Greek Crisis

samedi 5 février 2022

Le mythe est clos



Péloponnèse, retour au supposé mythe. À Athènes, la neige a fondu et la cité avec. Son univers humain est de toute évidence plus fragmenté que jamais ; et d’ailleurs, sous le pavé, il y a de cette rage mais qui n’aboutira probablement pas. Temps d’Empire ; dernière station desservie, descente... du train de vie.

La neige a fondu. Athènes, janvier 2022

Les médias même mainstream, c’est-à-dire pratiquement tous les médias, finissent par évoquer nos sujets favoris bien à nous, tel celui de la vie devenue trop chère et précaire, s’agissant bien entendu de la nôtre.

Les journalistes aux ordres, font autant ce qu’ils peuvent. “Ne croyez pas chers auditeurs que nous appartenons à la caste des privilégiés, c’est de notre pain trop quotidien qu’il s’agit. L’autre jour j’ai failli faire un AVC après avoir reçu ma facture d’électricité, 650€ au lieu de 350€... avant l’augmentation des tarifs. Tous nos maigres économies temporaires y sont alors passées”.

Le tout, en plein cauchemar... résidentiel, celui des loyers. Leur affaire devient à son tour incontrôlable, leur “indexation” n’a plus rien à voir avec les revenus des gens... sauf qu’il y a une certaine pègre locale comme internationale qui s’installe à Athènes et qu’elle paye alors sans compter. Du coup, les propriétaires ont complétement perdu la raison. Ils demandent désormais la lune.

Aux quartiers aisés. Athènes, février 2022

Non seulement il y a peu de logements dignes encore disponibles, quand en même temps une partie du parc immobilier reste inoccupé, mais voilà qu’à la fin du bail, ces gens augmentent les loyers comme jamais auparavant. Une famille amie en a déjà fait les frais début janvier. Au lieu de 600€ de loyer, le propriétaire leur exige désormais 980€. Comme il n’ont rien trouvé d’autre... ils se sont résignés à céder”, radio SKAI, le 4 février 2022.

Sauf qu’au même moment, une nouvelle ONG immigrationniste, proche du pouvoir des parasites, vient d’empocher plus de 7 millions d’euros, histoire de trouver des appartements dignes aux envahisseurs d’en bas. Pour l’Empire et pour la famille des Mitsotákis, les affaires tournent toujours, encore et alors à fond.

Il en est de même en ce qui concerne la hausse du prix des carburants. Près de deux euros le litre pour l’essence, et trente centimes de moins pour le gasoil. Pierakákis, ministre de la “Transition numérique”, valet des GAFAM et en réalité exécutant parmi les choristes du Grand Reset en local, a tout résumé en une petite phrase.

Nous ne diminuerons pas les taxes sur les carburants, car plus de deux millions de Grecs paupérisés n’ont pas de voiture”. Sous-entendu, pour ceux qui ne l’auraient pas encore compris, “vous deviendrez comme eux dans pas longtemps et vous n’aurez pas de voiture non plus”.

Aux quartiers aisés. Athènes, février 2022

Officiellement, le Régime prétend que l’inflation en Grèce en ce janvier si vite passé, s’élève à 5%, ce qui n’est pas rien, mais en réalité, il est bien plus important. Le prix de la viande a augmenté de 30%, autant que celui des fruits et des légumes.

Reste tout de même l’autre Grèce... celle des éternels nantis, éternels ou presque. De bref passage par les quartiers nord et aisés de la capitale, j’ai pu saisir certaines discussions aussi volatiles qu’elles soient dans l’air du temps. Visiblement, la classe moyenne encore aisée connait quelques soucis.

C’est une situation assez délicate, celle que nous vivons actuellement. Puis, il y a eu la neige, ils ont laissé l’autoroute périphérique privée ouverte et voilà, les gens ont été piégés durant des heures. Non, il faut le dire pourtant, Mitsotakis est un type bien, sauf qu’il porte toujours la poisse ce mec. Nous aussi, nous faisons des efforts. Mon épouse et moi, nous finançons entièrement les frais de scolarité de notre petit-fils, il est au collège allemand. C’est tout de même 22.000€ par an. Notre fils et son épouse sont certes cadres, mais ils n’y arrivent plus”.

