Greek Crisis

jeudi 7 janvier 2021

Partage des eaux



Notre monde brûle. Signe des temps en pays grec, les fidèles... de l’immense orphelinat chrétien actuel ont célébré la Théophanie sous le signe de la persécution. Cette année, pour le pendant orthodoxe de l'Épiphanie catholique, la grande journée de la Catharsis, symbolisée par la traditionnelle cérémonie de la bénédiction des eaux, le plus souvent sur un rivage... n’a pas été à la hauteur. L’année ne fait que commencer ; Noël en Russie, Théophanie en Grèce et déjà... une certaine Théogonie aux Etats-Unis. De l’Hésiode à peine réadapté, car tout y est et d’abord le Chaos. Notre bonne vieille Terre Gaïa enfante ainsi le Ciel ; affirmation autant et sans cesse réitérée de la régénérescence d'Érèbe, c’est-à-dire des Ténèbres. Bonne Année !

Sous le signe de la persécution. Thessalonique, le 6 janvier 2021

À Athènes, le Synode des Évêques - les Métropolites pour les Églises d’Orient, a maintenu les églises du pays ouvertes, mais pour un nombre toujours restreint de fidèles. Cependant, le haut prélat grec n’a pas saisi le Conseil Constitutionnel à temps, comme annoncé la veille du 6 janvier au soir. Il l’a fait qu’après coup, au soir du 7 janvier, et c’est de la poudre aux yeux. Surtout quand ce même haut prélat, avait carrément reculé quant au maintien de la cérémonie de la bénédiction des eaux. Malgré cela, la bénédiction, cette année interdite par le gouvernement des apatrides, a été tantôt bien que mal réalisée, déjà grâce à certains ecclésiastes insoumis, mais surtout, par une partie du peuple des fidèles, ceux qui ne se laissent pas... défaire.

On l’aura compris. Au pays où la marionnette Mitsotákis déclare ouvertement toute sa volontéde combattre le nativisme” qu’il assimile sournoisement à l’antisémitisme histoire de faire passer sa pilule New Age, la religion officielle chrétienne orthodoxe est désormais très officiellement menacée par l’État... dans sa guerre d’extermination, menée contre la nation et contre le peuple grec.

Ce n’est pas par hasard non plus, si par exemple à Thessalonique, les fidèles qui se sont adressés à une cinquantaine de popes pour que ces derniers parviennent à bénir les eaux depuis la jetée en cette ville de Saint Dimitri, son patron, ont alors essuyé un refus net. “Tous nos... prêtres chrétiens orthodoxes sont des traîtres, hormis quelques exceptions”, peut-on ainsi lire à travers une marée de commentaires sur Internet.

Et pendant que deux bâtiments des garde-côtes turcs, violant les eaux grecques au large de l’île de Kos ont tenté d’éperonner deux vedettes des garde-côtes grecs, à Athènes, la gouvernance xénocrate sous l’apatride Mitsotákis, faisait plutôt patrouiller les garde-côtes du pays défait... devant la jetée de Thessalonique, le but de l’opération étant d’empêcher toute cérémonie... rebelle de la bénédiction des eaux. Et voilà qu’un groupe composé de jeunes patriotes bien déterminés a finalement réalisé l’invraisemblable, lançant si ce n’est que brièvement, une croix dans l’eau, pendant que la Police prétorienne faisait de son... mieux, violence et interpellations comprises. Traquer et même tabasser les Grecs et leur croix devient alors ce signe emblématique de leur persécution par les laquais du Nouvel Ordre totalitaire. Une part croissante de la population grecque... monte ainsi en ébullition, les sondeurs d’opinion le savent ; autant que les Ambassades... fortement intéressées. Un monde en flammes quand l’Église officielle grecque, celle des dignitaires, déjà largement... acclimatée aux gnostiques, a seulement fait semblant d’entrer... en Résistance, mais c’est sans surprise. Certains Métropolites ont pourtant bravé les règles du totalitarisme prétendument sanitaire, comme à Aígio dans le Péloponnèse, où les eaux ont finalement été consacrées... à l’ancienne. Sitôt, ecclésiastes comme laïcs ont été chassés des lieux par les forces de l’ordre Mitsotakién, et des amendes lourdes ont été imposées aux participants.

