vendredi 6 avril 2018

Résurrection



Pâques en vue. Le pays s’y prépare, le soleil en plus. La météo annonce un bref passage pluvieux tout juste pour ce Vendredi saint, rien de bien dramatique. Cette année, la plus grande fête chez les Orthodoxes elle est fixée une semaine après Pâques des Catholiques, question de calcul et de nouvelle lune. La tradition veut que l’on consomme les œufs rouges, symbole de Pâques par excellence, on en trouve ainsi en ce moment sur les marchés à Athènes comme partout en Grèce. Donc... résurrection alors prochaine !

Arrivée du ferry. Péloponnèse, avril 2018

Fatigués de l’actualité accablante... et qui perdure déjà depuis huit ans, les Grecs quittent ainsi massivement les grandes villes et essentiellement Athènes, pour fêter Pâques au village, “sto chorio”, comme on dit en grec. Le terme, tout comme sa réalité, renvoient encore suffisamment à ces évidence plus paisibles, familiales, et surtout matrices de souvenirs. Et pour tout dire enfin, Pâques au village et en famille, s’avère parfois plus... économique que dans la capitale.

“Chorio” donc, c’est-à-dire à la fois espace, lieu, et autant “petite patrie d'origine” comme le désignent alors souvent et très volontiers les Grecs entre eux. Dans le Péloponnèse proche, ceux originaire des lieux justement, ils arrivent parfois par les ferrys de la ligne du Golfe Saronique. D’autres préféreront la route, puis, il y a tous ceux qui ne se déplacent plus, immobilisme... crisique y oblige. Pays où l’on rêve parfois... avec la Résurrection et non sans s’en méfier, autant au retour à la monnaie historique et nationale, la drachme.

En attendant, nos touristes sont d’ailleurs déjà aussi bien présents en ce Printemps, observant à l’occasion les usages et parfois mésusages du quotidien grec. Ainsi va la vie athénienne touristique, entre les séances photo devant les gardes Evzones place de la Constitution, les bains de soleil, puis, la découverte du café glacé dont les Grecs raffolent, chaque année entre le printemps et le bien lointain hiver prochain. En somme, tout l’éclat de l’épiphénomène grec, et c’est bientôt Pâques !

Retour à la drachme ? Athènes, avril 2018

Touristes, place de la Constitution. Athènes, avril 2018

Vestiges d'un cinéma en plein air. Péloponnèse, avril 2018

Toutefois, nos visiteurs n’auront certainement pas distingué... tous les vestiges de la civilisation grecque, disons la plus récente, entre les cinémas en plein air, les bâtiments jadis prestigieux de l’Armée grecque et lieux de convalescence pour les officiers, sous-officiers et soldats, construits dans les années 1920, le tout désormais destiné à la vente, comme tant de biens grecs en ce moment. Pays et autant commerce alors si énorme !

Passé, futur et rêve... bradés ; “Mais alors jusqu'où ? Où allons-nous enfin ?”, se demandent ainsi les Grecs entre eux. Ceux par exemple du complexe îlien en mer Égée, amis de longue date et travailleurs supposés indépendants... dépendants du tourisme, lesquels nous confient même parfois leurs rêves, ou plutôt cauchemars:

“Ce matin, j'ai commencé ma journée me rendant au Centre des impôts afin d'inscrire mes chambres que je loue à court terme aux touristes au nouveau registre correspondant, et ainsi être en règle vis-à-vis de la nouvelle réglementation en la matière. Je pouvais à peine marcher, ainsi, j’utilisais le cadre métallique d'une vieille table pliante que j’avais récupéré en lieu et place d’un cadre de marche. Je suis donc arrivé très péniblement au Centre des impôts. J’y ai été accueilli par deux femmes. Je me suis approché à l'une des deux, celle au physique visiblement soigné, elle devait avoir à peu près 45 ans, en lui exposant le motif de ma requête.”

