eux ils font de leur mieux pour épauler et encadrer... tous les idiots utiles du moment, à l’instar des petits Khazars nazifiants du peuple comme du régime de Kiev, mais en réalité de l’OTAN comme de l’Union européiste germanique.

La vermine des dirigeants anglo-saxons n’est pas du reste, d’où d’ailleurs la programmation du BREXIT, et voilà que leurs agents sur place en Grèce, s’agitent par exemple de leur mieux. Ainsi, sur l’île de Poros et d’après la presse locale, un Britannique naturellement retraité, entend organiser la collecte d’argent et de biens, à destination de l’Ukraine, le tout... avec l’aimable collaboration des ONG installées par la caste de Soros en Europe de l’Est.

Un Britannique naturellement retraité. Poros, mars 2022 (presse locale)

Oui à Poros ; car ce n’est pas la première fois et en pareilles conditions le hasard n’existe pas. Déjà en son temps, le poète et diplomate Yórgos Séféris, notait dans son “Journal” publié plus tard, qu’il a enfin réalisé en fréquentant cette île, que peu avant l’autre Guerre mondiale entre 1938 et 1939, les yachts britanniques déjà souvent amarrés à Poros, n’étaient autre chose que ces nids d’espions... certes flottants, agents bien entendu du SIS.

Séféris qui était plutôt l’ami avéré des Britanniques, a tout de même amèrement réalisé avec le recul des années 1940-1960 et à ses dépens, que parmi ceux qu’il fréquentât, nombreux ont été des agents issus de la... grande loge du monde à Londres, et bien entendu autant du SIS. Ces salopards alors diachroniques, à l’instar de l’écrivain Lawrence Durrell ou encore du légendaire agent David Balfour ont été du moins ces personnages dignes de romans, maigre consolation.

Ensuite, et à notre humble avis, ce choix... historique de Poros, n’est pas seulement en lien avec la beauté de son paysage. Déjà en ces lieux, puis aux villas appartenant aux mortels éponymes, situées juste en face de l’île, la contrée est “traditionnellement” fréquentéé par une certaine crème... humaine. Par Greta Garbo, par les Rothschild, par les ministres des Affaires étrangères et les ambassadeurs de la Vieille Europe, par le Roi Paul... celui des Grecs, puis, par Karamanlis le vieux, ce Premier ministre de l’Anglocratie, ancien agent des Allemands sous l’autre Occupation parallèle du pays, pour ne jamais rater “le bon côté de l’histoire”.

Lieux autant fréquentés par Olaf Palme, le Premier ministre assassiné de Suède et par bien d'autres noms grecs et étrangers connus, et enfin comme il se le doit, par une certaine élite israélienne.

Sauf qu’il y a également une autre mémoire historique, locale et nationale... à effacer dans l’urgence d’ailleurs permanente, surtout aux yeux des agents du MI6... encore en cette année 2022. Plus précisément, Poros est autant un lieux de mémoire pour les relations diplomatiques entre la Grèce et la Russie, ayant tout de même abrité brièvement, une base navale de la Marine impériale du Tsar, sous le premier... et pour l’instant dernier Gouverneur Grec, à savoir Ioánnis Kapodístrias entre 1827 et 1831.

Car l’homme d’État ne manquait pas de qualités, au point d’avoir été nommé durant de nombreuses années, ministre des Affaires Étrangères du Tsar Alexandre 1er. Sauf que Kapodístrias fut assassiné à Nauplie en 1831 par la loge d’Hydra, de Nauplie et en réalité par celle de Londres, car la Grèce ne devait jamais entrer dans la sphère d’influence des Russes ; déjà étant donné, la russophilie diachronique des Grecs.

Ainsi, et dans la mesure du possible, la Russie de son côté a souvent essayé que de faire perdurer cette même mémoire historique. Cela se comprend. Par exemple, à l’occasion de l’arrivée très officielle et pour tout dire rarissime d’un navire de la Marine nationale russe à Poros, mais c’était du temps de la... bien lointaine année 2018.