Les arguments sanitaires ne peuvent plus désormais convaincre grand monde chez les “turbulents”, surtout pour des manifestations de plein air. Personne en Grèce n’a oublié que lors des récentes ... cérémonies liées au procès de l’Aube Dorée, la gauche, les Antifas appointés par Sóros, comme autant une certaine droite gouvernementale, ont réuni plusieurs milliers de manifestants à Athènes, tassés durant des heures devant le Palais de Justice en dépit des fatwas sanitaires, et que la police n’est pas intervenue, comme elle ne verbalise jamais les attroupements que forment les migrants qui envahissent le pays, d’après l’autre... grande planification en cours d’exécution.

La ligne de partage des eaux grecques s'inscrit alors autant dans le périmètre défini ces jours-ci par la bénédiction des eaux, en cette Théophanie de l’année apocalyptique 2021. D’ailleurs et sans la moindre surprise, les commentaires sur Internet qui se suivent et se succèdent sont... à la hauteur des crimes gouvernementaux. Morceaux donc choisis. “Le régime Mitsotákis persécute les coutumes des... nativistes, comme il l'avait promis à l'approche des élections. Mitsotákis salopard, des citoyens grecs sont arrêtés et persécutés parce qu'ils ont lancé la croix à la mer. Telle est la junte des bouffons et des escrocs. Bâtard de Mitsotákis, tu es à toi seul une vraie souillure. Enfin, quand vous réveillerez-vous les Grecs pour réaliser que nous sommes gouvernés par une junte ?

Pour sauver la Grèce, il faut que ces salopards quittent le pays de nuit et en hélicoptère et d’abord l'affreux Mitsotákis, le pire dirigeant du pays après sa libération. Ce salaud a même envoyé sa fille mineure dans une taverne transformée en réfectoire... pour éplucher des pommes de terre, soi-disant au bénéfice des pauvres, ces mêmes pauvres que son père est en train d’exterminer, encore une fois, une opération de pure propagande pour la télévision. En même temps, en tant que Président de l'Association des commerçants de la ville de Kozani, je peux vous dire qu’il y a des familles qui n'ont pas eu à manger durant les fêtes. Dans le secteur de la restauration, 40% des entreprises ne rouvriront plus”.

Traquer et même tabasser les Grecs et leur croix. Thessalonique, 6 janvier 2021, presse grecque

Traquer les Grecs et leur croix. Athènes, 6 janvier 2021, presse grecque

Traquer les Grecs et leur croix. Aígio, 6 janvier 2021, presse grecque

Depuis les récents cas de résistance populaire active... aux eaux bénites à travers l’ensemble du pays réel, les épidémiologistes officiels, tant engraissés par l’UE et par les Big Pharma, se déchaînent dans les studios des télévisions-égouts.

Nous méritons le prolongement et même le durcissement du confinement pendant encore un long moment”. C’est vrai que les mensonges ou les demi-vérités ont du mal à convaincre. Nombreux sont les Grecs qui réalisent qu’au bout de cinq mois de confinement depuis mars dernier, bien au-delà de l’authentique et surtout difficile maladie COVIDienne, il y a surtout la peste des politiciens et c’est plus grave.

Il y a enfin cette affaire du directeur de l’hôpital public de Karditsa en Thessalie, qui vient tout juste d’éclater. Ce dernier a été poussé à la démission par le ministre de la Santé Kikílias, suite à la mise en circulation d’un document vaccinal officiel... et plutôt officieux, au sein de son établissement.

Le démissionnaire Dimítris Kehagiás déclare même qu’il ignorait l'existence de ce “Document de consentement”, devenu depuis un vrai brulot, et qui devait être signé avant la vaccination par le personnel de l'hôpital, surtout quand il met en garde “contre les éventuels effets secondaires possiblement mortels”. S'adressant à son administration, le directeur, en somme demis de ses fonctions, affirme qu'il n'était pas au courant de l’existence de ce document spécifique et encore moins de son contenu, “car il aurait été produit par le service médical vaccinal de l'hôpital”. En tout état de cause, et en tant que chef de l’établissement ; il se déclare assumer sa responsabilité finale, d’où sa démission, surtout suite aux exigences du ministre.

Le document en question, et qui vient de faire sensation en Grèce, avait été entreposé reproduit à plusieurs exemplaires sur la table de la salle spécialement aménagée de l'hôpital de Karditsa lors des vaccinations. Les médecins et les infirmiers devaient alors le signer avant leur vaccination. Et dès le premier paragraphe du document... la couleur était plutôt bien annoncée. “J'accepte d'être vacciné contre le coronavirus, même si tous les effets secondaires possibles du vaccin ne sont pas connus, voire, ceux potentiellement mortels”.

