jeudi 19 avril 2018

Le salut du peuple



Il était une fois, comme bien souvent dans les contes, un Docteur Folamour, sa suffisante doxa et deux autres dirigeants... suiveurs. À cette époque on ne pouvait trouver attitude plus bilieuse sur la terre. Les prétextes, les leurs, ils ont été trouvés, tordus, voire au besoin fabriqués. Leurs missiles, à défaut de véritable mission, ils ont été pour l’essentiel interceptés et détruits avant de toucher le sol. Pauvres gens, piètres dirigeants. Voilà en résumé la vision grecque (non officielle) des événements qui ont frappé la Syrie il y a quelques jours. Et Athènes... c’est en quelque sorte l’Orient !

mercredi 18 avril 2018

Donation - Appel mensuel


Merci de votre soutien !


dimanche 8 avril 2018

Lumière



Les Grecs ont ainsi célébré la Résurrection. Celle du Chris. Églises du pays où les popes ont amené la lumière de la vie à ceux qui s’y sont rendus bien nombreux, cierge après cierge, bougie après bougie. Dimanche de Pâques tôt dans le café du petit coin les plus vieux boivent déjà leur premier café. “Voilà que Pâques c'est déjà passé. Qu'attendons-nous d'autre ? L'été, et rien de plus”. Samedi Saint sous la pluie, Vendredi Saint déjà derrière nous, la procession de l’Épitaphe, “le drame divin”, d’après le jargon qui s’impose.

vendredi 6 avril 2018

Résurrection



Pâques en vue. Le pays s’y prépare, le soleil en plus. La météo annonce un bref passage pluvieux tout juste pour ce Vendredi saint, rien de bien dramatique. Cette année, la plus grande fête chez les Orthodoxes elle est fixée une semaine après Pâques des Catholiques, question de calcul et de nouvelle lune. La tradition veut que l’on consomme les œufs rouges, symbole de Pâques par excellence, on en trouve ainsi en ce moment sur les marchés à Athènes comme partout en Grèce. Donc... résurrection alors prochaine !

samedi 31 mars 2018

Pays rêvé



Le mois de mars se termine paraît-il... dans une certaine légèreté. Les Grecs préparent Pâques, la plus grande fête de l’Orthodoxie, fixée cette année une semaine après Pâques des Catholiques. Il y a une semaine, à l’occasion de sa fête nationale du 25 mars, le pays fatigué a célébré la Révolution de 1821 contre l’Empire ottoman, aboutissant comme on sait à la création de l’état grec moderne. “Brandissons tous notre drapeau sur nos balcons, preuve -s'il en faut- de notre résistance face aux gouvernants Tsipras-Quisling lesquels de toute évidence... haïssent notre patrie”, pourrait-on se raconter en boucle depuis certaines émissions radios, à l’instar de 90.1 FM. Signes des temps qui sont autant les nôtres.

mercredi 21 mars 2018

Équinoxe



Printemps flagrant. Les émissions matinales des radios d’Athènes évoquent alors volontiers ce jour d’équinoxe, 21 mars. Temps... de fête, réalisant si possible cette condensation symbolique et voulue de l'espace réel. Dans le Péloponnèse ou en Golfe Saronique, les habitants préparent les filets de pêche et les matous qui rodent autour les regardent faire. Temps qui s’arrête, lorsque l’histoire nous file sans doute entre les doigts. Équinoxe !

mardi 13 mars 2018

Résister



Au pays grec le soleil revient. Printemps. Fánis, depuis son café dans le Péloponnèse, il commente à sa manière la dernière décision de la Justice, annoncée très tard dans la nuit du 10 au 11 mars... au sujet d’un match de football entre l’Olympique du Pirée et le PAOK de Thessalonique, match qui ne s’était jamais achevé pour cause d’affrontements entre supporteurs. “Ils ont donné raison à PAOK car c'est l'équipe de Savvídis, l’homme fort des Russes. La Grèce est fichue, c’est le foutoir, quel gouvernement ? On en rigole même jusqu’en Afrique...”.

samedi 3 mars 2018

Poisson laïque



Sous les pavés, la rage ! Au pays réel des apparences, on y percevrait l’indifférence, l’apathie, voire l’ataraxie. Étonnante alors pente glissante car nous y sommes, glissement de sens, dérapage des faits, la société même en dislocation grammaticale. Le tout, sous la “la gouvernance” la plus cynique et inique que la Grèce ait connu de toute son histoire depuis pratiquement le temps des Colonels. Faits ainsi divers du moment, casseurs à répétition au centre-ville d’Athènes, manifestants éplorés, enseignants assommés par les forces de l’ordre, et depuis quelques heures, deux militaires de l’armée grecque capturés par les forces turques sur la frontière en Thrace... le Printemps !

mardi 27 février 2018

Carnaval



Lundi dit Pur déjà passé (19 février), la Grèce vient de célébrer de la sorte son carnaval (des jours précédents) à l’image plutôt trouble de notre ultime monde. “Nous sommes encore vivants” ont cependant suggéré et même hurlé certains participants à la traditionnelle (grande) parade qui se tient chaque année à Patras. D’autres groupes carnavalesques qu’y paradaient également, autant que faire se peut avec la même autodérision, accrochés visiblement (et) si fièrement à bord de leur... carrosse, qu’ils l’ont dénommé pour l’occasion: “Bateau des inégalités sociales”. Fractures, disons exclusivement calendaires.

