Greek Crisis

lundi 22 février 2021

Thémistocle, d'Olivier Delorme



Il s’appelle Thémistocle, comme il s’appelle aussi Olivier Delorme. Mon ami historien, spécialiste du monde grec et romancier, m’avait fait part de son projet il y a déjà trois ans. Et c’est avec tout le bonheur et la joie des retrouvailles, que je l’avais à l’époque accompagné sur place, redécouvrant ainsi Salamine. Très exactement sur les lieux de la célèbre bataille navale de 480 av.J.-C. ; rien déjà, que pour la saveur de la géographie et de la mémoire. Nous n’avons pas été déçus.

Sur les lieux de la célèbre bataille navale. Salamine, 2018

Le temps passe, l’histoire humaine n’est pas toujours à la hauteur... et les historiens, seront toujours ses nostalgiques. Et voilà qu’en cette année 2021 encore difficile, “un thriller politique sur fond d’enjeux civilisationnels” qu’Olivier fait paraître chez H&O en ce mois de février. “Son” Thémistocle... qui est également le nôtre.

Comme il est noté en résumé sur le site de l’éditeur, “il y a 2.500 ans, dans une Athènes où la démocratie, encore en devenir, est contestée par ceux qui ont tout mais n’ont pourtant jamais assez, un homme contribue à l’enraciner tout en devenant l’âme de la Résistance à l’invasion perse. Il s’appelle Thémistocle”.

Extrait de la quatrième de couverture de Thémistocle. Février 2021

Clairvoyant et provocateur, maître dans l’art de la ruse, stratège d’exception et premier des -grands hommes- athéniens à sortir d’une famille obscure, il est à la fois l’artisan de la décisive victoire navale de Salamine, le promoteur de réformes démocratiques et celui qui va donner à Athènes, face à la militariste Sparte, les instruments de sa puissance et de son rayonnement pour le siècle qui suit”.

Mais les peuples se fatiguent de ceux qui veulent les mener trop haut et ceux qui, à Athènes, entendent rétablir le pouvoir des -bien nés et bien nantis- n’auront de cesse de l’abattre. Ostracisé, proscrit, Thémistocle termine sa vie en exil... sans avoir jamais renoncé à prendre sa revanche”.

Thémistocle d'Olivier Delorme. Février 2021

À partir de textes antiques lacunaires, Olivier Delorme nous entraîne dans une Athènes où l’on ne recule devant aucun moyen pour assouvir ses passions et ses haines. Mais ce thriller politique intense est aussi le portrait complexe d’un homme et de sa longue amitié amoureuse avec l’un des meilleurs athlètes de son époque, métèque devenu citoyen. De l’Assemblée du peuple au stade, du champ de bataille à Olympie, de l’antre de la Pythie de Delphes au banquet ou au théâtre, c’est toute une époque qui revit, celle où s’élabore le classicisme grec qui a donné ses fondements à notre civilisation”.

Il y a dans tant de nous, de notre époque, de nos doutes et de nos espoirs dans l’histoire de cet athénien qui a voulu rendre aux Grecs leur liberté et leur dignité. Au-delà du plaisir romanesque, le lecteur attentif y trouvera bien des ressources pour penser notre condition politique. C’est le double avantage des grands romans historiques. Thémistocle est de ceux-là”.

Thémistocle, issu de la proue du bateau d'Iákovos Tombázis, 1822

Olivier Delorme n’a pas raté sa cible. Il n’a pas non plus choisi son héros au hasard. Car Thémistocle, sa figure si l’on veut, de même que sa mémoire, accompagnent toujours les Grecs, peuple marin, cette nation notamment de la mer Égée et plus amplement, de la Méditerranée. Exemple parmi tant d’autres, lors de la Guerre d’Indépendance... et pour se défaire du joug cruel de l’Empire ottoman, Iákovos Tombázis, marin et d’abord commerçant originaire d'Hydra, avait salué la mémoire vivante du stratège d’Athènes, déjà en son temps et à sa manière.

