Greek Crisis

vendredi 11 juin 2021

Entre Crétois... et crétins



Les nuages, ceux de la météo n’auront guère duré. Belles couleurs, orages de passage ces derniers jours, rendant nos touristes un peu surpris. “La Grèce c’est le soleil éternel”, d’après les stéréotypes. Voilà pour le cadre et pour l’épiderme du pays désossé. Ex oriente lux, si l'on pense par exemple aux leçons inusables à apprendre dans pratiquement l’ensemble de l’œuvre de Fiodor Mikhaïlovitch Dostoïevski, comme de son contemporain en Grèce, Aléxandros Papadiamántis. Entre la nature et la condition humaine... nous voilà bien servis.

Orages de passage. Argolide, juin 2021 (presse locale)

Soleil pourtant largement dissimulé. Jour après jour, le Régime entend imposer partout la nouveauté réchauffée de l’Apartheid que l’on nomme désormais sanitaire. Les laquais du système assènent du matin au soir ce que la mafia au pouvoir veut faire passer sous la peur.

Les non-vaccinés n’auront plus accès aux commerces, ils ne voyageront pas librement, les restaurateurs pourront dès l’automne fermer la porte de leurs établissements aux récalcitrants avides de théories complotistes. Enfin, les employeurs pourront licencier leurs employés qui ne se plieront pas à la règle”. Voilà pour le florilège de la stupidité ambiante gouvernementale et journalistique.

Les travaux s’accélèrent. Thessalie, juin 2021 (presse locale)

Pendant ce temps et en dépit des manifestations d’un dimanche déjà vite passé, en Thessalie par exemple, nos montagnes sont éventrées et les travaux s’accélèrent. Comme nous l’écrivions il y a à peine quelques jours, le Régime s’attaque à tout. La foutaise... écologisante des éoliennes participe d’ailleurs pleinement du totalitarisme européiste berlinois ; les éoliennes sont allemandes, ceux qui les installent sont issus des grands du BTP grec et autant magnats de la presse parmi les oligarques d’Athènes.

Les travaux s’accélèrent. Thessalie, juin 2021 (presse locale)

De même, en dépit des manifestations cosmétiques, initiées jeudi 10 juin en Grèce par les syndicats... systématiques, la nouvelle loi cadre marquant la fin des ultimes droits des travailleurs sera sitôt appliquée. Les huit heures de travail sont balayées d’un seul trait. Terminus. Silence... on robotise ; génocide et ethnocide en cours! “Il y a de quoi se réfugier dans nos montagnes encore intactes, si besoin à vélo ou en moto pour fuir la bêtise”, comme nous le dit l’ami Dimítris, depuis Athènes.

Si besoin à vélo. Péloponnèse, juin 2021

La bêtise galope, là où la logique d’Aristote se meurt. Le Régime menace et intimide désormais tout le monde, les vaccinés comme... les bioconservateurs quand on enregistre pratiquement un mort par jour suite à l’injection. Les proches des trépassés finissent alors par apparaître sur certains écrans de la télévision, tel Manólis Kryovrisákis, mari Crétois dont l’épouse est morte à 44 ans après avoir été... placée sous les auspices d’AstraZeneca. Poussière astrale.

Trois enfants orphelins de leur mère et un pauvre mari Crétois... suffisamment crétin. “Le groupe d'âge auquel appartenaient mon épouse ne devrait pas être... autorisé à se faire injecter ce vaccin. Nous savions que de nombreuses femmes dans cet âge évitaient la vaccination, mais nous, en tant que citoyens respectueux des lois et des autorités, nous avons fidèlement suivi les instructions que nous avons reçues”.

Je veux gérer ma douleur. Ma femme était partisane de la vaccination dès le premier instant. Elle s'est battue contre... les négationnistes. Et je ne veux pas que mes propos puissent être utilisés par les sceptiques du vaccin. Je dois gérer trois enfants de 12, 10 et 8 ans... Seulement hier j'ai trouvé le courage de leur dire la vérité”.

Glykería l’épouse de Manólis est donc morte. “Ceux qui ne veulent pas se faire vacciner sont des crétins et des illettrés”, laisse entendre Mitsotákis, le malade mental et ami des pédophiles le plus célèbre en Grèce.

