dimanche 21 février 2021

Mitsotakis... et ses pédophiles



Athènes des ultimes années folles. Le courant électrique intégral enfin rétabli chez nous au bout de cinq jours, c’est alors la fête. La neige est en train de fondre... et avec elle, la dernière vergogne chez certains. Surtout supposée telle. L’acteur Dimítris Lignádis, pédophile et violeur plus que présumé, est désormais en état d’arrestation. Sauf qu’il s’agit d’un proche des Mitsotákis, et autant un familier de certains cercles chez SYRIZA. Le comédien, lequel avait été d’abord parachuté sans appel d’offres au poste du directeur du Théâtre National par Mitsotákis, aurait même fait appel aux services de certaines ONG immigrationnistes proches du pouvoir... dans l’exercice de ses crimes. Ces dernières, lui auraient fourni chaque fois... le nombre nécessaire d’enfants et d’adolescents parmi les migrants, rien que pour... “arroser” ses orgies. Acteurs dits bien connus, plus l’électricité.

Mitsotákis, Grabowski, Lignádis et Mendóni. Février 2021 (presse nationale)

Mais d’abord... le retour de l’électricité. Un ami qui travaille à la Régie m'a téléphoné pour me dire qu'il a œuvré 18 heures d'affilée dans le froid comme tous ses collègues techniciens de terrain ; ensuite, il est tombé malade mais il a sitôt repris le travail. Avant le démantèlement de la Régie en plusieurs structures en partie privatisées, avant et surtout depuis la Troïka, lui et ses collègues, ils étaient près de 20.000 techniciens de terrain, ils ne sont que 4.000 actuellement, toujours pour l'ensemble du pays.

On sait que l'abandon des infrastructures n'est pas uniquement lié à l'imposture du profit des néolibéraux, profit à tout prix comme le diraient certains marxistes, mais alors une planification visant à détruire le mode de vie et ainsi l'existence des peuples et des nations, d'abord et surtout en Occident, à commencer par la classe moyenne.

Mais ce n’est pas tout dans l’actualité grecque du moment. Car dans un sens, le temps d’hier prend fin de tous les côtés ; c’était par exemple quand Kyriákos Mitsotákis, son épouse Mareva Grabowski, Dimítris Lignádis, et la ministre de la Culture, l’initiée Lína Mendóni posaient ainsi pour la postérité. Désormais, chacun tire la couverture à soi... et voilà que le linceul de la gouvernance des criminels associés se déchire en plein jour, mais sur le cercueil du peuple. Saltimbanques. Même la presse mainstream s’y met pour dire son mot plutôt amer.

Comme pour toute... grande affaire, il y a bel et bien une certaine préhistoire. D’abord, il y a un peu plus d’un mois, plus précisément le 14 janvier 2021, Sofía Bekatórou championne de voile aux Jeux olympiques d'été de 2000, qui déclare lors d'une visioconférence avec le Ministère des Sports en Grèce avoir été victime d'agressions sexuelles par le président de la Fédération grecque de voile Aristídis Adamópoulos; les faits remontant à 2000, elle était alors âgée de 21 ans.

Pour ce crime il y a désormais prescription, et c’est sous la pression des révélations, que deux jours plus tard, Adamópoulos a démissionné de tous ses mandats au sein du sport. Dans la foulée, le parti de la Nouvelle Démocratie, celui de Mitsotákis, a exclu le criminel des rangs de ses cadres. Sitôt Mitsotákis, ainsi que Mareva Grabowski, ont réagi publiquement, se déclarant “solidaires de la courageuse démarche de Bekatórou”. Ensuite, il y a eu l’effet boule de neige ; du milieu du sport, les révélations de ce type ont concerné celui du spectacle et du théâtre, pour ainsi aboutir à l’affaire Lignádis.

Mendóni, Sakellaropoúlou et Lignádis. Février 2021 (presse nationale)

De nombreuses langues se sont déliées, et quant aux crimes reprochés à Lignádis, ils ne sont visiblement pas tous prescrits. Notons aussi ceci ; tout laisse penser que le parachutage de Lignádis à la direction du Théâtre National, sans même respecter la façade des règles requises dans l’attribution de ce poste, fut une décision autoritaire du Premier ministre, en somme de Mitsotákis en personne. D’après mes sources, Lignádis aurait été le professeur d’orthophonie de Kyriákos Mitsotákis et de ce fait, un proche du clan.

