Greek Crisis

vendredi 4 juin 2021

Parure estivale



L’été, c’est l’époque par excellence... des fruits et des légumes. La parure estivale s’impose enfin au pays, cependant, rien n’est tout à fait comme avant. Les premiers touristes sont certes de la saison, et ils respirent enfin, après plusieurs semaines de confinement dans leurs pays. En attendant... le mois d’août. Images pourtant d’une actualité en suspens.

Les premiers touristes. Cap Sounion, juin 2021

Derrière le... grand bleu tout n’est pas rose. Les tavernes ne font déjà pas le plein, et ce n’est pas sans raison que la gouvernance du sociopathe Mitsotákis vient de décréter une aide d’urgence destinée à la branche du tourisme, d’un montant global de 400 millions d’euros. Il y a encore trois semaines les gestionnaires... covidolâtres se félicitaient de l’ouverture officielle du tourisme mais entre-temps, il y a eu dès lors la première vérité qui vient de sauter aux yeux. Seulement le tiers des hôtels sont par exemple ouverts car il n’y a pas foule.

De nombreux établissements n’ont donc pas encore ouvert leurs portes, d’autres, ont tout le mal du monde à refaire surface. Ma cousine María qui travaillait dans un hôtel à Athènes vient d’être licenciée... au démarrage de la saison. “Sur 130 employés, le gérant en a gardé 67 ; pas moi”.

Les tavernes ne font pas le plein. En Attique, juin 2021

Thános, le voisin opticien d’Athènes, est “mis entre parenthèses” par son patron depuis octobre 2020. “Je touche 400€ par mois sous forme d’indemnités mais le programme d’aide prendra fin bientôt... Je crains le chômage. J’ai 50 ans, donc c’est grave. Au bout de sept mois de confinement nous sommes sortis de notre fosse... tels les survivants hébétés, après un carnage économique et psychologique. Nous n’avons ni le courage et encore moins les moyens pour retrouver la vie et les plages. Ou sinon, une fois par semaine”.

Les plages proches d’Athènes se remplissent pourtant, surtout en week-end, mais les Grecs ne consomment plus comme avant. Le café n’est plus forcément acheté sur place et c’est alors une nouvelle ère de la glacière... qui se dessine sous la glaciation du Grand Reset. Mais l’été grec, comme on dit, il est sacré !

Plage en week-end. Près d'Athènes, mai 2021

Et depuis Athènes on regarde souvent la mer de loin, parfois même de très loin. Sauf bien entendu pour Mitsotákis et pour son clan mafieux. En déplacement à Astypálaia, l’île papillon du Dodécanèse, où il a reçu le maître “Obergruppenführer” PDG de Volkswagen.

Et la presse mainstream d’en rajouter dans la propagande. “Astypálaia sera un futur laboratoire de la décarbonisation en Europe, a déclaré Herbert Diess, le patron du groupe Volkswagen, venu sur l’île avec une poignée de ses véhicules ID3 et ID4 destinés d’abord aux autorités locales. Aujourd’hui, nous pressons le bouton start pour électrifier l’île, a déclaré le PDG de Volkswagen, qui veut tourner la page du scandale des moteurs diesel truqués”.

La mer... depuis Athènes. Juin 2021

Astypálaia fait partie de la modélisation colonisatrice de Berlin en mer Égée, l’écologisme en plus, cet autre pilier du moment dans le mensonge totalitaire, plus la “pandémie”. Mais ainsi les gens acceptent la servitude, les élus locaux sont “arrosés” de cadeaux, et à Athènes... on photographie toujours les mannequins de saison, car le lifestyle est censé demeurer éternel, jusqu’au naufrage alors accompli.

Mannequin de saison. Athènes, juin 2021

Et pendant que l’Église officielle fait semblant de commémorer le Bicentenaire de la Révolution grecque de 1821, quand les Grecs, définis d'abord en tant que chrétiens orthodoxes, se révoltèrent face à la domination de l'Empire ottomane, cette longue barbarie de l’occupation turque des Balkans ; la gouvernance immigrationniste actuelle offre de sa pacotille aux indigènes des municipalités dans les îles grecques de la mer Égée.

C’est pour que ces derniers acceptent sans plus broncher l’installation définitive chez eux, de nombreuses bourgades pour migrants musulmans, qui plus est et surtout, instrumentalisés par la Turquie. En même temps, la Commission du Reich européiste, interdit à la Grèce d’utiliser les canons à son pour repousser les envahisseurs... “car un tel usage violerait les... droits de l’homme”. Sans commentaire !

Donc pour que les habitants acceptent la colonisation de leur terre et ainsi à terme, leur remplacement car tel est le but annoncé par la Turquie qui pratique déjà l’épuration ethnique à Chypre, au Kurdistan et en Syrie, le ministrion des migrants et autant initié habituel, Mitarákis, vient d’annoncer le financement par “son” ministère de la construction et de la rénovation de certaines infrastructures à Lesbos, Chios et également en Grèce continentale. Il s’agit de stades, de gymnases et de quelques rares écoles.

