mercredi 27 juin 2018

Macédoine de Soros



Au petit pays de l’été et des îles les visiteurs peuvent être ravis. Seulement, les orages de la semaine ont fini par même bouleverser les usages touristiques. L’image n’est certainement plus, derrière la carte-postale mouillée. Mais il y a bien pire. Au-delà des apparences de vitrine comme de la météo, les Grecs enragent depuis que “leur gouvernement” a trahi l’esprit, le cœur, l’histoire, ainsi que les intérêts grecs, en accordant une reconnaissance bancale et pour tout dire hasardeuse, à l’Ancienne République Yougoslave de Macédoine (ARYM), sous le nom de “Macédoine du nord”. Au même moment, et à travers une mascarade de trop, Alexis Tsípras s’est publiquement montré en cravate, pour faire croire que le récent “accord” sur la dette entre ministres de la zone euro a réglé le problème. Nuages, pluie et surtout boue.

“Traîtres, traîtres...”. Serres, Grèce du nord, le 19 juin

La décision... macédonienne d’abord, elle a été aussitôt saluée pour son “audace positive” par les... maîtres internationaux d’Alexis Tsípras, à savoir, la presse et les vizirs à Berlin, à Washington et à Bruxelles. Seulement, à travers le pays réel, les élus et ministres de SYRIZA/ANEL sont accueillis partout par des cris d’exaspération: “Traîtres, traîtres...”. Et ce n’est apparemment qu’un début. En visite au Royaume-Uni, Alexis Tsípras vient d’être verbalement pris à partie par un grec de Londres, lequel a symboliquement lancé par terre de la petite monnaie, en criant: “Traître, tu as vendu la Macédoine”.

“Alexis Tsípras et son acolyte Panos Kamménos” (chef du parti des ‘Grecs Indépendants’), “sont deux cadavres politiques, ils sont désormais politiquement morts. Lorsque la situation se retournera, ils pourraient même être jugés pour avoir violé la Constitution, et pour faits de haute trahison, car tout en incarnant les marionnettes de Berlin, ils ont préféré garder leurs sièges du pseudopouvoir, plutôt que de servir les intérêts du peuple et du pays”, pouvait-on entendre par exemple à la radio 90,1 FM depuis sa zone matinale du 27 juin 2018. D’ailleurs, certains analystes grecs rappellent à ce propos, à l’instar d’Athanássios Drougos (au demeurant, proche des cercles de l’OTAN), cette phrase du poète Kostís Palamas : “Lorsque les loups te lèchent, ce n'est pas parce qu'ils t'aiment, mais parce qu'ils ont faim”, Athanássios Drougos, 18/06.

La question macédonienne conduit effectivement à la coagulation des mécontentements contre Tsípras, une probabilité justement évoquée en février dernier par mon ami Olivier Delorme. Sur son blog et sur l’accord... macédonien signé en ce mois de juin, mais qui n’est pas validé par les deux Parlements et encore moins par les deux peuples, Olivier Delorme note alors ceci: “Le nom international de l'État serait donc République de ‘Macédoine du nord’. Mais je n'ai encore rien vu de précis sur le VRAI problème entre cet État et la Grèce: une Constitution dont un certain nombre d'articles sont plus ou moins clairement irrédentistes et donnent à l'ARYM un droit de regard sur les affaires intérieures des États voisins dès lors qu'il s'agit du sort de la minorité prétendument macédonienne.”



Alexis Tsípras en cravate. Athènes, juin 2018 (presse grecque)

Rassemblement contre l'accord macédonien de Tsípras. Athènes, juin 2018

“Tsípras, Couillon, Traître”. Athènes, juin 2018

C’est chose faite, ainsi le... Macédonisme réellement existant des voisins slaves se croit réitérer même depuis le territoire grec, l’irrédentisme qui consiste à réunir un jour l’ensemble des territoires de leur prétendue Macédoine unique. Le tout, non sans l’aimable participation des puissances étrangères notamment occidentales, sans oublier bien entendu les assistés locaux du financier Soros lequel ne manque pas l’occasion pour saluer l’accord ; il est le parrain officieux comme on sait de l’ARYM depuis la mise à mort de la Yougoslavie par l’Allemagne et par l’OTAN dans les années 1990.