Le deuxième paragraphe s'adressait à ceux qui refusaient de se faire vacciner, il leur était alors demandé de signer sous la mention suivante. “Je ne consens pas à être vacciné contre le coronavirus pour des raisons personnelles et j'en assume la responsabilité, même si je connais les risques de santé encourus, liés à cette maladie”. Et en bas de la feuille deux espaces étaient prévus, le premier pour accueillir la signature de la personne vaccinée, ou le cas échéant non vaccinée, et le deuxième, pour le paraphe simultané et obligatoire d’une autre personne présente dans la même salle, en guise de témoin.

Grèce... disons pays de cocagne. En Attique, janvier 2021

Grèce... disons pays de cocagne et des surprises. En Attique, janvier 2021

Grèce... pays de cocagne, comme pays des surprises. Inutile de préciser que depuis l’affaire de Karditsa, le Conseil national de l'Ordre des médecins, demande au gouvernement des garanties importantes concernant la nécessité de sécuriser les médecins dans le processus de la vaccination en cours, autrement-dit, de légiférer dans l’urgence afin de mettre les praticiens de santé sous le couvert de la même immunité pénale que celle dont bénéficient déjà les fabricants des vaccins. Le directeur démissionnaire de l’hôpital de Kardítsa vient déjà de porter plainte pour diffamation, visant le Conseil national de l'Ordre... et ce n’est qu’un début. Visiblement, il y a le feu au lac!

Puis il y a la prison à ciel ouvert, parfois même sous le soleil. En attendant mieux, les Athéniens profitent comme ils peuvent des rivages les plus proches et pas que pour les bénir. Baignade pour les plus téméraires, jeux de plage et promenades pour les autres. On se croirait certes dans un pays de cocagne mais ce n’est guère vrai. La clémence de la météo réduit pour l’instant notre grand malheur... énergétique, puis, on trouve encore près de la mer, ce petit poisson frais dit “populaire”, à moins de deux euros le kilo.

Ce petit poisson frais dit populaire. En Attique, janvier 2021

Avant de finir en queue de poisson dans une mer plutôt morte, la “fête” mondiale ne fait que commencer. C’est de l’Hésiode à peine réadapté, et à la fin du poème, Zeus prendra bien garde de ménager les anciennes puissances comme Hécate ou le Styx.

Styx fille de l'Océan et mère de l'Hydre de Lerne, selon les poètes, qui la changèrent ensuite en fleuve d'enfer. Le Styx, dit Virgile, se repliant neuf fois sur lui-même, tient les morts pour toujours emprisonnés. Le serment par les eaux du Styx faisait trembler les dieux même ; Jupiter, avec toute sa puissance, n'osait y contrevenir. Quand les dieux, dit Hésiode, osaient jurer par le Styx, ils devaient avoir une main sur la terre et l'autre sur la mer”.

L'eau du Styx, forme sous terre un ruisseau toujours couvert d'une sombre nuit. Elle coule dans le Tartare; mais la dixième partie est réservée pour la punition des dieux parjures. Quiconque d'entre eux a violé son serment, demeure un an sans respiration, sans parole et sans vie; il est étendu sur un lit dans un engourdissement total, et privé du nectar et de l'ambroisie. À l'expiration de ce terme, sa punition n'est pas finie; il est séparé pour neuf ans encore de la compagnie des dieux il n'est admis ni à leurs assemblées ni à leurs festins, et ce n'est qu'après ce temps qu'il peut rentrer dans l'exercice de tous ses droits”.

C’est presque... du confinement, et en pays grec, bien après Hésiode, les fidèles actuels auront d’ailleurs célébré la Théophanie sous le signe de la persécution. En attendant la Catharsis, non plus symbolique, mais concrète.

Notre monde brûle. L’année la plus redoutée est devant nous, mais alors chez nous, Mimi de Greek Crisis demeure implacable. Il faut dire qu’elle règne en maître sur son trône d'où elle domine... les éléments déchaînés, l’heureuse gagnante de la pièce de notre Vassilópita, l’équivalent de la galette des Rois découpée au premier jour de janvier en Grèce.

Notre bonne vieille Terre Gaïa... ainsi que notre bonne vieille Mimi, en 2021 elle entre dans ses dix-huit ans. Bonne année !
Mimi... règne en maître sur son trône. Athènes, janvier 2021

* Photo de couverture: Grèce... pays de cocagne. En Attique, janvier 2021