dimanche 2 juin 2019

Démocraties... représentatives



Élections passées, élections en cours, élections prochaines. Entre le sondage berné grandeur nature des élections dites européennes, les élections municipales et régionales en deux tours, le deuxième ce dimanche 2 juin, et enfin, les élections législatives anticipées annoncées, la... Démocratie on dirait qu’elle déborde. Petits pays, énormes illusions. Oligarchies libérales que nous appelons à tort “démocraties représentatives”, Cornelius Castoriádis avait déjà en son temps le mérite de proposer une réflexion de fond sur ce qu’est une démocratie véritable... sauf qu’il n’est plus. Élections passées, élections prochaines, seule certitude... nos cigognes des campagnes grecques, campagnes non-électorales bien entendu.

Temps des aliénations. Athènes, mai 2019

Tsípras a annoncé des élections anticipées pour le 7 juillet, c’est pour limiter autant que possible les dégâts, et pour que son gouvernement puisse nommer en poste les plus hauts magistrats du pays fin juin, histoire de s’assurer d’une certaine impunité lorsqu’il aura quitté le pseudo-pouvoir, disent-elles les “mauvaises langues”, presse grecque du moment, ici en anglais. Déjà en son temps, Cornelius Castoriádis, plutôt pessimiste vers la fin de sa vie, il considérait “qu’il existe une aliénation plus profonde de la société, toutes classes confondues, à ses propres institutions, quand celle-ci cesse de les remettre en question, quand elle les considère comme naturelles ou nécessaires”, comme il est aussi parfois rappelé devant les apories structurelles de notre méta-monde.

Nous y sommes, et notre analyse sur les faits et gestes apparemment politiques faisant suite aux événements et scrutins récents en Grèce, doit être considérée et comprise, une fois de plus, après avoir retracé l’essentiel, mais c’est hélas ainsi.

En mars dernier, j’écrivais ici que la marionnette Tsípras s’accroche à son pseudo-pouvoir et finalement à son gagne-pain quotidien, sauf que de nombreux signaux clignotent ici ou là, pour indiquer que son progiciel arriverait bientôt à terme et qu’il sera remplacé par la marionnette Mitsotákis. Les Puissances, à savoir Berlin, Bruxelles, la Goldman Sachs, ainsi que José Manuel Barroso, insistent ouvertement pour que des élections législatives anticipées soient “décidées” entre mars et juin d’après la presse de la semaine. Bonne blague. Le rôle tragique (et obscur) pour lequel Tsípras aurait été préparé par les “élites” mondialisatrices, au demeurant bien avant l’arrivée au pouvoir de SYRIZA, semble ainsi s’accomplir entre 2015 et 2019. Nous y sommes, les élections dites européennes en plus.

Candidat Syrizíste au Conseil municipal. Athènes, mai 2019

Candidat du parti de Velópoulos. Athènes, mai 2019

Tsípras menteur. Athènes, mai 2019

L’inquiétude du “petit peuple” est toujours grande. Sa colère l’est aussi. Encore faut-il sans cesse revisiter le sens et la portée de cette rage, et autant impotence généralisées, devant le déferlement des événements internes comme externes au pays. Nouvelle Antiquité... tardive, mais on s’y habitue coûte que coûte, la rage est avalée à défaut d’être vomie.

Les analyses, disons coutumières, elles se sont d’abord focalisées sur la victoire du parti de la Nouvelle Démocratie et de Mitsotákis en personne (33% des votants), dix points d’avance sur SYRIZA arrivé deuxième avec 23%. C’est autant vrai et c’est d’après les apparences, ce qui visiblement en tout cas, aurait motivé la décision de Tsípras, avancer la date des élections législatives de près de trois mois.

Ce n’est pourtant pas un score historique pour la Nouvelle Démocratie, et ce n’est pas non plus, l’effondrement complet pour SYRIZA. Sauf que les électeurs de SYRIZA de l’année 2015 ne sont pas tout à fait les mêmes que ceux de 2019, la classe moyenne agonisante a largement quitté Tsípras, lorsque les fonctionnaires ont même accordé davantage de voix à Mitsotákis qu’à Tsípras. Les chômeurs quant à eux, ils ont moins sanctionné SYRIZA que les actifs, tandis que la population carcérale, elle a de son côté... plébiscité le parti de la Gauche dite radicale.

