mardi 8 août 2017

Lavage complet !



Synchronies, canicule, comme tempêtes passagères. Temps actuel. Les medias évoquent pêle-mêle, la ruée vers les plages, les incendies du moment (l’île de Cythère brûle depuis près d’une semaine), l’autosatisfaction débordante du gouvernement, voire enfin, la visite officielle (déjà annoncée) en Grèce et en septembre du président Macron.

Petite tempête passagère. Large d'Égine, juillet 2017

Samedi 5 août, près de trente ferrys ont largué leurs amarres à destinations des îles depuis le Pirée, rêve alors concentré. “À partir du 18 août, tout ce beau monde rentrera à Athènes, voilà pour les vacances des Grecs, lorsqu'ils partent”, entend-on sur les ondes (Radio Alpha, 5 août, zone matinale). Visiblement on radote, comme on se répète un peu, autant sur les ondes.

Au large de l’île d’Égine l’un des deux ferrys de la matinée, gêné par une tempête qui n’a pas duré, n’a pas pu accoster de sa première tentative. Petite histoire du jour alimentant tout juste les conversations. Dans le temps et dans le vent actuel également, une certaines presse... formatée très “bas niveau”, évoque “ces OVNI vus dans le ciel de Crète”, miracle toujours actuel, spectacle et alors vérité sans doute mensongère.

Athènes, au marché aux puces. Août 2017

Lundi 7 août, et depuis le Troisième Programme (culturel et musical) de notre (presque) bien seule radio, l’émission de l’après-midi (sous les 40° C il faut aussi le signaler), elle avait été consacrée à l’œuvre de Guy Debord , à l’occasion d’une nouvelle (et quatrième) version traduite de son œuvre: “La Société du spectacle”. Un oasis fort apprécié par si peu d’auditeurs en réalité, au pays de l’archipel Égéen où la moitié de l’Europe s’y rend très volontiers pour y réaliser ses baignades.

Société du spectacle toujours, ainsi, une autre fraction de la presse ironise alors sans réserve, au sujet des “gouvernants”: “Les marchés financiers jouent de leur musique, et de ce fait, Tsipras et les siens dansent”. Événements, politiquement et copieusement déshydratés, et qui n’impressionnent guère les ultimes lecteurs de la presse. Les Grecs d’ailleurs n’en rient même plus du tout.

Touristes et Grecs. Póros, juillet 2017

Les ferrys arrivent à l'heure. Golfe Saronique, août 2017

Les voiliers affrontent les éléments. Golfe Saronique, juillet 2017

Pays pour autant comme on sait piloté... automatiquement, danse ou pas. Les ferrys arrivent néanmoins plutôt à l’heure, les voiliers affrontent les éléments, puis, les touristes et certains Grecs, profitent des îles ; à l’exemple de Póros. Synchronies parallèles. L’été et ses ambiances en rajoutent d’ailleurs à cette impression de fausse fluidité. Faux mouvements... à travers les débris de toute une civilisation comme le dirait sans doute le regretté Guy Debord.

“L'argent, c'est notre liberté battue en monnaie”, nous dit-il par son unique manière, ce clown comme on sait figé, il est placé devant une boutique “vieux jeu”, située derrière le bâtiment du premier Parlement grec (1875-1935).

“Athènes c'est de la lave”. Athènes, Août 2017

Animal (presque) adespote, heureux sous l'Acropole. Athènes, août 2017

Athènes, commerce à l'ancienne. Août 2017

Ou autrement, ce slogan bien actuel: “Athènes c'est de la lave” (“donc quittons-la”, pour ce qui est du sens entier du message). Avertissements échaudés de ce mois d’août, les plages en plus. Le pays expire, le pays transpire, et les apparences alors dominent, on dirait à l’exacte manière, exposée et analysée par Guy Debord, il y a pourtant plus d’un demi siècle.

Sauf que derrière le lustre touristique, les visages se figent parfois en cachette, car les professionnels ne s’en sortiront pas forcément... victorieux de l’embellie estivale. Comme partout dans ce bas monde, il va falloir finalement gratter un peu, pour accéder à la moelle sociale alors lésée.

Porte... fermée. Athènes, août 2017

“Je vais mettre la clef sous la porte, je ne peux plus et je ne veux plus payer pour cet État-zombi, celui qui nous suce le sang pour alimenter sa clientèle politique, ses sbires, tous ces bons à rien. Je laisse plus de 75% de mon chiffre d’affaires en impôts, taxes et cotisations. Je travaillerai en informel désormais, que tout s’effondre... qu’ils crèvent”. Lámbros, petit imprimeur d’Athènes et ses états d’âme en ce mois d’août.

Une certaine presse... “Les ONVI”. Athènes, juillet 2017

“L'argent c'est...” Athènes, août 2017

“Les gouvernants dansent”. Presse grecque, juillet 2017

De l’autre côté du miroir helléno-centrique, l’ami Mários, fonctionnaire attitré comme attristé, il dépeint également la situation, sa situation: “Ils ne nous laissent pas travailler honnêtement”.

“Toutes ces cliques, ces partis, dont nouvellement la caste Syriziste, ces syndicats, puis enfin ces collègues... aux nombreuses ‘relations’. Comme nos salaires dans la fonction publique ont été réduits de 30% à 40%, les pratiques mafieuses se multiplient... aussi sous prétexte de crise. On m’a rapporté qu’un tel, vétérinaire d’État, ne délivre pas de certificat de conformité aux éleveurs, faisant logiquement suite à l’abatage de leurs bêtes sans... percevoir un bakchich, allant parfois de 20€ à 30€ par tête... animale abattue, et pourtant tout se déroule en respectant les normes les plus strictes.”

