Greek Crisis

dimanche 25 juillet 2021

Bonbons et vaccins



La semaine qui se terminer a été marquée... par l’annonce de la préparation en cours du... troupeau humain. Attention, gare de triage. Le Régime est pressé car les... décollages depuis les pistes des vaccinodromes n’atteignent pas l’altitude décidée. Les rapaces aux manettes, légifèreront-ils alors jusqu’au bout de la nuit. Puis, c’est mercredi 21 juillet et samedi 24 juillet, que dans près de quarante villes grecques, les derniers sceptiques du pays jadis celui d’Aristote et d’Hippocrate, ont manifesté... contre l’embolie politique généralisée.

Les sceptiques. Athènes, 21 juillet 2021

Au Parlement d’opérette, la loi anticonstitutionnelle métastasée qui impose l’obligation vaccinale aux agents hospitaliers, de même qu’à un premier cercle de métiers vient été adoptée. Majorité... inqualifiable atteinte facilement, car lors d'un vote sans surprise, les seules voix des zombis du petit PASOK socialiste et bien naturellement de ceux du parti de la Nouvelle Démocratie au pouvoir, sous le grand ami des pédophiles “Moïse”, car tel est le dernier surnom à la mode pour désigner le sociopathe Mitsotákis, ont suffi à faire adopter le texte de la honte.

Les autres formations... parapolitiques dont celles issues de la gauche, SYRIZA, le PC grec KKE, de même que le Sorite narcissique Varoufákis, ou encore la pseudo-extrême droite de l’escroc Velópoulos, ont visiblement reçu l’ordre des ambassades ou des... premières loges du Régime, pour desorais faire semblant de dire non. On réchaufferait plutôt et autant, la soupe des “élections” et du “débat politique”, le jeu n’est guère nouveau.

Les sceptiques. Athènes, 21 juillet 2021

Car en attendant, tous les moyens sont bons pour tuer la contestation populaire, si possible dans l’œuf. Pour commencer, vers le 14 juillet, des activistes qui se présentent comme étant issus de la mouvance antisystème, ont été autorisés à manifester un peu partout, et il y avait par exemple près de dix à quinze mille protestataires sur la Place Sýntagma devant le “Parlement” à Athènes, sous l’impulsion notamment du cardiologue Vóvolis.

Certaines mauvaises langues à Athènes prétendent que le Régime aurait donné la consigne à ses créatures pour mobiliser un certain peuple, histoire déjà d’avoir une idée plus précise de l’ampleur de la contestation. Ainsi Vóvolis, cardiologue des beaux quartiers lié au cercle des armateurs était de la partie. Depuis plusieurs mois, c’est depuis Internet qu’il s’est forgé une image de contestataire atypique, histoire de drainer les sceptiques. Notons que ces premières manifestations se sont déroulées sans le moindre incident, et ni les anarchistes antifa de l’armée de Sóros, ni les forces de l’ordre du Régime ne s’y sont mêlés.

Les sceptiques. Thessalonique, 21 juillet 2021

Mais ensuite, lors de la deuxième journée de contestation contre le totalitarisme à visage sanitaire, organisée au soir du 21 juillet, le scenario n’a pas été visiblement le même. D’abord Vóvolis et les siens, se sont ostensiblement désolidarisés du nouveau rassemblement tandis que Zóis Béglis, chef d’un nouveau mouvement intitulé Grèce 21, ancien médecin issu des rangs de la Marine nationale appelait à manifester.

Au même moment, le système avait fait courir le bruit que derrière l’appel du 21 juillet, s’y cacheraient les anciens de l’Aube dorée. Enfin, de nombreux messages sur les réseaux sociaux depuis les trolls de... Moïse, affirmaient que “les rassemblements du 21 juillet seraient finalement annulés”. Une fausse information bien entendu.

Sur le terrain de la place Sýntagma, la foule du 21 juillet, près de sept mille personnes, était politiquement hétéroclite, donc populaire. Tout comme durant les rassemblements du 14 juillet, on a aisément reconnu ces sceptiques issus de la gauche trahie durant les tristes luttes des premières années de la Troïka, ou encore, ceux de cette droite patriotique que l’Aube dorée a toujours étouffé car tel fut son vrai rôle.

Les sceptiques. Athènes, 21 juillet 2021

Sans oublier les dissidents de l’Église officielle orthodoxe grecque, car cette dernière est ouvertement vacciniste, menaçant même les fidèles non vaccinés de les exclure des messes. Inutile de dire que l’Église officielle dont ses métropolites sont souvent issus... des loges ainsi que des réseaux pédophiles, est en réalité un cadavre de plus, dans cette Grèce des cimetières.