Armée grecque: bâtiment à louer. Péloponnèse, avril 2018

Terrain à vendre. Péloponnèse, avril 2018

Vieilleries mises en vente. Athènes, avril 2018

“Elle s’est penchée vers moi pour m’implorer à voix basse: ‘Désirez-vous vraiment inscrire vos biens à notre nouveau registre?’ Pour aussitôt rajouter sur le même ton: ‘Vous vous demanderez, bien sûr, comment est-il possible qu’un agent des impôts puisse vous poser une telle question’. Et je lui ai répliqué, disons avec un brin d’espoir: ‘Que vous voulez faire, j’y suis obligé, je gagne peu en réalité, et si jamais mon chiffre d’affaires dépasse les 12000€ par an, au lieu de 15% c’est 35% que je dois verser en impôt... plus évidemment, les cotisations correspondantes. Et si je ne déclare pas mes biens, et que je me fais rattraper c’est d’emblée 5000€ d’amende que je devrais vous laisser, rien que pour commencer.”

“Voilà le rêve que j'ai fait l'autre jour à l'aube et me suis réveillé dans une telle 'joie'. Voilà surtout à quel point nous sommes devenus paranoïaques dans ce pays sous la Troïka, et cela aussi à cause de la surimposition sans oublier les changements incessants des règles en matière fiscale. Un vrai cauchemar”.

Sous l’Acropole le calme apparent règne, autant parfois que la psychose et le désespoir. D’après les dernières statistiques, près du 70% de la population grecque ne survit que grâce à... un cadre de marche économique, et c’est vraiment tout juste que ses besoins primaires soient en somme et à la limite satisfaits.

Sous l'Acropole. Athènes, avril 2018

Temps actuel. Athènes, avril 2018

'Nous avons faim'. Athènes, avril 2018

Ainsi, même le portail d’information économique et financière (largement) néolibéral, capital.gr, reprenant les éléments issus des données officielles et des autres statistiques du moment, dresse alors un portait fort accablant des réalités grecques actuelles.

“D’après les données officielles, en 2017 les saisies sur comptes bancaires ont dépassé 1,7 million (la Grèce compte dix millions d’habitants). Ces mêmes éléments montrent que de toute évidence l'écrasante majorité des débiteurs doit à l’administration fiscale de sommes ne dépassant guère les 500 €. Et nous pouvons sans risque parler d’une faillite grecque bien en profondeur, puisque 500.000 foyers doivent 10 euros à l’État, et qu’ils ne peuvent pas régler cette dette, ou que leur situation financière ne le permet pas, ou peut-être qu'ils restent indifférents face à cette réalité car ils n’ont plus rien à perdre.”

“Et seulement environ 40.000 débiteurs, soit environ 1% du total, ont des dettes de plus de 100.000€ et dans l’ensemble, ces redevables représentent 89,2% de cette dette globale envers l’État. En face, 87,7% des débiteurs de l'administration fiscale, soit plus de 3,5 millions de débiteurs, ont des dettes en souffrance, inférieures à 5.000 euros. En réalité, la moitié de la population économiquement active... se retrouve en situation de ‘captivité fiscale’, et cela, pour moins de cinq mille euros d’impayés.”

“Quelle conclusion alors faudrait-il tirer de tels chiffres ? Une première conclusion nécessaire, c’est que la moitié des Grecs doivent au plus 5.000 euros au fisc, sauf qu’ils ne s’en inquiètent guère, soit parce que leur compte bancaire est vide, soit parce que leurs revenus ne peuvent plus être repérés des radars des autorités fiscales ni de ceux des banques. Autrement dit, ces ménages ont ainsi basculé dans l'économie informelle, pratiquant entre autres la rétribution ‘au noir’.”

Parking privé en travaux. Athènes, avril 2018

Hors de prix. Athènes, avril 2018

Prix de saison. Athènes, avril 2018

“Pourtant, ces dernières années, environ 37 nouvelles taxes et impôts ont été rajoutés, avec un objectif de 12 milliards d'euros supplémentaires pour l’État. En 2016, l'État a ainsi collecté près de 54,1 milliards d'euros, contre 51,3 milliards en 2014 et pourtant 55,3 milliards en 2009 avant les nouvelles taxes (la Troïka est arrivée en Grèce en 2010). Notons aussi que la TVA impayée s'élève à 21,63 milliards d'euros à la fin de l'année dernière, représentant environ 21,8% de l’impôt global non payé.” (Kostas Stoupas, le 5 avril 2018).

