Greek Crisis

lundi 5 juillet 2021

Sous le volcan, le feu !



Dimanche mouvementé, le premier du mois. Sous notre volcan, le feu. L’incendie s’est déclaré dans l’après-midi, pour être éteint tard dans la nuit. Une fois n’est pas coutume depuis plusieurs semaines, les gens ont enfin cessé de parler COVID et vaccin. Temps mort et en réalité vivant.

Notre volcan. Péloponnèse, juillet 2021

Hier donc la journée fut mouvementée. L’incendie sous notre volcan a été déclenché près de la côte, et il a rapidement gagné la montagne par un vent du sud assez fort. Sitôt, quatre Canadairs et un hélicoptère ont été dépêchés sur la zone, comme il y un an... pratiquement et dans les mêmes conditions.

Sitôt, quatre Canadairs. Péloponnèse, juillet 2021

Ensuite, d’électricité a été coupée, jusqu’à l’île d’Égine et de Poros à proximité. Plus d'internet non plus. Enfin le calme ! La coupure a été provoquée par la Régie pour permettre aux avions et à l’hélicoptère d’opérer près des poteaux.

Pendant ce temps, les visiteurs du week-end embarquaient pour le Pirée, fin de la partie. La plage s’est alors vidée, et au large, c’est entre deux voiliers loués par les touristes thalassophiles, que les Canadairs remplissaient leurs réservoirs d’eau de la mer.

Visiteurs du week-end. Péloponnèse, juillet 2021

Canadairs remplissent leurs réservoirs. Péloponnèse, juillet 2021

Devant le feu, les bergers ont libéré leurs moutons pour qu'ils se sauvent, deux villages ont été évacués ; bilan, trois maisons brûlées sans blessés ni morts humains. L’origine du sinistre reste comme on dit inconnu.

Lundi matin, le calme est revenu, l’incendie étant éteint et les 54 pompiers dépêchés sur place ont pris le chemin du retour. La plage reste presque déserte. Les voiliers loués par les touristes amarrés dans le port ; les skippers et leurs touristes Ukrainiens et Israéliens ont alors pris leur petit déjeuner copieux sur la terrasse du café. Péloponnèse surtout mythique ; le matou des lieux est naturellement de la partie !

La plage reste déserte. Péloponnèse, juillet 2021

Le matou des lieux. Péloponnèse, juillet 2021

Les voiliers loués par les touristes. Péloponnèse, juillet 2021

Pour une fois, les Grecs, les habitués sur la terrasse du café évoquent l'incendie et non pas des vaccins, ni l’Apartheid imposé aux non-vaccinés par les gouvernants criminels. Feu donc purificateur !

On apprend à l’occasion que la belle maison de construction récente surplombant la mer et qui offrait un vaste panorama sur le golfe de l’île de Poros, a été détruite par l’incendie. Ses occupants ont été réveillés de leur sieste par le sinistre, fort heureusement les pompiers ont eu le temps de les évacuer.

Des conifères et surtout des oliviers ont été brûles, les habitants au café insistent, surtout sur cette dernière perte. “L’olivier est un arbre noble, voire sacré. Puis, certains moutons parmi les libérés ont finalement succombé. Ils ont été piégés par le mal”. Grande et triste leçon. Les moutons... peuvent toujours succomber... même “libérés”.

Le camion... fou. Péloponnèse, juillet 2021

Journée mouvementée. Toujours hier dimanche, une heure avant le déclenchement de l'incendie, un camion... fou, appartenant à la Régie d’électricité a violemment heurté deux voitures garées. L'une d’entre elles, a été propulsée sur l'aire de jeux, heureusement les enfants n’étaient pas sur les lieux au moment de l'accident. Voilà que notre village est enfin... secoué par des accidents en somme banals.

Sur la terrasse du café du port, on commente autant cette autre aventure du dimanche. “Depuis que la Régie est coupée en plusieurs morceaux c’est la catastrophe. Le pays est fichu. Même leurs camions deviennent fous !

Passage du camion... fou. Péloponnèse, juillet 2021

Sur l'aire de jeux. Péloponnèse, juillet 2021

Dimanche tard dans la soirée et après le retour du courant, c’est depuis Athènes et son émission via Internet, que le vieux journaliste S.H. rappelait que “le psychopathe Mitsotákis, faisant suite au salopard Tsipras, a fermé les centrales thermiques du pays en Macédoine grecque. Donc on importe de l’électricité depuis le Kosovo, pays de la drogue et du charbon, car ses centrales thermiques restent placées en dehors de l’escroquerie des accords de Kyoto. Le tout, sous ordre de l’Ambassadeur US, Geoffrey R. Pyatt, le poulain de Victoria Nuland, le type était en poste à Kiev au moment des faits connus et provoqués en 2014”.

L'Ambassade US à Athènes. Juin 2021

Et en juin dernier, Pyatt a fait couvrir le pygargue à tête blanche qui figure sur son Ambassade, l'oiseau comme on sait... national des États-Unis, par la bannière LGTB+, donc... vive l’Occident.

Sur Internet grec, l’autre journaliste de l’ancien temps, K.S., rappelle “que Mitsotákis qui se déchaîne contre le peule car il le déteste, n’a sans doute pas pris tous ces derniers jours ses médicaments pour soigner sa schizophrénie”. On sait aussi, d’après le journaliste Trángas, que ce pion aux commandes “avait été discrètement soigné par le passé, enfermé dans une demeure à Londres appartenant à un armateur grec”. En Grèce décidément, il y a le feu.

Les voiliers quittent le port. Péloponnèse, juillet 2021

Notre vieux journaliste S.H. n’a d’ailleurs plus de mots pour décrire l’accélération de l’incendie totalitaire qui ravage le pays. “Tous ces voleurs, ces salopards, ces partis politiques sont un corps étranger historique, qui ronge alors la société grecque. Dernièrement, ils sont au passage... financés par la mafia des drogues, de même que les gradés de la Police à Athènes, ainsi que certains juges”.

Berlin et Pyatt sont aux commandes et il n’y a pas de solution tant que ces parasites restent en place à Athènes. Je voudrais donc avant de mourir, voir ces politiciens agonisants, la corde au cou”.

En attendant, la vie... semble belle. Les voiliers loués quittent le port, les habitants parlent toujours incendie, accident du camion fou, sans oublier les quatre cas de cet étrange dimanche, s’agissant des nôtres, piqués, toujours... vers midi, par des hyménoptères. Le choc a été si violent qu’ils ont été emmenés au dispensaire médical du coin pour être soignés.

Rosa, chatte du port souffrante. Juin 2021

Le pays souffre, en réalité il meurt piqué, déjà au-delà des hyménoptères. Même les vétérinaires dépêchés ici par la Municipalité et par l’ONG... bien “à la page” pour stériliser une partie des chats adespotes, n’ont pas visiblement toujours fait dans la dentelle.

Rosa, chatte adespote du port... mal cousue en a souffert. Nous avons contacté les “responsables”, lesquels ont avoué “qu’en stérilisant près de 90 chats... il y a certaines victimes collatérales”.

Comme nous avons réuni les preuves pour porter plainte et nous l’avons fait savoir, les... “responsables” ont organisé et même pris en charge le transfert de Rosa vers un vétérinaire réputé, installé près d’Épidaure.

Esculape a encore fait de son miracle, notre Rosa est de retour, guérie parmi les autres chats adespote du port. En plus, l’incendie a été éteint. Temps mort et en réalité vivant... en ce pauvre blog animalier !
Rosa est de retour. Péloponnèse, juillet 2021

* Photo de couverture: Sous le volcan, le feu. Péloponnèse, juillet 2021