samedi 19 août 2017

Éphémère finissant



L’été grec bat son dernier plein. Sur certaines plages du... Grand Péloponnèse le camping libre rappelle à sa juste manière toute la force du royaume de l’éphémère finissant. Même aux alentours de la grande fête du 15 août, au demeurant dès lors derrière nous, ces vacanciers héroïques des classes pressées peuvent encore se dire que (seule) la nature leur réserve enfin un supposé quelque part. Illusion ?

Plage du Péloponnèse le 15 août 2017

Août si possible travaillé, et “Greece Terra Incognita” mon autre activité disons cousine de ce blog, m’éloigne ainsi souvent d’Athènes en ce moment. C’est de... saison comme on dit.

Au soir du 15 août dans le Péloponnèse, seule la taverne de la plage affichait fermée car réservée par les circonstances. “L'établissement est fermé, il est entièrement réservé. Nous ne servons plus. Nous vous remercions”. Les intéressés auraient pu comprendre et ils ont effectivement compris. Et quant au patron de l’établissent, agité devant sa cuisine, il n’avait que ses bras (ceux des employés plus exactement) pour préparer, servir et accueillir les trois cent personnes de la classe moyenne suffisamment plus aisée que le reste, arrivées vers 22h jusqu’au bout de la baie à bord de leurs voitures récentes.

Effectivement, la crise n’a jamais été celle de tout le monde, on l’aurait même un peu oublié sous le soleil et sous les quelques nuages de ce 15 août 2017. Été si possible travaillé, mais... alors moutons et chèvres occupent parfois ces même plages à l’aube, bien avant l’arrivée des premiers vacanciers. C’est aussi de saison.

Péloponnèse, août 2017

Établissement réservé. Péloponnèse, le 15 août 2017

Moutons et chèvres. Péloponnèse, août 2017

Seules les nouvelles qui tombent (c’est bien l’expression) n’auront jamais tombé finalement si mal. Car autour du 15 août en Grèce, près d’une centaine d’incendies de grande envergure et en série, ont sévi dans le pays réel... de la guerre ainsi faite par d’autres moyens, y compris dans la région d’Athènes. De ce fait, dans de nombreux quartiers la capitale, ceux qui n’ont pas été près des plages, ils ont aussitôt fermé portes et fenêtres à cause de la fumée et des cendres qui dominaient le ciel durant près de trois jours.

Alors que plusieurs milliers d’hectares ont été ravagés cette dernière semaine, les politiciens bronzés et requinqués encore de leur été eternel, ils ont de coutume “polémiqué” dans l’indifférence totale au sujet des moyens qui manquent. Plus de la moitié des avions existants, conçus pour lutter contre les incendies que compte la Grèce sont cloués au sol par manque de moyens et d’entretien. La presse ironise certes, sauf que l’ampleur... sérigraphique du “phénomène” est déjà si énorme cet été en Grèce, mais aussi ailleurs, par exemple en France et en Italie. Temps d’un été alors brûlant.

Une fois détournés provisoirement de leurs baignades et sortis de leurs tentes, les Grecs discutant entre eux, ils utilisent l’expression d’usage consacrée au “phénomène”, et cela depuis bien des années: “Ils ont encore brûlé le pays”. Sauf que ces “ils”, ne sont jamais désignés avec précision, et cela pour cause.

Moyens... anti-incendie. “Quotidien des Rédacteurs” du 16 août 2017

Alexis Tsipras et ses illusions... brûlées. Quotidien “Kathimeriní” du 18 août 2017

Vision athénienne. Août 2017

On scrutera alors volontiers ces nouvelles si possible de loin, avant de retrouver toute la vérité enveloppante provisoire de sa tente de camping encore libre. Visite guidée au pays sans guidon !

Et pourtant. Les îles touristiques croulent sous les flots et sous les flottilles de voiliers, certaines Cyclades, Hydra, Póros notamment. Les moins suivistes, iront plutôt se baigner tranquillement ailleurs, par exemple sous la grotte préhistorique de Frachti en Argolide (Péloponnèse toujours), habitée comme on sait depuis plus de quarante mille ans... avant les algorithmes de la finance contemporaine. Oui, le monde avait-il déjà existé avant que les dites agences de notations ne se décident “d'augmenter la note de la Grèce en ‘B-‘”, à l’instar de Fichte cette semaine, d’après la presse.

Dans la grotte de Frachti. Août 2017

Certains aspects de la vie agropastorale du passé. Frachti, août 2017

La seule note de la vie, comme de la durée perceptible c’est alors à Frachti, sous les honorables quarante mille ans de cette grotte, située et cela seulement après élévation du niveau de la mer... devant la petite île appartenant à la famille de l’armateur Livanos, laquelle a partiellement financé les fouilles des paléontologues et des archéologues.

Les éclaircissements écrits et illustrés proposés aux rares visiteurs montrent autant les différentes phases des fouilles entreprises entre les années 1970 et nos jours, ainsi que certains aspects de la vie “agropastorale en Grèce”, sachant que la grotte abritait encore un troupeau de mouton et de chèvres dans les années 1950, c’est-à-dire... peu avant les algorithmes de la finance contemporaine !