L’historienne byzantiniste francogrecque Hélène Glykatzi Ahrweiler rapporte à ce propos dans son livre autobiographique ‘Une vie sans alibi’, publié à Athènes en 2017, son échange avec l’armateur grec Yannis Látsis c’était dans les années 1990. “La question macédonienne occupe alors l’actualité. Dans la conversation je dis en riant à Yannis: ‘Capitaine, qu'en est-il de Skopje (capitale de l’ARYM) ? Ne les achetez-vous pas, pour que tout le monde soit tranquille ? Il me dit: ‘Comme c’est déjà chose faite, ils ne sont plus à vendre. Il ont été achetés par un autre’. ‘Qui ?’, je lui demande. ‘Soros les a achetés’.”

“Bravo, Soros fait la fête”. Presse grecque, juin 2018

“Politiciens traîtres, à bas vos mains sales de la Macédoine grecque”. Athènes, juin 2018

Rassemblement antigouvernemental. Athènes, juin 2018

Rappelons déjà que cette guerre Yougoslave n’est pas tout à fait oubliée et que les très sensibles affaires balkaniques peuvent également refaire surface, y compris sur le terrain de la Coupe du monde de football, comme actuellement en Russie. Raison de plus, Tsípras et les siens devraient être plus prudents et moins arrogants dans leur ignorance du danger... sauf que leur cas est décidément irrécupérable... et pour tout dire payant.

La Grèce n’était donc pas obligée de reconnaître le Macédonisme irrédentiste des voisins slaves, lorsque par ailleurs les Bulgares et les Serbes se montrent réservés face à l’accord très provisoire de ce mois de juin entre la Grèce de Tsípras et l’ARYM, et cela pour cause. Le comble c’est que la Grèce est le seul pays souhaitant le maintient de l’ARYM, tandis que les voisins Bulgares, Serbes et Albanais ne cachent pas forcément, leur idée parallèle... que de voir l’ARYM éclatée au profit de leurs frontières. Et quant à la linguistique réellement appliquée, cela fait bien rire les Bulgares lorsque lors des visites officielles des dirigeants de l’ARYM, ces derniers utilisent de traducteurs qui ne servent qu’à symboliser la langue slavo-macédonienne, généralement considérée comme un dialecte du bulgare dans la mesure où il n’y a point besoin d’interprète pour communiquer entre eux.

Comme le remarque également Olivier Delorme, “Sofia a reconnu l’État macédonien, mais non le peuple macédonien qu’elle considère comme une partie du peuple bulgare. Et si Tirana reconnaît un peuple macédonien - slave -, nombre des dirigeants albanais professent que l’est de l’ARYM a vocation à rejoindre la Bulgarie et l’ouest, majoritairement albanophone, à devenir un troisième État albanais, après l’Albanie et le Kosovo, voire à rejoindre une Grande Albanie telle qu’elle exista sous protection de l’Italie fasciste puis de l’Allemagne nazie entre 1941 et 1944.”



Drapeaux grecs. Athènes, juin 2018

“Vers les étoiles à travers les difficultés”. Athènes, juin 2018

“République bananière”. Athènes, juin 2018

En somme, la question dite macédonienne pourrait encore attendre avant un accord réellement satisfaisant pour les parties impliquées, sauf évidemment pour l’OTAN qui souhaite intégrer rapidement l’ARYM en son sein face à la Russie, ou pour l’Allemagne, dont les desseins géopolitiques déjà mis en exécution sous le Troisième Reich, voudraient bien faire disparaître la Grèce du nord, et notamment la Macédoine grecque.