Mémoire de Loukánikos. Athènes, mai 2019

Petite mobilisation, employés des banques. Athènes, mai 2019

Tout petit commerce. Athènes, mai 2019

En somme, ces Grecs ayant tant manifesté sur les places et dans les rues durant les années 2010 à 2013, temps aussi de notre regretté Loukánikos, ils ont autant déserté les luttes trahies ou jugées vaines, pour ensuite, quitter SYRIZA, comme aussi l’ensemble la Gauche. Ceci, en dépit du succès très relatif de la liste Varoufákis, nous y reviendrons. Depuis 2015 également les mutations tombent alors du ciel, Airbnb avale Athènes pour la transformer, les touristes arrivent massivement depuis la Chine, et des licenciements très massifs se poursuivent par exemple au sein du secteur des banques.

“Accessoirement”, les banques qui ne sont plus grecques, s’apprêtent à offrir aux spéculateurs et aux autres rapaces internationaux près de 100.000 biens immobiliers (saisis) d’habitations supplémentaires. Le pays concret change de propriétaires, lorsque déjà et d’après la presse financière, une bonne partie du parc Airbnb en Grèce et essentiellement à Athènes, appartient à des investisseurs issus de l’Empire du Milieu, presse du jour. Les Grecs, ils pourront toujours et encore commenter les résultats des scrutins bien entendu...

Au soir du 26 mai et en troisième position, on retrouve le PASOK (ou KINAL) sous Fófi Genimatá (7%), laquelle vient d’exclure de son parti la figure historique et pléthorique d’Evángelos Venizélos, préférant placer en première position éligible d’office sur la liste hors circonscriptions aux prochaines législatives d’après le système électoral grec, Giórgos Kamínis, l’ancien maire d’Athènes, lequel n’a pas réussi d’être l’élu généreusement payé au dit Parlement européen. Mon analyse, c’est que Kamínis, ayant a comme on sait ouvert toutes les portes aux ONG du financier Sóros à Athènes, notamment quant à l’installation et à la prise en charge de migrants récents d’après les plans bien connus de Sóros sur l’avenir de l’Europe, et bien, voilà que des instructions, pour ne pas dire des ordres seraient venus d’ailleurs... pour justement céder cette première place à Kamínis, en plus de la salade interne du parti bien évidemment.

Touristes Chinois sous l'Acropole. Athènes, mai 2019

Airbnbisation courante. Athènes, mai 2019

Airbnbisation galopante. Athènes, mai 2019

Car au-delà de la polémique interne au PASOK du samedi soir tant évoquée à travers la presse, ces salades supposées internes à tous ces partis largement compatibles Sóros (et mondialisateurs réunis) relèvent plutôt de leurs engagements, parfois même... fondateurs par les temps qui courent. Pour mémoire, au premier cercle des partis compatibles Sóros, on retrouve SYRIZA, la Nouvelle Démocratie, le PASOK, “To Potámi” (“La Rivière”) de Stávros Theodorákis, ainsi que le mouvement de Yanis Varoufákis, sans oublier la nébuleuse des anarchistes comme de tant d’autres partis et groupuscules allant de la “gauche” à la “droite” pour ne rien laisser au hasard. Cela fait ainsi bien de monde, y compris lorsqu’il sera question de “gouverner” ensemble si besoin. Venizélos... l’Apostat malgré lui du PASOK, vient de déclarer que son “exclusion est en rapport avec le rôle voulu pour son parti, rien que par sa direction: servir de béquille à SYRIZA si besoin est”, presse grecque du 2 juin.

Bien entendu, “To Potámi” (le parti dit de “La Rivière”) de Stávros Theodorákis a été laminé (1,5%), ainsi son chef se retire comme il le déclare de la vie politique. Il faut dire que son rôle a pris fin pour ce parti inventé par Bruxelles et Berlin pour les nécessités de Bruxelles, de Berlin et des Sóros, et j’ose prédire que le comparse suivant pour incarner exactement le même rôle derrière un langage certes plus polémique en apparence, pourrait-il être le mouvement de Varoufákis, créant la surprise avec presque 3%.

