dimanche 26 juillet 2020

Bilan



Juillet sur sa fin et c’est dès lors un temps de bilan. Votre humble blog pourrait même s’éclipser pour quelques jours durant le mois d’août, non pas en vacances comme on dit, mais plutôt dans une courte mise en veille, au temps des veilleuses déjà du siècle. Réflexion et alors retrait, les livres sous le bras, le crayon à la main. Bilan ainsi à grands traits.

samedi 25 juillet 2020

Feu



Soudainement, le feu. Et d’abord, les hurlements des sirènes des pompiers du coin, hier à l’heure du repas de midi, c’est à-dire vers 14 heures dans les usages grecs. Nous voilà, à notre tour, touchés par une certaine actualité. Un seul foyer de départ et pour une fois, notre incendie... bien à nous est comme dit accidentel.

vendredi 24 juillet 2020

Entre loups et chacals



Les premiers touristes, sur terre ferme ou loueurs de voiliers fréquentent déjà les cafés du port. Après avoir, dans un premier sens évité le COVID-19 dans leurs pays, ils se disent que leur bref rêve du grand bleu grec enfin se réalise. Illusion grecque... et alors cauchemar turc. Le patron du café discute d’abord et surtout en ce moment avec les clients bien d’ici. Entre Grecs, on scrute le ciel comme on scrute les médias pour revisiter ou refaire l’histoire du pays réel et son actualité avec. Cela fait plus de dix ans que la Grèce n’est plus dans le rêve. De surcroît, en ce mois de juillet plus qu’entamé, l’ensemble des forces armées grecques sont mises en état d’alerte depuis quelques jours, voilà pour commencer et pour commenter.

lundi 20 juillet 2020

Patrie ou barbarie



Fête marquant le cœur battant de l’été grec. Grande journée de Saint-Élie le Thesbite, prophète de l’Ancien Testament commémoré le 20 juillet. Prophète des Cieux, surtout entre la mer et la terre des montagnes. Tout en hauteur comme les chapelles qui lui sont dédiées. Pour nous, c’est le retour à notre bourgade désormais habituelle du Péloponnèse. Nous avons ainsi salué nos amis, les remerciant pour leur hospitalité, ceux de l’Argolide dite perdue en en réalité retrouvée.

mardi 14 juillet 2020

L'ordre du monde



Été grec parsemé de nuages. Le tout petit pays encore réel vit de sa pêche, des oliviers et des souvenirs. La prise est chaque fois maigre, cependant, elle reste largement suffisante pour remplir la poêle du jour. Les filets sont fatigués, par endroits même déchirés par les coquillages dévoreurs de poisson capturé. Nous y sommes. Entourés de bêtes comme d’autres merveilles du vivant, nous deviendrons peut-être plus intelligents, si ce n’est que par un temps à moitié figé comme en ce moment. Entourés de la sorte, notre sociabilité s’élargit, voire elle s’embellit.

jeudi 9 juillet 2020

Les derniers des Minoens



De ce monde débridé, les nouvelles nous parviennent morcelées et à certains intervalles. Elles se dévoilent en réalité filtrées au gré des journées qui passent décidément vite, actualité décantée d’après les gens de passage, les rares visiteurs, les skippers qui sont d’escale, leurs clients et naturellement les habitants...ces derniers toutefois équipés de deux téléviseurs. L’été grec y est entier, sauf et on le ressent, pour les affaires humaines.

vendredi 3 juillet 2020

Le blason de la Grèce



La vraie vie nous regarde inlassablement d’en haut à sa manière. Au plus profond possible du pays réel, on découvre encore un peu de ce parcellaire élémentaire de la Grèce. Ce parcellaire très précisément que les visiteurs du siècle dernier avaient vu et connu alors intact et cela pour la dernière fois. “Décomposez la Grèce et vous verrez qu’il ne restera pour finir qu’un olivier, une vigne et un bateau. Autrement dit, avec les mêmes éléments, vous pouvez la recomposer”, écrivait Odysséas Elýtis, poète du Prix Nobel en 1979.