Et au royaume de la cooptation, ce n’est pas sans signification non plus qu’à chaque occasion, Mendóni en tant que ministre de la Culture, de même que l’ancienne juge immigrationniste Sakellaropoúlou, promue à la Présidence de la fausse République, faisaient alors état des qualités du pédophile Lignádis, autant protégé des initiés.

Sauf qu’une partie du peuple est déjà suffisamment en colère suite à sa mise à mort prétendument sanitaire, et que par les temps qui courent, certaines publications de Lignádis dans les réseaux sociaux sont désormais largement reproduites, les commentaires en plus. Par exemple, cette photographie, prise lors de l’audition d’un adolescent en 2016. On y découvre le criminel former un geste significatif avec ses doigts, la publication est d’ailleurs accompagnée du commentaire suivant... de la plume de Lignádis. “Romeo et Juliet audition Director + Composer... Gang bang”, et ce n’est plus... que de l’Art déco.

Romeo et Juliet audition. Février 2021 (presse de Thessalonique)

Finalement, Mendóni a fini par déclarer que l’inimitable... “Lignádis est un homme dangereux, et il nous a tous trompés”. La Grèce en rigole, et tout un mouvement issu du milieu culturel demande alors la démission de la ministre. Mitsotákis serait en train de la réclamer autant ; mais pour l’instant en vain. “Depuis déjà trois semaines les victimes témoignaient mais le gouvernement faisait semblant de ne rien savoir”, rappelle alors dans son communiqué le Syndicat national des acteurs grecs.

Dans cette affaire enfin, il y a certains témoins et autant victimes de Lignádis, lesquels évoquent les viols et plus amplement, ses actes de pédophilie, quand par exemple le directeur du Théâtre national... recevait des adolescents parmi les jeunes migrants que lui procureraient trois ONG immigrationnistes, dont celle de “Solidarity Now” de George Sóros, sa branche grecque est dirigée par Antigóni Libéraki, la cousine de Kyriákos Mitsotákis.

L’élue SYRIZA, Tánia Elefteriádou, en rajoute dans cette affaire présumée de l’ONG... Mitsotakiénne, tandis que du côté de “Solidarity Now”, on s’empresse à démentir les faits.

Nos plus belles églises en Thessalie. Février 2021, (presse locale)

Pour les apparences seulement, ou sinon rien que pour l’authenticité des images, le pays fonctionne toujours ; nos plus belles églises en Thessalie sont entourées de neige, tandis que les élèves de l’École nationale des sous-officiers d'active, basée à Trikala, s’entraînent comme chaque mois de février en moyenne montagne. Et pourtant.

Les élèves de l’École nationale des sous-officiers. Thessalie, février 2021 (presse locale)

Les élèves de l’École nationale des sous-officiers. Thessalie, février 2021 (presse locale)

Rien ne va plus au royaume du Danemark. Déjà, on sait que Lignádis avait été renvoyé de l’École du Théâtre National en 2011 pour mauvais comportement ; et à l’époque c’est alors une... main invisible ministérielle qui par miracle, avait stoppé net, l’enquête de justice pour pédophilie à son encontre, initiée dès 2012. Tout cela était bien connu, d’où tout le ridicule de Mendóni comme du gouvernement.

La neige en train de fondre... et avec elle donc, la dernière supposée vergogne chez certains. Car enfin disons-le, le clan parasite des Mitsotákis, n’est pas à un... pédophile près. En effet, nous disposons entre autres, de la publication d'horribles révélations au sujet d’un des amis proches de Kyriákos Mitsotákis en personne. Il s’agit de Níkos Georgiádis, ancien député de Corfou de la Nouvelle Démocratie, chargé même de la planification politique au sein de son parti et proche collaborateur de Kyriákos Mitsotakis jusqu’en 2016.

Lors de l’audience à Athènes, Nikos Georgiádis a été directement désigné par les garçons victimes du trafic de mineurs, ainsi que par “leur promoteur”, pour figurer parmi les clients du réseau criminel. Le tribunal ne lui a accordé aucune circonstance atténuante pour ce qui tient des faits reprochés, cependant, malgré sa condamnation, il n'a pas été conduit en prison, car il a été condamné à une peine de seulement 28 mois de prison avec sursis, et à une amende de 20.000 euros.