Commémorer le Bicentenaire. Athènes, juin 2021

C’est tellement gros et en même temps grotesque. Ce que la bande de Mitsotákis - Déndias est en train de livrer aux Turcs comme à bien d’autres, parmi ceux qui s’abritent derrière Ankara, tient de la souveraineté et de la présence plurimillénaire des Grecs en mer Égée. Des Grecs et non pas de Mitsotákis, lequel doit commettre et au plus vite, le crime pour lequel il a été préparé durant toute sa vie de parasite politique coopté, si besoin est, avec la collaboration établie de Tsípras et autant du reste du “système politique grec”.

Ainsi, et si rien n’arrête ces criminels, avant la fin de l’année 2021 ou au plus tard en 2022-2023, les îles grecques de la mer Égée orientale, “reposeront” sur un plateau continental de la Turquie après révision des traités ; toute proportion gardée à la manière du territoire de Berlin-Ouest, du temps où il fut enclavé dans une Allemagne divisée. Inutile de rappeler combien le potentiel de ressources de ce plateau continental peut être considérable: richesses déjà halieutiques et énergétiques.

Rénovation. Athènes, juin 2021

Vue du temple. Cap Sounion, juin 2021

Et à terme, on sait que le plan d’Ankara tient du replacement progressif de la population grecque des îles et de la Grèce par plusieurs milliers de migrants musulmans. Un plan validé, sinon coécrit par les initiés planétaires, pour qui Mitsotákis et Sakellaropoúlou à la Présidence de la République... bananière d’Athènes, ne sont que les pions.

Notons que c’est déjà fait à hauteur de 10 à 25% sur la population des îles en mer Égée orientale et c’est très exactement ce que la Présidente Sakellaropoúlou, dont la nomination avait été cooptée comme on sait entre SYRIZA, Mitsotákis, Berlin, Sóros et l’Ambassade Étatsunienne, laquelle vient de déclarer “que la solution démographique en Grèce ce sont les migrants”.

Café et détente. Athènes, juin 2021

Mais l’été est de saison et les premiers touristes sont de sa fête. Certains visiteurs du pays se recueillent certes encore à Marathon, là où en 490 av.J.-C. et sur les conseils du tyran déchu Hippias, les Perses choisissent de débarquer sur la plaine côtière, à près de quarante kilomètres au nord-est d'Athènes.

Le plan fut ingénieux, il s'agit d'attirer l'armée des Grecs loin de leur cité avant de s'en emparer par la mer. Commandés par Miltiade, 10.000 hoplites athéniens et 1.000 platéens se portent effectivement à leur rencontre... face aux 30.000 Perses stationnés dans la plaine et qui seront défaits.

Tumulus, tombes des Platéens. Marathon, juin 2021

Marathon, sa signification, le site et son musée, et c’est autant l’occasion pour méditer... au-delà de la douceur mélancolique de l’histoire. Sur le site de la célèbre bataille décisive pour la Grèce et pour l’Europe, près de la reproduction du trophée des anciens, on y découvre par exemple une église... fermée par peur des voleurs et des nouveaux barbares saccageurs.

Elle est en partie dédié à Saint Socrate, un Saint... d’Ankara ayant vécu au Troisième siècle de notre chronologie... en quelque sorte “en reproduction nécessaire” de Socrate, celui des Anciens. En tant que prêtre d'Ancyre, actuellement Ankara, c’est pour témoigner de sa foi en Jésus-Christ, qu’un jour de solennité païenne, il entra dans un temple pour en détruire les idoles. Il fut arrêté et eut la tête tranchée.

Le trophée et l'église. Marathon, juin 2021

Sauf que les pauvres païens ont été par la suite persécutés par les chrétiens et ainsi de suite. Et à part les traces de la bataille, on y découvre les preuves d’une occupation néolithique du site de Marathon, notamment un vaste cimetière de l’Helladique ancien, soit de 3200 à 2700 av.J.-C.. Et au musée, on y découvre alors ce squelette d’un enfant qui du temps du Christ, il avait été enterré dans une ruche en terre cuite, puis, ce monument tombal de Zosás et de Nóstimos, deux paysans du Deuxième siècle après J.-C., douceur toujours mélancolique de l’histoire.

Mais voilà qu’en 2021 les paysans du pays disparaissent, et quant aux tyrans, ils sont pour tout dire aux commandes. Sauf que la croisière grecque s’amuse... pendant que le navire est en réalité en train de couler. Rares sont les voix en ce moment qui rappellent le passé dans toutes ses constantes en géopolitique, comme par exemple le Génocide des Grecs d’Asie mineure, suite à la guerre Gréco-turque en Asie mineure entre 1919 et 1922, perdue comme on sait pour les Grecs.

Détail... de l’histoire, dans les années 1923-1924, la Turquie avait même vendu à un industriel de Marseille près de 400 tonnes d’ossements humains... et c’est ce qui en restait de la population grecque d’Anatolie et des soldats de l’Armée grecque, prisonniers d’ailleurs compris.