La frégate russe AMIRAL ESSEN. Poros, septembre 2018

Car cette visite de la frégate AMIRAL ESSEN de la classe de l'Amiral Grigorovitch, s’inscrivait bel et bien dans le cadre de la commémoration du moment inaugural des relations diplomatiques, dont les premiers documents furent signés à Poros, entre la Grèce contemporaine sous le Gouverneur Kapodístrias et la Russie, très exactement à la date du 17 septembre 1828.

Il faut dire qu’aussitôt sur l’île, les marins russes... ont été très positivement remarqués par la population, et autant on dirait par certains touristes. Après la cérémonie en présence des Russes, le navire a levé l’ancre à destination de la Syrie... géopolitique alors oblige.

La Grèce, alors beau pays marin, et toute sa vitrine brisée de la géopolitique, derrière les rideaux de l’Anglocratie sans cesse réactualisée. Donc, on organisera bien entendu en 2022 et surtout à Poros, la collecte d’argent et de biens, à destination de l’Ukraine du Khazar Zelensky, le tout... avec l’aimable collaboration des ONG installées par la caste de Soros en Europe de l’Est, et bien évidemment de l’OTAN.

Diplomatie Grèce-Russie. Poros, septembre 2018

L’OTAN justement, qui vient d’ordonner à la marionnette Mitsotákis de rendre... la Grèce au plus vite à la Turquie. Ce n’est tout de même pas rien et telle est très justement l’analyse du vieux journaliste Konstantakópoulos... qui tire à son tour la sonnette d’alarme.

Dans un article précédent, nous évoquions la décision criminelle du gouvernement... d'envoyer en Ukraine des armes antichars, ceux justement qui protègent la ligne de front de la défense grecque dans l'Est de la mer Égée. Le retrait de ces armes de l'Est de la mer Égée, est comme on sait une requête constante de la part de la Turquie, et cette demande elle se trouve désormais pleinement soutenue par le gouvernement américain”.

Dans le même temps, le Premier ministre grec a ouvert la voie à la dépréciation des armes anti-aériennes qui sont l'épine dorsale de la défense des îles, dont les missiles S-300 installés en Crète, provoquant la vive réaction d'un militaire brillant, et autant très mesuré et sérieux, l'ancien chef d'État-major, le général Zaziás”.

Mais ces décisions, ce ne sont malheureusement rien, devant ce qui suivra et c’est pour cette raison que Mitsotákis se précipite ce dimanche 13 mars à Constantinople pour y rencontrer Erdogan, suite à un... signal urgent reçu des USA, ce qui mettra en danger majeur l'existence même de la nation grecque et des deux États, la République hellénique et la République de Chypre, ces deux seuls... que nous avons en ce moment en tant que Grecs”.

Marins Russes. Poros, septembre 2018

Et à ce propos, le représentant du parti au pouvoir en Turquie a déclaré au sujet des “pourparlers - que toutes les exigences turques vis-à-vis de la Grèce y seraient abordées lors de l’entretien entre Mitsotákis et Erdogan. -Le dossier de la Grèce est volumineux. Les questions sont nombreuses, allant de l'exploration gazière à la question de la mer Égée, de la Méditerranée orientale, de Chypre, et enfin, la question de la militarisation des îles par la Grèce, tout cela sera naturellement au menu”.

En somme, le Premier ministre grec se rend d'urgence en Turquie car c'est exactement ce que souhaite désormais le gouvernement Biden, pressé de ramener complètement la Turquie dans le camp occidental, alors que le conflit américano-russe s'intensifie. Et pour y parvenir, la Grèce doit, telle Iphigénie être sacrifiée, en accordant les concessions que la Turquie exige en Égée et en Thrace”.