En héros de la guerre d'indépendance grecque, comme en armateur au sens entier du terme, il avait baptisé son bateau Thémistocle. Et naturellement, à la proue du vaillant navire figurerait alors l’effigie de notre héros, une belle sculpture en bois.

Et pour ne pas perdre la tradition du nom prestigieux, devenu prénom au fil des siècles, l’Église; Orthodoxe comme Catholique, célèbre alors la mémoire de Thémistocle, cette fois celui de Myre, qui fut un berger de la région de Lycie en Asie mineure devenu martyr pendant la persécution de Dèce dans l'Empire romain au IIIe siècle.

Saint Thémistocle de Myre. Hagiographie du Mont Athos

Revenons pourtant... à notre premier Thémistocle à travers le texte d’Olivier Delorme. “Ni Aristide, ni Cimon, ni les tant bien nés et les tant bien nantis qui considèrent le gouvernement de la cité comme leur bien, leurs privilèges comme des droits de nature et les droits du peuple comme d’insupportables privilèges concédés à la nécessité, mais qu’il conviendrait de révoquer dès que l’opportunité s’en présenterait, ne pouvaient rien contre moi. Pour le moment. J’étais le principal obstacle à leur revanche contre le peuple, mais j’étais l’homme qui avait sauvé la cité du pire danger qu’ait eu à surmonter la race née de la terre d’Attique. J’étais l’homme qu’admiraient tous les Grecs libres”. Son travail, ses investigations, comme d’ailleurs son blog qui n’a pas la langue dans sa poche, sont à l’occasion remarqués par la presse. “Et si c’était à cela, paradoxalement, que l’on reconnaît un véritable historien ? À cette capacité à réinvestir toute une époque, à en restituer la sève, non pas par les bibliographies et les notes de bas de page, mais dans une trame romanesque tissée au long cours. Car lorsqu’il s’agit de faire tenir debout une époque sur plus de 400 pages, il n’est pas possible de tricher”.

Notre... premier Thémistocle

Il est peu de dire qu’Olivier Delorme maîtrise son sujet, et c’est un vrai bonheur de lecture. Sa connaissance parfaite du monde grec ancien lui permet de nous faire revivre la vie du grand homme d’État Thémistocle. Imaginez un thriller politique et civilisationnel niché au cœur d’une Grèce classique en ébullition, et vous aurez un premier aperçu des riches promesses de l’ouvrage”.

Mon ami historien, spécialiste du monde grec, et autant fin observateur des moments helléniques bien de notre temps, a donc vu juste.

Son héros il faut dire, demeure toujours cet homme qu’admirent tous les Grecs libres. Oui, car Thémistocle, stratège surtout marin en ces temps finalement pas si lointains, c’est également le nom attribué à une Frégate de la Marine de guerre hellénique, quand la tradition et le sens du devoir vont alors de pair.

Thémistocle, Frégate de la Marine de guerre hellénique

Je sais qu’en ces temps de nouveau si ardus, et lorsque Xerxès se nomme par exemple Erdogan, c’est depuis leur fenêtre Égéenne, qu’Olivier et les siens contemplent toujours avec joie le sillage de Thémistocle ; autant celui de la Frégate, que finalement, celui de notre héros de toujours.

Il y a dans tant de nous, de notre époque, de nos doutes et de nos espoirs dans l’histoire de cet Athénien qui a voulu rendre aux Grecs leur liberté et leur dignité. Au-delà du plaisir romanesque, le lecteur attentif y trouvera bien des ressources pour penser notre condition politique. C’est le double avantage des grands romans historiques. Thémistocle est de ceux-là”.

Dignité donc. Ce n’est pas qu’un livre passionnant à lire, ne l’oublions pas. Merci Olivier pour la Patrie bleue, la tienne comme la nôtre.
Olivier et les siens... à leur fenêtre Égéenne. 2020

* Photo de couverture: Thémistocle d'Olivier Delorme, février 2021