dimanche 31 décembre 2017

Bonne année !



Dernière parution... de notre cahier du Sud pour 2017 depuis ce pays des oliviers. Notre supposé comptage calendaire marquera sa pause, toujours si bien calculée entre nos temporisations humaines, puis il reprendra son cours. Temporalité dite de crise, et en réalité, longue urgence qui persiste, voilà que ce blog n’émettra plus de bilan de fin d’année. Sinon... et plus terre-à-terre (c’est vraiment l’expression), très... beau réveil vers 6h ce matin du 31 décembre 2017. Un séisme a secoué Athènes, notre Mimi et notre Hermès se sont également et aussitôt levés de leurs... lits, sans plus d’inquiétude il faut dire. Preuve s’il en faut de l’évidence d’une... certaine intelligence naturelle malgré tout !

samedi 23 décembre 2017

Meilleurs vœux



Depuis son hiver grec bien installé, ‘Greek Crisis’ vous offre ses meilleurs vœux pour Noël et pour 2018 en cette période de fin d’année. Notre voyage ainsi partagé d’année en année, nous a appris à mesurer mieux ce qu’est la Grèce sous ses réalités très contemporaines, seulement, c’est bien d’une nouvelle temporalité qu’il s’agit et qui n’est pas que narrative.
Je tiens à souhaiter aux lectrices, aux lecteurs, aux ami(e)s de ce blog en leur remerciant de leur soutien, tout le courage nécessaire, la santé ainsi que la Phronesis dont nous avons, et nous aurons me semble-t-il tous besoin, devant l’hybris et face à l’arrogance.

jeudi 21 décembre 2017

Peau de vache



La météo du moment prévoyait de la neige, y compris sur Delphes. Le vieux pays, à ses lumières fondamentales quasi-éteintes prépare ainsi son Noël maintenant qu’Apollon n’est plus. L’autre lumière, celle du jour diminue chaque jour davantage puisqu’on en parle d’ailleurs jusque dans les bistrots. En Thessalie, la neige tombe déjà en plaine. Les habitants s’y préparent... et la politique disparaît... remarquablement de l’immédiateté évidente (sauf pour les médias). Loin d’Athènes, cet accablement quotidien réellement existant est visiblement moindre. C’est finalement de saison.

samedi 16 décembre 2017

Exilés à Athènes



Les apparences dominent, et quelquefois même elles peuvent être sucrées. Car d’habitude, elles s’avèrent plutôt amères. Ainsi, comme lors de la pseudo-grève générale, jeudi dernier, initiée par les derniers syndicats simulacres (sans doute les derniers des syndicats tout court). Seul le petit monde qui manifestait devant le pseudo-Parlement (jeudi et vendredi derniers), faute de pouvoir agir autrement, fut si beau et si triste, ceci seulement, car il incarne singulièrement et enfin le réel. Bientôt Noël !

mardi 12 décembre 2017

Fiascos



Nous naviguons au milieu de cette mer semée de fiascos. En ces temps apocalyptiques, nos mots deviennent pesants, en comparaison avec ce que nous avions pu parfois si gentiment formuler par le passé. Le temps même ne compte plus, et nous avec. Oui le temps, car après tout, Balzac avait raison: “Le temps est le seul capital des gens qui n'ont que leur intelligence pour fortune.” D’ailleurs nos attitudes, déjà reformulées et reformatées en témoignent.

mercredi 6 décembre 2017

Asymétries



Pluies et vents. Dans l’ancien temps nous croyions préparer Noël. La semaine dernière, les administrateurs coloniaux de la Troïka étaient de leur déplacement habituel à Athènes, afin de recevoir les ministrions locaux à l’hôtel Hilton. Histoire surtout de surveiller l’exacte poursuite du programme d’anéantissement de leur proie. 2018, sera l’année où le processus de déshellénisation de l’économie, (et) qui passe autant par la saisie des biens privés et publics des Grecs, s’accélérera. Les para-ministres à Tsipras sourient sans cesse devant les cameras, et les Grecs les haïssent. Oui, la haine, c’est-à-dire, la disparition absolue du geste politique.