Un peu partout les églises se vident, et à Patras, des fidèles ont fait le siège de l’Épiscopat pour dénoncer l’attitude vacciniste de leur Métropolite. Ce dernier n’a pas osé se monter à la fenêtre, par peur des réactions possiblement violentes des fidèles. Dieu certes il pardonne, mais le peuple pas toujours.

Dissidents de l’Église officielle. Athènes, le 21 juillet 2021

En tout cas au 21 juillet, pendant que de nombreux manifestants n’avaient pas encore atteint la place Sýntagma, deux groupuscules effectivement issus de anciens de l’Aube dorée ont fait leur apparition, puis comme par... automatisme, des anarchisants de l’armée Sóros s’est sont mis à attaquer des manifestants isolés près de la place. La suite des événements n’a guère été difficile à deviner. Les policiers prétoriens ont chargé sur la foule, sur les enfants et les vieillards compris, et c’était alors la fin de cette manifestation. Enfin, samedi 24 juillet, près de dix mille manifestants se sont rassemblés place Sýntagma, Vóvolis cette fois, il était de la partie.

Cette foule de plus de dix mille manifestant a été finalement dispersée sous la violence policière, tout comme durant la soirée du 21 juillet. Sur le terrain, c’est donc aussi... du poker qui s’y joue. En tout cas, certains Grecs se mobilisent, et c’est déjà peut-être un signe.

Violence policière. Athènes, le 21 juillet 2021 (presse nationale)

Le Régime fait, et il fera toujours de son possible. La “préparation” est bien trop longue pour qu’il se laisse impressionner par dix mille manifestants. Car les vaccinodromes ont été préparés depuis plusieurs années, d’après par exemple un texte publié par la pieuvre européiste en 2018.

La vaccination est l’une des mesures de santé publique les plus efficaces et les plus rentables qui aient été mises en place au XXe siècle et reste le principal outil de prévention primaire des maladies transmissibles”.

Violence policière. Athènes, le 21 juillet 2021 (presse nationale)

En “Même si les programmes de vaccination relèvent de la responsabilité des États membres, le caractère transfrontière des maladies à prévention vaccinale et les difficultés communes rencontrées dans le cadre des programmes de vaccination nationaux font qu’il serait utile de coordonner davantage l’action et les initiatives de l’Union européenne visant à prévenir ou à limiter la propagation des épidémies et des maladies à dimension transfrontière”.

La diffusion rapide de fausses informations par les médias sociaux et par des activistes anti-vaccination véhéments a alimenté les idées fausses, qui détournent l’attention du public des bénéfices individuels et collectifs de la vaccination et des risques que présentent les maladies transmissibles, et renforcent leur méfiance et leurs craintes à l’égard d’événements indésirables non prouvés. Il est nécessaire d’agir pour renforcer le dialogue avec les citoyens, comprendre leurs inquiétudes et doutes réels concernant la vaccination et assurer un traitement adéquat de ces questions, en fonction des besoins individuels”.

Les professionnels de la santé jouent un rôle essentiel dans la réalisation de l’objectif consistant à améliorer les taux de couverture vaccinale. Afin de soutenir leurs efforts, il convient de leur offrir des possibilités d’éducation et de formation continues en matière de vaccination conformément aux recommandations nationales. Il y a lieu de remédier aux situations où les taux de couverture vaccinale des professionnels de la santé sont jugés insuffisants au regard des recommandations nationales afin de protéger ces professionnels ainsi que leurs patients”.

Nouvelle Démocratie, pédophiles. Athènes, juillet 2021

En effet, les gens finissent par savour. En juillet 2021 à Athènes, alors qu'elle se dirigeait vers le haut de la place Sýntagma, la foule criait alors “Abattons le gouvernement du pédophile Mitsotákis” ; la rupture est donc plus que politique, elle est ontologique, voire anthropologique. Autrement-dit c’est la guerre, d’où toute l’inquiétude du Régime devant une protestation qui pourrait prendre de l’ampleur, au fil des mois.

Drôle de semaine, vraiment. La gouvernance des pédophiles offre désormais à chaque pharmacien et chaque médecin du pays, 10€ pour une prise de rendez-vous, 20€ pour chaque vaccination effectuée, et 50€ quand cette vaccination a lieu à domicile, pour les Grecs qui ont par exemple une mobilité réduite. “J'vous ai apporté des bonbons... parce que les vaccins c'est périssable”.

Fin de la partie mais seulement pour l’instant. Enfin à l’écart des manifestants et des policiers, le petit nouveau Gatoúlis joue comme il peut à l’intérieur du Jardin national.

Petit nouveau Gatoúlis. Athènes, juillet 2021

Lui, tout comme les derniers sceptiques du pays jadis celui d’Aristote et d’Hippocrate, s’élèvent contre l’actuelle embolie politique généralisée. Été grec !
Petit nouveau Gatoúlis. Athènes, juillet 2021

* Photo de couverture: Les sceptiques. Athènes, 21 juillet 2021