Mercredi 9 juin, un styliste d'Athènes est mort à l’âge de 32 ans, au lendemain de sa vaccination... Astrale. Son père qui l'avait convaincu du “bien-fondé” de l'opération s'en mord les doigts désormais publiquement à travers la presse.

Grèce des cafés et des stéréotypes. Péloponnèse, juin 2021

Le Régime est pressé. L’autre soir, nous avons mangé une glace dans un café en ce Péloponnèse assez vacciné. Le patron est venu vers nous, visiblement très affecté psychologiquement, pour que nous le confortions dans sa décision du double vaccin accompli. Hélas, aucun dialogue logique n’a été possible. Il s’est mis à délirer.

Les vaccins sont sûrs, cela fait depuis 1981 qu'ils sont mis au point, ceux qui meurent des vaccins c'est qu'ils sont malades déjà, mais qu'ils l'ignorent ou qu'ils le cachent”. Entre temps, le serveur nous a dit que son patron n'est pas dans son assiette ce soir. Pourtant la glace fut si bonne, à seulement 2€50 !

Tristes gens, nos proches, nos amis. Nous sommes même désormais harcelés par certains compères vaccinés lesquels décidément attendent de nous la bonne parole, car celle de la propagande du régime ne les tranquillise visiblement plus. Sorbet fondu !

Le même jour une connaissance depuis Athènes est passée à l'acte. Elle a démissionné de l'hôpital public car le chantage et les intimidations du Régime sont sans pareil. Elle est cardiologue.

Grèce des cafés et des stéréotypes. Péloponnèse, juin 2021

Pluie passagère, et destruction du pays ainsi durable. Au café du port, à part la grande affaire vaccinale, certains habitués évoquent alors le match de foot ce soir à la télévision. Comme nous le rappelle encore Nicolas Bonnal sur son blog, notre stupidité est plutôt universelle.

Devant l’extension du domaine de la stupidité universelle, Rome, Texas ou Germanie, farce est de constater que la technologie, qui a accompagné l’affaissement de nos capacités industrielles, a causé en vingt et/ou quarante ans des dommages irréparables à nos cerveaux et à l’espèce dite humaine. De ce point de vue plus rien n’est possible, ni progrès, ni Reset, ni réactions devant la dictature abrutie des élites façon Klaus/Ursula/Joe/Bill, le nazisme est revenu sous sa forme comique/conique, pour reprendre la phrase toujours juste de Marx”.

Écrivains et poètes encore une fois, bien plus que les voyantes et autres textes sacrés, nous ont mis en garde devant cette perte des forces vitales - Goethe - et aujourd’hui du plus élémentaire jugement: Dostoïevski, Poe, T.S. Eliot et même Rousseau qui sentait cela venir au siècle dit des lumières... Ils continueront de nous aplatir sous les infos et nous prendrons des selfies en coulant avec leur Titanic”.

Catamarans loués par des Russes. Péloponnèse, juin 2021

Dans le port, les catamarans loués par des Russes s’apprêtent à retourner à Athènes. En partie vaccinés, ils nous ont dit qu’ils ont tout de même un peu peur de leur vaccin, bien à eux. Leçons que l’on suppose inusables ; à apprendre déjà dans l’œuvre de Fiodor Mikhaïlovitch Dostoïevski. Retour à Saint-Pétersbourg. Les nuages, seulement ceux de la météo n’ont finalement guère duré. Belles couleurs rendant nos touristes si heureux ; ils sont tristes de partir.

Matou du port. Péloponnèse, juin 2021

Sinon un peu de pluie encore hier et une mer agréable pour se baigner mais personne n'y prête vraiment attention. Le Régime vaccinera désormais à domicile, près de 70 habitants de la bourgade se sont déjà inscrits.

Retour à l’essentiel. Nos matous du port sont toujours de la partie, Mimi, ainsi que notre Hermès de Greek Crisis se portent bien. Mangeons nos glaces pendant qu'il est encore temps !
Hermès de Greek Crisis. Péloponnèse, juin 2021

* Photo de couverture: Pays... paisible. Péloponnèse, juin 2021