Les Grecs n’oublient pas qu’après l’invasion de l’armée allemande en Grèce au printemps 1941, les forces de l'Axe ont fait éclater le pays en trois zones d'occupation: allemande, italienne et bulgare. La zone allemande correspondait à la Crète, l'Attique et les îles Saronique, les Cyclades, les Sporades du Nord, la région frontalière de la Turquie, ainsi que Macédoine centrale dont Thessalonique. La zone italienne comprenait les îles Ioniennes, le Péloponnèse, l’Épire, la Thessalie, la Grèce Centrale (hors Attique), puis, une partie de la Macédoine centrale et occidentale. Enfin, la zone bulgare incluait la région de Thrace et de Macédoine orientale.

L'un des projets examinés du côté allemand a été de créer un État macédonien indépendant, en unissant la Macédoine grecque, yougoslave et bulgare. Rapidement cependant et dans l’urgence du front russe pour les Allemands, il semblait que ce plan allait créer plus de problèmes qu’il ne résoudrait, de sorte que le commandement allemand a décidé de déléguer à l'occupation de l’armée bulgare sur l’ensemble de la Macédoine grecque. Les premières nouvelles quant à la décision d’étendre l'occupation bulgare sur toute la Macédoine grecque ont été largement diffusées sur le territoire grec occupé au début de Juillet 1943, provoquant aussitôt une vague d’indignation populaire sans précédent.

On scrute les journaux. Athènes, juin 2018

Produits grecs. Athènes, juin 2018

Fête populaire et religieuse. Péloponnèse, juin 2018

Le Premier ministre collaborationniste Rallis a aussi protesté, mais c’est surtout la mobilisation populaire dans les rues d’Athènes d’après le mot d’ordre lancé par le Front National de Libération (EAM) procommuniste: “Ne touchez pas à la Macédoine grecque - Allemands et traîtres de la nation veulent livrer la Macédoine grecque aux Bulgares”, qui parvient à faire plier les occupants Allemands, (voir également le quotidien ‘Rizospástis’ du PC grec (KKE), daté du 21/07/2002.

Comme en 2018, ces rassemblements populaires ont eu lieu d’abord à Thessalonique le 11 juillet 1943, puis c’est face à ce même élan patriotique et populaire que les forces occupantes vont tirer sur une foule estimée à plus de 300.000 personnes à Athènes le 22 juillet 1943 causant une trentaine de morts. Les autorités occupantes allemandes ont reculé et ainsi, l’élargissement de la zone bulgare sur l’ensemble de la Macédoine grecque a été évité.

Notons que cette juste décision de l’EAM, marque la rupture avec la position du Komintern et du KKE qui, comme le souligne également Olivier Delorme, “dans les années 1920, considère que les Balkans devraient être réorganisés dans une fédération dont une Macédoine unifiée serait l’une des composantes - position qui, en Grèce, marginalisera durablement le Parti communiste comme traître aux intérêts nationaux”.

Souvent en dehors de l’histoire, les publicistes du moment annoncent alors l’été grec, nos touristes déjà nombreux ne retiendront sans doute de l’affaire macédonienne que la salade homonyme. Ainsi, cette reconnaissance Tsiprosorosienne et OTANiste de l’ARYM sous le nom de “Macédoine du nord”, évoquera aux yeux de tous ceux qui ne sont pas obligés que de connaître la géopolitique, l’histoire, et les enjeux des Balkans, le rapprochement évident: Comme pour la Corée ou pour le Vietnam jadis, la “Macédoine du nord”... rencontrerait logiquement un jour sa sœur “Macédoine du sud”. C’est comme si on attribuait à un état voisin de la France, le nom d’une de ses provinces, située de l’autre côté de la frontière. Étonnant, non ?

