Greek Crisis

mercredi 4 août 2021

À feu et à sang



À feu et bientôt à sang. Le pays brûle. En cette matinée du 4 août le plateau rocheux de l’Acropole s’est réveillé sous la fumée, depuis la veille un énorme incendie dévore la forêt d’une partie des quartiers nord, d’ailleurs aisés de la capitale. C’est alors un plan, près de 120 incendies se sont déclenchés simultanément en Grèce en 48 heures, la scénarisation est pour tout dire pratiquement la même ailleurs. France, Portugal, Italie, Turquie. Chaud devant.

L'incendie vu d'en bas. Athènes, le 3 août 2021

Après Rhodes, l’île d’Eubée et bien entendu la périphérie d’Athènes, voilà que le nouveau feu du 4 août s’approche même dangereusement du site archéologique d’Olympie qui vient d’être évacué. Le vieux pays perd ses dieux de jadis comme ceux de toujours.

Sur l’île d’Eubée, le monastère dédié à Ósios David est menacé par les flammes. Le supposé État des supposés gouvernants... des supposés vaccins, n’a rien pu ; ou plutôt rien voulu faire. Même pour Athènes, plus d’une heure a été perdue en début de l’incendie. La Régie d’électricité vient de démentir que le sinistre aurait été provoqué par une explosion d’un transformateur. Tous ces feux ont de multiples départs... pour une cause plutôt unique. Le chaos, la peur... la fin des dernières certitudes. 2+2=5, donc à feu et à sang.

Dans l’après-midi, la pharmacienne de notre quartier d’Athènes en était convaincue. “Le COVID et les incendies sont issus de la même guerre. Les initiés, au lieu de déclarer directement la Troisième Guerre mondiale nous tuent et nous brûlent à petit, comme à grand feu. Tous les gouvernements sont des ennemis, des exécuteurs des peuples qui théoriquement sont les leurs. Prions Dieu... et réfléchissons. Ces gens, il va falloir les liquider”.

Fumée et... enfumage. Athènes, le 4 août 2021

De manière plus... verticale, durant le direct de la chaîne ERT, des habitants de l’île d’Eubée racontent que l’État a laissé leurs villages brûler... autant finalement que les quartiers d’Athènes. La petite... grande phrase fut ainsi lancée: “Mitsotákis, espèce de con, tu te fais baiser”. Enfin... de la politique exprimée telle qu’elle est. Feu nourri.

Le Grand Reset qui se cache derrière un petit... vaccin, dissimule alors mal sa nouvelle Grande Guerre déjà en cours. Après tout, les incendies... des incendiaires en Grèce au XIXe siècle s’arrêtaient tout simplement sur les plages, quand il n’y avait plus rien à brûler.

Les derniers vaccinés périront à Verdun, tandis que les ultimes non-vaccinés finiront alors aux Dardanelles. Tous, sous un feu nourri... des Resetistes !

Seulement voilà... tous ces Resetistes, nous les attendons au coin de l’histoire.
Au coin de l’histoire. Athènes, 4 août 2021

* Photo de couverture: L’Acropole sous la fumée. Athènes, 4 août 2021