vendredi 19 juillet 2019

Serments et serpents



La perturbation météorologique de la semaine nommée Antinoüs n’a duré que trois jours. Grisaille dans une bonne partie du pays continental, vents et orages, y compris près d’Athènes. Antínoos, en grec signifie “le contradicteur”. Antínoos de la mythologie, fils d'Eupithès et l'un des prétendants de Pénélope, il fut surtout le premier à mourir d'une flèche par Ulysse. Antinoüs encore, celui de l’histoire, le jeune homme originaire de Bithynie, favori et amant de l'empereur romain Hadrien lequel meurt âgé de 20 ans environ, noyé dans le Nil et divinisé par Hadrien. Plus terre à terre, à Athènes c’est le moment du serment officiel des nouveaux députés au “Parlement” issu comme on dit des urnes du 7 juillet, effet de mode !

jeudi 18 juillet 2019

Donation - Appel mensuel


Merci de votre soutien !


samedi 13 juillet 2019

Main invisible



Le gouvernement Mitsotákis aussitôt élu la vie de tous les jours triomphe de nouveau. Entre les images paisibles près des plages au sud du pays, ou celles pesantes de la catastrophe, d’abord naturelle sur les plages de Chalcidique au nord, il n’y a pourtant parfois qu’un pas météorologique. Six touristes étrangers tués et un pêcheur grec emporté par une tornade et de violents orages de grêle. L’état d’urgence a été décrété dans le nord de la Grèce après ce phénomène jugé inédit.

lundi 8 juillet 2019

A voté !



Supposé pays présumé votant. L’alternance sans alternative, regards croisés ou pas, de Kyriákos Mitsotákis et d’Aléxis Tsípras aussitôt après la passation du dit pouvoir lundi 8 juillet. Athènes sous les 40 °C, c’est aussi de saison. Près de 43% d’abstention et la voilà “cette nette victoire” de la Nouvelle Démocratie au score d’un peu moins de 40% d’après les medias et les votants. Nous sommes donc... sauvés. Déjà aux Météores, les moines préviennent-ils leurs visiteurs: “Attention, danger de chute”. Mais c’est peut-être déjà fait dans un sens... en attendant peut-être le miracle !

mercredi 3 juillet 2019

Ligne droite



Déjà juillet, l’été que l’on prétend prometteur. Les ferrys quittent le Pirée plutôt remplis, on embarque pour des îles proches ou alors plus éloignées. Sauve qui peut et quand on y parvient. Tôt le matin les cafés du Pirée se remplissent également de leurs habitués, le journal parfois sous les bras. Habitants, retraités ou sans travaille qui scrutent la mer à défaut d’autre horizon mais c’est beau. Heureux qui comme Ulysse !