L'été grec 2018. Athènes, juin 2018

Nos touristes. Égine, juin 2018

Nos touristes. Égine, juin 2018

Au pays des animaux adespotes (sans maître) et de la culture résistante, les... maîtres, entre Washington, Bruxelles et Berlin, avaient bien étudié les positions Syrizistes avant même l’arrivée au pouvoir de ce parti. D’après ce que l’universitaire politologue Yórgos Kontogiorgis a déclaré (radio 90,1 le 26 juin 2018), une source alors bien informée lui a fait part de ce fait, ainsi, les... puissantes autres étrangères et Troïkannes se sont rendues compte qu’en matière de géopolitique déjà, les positions et déclarations... méta-nationales des Syrizistes servaient au mieux leurs intérêts et même ben au-delà du souhaitable.

Le reste n’a été qu’une affaire de temps... et d’argent, sachant combien l’amoralisme dissimulé des Syrizistes derrière un verbiage de gauche les rendait bien aptes à remplir leur rôle. En somme, le prétendu aménagement de la dette grecque aurait été lié d’après certaines sources, dont le député ANEL devenu indépendant Dimítris Kamménos, à l’accord quasi-simultané sur le sujet macédonien. Ce que depuis Bruxelles est démenti, en précisant cependant que l’accord macédonien est tout de même plus amplement positif.

Animal adespote. Athènes, juin 2018

Sans-abri. Athènes, juin 2018

Touristes et immeuble a vendre. Athènes, juin 2018

Quel terrible bilan alors. Les mémoranda et la prétendue dette, puis leur légalité et leur soutenabilité (voir les conclusions Commission pour la Vérité sur la dette publique grecque) tentent à introduire de force le pays et son peuple dans un chemin, ou plutôt dans un entonnoir alors sans retour.

Cet entonnoir n’est autre qu’un régime politique, social, symbolique et même culturel aux antipodes de la démocratie (même boiteuse), imposant un régime colonial stricte, allant jusqu’à anéantir la nation, le peuple et ses libertés et ceci, jusqu’à modifier les frontières de la Grèce.

Le processus a déjà pleinement placé la société à l’écart de la politique, et la dernière escroquerie SYRIZA savamment orchestrée au moins dès 2012, a consisté à briser le caractère résistant et traditionnel de la société grecque... tout en affirmant le contraire bien entendu. Les Syrizistes, gouvernant contre pratiquement l’ensemble de la société grecque, poursuivent leur crime en affirmant que tous les grands thèmes de la politique étrangère (accord avec l’ARYM, avec l’Albanie, la question de Chypre... la dette) seront “résolus rapidement et durant l’exercice de ce gouvernement”, d’après les déclarations du ministre des affaires étrangères Kotziás, médias grecs, juin 2018.

Manifestation, agents municipaux et électriciens. Athènes, juin 2018

Sans-abri. Athènes, juin 2018

Vers la résidence d'Alexis Tsípras ! Athènes, juin 2018

L’amoralisme des SYRIZA/ANEL, ainsi que leur mandat dicté par les puissances étrangères, restera ainsi dans les annales de la science politique de ce nouveau siècle. Ces gens revendiquent le droit d’agir contre la société, conter le bien commun, contre le pays, contre les droits des travailleurs, et contre la nation grecque qu’ils haïssent visiblement, main dans la main avec les mondialisateurs et autres financiers-sorciers du dernier capitalisme, plus chaotique que jamais. Préparés aux intrigues politiciennes depuis le temps de leur syndicalisme d’amphithéâtre, le plus souvent loin de la société pour la quelle ils se prétendent s’exprimer en son nom, ils incarnent alors le dernier cadavre de cette gauche, au beau milieu il faut dire d’un système politique autant cadavérique.

D’où d’ailleurs le “bon usage” de l’Aube dorée, maintenue à flot et dont le procès n’aboutit guère au bout de presque quatre ans, ce qui permet aux Syrizistes porteurs du totalitarisme des mondialisateurs à traiter chaque résistant patriote (de gauche ou de droite) de fasciste, de nationaliste et d’Aubedorien. C’est facile et cela ne convaincra plus personne en Grèce, surtout lorsque la Police s’acharne littéralement contre ceux qui manifestent contre l’accord macédonien de Tsípras signé près de la frontière entre les deux pays. “Nous étions arrivés en famille pour manifester, puis la police nous balançait de son gaz par lots de cinq... projectiles ; et ceci même depuis un hélicoptère. C’était affreux... honte”, témoignage par téléphone, radio 90,1 FM, zone du soir, le 27 juin 2018.