Varoufákis croit-il que cet été grec c’est alors déjà le sien, et au pays réel, on installe plutôt les parasols sur les plages, comme c’est autant le moment des festivals bien de saison. Au théâtre d'Hérode Atticus, construit au pied de l'Acropole d'Athènes en 161 ap. J.-C. par Hérode Atticus en mémoire de sa femme, c’est déjà le grand moment de Norma de Vincenzo Bellini, l’autre monde.

Parasols nouveaux. Grèce, mai 2019

L'été grec. Mai 2019

Norma sous l'Acropole. Athènes, juin 2019

Reste le monde d’en bas, le nôtre, et son supposé phénomène nouveau du parti de la “Solution Grecque” de Kyriákos Velópoulos (4,1%). Son succès est à lier également à l’effondrement de l’Aube Dorée, laquelle a perdu près de la moitié de son électorat (4,8% en mai 2019). L’Aube Dorée a incarné autant le rôle d’épouvantail bien commode à SYRIZA et aux autres partis “gestionnaires”, puis, son chef Michaloliákos aura même sabordé par “mégarde” le candidat de son parti pour la ville de Thessalonique, tout comme il aura exclu peu avant le 26 mai, un autre candidat issu du fief de l’Aube dorée en Laconie, dans le Péloponnèse.

Outre le passé/présent néonazi du clan Michaloliákos, il y a encore ses liens présumés avec le para-État, pour ne pas dire avec certains services secrets, et comme par hasard... ce sont est exactement ces mêmes liens présumés qui sont reprochés au chef et assassin patenté de l’organisation du 17 Novembre, Koufodínas, actuellement en prison, personnage au rôle bien obscur que la nébuleuse anarchisante présente alors comme un héros. Le système fabrique ou contrôle ses pions aux deux extrémités du supposé jeu politique, tandis qu’entre les deux, les partis progressent, stagnent ou disparaissent, d’après les besoins des vrais tenants du pouvoir.

Il n’est donc pas tout à fait fortuite cette apparition du parti de Velópoulos, ancien élu du parti supposé d’extrême-droite de Karatzaféris, ayant pourtant voté en faveur du Mémorandum I, et soutenu le gouvernement Quisling du banquier Papadémos imposé par Merkel et par Bruxelles entre 2011 et 2012. Ensuite, Velópoulos, après avoir soutenu qu’il possédait les originaux... de la correspondance épistolaire de Jésus, il devient un personnage télévisuel, ou entre autres, il vend via la caverne cathodique, livres, produits et autres pommades-miracle contre la calvitie, sauf qu’il est lui-même largement atteint d’alopécie androgénétique.

Velópoulos a fait donc campagne surtout à travers la télévision et d’abord, en multipliant ses apparitions sur les chaînes locales de la Grèce du nord, très exactement de cette Macédoine grecque se sentant trahie par l’accord Macédonien de Tsípras. Ensuite, cette campagne de Velópoulos a été truffée de mensonges, savamment noyés comme il se le devait dans un argumentaire prétendument patriotique et souverainiste. Il s’agirait bien du prochain poulain peut-être, jusqu’au suivant. En tout cas et déjà, certains des cadres de son parti démissionnent, dénonçant “le caractère trompeur de l’affaire, car sous la Solution Grecque il y a autre chose derrière toute une façade”, déclarations du cadre démissionnaire Nikos Mastroyiannis, presse grecque début juin. Bonne blague !

Athènes et... ses valises. Juin 2019

Non aux éoliennes. Thessalie, mai 2019

Restauration. Ville de Tríkala, Thessalie, mai 2019

Enfin, il y a le lent déclin du PC grec, le KKE (5,3%), ainsi que le résultat humiliant de l’Unité Populaire (0,58%), sous la direction de Lafazánis, ancien chef de l’aile gauche de SYRIZA jusqu’à l’été 2015. Rien de très étonnant dans tout cela. Élections passées, élections en cours, comme élections prochaines, la dite gauche, soit elle incorpore le magma écologiste, droit-de-l’hommiste, immigrationniste comme néolibéral, mixtion alors consubstantielle des mondialisateurs globalistes et européistes, comme c’est déjà le cas entre autres pour SYRIZA, soit elle disparaît définitivement du jeu pseudo-politique. Ses illusions auront pourtant bien servi à la transition vers ce siècle qui se dessine sans tête ni queue politique.