Toujours sur le même portail Internet, un autre article revient sur le fait des 650.000 employés du secteur privé en Grèce, lesquels gagnent... 382€/mois pour un travail à temps partiel. Ceci explique peut-être un peu cela, (Dimitris Katsaganis, le 5 avril 2018).

Ce... néoréalisme grec échappera ainsi quasi-entièrement aux visiteurs du pays, d’ailleurs, ils n’y viennent pas pour... répéter l’audit des statistiques grecques. Car sinon, la vitrine helladique est fort belle, et elle est même parfois authentique, comme par exemple lorsque le pope (prêtre) et les siens, boivent leur café devant l’église aussitôt la messe terminée en cette semaine Sainte Orthodoxe. Au même moment, en attendant Dieu sait quoi, les avenues d’Athènes se vident de leur circulation, puisque les Athéniens retrouvent alors massivement leurs “petites patries d'origine”, si ce n’est que pour quelques jours seulement, laissant les clefs de la ville aux plus paupérisés d’entre eux, aux touristes, aux migrants, et naturellement, à nos animaux adespotes (sans maître).

Avenue d'Athènes. Avril 2018

Touriste. Cap Sounion, avril 2018

Animal adespote. Athènes, avril 2018

Notons enfin que la dernière trouvaille en matière de loi mémorandaire de la part du “gouvernement”, avait été ce projet présenté au “Parlement” en matière d’animaux desposés (ayant un maître) et adespotes (sans maître). Ce projet a été finalement retiré, car il a suscité l’indignation générale, et particulièrement celle des associations lesquelles œuvrent en faveur des animaux adespotes. D’ailleurs et abord cette loi instaurait une taxe liée à la possession d’animaux domestiques, ainsi qu’une forme de... TVA animalière, pour chaque produit acheté au sein d’une boutique commercialisant des articles pour animaux, en plus de la TVA... très humaine à hauteur déjà de 24%.

Ensuite, par cette législation, et par ses dispositions explicites, que toute action l'action en faveur du bien-être animal de la part des citoyens et des associations puisse devenir interdite. En particulier, le sauvetage, le fait de nourrir, la stérilisation des animaux adespotes, ainsi que les efforts de la part des citoyens ou des associations fin de trouver un foyer à ces animaux, seraient dorénavant des actes illégaux.

En réalité, c’est même l’essentiel du travail des associations œuvrant pour la protection des animaux qui deviendrait interdit, en limitant considérablement leur champ d’intervention, quitte à les faire disparaître. Ainsi, tout citoyen ou toute association qui enfreindrait la loi en portant secours, hébergeant ou en sauvant un animal adespote, commettrait ainsi un acte passible d'une amende de 5 à 15 mille euros et d'un an d'emprisonnement, comme l’ont souligné les nombreux reportages de la presse ces deux dernières semaines à l’instar du quotidien “Kathimeriní”.

Animal adespote de la gallérie littéraire. Athènes, avril 2018

Animal adespote de la gallérie littéraire. Athènes, avril 2018

Loi sur les animaux et indignation. Athènes, avril 2018

Ce projet de loi a été certes retiré, mais à l’avis de nombreux observateurs des faits et gestes bien grecs, ce n’est qu’une reculade d’urgence “de la part des salopards et autant marionnettes qui sont au gouvernement”, aux dires même de certains journalistes, à l’instar de ceux de la zone matinale sur la radio 90.1 FM en Attique. La presse aura surtout remarqué le caractère lamentablement aberrent d’une telle législation, ainsi que sa spécificité très comptable, rien que par l’instauration d’une taxe de plus, laquelle se rajouterait aux 37 nouvelles taxes rajoutées depuis 2010.

Il y a pire pourtant. Cette loi, à mon humble avis, elle aurait été très probablement rédigée, d’abord au sein d’un “cabinet d'experts internationaux” à l’instar du 95% de la “législation grecque” depuis 2010, laquelle est comme on sait... importée par mail, pour ensuite être traduite à la hâte pour les besoins de la supposée “procédure parlementaire”.