Cafés en faillite. Péloponnèse, février 2022

Ailleurs, du côté du Péloponnèse par exemple, les bistrots et les cafés ferment définitivement, les uns après les autres. Ils n’auront pas attendu les touristes de la saison 2022. Le mythe est clos. Seulement voilà, le Régime laisse entendre que bientôt, seuls les visiteurs faisant preuve d’un... aboutissement vaccinal complet, pourront alors entrer en Grèce. Attendons voir.

En Thessalie, les syndicats du monde agricole... historiquement vendus, entament le blocage de l’autoroute principale et plutôt vide du pays, reliant Athènes à Thessalonique. Peine perdue. Le Régime s’organise pour parfaire son attaque. Depuis quelques semaines, la presse prétorienne rapporte qu’un nouveau scénario politique se prépare en ce moment même à Bruxelles.

Aristo chat... des quartiers aisés. Athènes, février 2022

Mitsotákis serait mûr à remplacer, il a... bien servi, mais il n’y arrivera plus dorénavant sans peut-être provoquer l’explosion des... gentiles. On apprend aussi par les sites Internet, tel Antinews, appartenant à certains cadres de son supposé parti de la Nouvelle Démocratie au “pouvoir”, que “Moïse, alias... Mitsotákis, ne tient que grâce au renforcement des doses d’anxiolytiques qui lui sont administrés”. Tout le monde sait en Grèce que... Moïse, a toujours été un... peu malade mental, pour le dire ainsi complaisamment.

Lui, comme autant pratiquement le reste des marionnettes qui “gouvernent” un peu partout. Qu’on se le dise, la démence est alors de règle à travers la “gouvernance” des démonisés. Et de toute manière, Bruxelles et Berlin, avec l’aimable collaboration de Paris, pensent pouvoir remplacer Mitsotákis par un Premier ministre “technique”, à la manière de Draghi en Italie.

Pauvre... Italie, elle nous montre encore et toujours le chemin de l’Empire. En Grèce, on s’en souvient, il y a eu déjà l’installation par un Putsch parlementaire du gouvernement du banquier Papadémos, entre 2011 et 2012, aux premiers mois si cruciaux pour le règne de la Troïka qui depuis occupe le pays.

Traces... du mythe. Péloponnèse, février 2022

Le personnage du futur Premier ministre pressenti en 2022, serait celui de Margarítis Schinás. Un pur produit de la London School of Economics et de Bruxelles ; il a fait ses classes à la Commission européiste dans divers domaines depuis 1990, nommé même en 2019 par la présidente de la Commission Ursula von der Leyen au poste du “vice-président chargé des questions migratoires et commissaire chargé de la promotion du mode de vie européen”.

Une nomination d’en haut, si possible en évitant la tenue d'élections législatives anticipées, puisque les partis du camp immigrationniste et vacciniste, c’est-à-dire pratiquement tous les partis autorisés pour les besoins de la parodie, collaboreront comme de coutume pour former la prochaine grande coalition d’opérette.

Février donc, mois des morts, du mot latin februarius, qui signifie faire des expiations, se purifier. L’usage à Rome était alors de célébrer Februa, surnom de la déesse Junon, dont les fêtes étaient dédiées aux mânes des morts, ces esprits qui symbolisaient l’âme des défunts. La tradition était en effet de clore l’année en leur rendant hommage: On y faisait des sacrifices, et on rendait les derniers devoirs aux âmes des défunts. Ceci explique peut-être un peu le sens des sacrifices actuels ; d’ailleurs, sans même faire trop d’anachronisme.

Quand le soleil se lève. Péloponnèse, février 2022

Péloponnèse pourtant en beauté, quand le soleil se lève pour ce retour au mythe supposé. Fort heureusement, nous avons pu retrouver nos chats adespotes des lieux.

Enfin, suite à un accident... domestique, votre blog... doit faire preuve de concision, comme d’un certain esprit de synthèse. Nous demandons ainsi à notre lectorat un peu d'indulgence à ce propos.
Nos chats adespotes des lieux. Péloponnèse, février 2022

* Photo de couverture: Mythe supposé. Péloponnèse, février 2022