Greek Crisis

dimanche 6 juin 2021

Ultime parasol



Dimanche matin depuis le Péloponnèse jadis mythique, de nos jours... suffisamment conditionné et assez vacciné. Le Régime organise autant... la guerre entre les vaccinés et les non-vaccinés ; pauvres Grecs dans les deux cas de figure quand ils tombent dans le panneau. Accessoirement, la campagne de vaccination n’avance pas comme prévu, car désormais les promoteurs des vaccinodromes butent sur cette petite moitié de la population qui hésite ou qui réfléchit différemment. L’été grec... sous son parasol.

La Révolution grecque... et le lifestyle. Nauplie, juin 2021

Nos amis vaccinés en cet ancien pays des Achéens en font toujours un plat, pendant qu’à Nauplie comme partout ailleurs, le Régime entend “commémorer” la Révolution grecque de 1821 pour se libérer des ottomans... en mode “reframed”.

Tout devient lifestyle, de même que l’amitié franco-grecque des temps contemporains, vieille aussi de 200 ans. Marie-Claire dans sa version grecque, ira jusqu’à mélanger les pinceaux des signifiants et des signifiés. Le terme “Liberté” dans son acception issue du life style, est également utilisé par le Régime. Ni plus, ni moins, l’opération vaccination en Grèce est officiellement baptisée “Liberté”, les... initiés apprécieront.

1821... en mode reframed. Nauplie, juin 2021

Pourtant, sur le fronton du bâtiment concerné, on arbore autant fièrement le message patriotique légué par ces Grecs, encore révolutionnaires en 1821. “Le plus honorable de tous, c’est la Patrie”. Et dans la ville qui fut la première capitale du pays libéré des Turcs, on n’oublie pas Kapodístrias, notre premier Gouverneur, assassiné en 1831 par les initiés locaux... sous l’impulsion déjà, des Rothschild de Londres.

“Le plus honorable de tous, c’est la Patrie”. Nauplie, juin 2021

Par ces temps qui courent deux siècles après, nos analyses arrivent alors... à terme, celles des blogs et des sites, quand par exemple Philip K. Dick via Tetyana et Nicolas Bonnal, dessine les grands traits de notre époque hypo-mondialiste, “dystopique dans la dégradation d’un paysage planétaire déglingué et surtout la fabrication d’une mémoire artificielle, un univers souvent comique et menaçant, comme dit notre auteure”.

On n’oublie pas Kapodístrias. Nauplie, juin 2021

Comique et menaçant à l’instar de Varouf-akis, ce valet de Sóros, lequel vient de déclarer “qu’il va falloir imposer les tests partout, y compris pour entrer dans la supérette du coin ou pour se balader dehors sans masque”, morceaux choisis de la récente Varoufakiade.

Au Danemark, pour se promener dans la rue sans masque, il faut subir un test tous les deux jours, se rendant dans une structure locale spécialisée. En Grèce, tout un réseau de locaux spécialisé pratiquant ces tests COVID-19 en masse, devrait être mis en place rapidement. Imaginez qu'une station-service dans chaque quartier ait un auvent, où vous irez vous faire tester, et vous y laisserez votre numéro de téléphone portable. La réponse, arrivera sur votre téléphone portable, positive ou négative. Il faut que tout cela puisse devenir obligatoire”. Bientôt le vaccin obligatoire, nous dira-t-il sans doute dans quatre mois Yanis de Sóros, car le Régime mobilise tous ses soldats en ce moment.

Geórgios Boútos, colonel 1927-1974. Nauplie, juin 2021

Ce même Varoufákis, comme par hasard, ouvertement partisan “du partage de la mer Égée avec la Turquie”... d’après la programmation payante du bonhomme. Pauvres Grecs... tombés depuis 1821 pour leur liberté, pauvre Geórgios Boútos, officier de l’Armée grecque et enfant de Nauplie, décédé à Athènes en août 1974, suite à ses blessures depuis le front chypriote ; c’était lors de l’invasion turque en deux phases, en juillet, puis en août de cet autre terrible été grec.

Je dirais aussi, complétant le propos de Philip K. Dick et de Tetyana Bonnal, que notre miroir permuté est, toute proportion gardée, celui des derniers païens persécutés par les Chrétiens, surtout par l’Empire christianisé. Et comme par hasard je suis en train de relire le livre de Pierre Chuvin, “Chronique des derniers païens”, je retiens d’emblée cette phrase.

Départ pour la pêche. Péloponnèse, juin 2021

Enfin, lorsque sous Justinien disparaît la liberté de conscience, les païens choisissent, ou bien une clandestinité dangereuse mais excitante par les pouvoirs surnaturels qui promettent de s’y manifester, ou bien le repli sur des terroirs aussi abrités que possible du regard de l'autorité impériale”.

Scène observée cette semaine à Nauplie se promenant dans la rue. Un couple de deux retraités, couple d’ailleurs franco-grec, s’adresse à une jeune femme grecque qui ne porte pas de masque. “Vous allez foutre en l’air notre vaccination, non seulement vous ne vous vaccinez pas mais en plus, vous nous empêchez tout retour à la normale par votre comportement”. Réponse de la jeune femme: “Allez... vous faire tondre ; moutons !”. Nouvelle... sociabilité ?

Dimanche matin, Péloponnèse jadis mythique, et les premiers voiliers loués par les touristes sont de retour dans les ports. Pays... en mode reframed, sauf que chez nous... les bioconservateurs, c’est fort heureusement encore autre chose qui s’y joue.

Sans masque... notre matou du port alors... médite, pendant que l’homme se fait pourrir. L’été grec... sous son ultime parasol.
L’été grec... sous son ultime parasol. Péloponnèse, juin 2021

* Photo de couverture: Dimanche matin, les premiers voiliers. Péloponnèse, juin 2021