Ce que la presse n’a pas vu, ou qu’elle n’a pas voulu voir, c’est toute la mutation anthropologique violente que cette même loi avait tenté d’imposer, à savoir, et très exactement, la disparition des animaux adespotes, et par la même occasion, la destruction du lien très puissant qu’alors entretiennent avec eux les Grecs, ce qui n’est d’ailleurs pas qu’une spécificité grecque, il y a qu’à observer par exemple le lien analogue qu’entretiennent nos voisins Turcs avec leurs chats, entre autres à Constantinople, et cela jusqu’à en faire un beau film.

Vision du monde. Athènes, avril 2018

Cuirassier ‘Avéroff’, navire musée. Athènes, avril 2018

Devant la nature. Visiteurs du Cap Sounion, avril 2018

En somme, une telle législation a surtout pour vocation que de briser l’un des derniers ressorts culturels, voire existentiels encore subsistant chez les Grecs. Car au-delà du génocide économique et de la dépossession des biens, des symboles et des affects liés à ce que les Grecs considèrent très exactement comme relevant de leur patrie, “notre” tournure de mondialisation techno-féodale, imposerait pour autant, si elle y arrive, un tel méta-monde, où tout “contact” entre humains et également entre humains et animaux, passerait obligatoirement par la “création” numérique.

Nous en rajoutons déjà... en termes de méthode aux guerres de jadis, comme aux cuirassiers d’il y a un siècle, transformés en musées. Ainsi, le métanthropisme, le transhumanisme, leur supposée réalité augmentée, nous réduiraient et nous conduiraient de toute évidence... à “évoluer” finalement dans un monde azootique, aseptisé, desposé, donc déjà mort. En somme, c’est la “vie” dans un univers concentrationnaire quasi-planétaire, donnant ainsi raison à Günter Anders, lequel avait comme on sait considéré et analysé bien tôt, cette... “Obsolescence de l'Homme”.

Comme il est aussi observé ailleurs au sujet de son œuvre, “le titre de ‘L’Obsolescence de l’homme’ indique déjà qu’il y a quelque chose de périmé en l’homme, quelque chose hors sujet, à savoir son humanité. L’homme perd ses caractéristiques qui constituaient en propre son humanité: la liberté, la responsabilité, la capacité d’agir, la capacité à se faire être. En utilisant ces concepts, nous parlons le langage et la réalité d’un autre temps. Tout se passe comme si l’être de l’homme relevait aujourd’hui d’une nature morte.”

Je rajouterai seulement que cette nature morte, ce serait autant celle des animaux, et qu’en Grèce en ce moment, c’est très précisément un “gouvernement” de... gauche sous l’arriviste Alexis Tsipras qui de fait, il agit en faveur de l’avènement de ce monde alors fondamentalement morbide.

Lara Fabian à Athènes. Affiche, avril 2018

Journaux du moment. Athènes, avril 2018

Biscuits traditionnels de Pâques. Péloponnèse, avril 2018

Pâques donc en vue. Le pays s’y prépare, le soleil en plus. Bref passage pluvieux, tout juste pour ce Vendredi saint, rien de bien dramatique. Lara Fabian à Athènes bientôt, le catastrophisme de la presse, le pays réel et ses cadres de marche, nos biscuits traditionnels de Pâques, les Grecs et leur juste vœu du moment: “Bonne Résurrection”.

Retour si possible à l’essentiel, comme d’ailleurs pour Mimi et Hermès, animaux attitrés de ‘Greek Crisis’. Oui, “Bonne Résurrection” !

Mimi et Hermès de 'Greek Crisis'. Athènes, avril 2018




* Photo de couverture: Les œufs rouges, symbole de Pâques. Athènes, avril 2018

2 commentaires

katzi a dit…

Tout est dit (jusqu'aux intentions métanthropiques morbides que beaucoup ne voient pas,ou ne veulent pas voir).
Merci Panagiotis de toujours les dévoiler,( car ils détestent la lumière !), et ce ne sont QUE leurs intentions morbides.
Résistons et renaissons ! Bonne Pâque !

erne.samarelli a dit…

Bonne Paque! Christos anesti! Resurrexit sicut dixit! Alleluia!

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...