La neige en train de fondre. Athènes, février 2021

L'un des garçons avait à l’époque évoqué devant les journalistes... les sévices infligés par Níkos Georgiádis, les enregistrements vidéo à l’appui. Ces éléments ont été d’ailleurs transmis à la Chambre dans la constitution de l'acte d'accusation. Condamné donc en 2016, Níkos Georgiádis était à l'époque le plus proche collaborateur de Kyriákos Mitsotákis. Ainsi, et suite aux révélations durant son procès, il a démissionné de son poste de responsable de la planification politique. Cependant, comme Georgiádis lui-même l'a révélé au cours du procès, Kyriákos Mitsotákis lui a demandé à “se mettre en retrait pendant deux à trois mois en quittant le devant de la scène, jusqu'à ce que le... problème se règle, et que l’affaire finisse alors par être oubliée”.

Notons encore que tout au long de son procès, des cadres, des députés, comme des députés européens de la Nouvelle Démocratie ont soutenu Níkos Georgiádis, se tenant à son “innocence” et parlant même de “persécution politique” à son égard. Cette affaire ressort alors maintenant, durant désormais le deuxième feuilleton pédophile Mitsotakién, celui de Lignádis. Tout avait commencé en 2007 dans l’affaire Georgiádis. Le pédophile américain Mark Bianchi a été arrêté et condamné aux États-Unis à 24 ans de prison pour avoir abusé sexuellement de dix enfants en Moldavie.

En 2010, une vaste opération de la police moldave, faisant suite à la pression d'organisations non gouvernementales contre le trafic des êtres humains, a conduit à l'arrestation d'un important réseau de pédophiles, et parmi les personnes impliquées figurait alors Níkos Georgiádis. Il se trouvait en Moldavie à l'époque, en qualité... d’envoyé officiel de l'ONU et de l'Union européenne. À l'époque toujours, ce criminel était conseiller du ministère des Finances et en même temps, fonctionnaire du Programme des Nations Unies... pour le développement.

Bien qu'interrogé par la police moldave, il a invoqué son immunité diplomatique et il n'a pas été finalement poursuivi dans un premier temps. Cependant, dans l'acte d'accusation du parquet moldave, le nom de Níkos Georgiádis figurait alors clairement, d’après les aveux du principal accusé et organisateur du trafic, ainsi que conformément aux dépositions des victimes. Les faits établis ont été plus que clairs.

Entre autres crimes par exemple, Georgiádis avait violé certains enfants pendant leur sommeil. Sans savoir que Georgiádis jouissait de l'immunité diplomatique, le réseau criminel a été démantelé par la police moldave, après surveillance par des moyens techniques, et d’abord en piégeant les locaux avant perquisition. Finalement... l’arrangement fut celui de juger Georgiádis en Grèce... aux résultats que l’on sait, presse nationale, février 2021.

Et en 2021, le ministère de la “Justice” à Athènes, s’aventure même à avouer implicitement toute sa culpabilité dans la nouvelle affaire qui vient d’éclater. En somme, c’est une preuve de la culpabilité de tout un système totalitaire.

La justice a désormais la parole. Nous sommes convaincus que les autorités judiciaires feront tout ce qui est en leur pouvoir pour mettre en lumière cette affaire bien sombre et ainsi rendre justice. En ce pays, il y a la primauté du droit, et le gouvernement apportera son aide, de quelque manière que ce soit, en plaçant ses services à la disposition des autorités judiciaires”.

Dans pareils cas comme celui-ci, il n’y a pas de couleur partisane, celle des partis. Il est du devoir de toutes les forces politiques de travailler ensemble pour lutter contre les phénomènes morbides, tels que ceux contenus dans ce dossier. C'est de notre responsabilité et de notre devoir envers les victimes. Le silence qui a régné pendant tant d'années est rompu. Le temps de la justice est venu”. Si c’est vraiment le cas, à chaque fois que des trafiquants de drogue, ou d’autres criminels sont déférés au parquet, le ministère de la Justice reproduirait donc à l’infini ce type de mise au point. Mais c’est surtout le pléonasme... qui tue la justice.

Pendant ce temps justement, la mer Égée grecque est sur le point d’être cédée à la Turquie sous le traître Mitsotakis, épaulé il faut dire par l’ensemble du système politique... de la colonie. Des navires militaires turcs de prospection pétrolière prétendument scientifiques, violent jour et nuit la souveraineté grecque, en vue de l’acte final de la trahison. Naturellement en tout cas pour l’instant, le “gouvernement grec” ne réagit pas.