La grotte de Frachti (à gauche). Août 2017

Fouilles dans les années 1970. Frachti, août 2017

Fouilles, hommes et matériel dans les années 1970. Frachti, août 2017

Pendant qu’à Athènes les gens auront moins pu partir en vacances en ce mois d’août 2017 aux dires des voisins, et pendant que les récupérateurs aguerris... inspecteront toujours les bennes à ordures, ceux qui ont cependant pu, ils passeront encore quelques nuits sous leurs tentes colorées.

Toujours dans les faubourgs de la capitale touchés par les incendies, un programme d’assistance appuyé par la Région d’Attique vient d’être lancé afin d’apporter secours aux animaux adespotes retrouvés blessés suite aux incendies ayant sévi dans l'Est de l'Attique. Histoire surtout de leur trouver un abri temporaire et les soins vétérinaires dispensés bénévolement, voilà pour les autres nouvelles, disons rassurantes du moment (“Quotidien des Rédacteurs” du 18 août).

Au même moment, les animaux adespotes des îles comme du Péloponnèse bénéficient de la saison et des restaurants pleins (sans incendies), ou suffisamment fréquentés pour encore un petit mois. L’été grec bat ainsi son dernier plein et seuls les... contrôleurs du “fisc grec” sont si mal accueils près des plages... par certains restaurateurs et autres professionnels de l’héliotropisme. Insultes, agressions, menaces, et parfois même passage à tabac et coup de fusil tirés en l’air. Été... chaud !

Récupérateurs... aguerris. Athènes, août 2017

Camping libre. Péloponnèse, août 2017

Péloponnèse, août 2017

Péloponnèse, août 2017

Dans l’urgence, le “gouvernement grec” cherche à endurcir la législation et surtout les peines encourues. “On ne peut pas punir de la même manière l'agression que subit un simple citoyen et celle dont il est victime un agent du fisc dans l'exercice de sa mission”, déclare à la presse (quotidien “Kathimeriní” du 19 août) Yórgos Pitsilis, celui qui dirige la dite “Agence Indépendante des recettes Publiques”.

Sauf que cette dite “Agence Indépendante” imposée par la Troïka et contrôlée par elle, ôte tout contrôle des finances et surtout des recettes publiques à l’État grec (?) comme autant au ministère des Finances ou au “Parlement”. La boite de Pandore est ouverte, et les... usages d’en haut... provoqueront ou donneront prétexte aux comportements d’en bas, été d’ailleurs comme hiver. Décidément, il vaut mieux parfois en Grèce être animal adespote qu’agent du... fisc indépendant !

Animal adespote. Restaurant de l'île de Póros, août 2017

L’été grec bat son dernier plein. Grand Péloponnèse, camping libre, et le... “Président” qui navigue, voilà en tout cas pour la peinture des apparences. Les tristes nouvelles de Barcelone et d’ailleurs circulent pourtant, et alors sont commentées entre Grecs, tout comme plus amplement, visiteurs du pays compris. Les vacanciers héroïques des classes pressées auraient pu encore se dire que (seule) la nature leur réserve enfin un supposé quelque part (bref et provisoire), et ce n’est peut-être pas qu’une Illusion.

Et à propos de Barcelone (comme de Venise), la presse grecque évoque également les récents signes du malaise profond ressenti par une partie des populations locales subissant ainsi un tourisme de masse, sans contreparties disons positives. Hausse des prix, salaires de misère, logement devenu inaccessible aux jeunes (et moins jeunes) habitants à cause notamment de la déferlante Airbnb, entre autres (“Kathimeriní” du 18 août), voilà pour l’essentiel. Le phénomène est déjà en cours aussi dans certains quartier d’Athènes il faut dire. L’uberisation c’est tant probablement la tiers-mondisation citoyenne... plus internet.

Barcelone et le tourisme de masse. du 18 août

Le “Président” qui navigue. Golfe Saronique, août 2017

Un peu moins concernée par le tourisme de masse mais cela seulement (encore) par endroits, la Grèce héliotropique ne donne pas l’impression de réfléchir sur la question de son... avenir touristique. Et pourtant...

En attendant, les plages où l’on respire existent, et... la connectivité des Grecs envers YouTube devient alors la deuxième mondiale après celle des Saoudiens d’après la presse grecque (“To Pontíki”, 27 juillet 2017). La plage... plus l’électricité !

La plage... plus l'électricité. Péloponnèse, août 2017

La plage... plus l’électricité certes, les animaux adespotes des tavernes et des guignettes. Camping libre au royaume de l’éphémère finissant.

Animal adespote sur la terrasse d'une guinguette. Péloponnèse, août 2017




* Photo de couverture: Camping libre. Péloponnèse, août 2017

3 commentaires

pierrot a dit…

Toujours aussi passionnant, hélas toujours aussi attristant...
Quand cela finira-t-il?

christian yon a dit…

c'est vrai, par moment on se demande comment il existe encore une vie "normale" en Grèce
je vous envoie toute ma considération
courage !

Nanouchka a dit…

J'attends chaque semaine vos articles toujours passionnants, vos photos belles et parfois insolites. Merci beaucoup !

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...