Zosás et de Nóstimos. Musée de Marathon, juin 2021

C’est un sujet “oublié”, mais qui m’avait déjà était si familier, si j’ose dire, durant mes recherches historiques sur cette période émouvante. J’écrivais alors que l’on comprend donc aisément l’indignation et le scandale en Grèce dans les années 1920, quand des bateaux en provenance de Turquie ont livré à destination d'usines et de fours à chaux, en Grèce ou ailleurs, des ossements humains, ceux des soldats, des prisonniers et des civils grecs “récupérés” en Asie Mineure.

Voici par exemple ce qu'un ancien prisonnier Antónios Pissános a pu écrire de son expérience en 1925, presque “à chaud” sous le titre “Prisonnier de Kemal”.

Cimetière de l’Helladique ancien. Marathon, juin 2021

Un bateau hollandais est arrivé bien plein, chargé depuis le port de Smyrne d’ossements des prisonniers. Ils seraient utilisés à des...fins industrielles. Pauvres prisonniers”.

Ou encore cet autre ancien combattant et chauffeur, qui s'exprime en ces termes, longtemps après, sur des faits situés dans les années 1920.

La guerre était finie, et les combattants... véritables débris vivants, sont rentrés chez eux, ceux qui l’ont pu en tout cas. Le moral effondré, la honte inscrite sur leurs visages, ils évoquaient l'atrocité de la guerre mais aussi ces autres proches de leur village... qui ne sont jamais revenus au pays depuis le front. Un nuage noir s'est alors abattu sur nos villes et sur nos villages. Les pleurs, les lamentations n'ont pas cessé pendant des mois pour les enfants perdus. Les réfugiés d'Asie Mineure, déracinés, ont répandu à travers toute la Grèce, douleur, pauvreté et nostalgie. Certains politiciens attendent sans doute que l'on oublie. Pour qu'ils nous triturent l'esprit... afin d'accomplir de nouveau les mêmes fautes. À ma démobilisation, j'ai monté un garage, je devais vivre. Par mes connaissances acquises sur le front je réparais de véhicules”.

Squelette d’un enfant. Musée de Marathon, juin 2021

Un jour, on m'amène deux camions à réparer. L'odeur de putréfaction de ces véhicules m'a interpellé. C'est par leurs chauffeurs que j'ai appris que cette odeur provenait de leur dernier chargement. Ils m'ont expliqué qu'ils avaient transporté la cargaison d'un bateau turc, constituée d'ossements... jusqu'à l'usine à os, comme on appelait à l'époque, l'usine d'engrais à Drapetsóna, située dans la zone industrielle à proximité du Pirée”.

Les deux chauffeurs, ont précisé qu'il s'agissait des ossements d'animaux, seulement parmi eux... se trouvaient mélangés de nombreux restes humains. J'ai eu depuis un soupçon horrible: ces os humains, peut-être étaient-ils ceux de nos enfants enterrés à la hâte en terre turque, déterrés par les paysans et récupérés par les entrepreneurs turcs, lesquels les ont ensuite mélangés à des ossements d'animaux afin de les vendre”, Charitákis Vassílis, “La Campagne en Asie Mineure - Mémoires d'un soldat conducteur”, texte dactylographié par l'auteur en 1985.

Brefs rappels... d’une histoire bien trop longue et qui s’éternise. Après l’Asie mineure, le Pont-Euxin, la Thrace orientale, puis Chypre depuis 1974, voilà que les plans d’Ankara... et autant celui des initiés, répétons-le, entendent réaliser la conquête de la Grèce et des Balkans, déjà par la démographie “recomposée” et par le replacement progressif de la population grecque des îles et de la Grèce continentale par plusieurs milliers de migrants musulmans.

Photos... familières. Athènes, juin 2021

Notons enfin que depuis bien longtemps, les dignitaires de la Turquie et Turgut Özal en premier, avait déclaré en son temps “qu’il suffit d’inonder la petite Grèce d’une population musulmane pour l’anéantir, tout simplement”. Nous y sommes presque en ce moment. Erdogan... puis Mitsotákis et Sakellaropoúlou ne disent pas autre chose, chacun à sa manière bien entendu.

Drôle de saison. L’été grec, c’est par excellence l’époque des fruits, des légumes et des... grandes trahisons. Et pendant que la croisière grecque s’amuse sur les vaccinodromes et sur les terrasses des cafés ; à Monastiráki, le quartier athénien des boutiques de souvenirs, des ruines des anciennes agoras romaines et grecques et enfin du marché aux puces, on y vend encore ces photos... familières ou familiales d’inconnus comme d’illustres gens du siècle passé.

La parure estivale s’impose enfin au pays, les premiers touristes sont de la saison, mais rien n’est tout à fait comme avant. Sauf nos animaux encore adespotes... c’est-à-dire sans maître. Vivement... le mois d’août !
Animal adespote. Athènes, juin 2021

* Photo de couverture: Fruits et légumes de saison. Marathon, juin 2021