Mais plus terribles encore, ce sont les concessions demandées par le peuple grec à Chypre. Il s’agit pour le dire clairement, de l'abolition de l'État chypriote et de son remplacement par un protectorat... postmoderne, sous l’autorité des États-Unis, de la Grande-Bretagne et d'Israël. Ainsi Chypre deviendra l'État des trois hauts juges étrangers et des trois armées étrangères sur place, ce que prévoyait pour Chypre le plan dit Annan, rejeté pourtant par la majorité des Chypriotes par referendum en 2004.

La raison en est que le plan anglo-saxon, entend transformer toute la Méditerranée en une sorte de mare nostrum ; une zone d'influence propre, reposant sur trois puissances, Israël, l'Égypte et la Turquie. Cela suppose que la question chypriote soit résolue d'une manière ou d'une autre, que la présence de l'armée turque, occupante de Chypre Nord soit légalisée, et que toute trace d'une présence russe sur l'île puisse être éliminée”.

La Russie à l'honneur. Poros, septembre 2018

Si ces plans sont mis en œuvre et surtout qu’ils aboutissent, ils signifient la fin de l'État chypriote, la fin à long terme de l'hellénisme à Chypre, mais également l'abolition programmée de l'État grec, déjà en très mauvaise posture, car la Grèce actuelle est une colonie économique de la dette et de l'Allemagne et autant, la colonie militaire des États-Unis”.

Ainsi... les événements ne cessent que de tomber. Et l’on comprend sans trop de peine, tout le sens très exact du dernier propos de Mitsotákis, ouvrant ainsi la voie à la dépréciation des armes anti-aériennes qui constituent l'épine dorsale de la défense des îles grecques. Car on vient d’apprendre que les systèmes anti-aériens S-300 de fabrication russe, appartenant aux arsenaux des États membres de l'OTAN, ainsi que leur stock de missiles, viennent d’être réclamés par l'Ukraine, et que sa demande semble avoir reçu l'approbation des États-Unis.

D’après la presse des Etats-Unis, des sources du Pentagone viennent de déclarer aux journalistes, que Washington s'engage pour doter le gouvernement de Kiev “du type de capacités dont nous savons que les Ukrainiens ont besoin et qu'ils utilisent très bien. L'Ukraine a demandé entre autres qu’on lui livre le système sol-air S-300”, a déclaré de son côté un haut responsable européen et qui est au courant de la situation.

Et l’on sait, que les pays qui possèdent ces missiles S-300, sont la Slovaquie, la Bulgarie et la Grèce. C’est alors ainsi que le dernier mythe de la Défense nationale grecque meurt... alors bien en son temps. Qu’il s’agisse des S-300 ou des avions Rafale, dont l’acquisition par la Grèce a tant fait couler d’encre et probablement autant de pots de vin... “lesquels seraient alors indirectement versés au clan des mafieux Mitsotakis”, d’après en tout cas l’instuition du journaliste Hadjáras cette semaine. Les carottes grecques seraient ainsi cuites.

Les Grecs sont paupérisés, ils ont froid et ils achètent des armes qui serviront l’OTAN et les Khazaro-nazis de Kiev, pendant que la Grèce est en train de perdre ses propres territoires ou en tout cas ce qui en reste de sa souveraineté, peu de choses en réalité.

La boucle est bouclée et encore une fois, la guerre ; en somme le conflit en cours en Ukraine signifie bien davantage, qu’un combat entre l’Ukraine des Russes, et celle des anti-Russes. Car il s’agit alors d’un événement cluster, un jeu multifonction à géométrie variable, pour le présent et surtout pour le futur proche, le RESET des psychopathes exécutants de haut rang à l’instar de Schwab, compris.

Pluie et vent. Péloponnèse, mars 2022

Mitsotákis et les autres marionnettes aux commandes sont des pions, au demeurant ils sont sociopathes, malades mentaux et autant idiots finalisés... car il y a toujours ceux, qui doivent encore s’agiter devant le rideau des faits historiques.