samedi 17 février 2018

D'une guerre à l'autre



Ce Printemps grec prochain peut s’avérer fort mouvementé. L’affaiblissement du pays, son affaissement multiple, moral, social, économique et culturel, conduisant tout droit... vers la menace de sa diminution territoriale par la guerre, telle est l’idée la plus rependue en ce moment et pour cause. L’inquiétude du “petit peuple” est grande. Sa colère l’est aussi. Encore faut-il sans cesse revisiter le sens et la portée de cette rage, et autant impotence généralisées, devant le déferlement des événements internes comme externes au pays. Nouvelle Antiquité... tardive.

mercredi 7 février 2018

Instantanés helléniques



À Athènes, et plus généralement au sud de la Grèce, c’est le moment des premières floraisons. Temps doux, bourgeons du moment, autant que cette autre... renaissance naturelle, celle des rassemblements contestataires massifs face au pouvoir en place. C’est vrai que la ville d’Athènes n’avait pas connu un tel rassemblement populaire comme celui qui s’est tenu dimanche dernier et qui a rassemblé près de 600.000 personnes, depuis bien longtemps. Printemps des... peuples ?

dimanche 28 janvier 2018

Macédoine... et légumes



C’est l’hiver, certes doux, et... c’est le pays où les habitants meurent à petit feu. Cette semaine, l’actualité a encore tourné autour du pot cassé, sans répondre, même partiellement, aux flagrantes apories humaines réellement existantes. Plus de deux cent mille personnes (près de cent mille d’après le comptage de la police), se sont rassemblées à Thessalonique pour s’opposer à la réouverture des négociations entre la Grèce et la Macédoine slave, surtout à l’utilisation par cette dernière du nom historique de “Macédoine”. Autrement-dit, l’ex-République Yougoslave de Macédoine, au sujet de sa désignation définitive officielle (et ainsi enfin acceptée par les deux pays). Macédoine... et alors légumes !

samedi 20 janvier 2018

Fosse sceptique



Semaine mouvementée. La... terre a même fini par bouger. Au soir du lundi 15 janvier, le texte dit “des prérequis” au mémorandum intermédiaire était adopté au “Parlement”. Nos manifestants affligés avaient alors quitté la place de la Constitution depuis un moment déjà, lorsque peu avant 22h30, un séisme qualifié de modéré d’une magnitude de 4,4 a été fortement ressenti dans la capitale. Chez “Greek Crisis”, Mimi s’est mise à miauler, tandis que le jeune Hermès s’est aussitôt refugié sous le canapé, preuve s'il en fallait... que la terre ne ment pas !

samedi 13 janvier 2018

Tutoyer le réel



Le temps était encore doux jusqu’à vendredi à Athènes. Ce même jour, le pseudo-gouvernement présentait au pseudo-Parlement son énième mémorandum intermédiaire, et autant fourre-tout ravageur des acquis sociaux et démocratiques depuis plus d’un siècle. Il s’agit d’un texte de loi... de 1.531 pages, lequel comme d’habitude les “députés” ne liront (presque) pas. Sa lecture (partielle sur Internet) trahit même son origine: une traduction rapide et quasi automatique, ayant comme langue source la novlangue du patois globaliste, à savoir, l’anglais des Troïkans et non pas celui de Shakespeare.

vendredi 5 janvier 2018

La mesure humaine



À Athènes, l'année 2018 celle de la météo, a bien commencé avec des températures (disons) saisonnières qui ont atteint 15 °C par endroits. Les mieux pourvus, et ceux ayant pu se permettre une si rare exception qui toujours confirme la règle, se sont rués sur les plages comme sur les tavernes de la Riviera d’Attique. Au même moment, le “gouvernement” aura encore “légiféré”, essentiellement par décrets entre le 1er et le 2 janvier, pour... le meilleur des méta-mondes. Ah... la bonne année !

mercredi 3 janvier 2018

Campagne exceptionnelle de soutien - 'Greek Crisis' - Fin 2017



Votre blog, “Greek Crisis” entre dans la septième année... de son histoire. Il prend toujours note de ce qui se passe autour de lui tout en poursuivant sa route avec ses idées, ses bien piètres matériaux du quotidien et toute leur... toxicité, ses poètes, enfin ses animaux, plus ‘adespotes’ (sans maître) que jamais, une histoire de plus de 600 textes.

Le blog (libre de toute appartenance institutionnelle) ne fonctionne comme vous le savez qu’à l’aide de dons, de votre contribution, servant à couvrir ses coûts, en réalité les besoins... de plus en plus primaires de son auteur, car le blog sans ses lecteurs, il n’existerait tout simplement pas.

Cette campagne exceptionnelle de soutien financier en cette période précise, devenant ainsi par la force des réalités une campagne régulière en chaque fin d’année, est donc lancée, et elle durera un mois, jusqu’au 20 janvier 2018. Il s’agit de solliciter votre intervention et votre soutien pour atteindre les 3.000€ en plus si possible, de ce que constituent pour nous les sommes permettant respectivement un fonctionnement minimum du site “Greek Crisis”.

Pour effectuer vos donations, c’est sur la page spéciale “Donation” via le bouton ‘Pay Pal’ ou directement (si vous préférez) sur le compte bancaire indiqué.

Un Grand MERCI pour votre fidélité et votre soutien ainsi que pour vos messages, remarques et commentaires. Nous devons tenir... encore cette année.

Panagiotis Grigoriou





* Photo de couverture: Animal adespote. Thessalie, décembre 2017