Des navires militaires turcs. Février 2021 (presse nationale)

Au même moment, les boutiques meurent par milliers, de même que les restaurants et les cafés, depuis leur mise-à-mort, infligée par la planification COVIDienne.

Comme il n’y a jamais eu autant de suicides en Grèce depuis l’Occupation, celle de la Troïka, et par exemple en Crète d’après mes sources directes... on est même en train de battre les sinistres records.

Boutique fermée. Athènes, février 2021

Les temps pressent visiblement. Le... vénérable venimeux Mitarákis, ministre des migrants entend imposer sa colonisation du pays par une population musulmane issue de près de 80 nationalités, cette planification est autant turque, allemande, Onusienne et européiste comme on sait.

L’initié Mitarákis, lequel menace les habitants héroïques sur la frontière, car ces derniers ne veulent pas céder leur terre pour qu’elle serve à la création d’une ville nouvelle pour envahisseurs, autant cinquième colonne d’Erdogan, a été hué et même poursuivi par les habitants de la région, c’était il y a une semaine. Pour faire comprendre déjà aux récalcitrants locaux du parti de la Nouvelle Démocratie que la planification vient bien d’en haut, Mitarákis publie désormais sur les réseaux sociaux certaines photos... allant dans ce sens. On y découvre alors Mitsotákis en personne à ses côtés, en train d’inspecter la construction de certaines villes nouvelles pour migrants.

Mitsotákis et Mitarákis en action. Février 2019 (presse nationale)

Et comme par hasard, la gouvernance actuelle, impose un confinement encore plus strict à la municipalité d’Évosmos près de Thessalonique, les habitants se réunissent déjà, car ils craignent que comme souvent c’est le cas partout ailleurs en Grèce, cette décision cacherait-elle bien, l’installation d’un nouveau camp pour migrants à Évosmos, pendant que les... autochtones restent enfermés et ainsi... neutralisés.

Les habitants se réunissent. Évosmos, février 2021

Nous voilà donc au cœur du problème. Nos gouvernants ne sont ni les amis des pédophiles, ni immigrationnistes, ni même ces agents des mondialisateurs rien que par un simple hasard.

L’ONU, ou l’Union dite européenne, sont des créations hystériques et hybrides au sens de l’hybris, comme elles sont dirigées par des déviants tous azimuts, pédophiles et satanistes compris. Ce n’est pas du conspirationnisme, c’est tout simplement ce qu’eux-mêmes, n’ont plus tellement envie de cacher.

Car depuis l’époque de Comenius, les lucifériens... alors obscurs, poursuivent dans leur délire, sauf que leur but, c’est ni plus ni moins, la destruction du monde humain actuel. C’est alors officiel ; à titre d’exemple, le think tank de ce genre, le fameux “Lucis Trust” bénéficie du statut consultatif auprès du Conseil Économique et Social des Nations Unies. Et quant aux buts des... “consultants régionaux”, tout est quasi-affiché. On y est presque, entre “la Grande Invocation” et “la Grande Réinitialisation”... en direct.

Reste sur le terrain grec, le pion Mitsotákis, et tous ses amis pédophiles à bien ranger après usage. Le système aurait peut-être déclenché cette affaire maintenant, pendant que ces crimes étaient suffisamment connus depuis un moment déjà, dans le but de brouiller les pistes, et peut-être même de canaliser l’anathème jeté sur Mitsotakis sur autre chose que la grande trahison du pays, voire, la perte totale de sa souveraineté et même des territoires.

Le pion Mitsotakis sautera après avoir servi tant bien que mal, car visiblement, ses capacités intellectuelles semblent être affectées par un psychisme plutôt limité ; de même le fusible Mendóni qui sautera à son tour. Et quant à Lignádis, Mitsotákis lui demandera peut-être à se mettre en retrait pendant le temps de son incarcération quittant ainsi le devant de la scène, ou sinon... l’acteur se suicidera en prison.

Ainsi va la vie dans Athènes des ultimes années folles.

Notre Hermès de Greek Crisis ne comprend décidément rien à toutes ces histoires humaines, il s’accroche seulement à nous pour se rassurer et il a raison. La neige est en train de fondre !
Notre Hermès de Greek Crisis. Athènes, février 2021

* Photo de couverture: Kyriákos Mitsotákis et le pédophile... très présumé, Dimítris Lignádis. Février 2021 (presse nationale)