Les Grecs, ce qui en reste en tout cas en son pays réel, espèrent seulement que la Russie entend s’opposer radicalement ou à la limite partiellement, à cette volonté... de la piraterie Occidentaliste, et qui consiste à tout piller et d’abord l’Europe, quitte à faire mourir au besoin toute la planète.

Ou peut-être, comme le suggère l’analyste Panagiótis Traïanou, à sa manière supposée exagérée, “les marionettes sont partout”. Je résume alors son propos. “Les pays de l’Europe sont les prostituées du Vieux Continent ; le bordel appartient aux Khazars mondialistes et il est géré par sa placeuse et matrone, l’Allemagne. Et pour exploiter les... filles à fond, ses propriétaires exercent de la violence, du chantage, et surtout la peur”.

On leur dit que le Russe les menace, ou sinon le COVID mais ce dernier mythe a plutôt vécu. Et l’Ukraine sert d’exemple -Soyez sages les filles, acceptez la dépossession de votre corps jusqu’au bout, car le moment est alors venu, sinon, le chaos ukrainien se répétera ou se prolongera à Paris, à Rome et même à Bruxelles”.

J’y ajouterais que les masques sont tombés, tant l’arme de destruction massive l’euro, a été si... bien utilisée, couverte de propagande européiste, puis atlantiste, Covidiste... vacciniste, et actuellement ukraino-nazie. D’où d’ailleurs le réarmement qui vient d’être annoncé, celui de l’Allemagne voyons ; histoire de maintenir les filles... à l’intérieur de l’établissement.

Et en bons éclaireurs de la première ligne, les Grecs ont froid car ils sont paupérisés, et ils sont autant amorphes et désespérés, suite à la guerre à bas voltage qu’ils subissent depuis plus de dix ans. Sauf que la dépossession à terme totale de leurs biens, puis de leur territoire arrive bientôt à maturation. Ce qui ne veut pas dire que les Russes se précipiteront pour les sauver. Car on ne peut être sauvé que par sa propre puissance d’abord, et par sa volonté de s’en servir, on le sait aussi depuis Thucydide.

La phase de la liquidation, si... bien conduite en Grèce sous le mémorandum de la Troïka devient désormais la règle partout en Europe Occidentale. Les nations autant moribondes à l’Ouest du continent, suivent le même chemin... celui de l’abattoir, sous les dieux de Babylone pour l’instant indéboulonnables. “L’urgence est désormais climatique, sanitaire, énergétique, voire, elle est même anti-russe”. Il ne faut surtout pas dire aux braves gens que les caisses sont partout vides et que la finance et sa foutaise téchno-féodale avalent alors tout.

Neige. Péloponnèse côtier, mars 2022

Si le plan Khazar arrive à son terme, d’ici peu, les marionnettes pédophiles, satanistes et sodomistes au pouvoir seront sitôt remplacées, rien déjà que par l’automatisation des comportements gérés dans la soumission par les divers pass “sanitaires, énérgétiques ou climatiques”, et en réalité politiques.

Car l’ankylose l’aura définitivement emporté, sur les corps et surtout sur les âmes. Donc, neige, pluie et vent jusqu’au bout. Moins l’électricité et sans chauffage.

C’est vrai qu’il a neigé cette semaine jusqu’au Péloponnèse côtier, celui tant fréquenté par les touristes encore réellement existants. L’activité déjà étant presque à l’arrêt, sauf pour Volodya, notre nouveau chat... de la Troisième Rome locale, et qui ne se laisse guère impressionner par la présence inattendue de Grísos, autre chat adespote venu des maisons d’en face.

Guerre et alors “Paix”, en ce... bordel d’Europe.
Volodya et Grísos. Péloponnèse, mars 2022

* Photo de couverture: Neige, pluie et vent. Péloponnèse, mars 2022