En évidence, les colonisateurs ont parallèlement et simultanément préparé SYRIZA/ANEL et l’Aube dorée, cette dernière serait d’ailleurs une organisation suffisamment liée aux services secrets étatiques bien au-delà des frontières de la Grèce, autant que ceux de l’organisation terroriste du 17 Novembre jadis.

Et quant à Alexis Tsípras, c’est un enfant issu d’une famille de promoteurs immobiliers enrichis sous la dictature des colonels, lequel a fait ensuite carrière (programmée ?) au sein de la gauche européiste, sans que l’on puisse savoir pour l’instant par quel processus concret, il avait été choisi par le précédent chef de SYRIZA, Alékos Alavános.

Sauf que Tsípras et sa bande sont allés trop loin dans la destruction du pays, de son identité, de sa classe moyenne restante, et pour tout dire de sa gauche, sauf que cette dernière question est devenue totalement insignifiante aux yeux des Grecs, et elle le demeurera à mon avis désormais pour toujours. Cette page, elle a été tournée...

Au pays des fouilles. Athènes, juin 2018

Rappel aux touristes. Athènes, juin 2018

Pythagore, fils du silence. Athènes, mai 2018

“Ministres, maires et patrons devraient travailler le dimanche”. Athènes, juin 2018

Nous sommes en guerre, et telle avait été l’analyse de ce... pauvre blog dès sa création en 2011. L’euro étant une arme de destruction massive, autant que la dette. L’économie toute seule n’existe pas et l’austérité n’est pas sans rapport avec la géopolitique d’une Union européenne au pseudopouvoir politique soviétisé dans ses rapports avec le réel, ainsi dominée par l’Allemagne. Et dans cette guerre, SYRIZA a même poussé à l’extrême ce que Thucydide cité par Cornelius Castoriádis, “tient non seulement des pertes humaines et matérielles, mais de ce qu’il faut bien appeler la destruction de toutes les valeurs et du langage même - les mots, comme dans le monde de 1984, en venant à être utilisés pour dire le contraire de qu’ils signifient habituellement”, “Thucydide, la force et le droit”, (Seuil, 2011).

Au petit pays de l’été et des îles, les visiteurs peuvent être ravis des maisons blanches comme de leur couleur locale. Et au même pays réel, le petit peuple suit toujours ses cérémonies nationales et religieuses et il voudrait si possible défendre sa patrie au-delà des escrocs du système politique. La tâche est certes rude. Les avocats du pays (à travers les Présidents de leur Ordre) dénoncent dans un communiqué cette semaine, toute l’illégalité de l’accord macédonien de Tsípras, d’après l’article 28/2 de la Constitution exigeant déjà l’approbation des deux tiers des députés.

Maisons blanches. Athènes, juin 2018

“Vive la Patrie”. Athènes, juin 2018

Le blog, retient son souffle et reprend difficilement son chemin habituel après avoir en partie résolu ses... seuls problèmes techniques. Les temps sont rudes et votre soutien lui est toujours important.

Les temps sont durs et l’histoire galope... le tout, sous le regard des félins de ‘Greek Crisis’, dont Hermès, dit “le Trismégiste”, imperturbable !

Pluie sur Athènes, le gouvernement et la région s’Attique attribuent les dégâts à l’Ouest de la région... au dérèglement climatique. C’est vrai, les orages de la semaine ont d’ailleurs fini par bouleverser même les usages touristiques.

Hermès de 'Greek Crisis'. Athènes, juin 2018




* Photo de couverture: Cérémonie. Péloponnèse, juin 2018