Bientôt le travail de masse disparaîtra progressivement, les globalisateurs, lesquels auront déjà manipulé les 18-30 ans des années 2018-2022 au sujet du “péril écologique”, n’auront plus tellement de mal à faire passer la pilule du transhumanisme pour “l’élite”, et autant celle du revenu minimum universel pour près des deux tiers de la société, en passant par la disparition de l’argent liquide. Ces nouveaux assistés en somme définitifs, outre le fait qu’ils seront contrôlés à tout instant, ils se verront même retirer leur droit de vote, ce dernier sera d’abord réservé aux classes supérieures issues notamment des actuels boboïsés, puis plus... rien.

Comme il a été souligné ailleurs au sujet des États-Unis, “la décadence interne est tout aussi inquiétante que le pourrissement visible. Il y a au sein de toutes les classes sociales une perte de confiance dans le gouvernement, une frustration généralisée, un sentiment de marasme et de traquenard, une certaine amertume face aux promesses non tenues et aux espoirs déçus, et une telle fusion entre réalité et fiction que les discours tant publics que politiques ne sont plus ancrés dans la réalité... ‘Une société devient totalitaire lorsque sa structure devient manifestement artificielle’, a écrit George Orwell. ‘Ce qui veut dire quand sa classe dirigeante ne tient plus son rôle, mais ne réussit à s’accrocher au pouvoir que par la force ou la fraude’. Nos élites ont épuisé la fraude. Il ne leur reste que la force”, Chris Hedges, “Le monde qui nous attend”, janvier 2019.

La zombification des esprits aidant, les Grecs ont-ils voté à 58%, et ils ont sanctionné l’amoralisme de la bande à Tsípras, comme ils ont préféré celui du clan Mitsotákis, plus le clientélisme et le survivalisme ambiants. En réalité il n’y a guère de choix sauf sursaut populaire, ce qui n’est jamais exclu à travers l’histoire. Oligarchies ainsi libérales que nous appelons à tort “démocraties représentatives”, Cornelius Castoriádis avait déjà en son temps le mérite de proposer une réflexion de fond sur ce qu’est une démocratie véritable... sauf qu’il n’est plus.

Grèce de jadis. Sous les Météores, Thessalie, années 1960

Grèce d'aujourd'hui. Près des Météores, mai 2019

En Thessalie bien des montagnes, le très vieil homme de la très vieille et alors unique taverne encore ouverte en a vu bien d’autres, politiciens bien entendu. En évidence, sur la terrasse de son établissement il y a cette affichette à l’image retravaillée dénonçant le projet des éoliennes, imposé à la fois par le gouvernement que par l’administration locale et régionale. Le tout, sous un écologisme à quatre sous, surtout pour les constructeurs des éoliennes, vraisemblablement Allemands.

“Qui a demandé mon avis, si je veux ou pas, finir défiguré de la sorte ?” Sans réponse bien entendu. “Les politiciens sont à peine passés, ils ont laissé leurs dépliants, puis, ils sont ou ils seront élus. Ils enjambent notre monde pour le piétiner et pour bien accéder à leur monde, et cela se répète à chaque élection. J’ai vu mon grand-père exécuté par les Allemands en 1944, et voilà qu’ils reviennent ici avec leurs éoliennes. Notre village il s’est vidé, il revivra un peu en août lorsque ses enfants habitant en ville y passeront seulement quelques jours ici... regardez, vous êtes les seuls à déguster ma salade et mes herbes bouillies, ramassées il faut dire à 2.000 mètres d’altitude. C’est cette altitude qui nous sauve encore un peu... et non pas la politique.”

“Après, il y a mon chat, matou vieux de dix ans que la taverne a adopté, nous l’appelons Pángalos, du nom de l’ancien Ministre du PASOK, rien que parce que notre matou était bien ventru à l’époque. Actuellement, il a vieilli et maigri comme nous... et comme la Grèce.”

Élections passées, élections prochaines, seule certitude... nos cigognes des campagnes grecques, campagnes non-électorales bien entendu. Puis Pángalos, comme tous les autres matous.

Pángalos, le matou. Thessalie des montagnes, mai 2019


* Photo de couverture: Nos cigognes. Thessalie, mai 2019