“Les confrères, aussi fonctionnaires en sont décidément outrés, seulement, l’intéressé appartient à un large réseau politique local... réellement très existant, l’amoralisme et le cynisme en plus. Ceci explique aussi cela, et les honnêtes gens alors se tairont encore et toujours. Je fais mon travail comme je peux, je ferme les yeux ou plutôt je fais semblant, je ne me mêle pas aux ‘affaires’ et encore moins aux magouilles. Enfin, nous sommes pour l’instant normalement et régulièrement rémunérés, contrairement à ceux du secteur privé. C’est déjà une sécurité. Et c’est aussi la vie, sans espoir, sans renouveau, sans goût ! Le pays ne s’en sortira plus.”

Synchronies, tempêtes passagères et ainsi... vérité enfin tangible. En Thessalie Occidentale, sous les montagnes du Pinde, on y lave encore tapis, couettes, draps et couvertures presque à l’ancienne, aux quelques lavoirs de rivière subsistants. Beauté, clarté, et souvent lucidité, pour ce qui en sort des discussions engagées. La Grèce en immersion complète. Lavage aussi complet garanti !

Au lavoir. Thessalie Occidentale. Août 2017

Au lavoir. Thessalie Occidentale. Août 2017

Au lavoir. Thessalie Occidentale. Août 2017

Près du lavoir. Thessalie Occidentale, août 2017

En Thessalie toujours, la presse régionale (à l’instar du quotidien historique “Elefthería” de sa capitale, Larissa), titrera... sur les “Nouveautés en taxes et impôts à découvrir à la rentrée”, et à acquitter avant la fin de l’année. Rien de très extraordinaire il faut dire. Mais entre Grecs, la spontanéité des discussions estivales engagées entre vacanciers et résidents (près des plages comme dans les montagnes), est définitivement sortie des pseudologies des faits et gestes prétendument “politiques”. L’été étant déjà un “ailleurs” dans un sens, crise ou pas.

Fort honorablement, le même quotidien dans sa ‘Une’, il rapporte aussi cette si bonne nouvelle: “Près de Makrychori (au Nord de Larissa), les vestiges d’une localité récemment découverte avait été habitée vers 5.300 avant notre chronologie. Les fouilles archéologiques se poursuivent. Dans une couche datant de la période de l’Helladique récent, nous avons découvert une demeure où sous son sol, un très jeune enfant avait été inhumée, tandis que la construction avait été habitée par la suite et cela sur plusieurs générations.” Autres temps !

Mais aujourd'hui, nous sommes inlassablement traversés par une époque coulée, coulante et ainsi collante. À Trikala, chef-lieu de l’ex-département homonyme (les départements ont été supprimés en Grèce suite à la réforme jugée “nécessaire”, initiée par la Troïka et par ses serviteurs Grecs lors du premier mémorandum à l’automne 2010), le Syrizisme local a co-organisé en ce début août, une opération de promotion politico-médiatique de sa députée européenne et européiste Konstantína Koúneva (originaire de la Bulgarie voisine, lâchement et sauvagement agressée en 2008 par des inconnus, probablement en lien avec son action de syndicaliste).

La ‘Une’ du quotidien “Elefthería” de Larissa. Août 2017

La députée a voulu... ainsi célébré le renouvellement en CDI d’un certain nombre de contrats des femmes de ménage travaillant à l’hôpital public de Trikala. “Elle se fout très largement de notre gueule cette femme, elle touche ses seize mille euros par mois de l'eurodéputée, puis, elle vient soi-disant soutenir nos faibles d’ici”, pouvait-on entendre en ville, dialogues entre passants, très exactement à la vue des affiches que SYRIZA y avait placé pour promouvoir l’événement, “suivi d'un concert de musique grecque donné dans la cour de l'hôpital”.

Et comme prévu... ce fut le vide total. Les musiciens abattus, très probablement rémunérés trois sous, se produisant devant un public de... fauteuils en plastique quasiment vides. Belle musique populaire pourtant, chansons de la gauche et autant de jadis. Du Theodorakis qu’une vielle dame Syriziste reprenait alors avec penchant... le tout, dans un certain situationnisme de la diagonale du vide politique comme ontologique. Le pays (et sa gauche) n’est plus, sauf alors pour le ridicule en images.

En face de l’hôpital de Trikala et en même temps, sur les terrasses des cafés et des tavernes, l’autre public y était en tout évidence plus nombreux... car en train de suivre un match de football, l’équipe d’Olympiakós du Pirée y jouait.

Événement... organisé par SYRIZA à l'hôpital de Trikala. Août 2017

Le même soir... en suivant le match de football. Tríkala, août 2017

Commerçant sceptique et 'son' animal adespote. Athènes, août 2017

Société du spectacle, plus certaines vérités évidentes. Pendant qu’à Athènes les commerçants se montrent sceptiques, chez ceux rencontrés dans les montages du Pinde, la colère qui en ressort est plus claire et plus limpide que jamais: “Les politiciens ont tous trahi, le pays est vendu, les jeunes sont partis, nos villages sont vides et nos écoles se ferment les unes après els autres. La Grèce n’est plus”, voilà pour les témoignages à chaud... sous les platanes.

D’autres montagnards se montrent au contraire plus modérés: “Nous en avons vu bien d'autres, nos parents et nos grands-parents surtout. Alors patience...”. Oui, patience. En Crète, certains agents de l’aéroport d’Héraklion ont récemment perçu une partie de leurs salaires en... bons d’achats, pratique illégale et néanmoins réellement existante (presse grecque du 7 août 2017) . Ainsi... et certes patience.

Sauf que depuis les montagnes grecques, Il est cependant possible de prendre plutôt de la hauteur et de la distance par rapport à la trivialité ambiante. On s’y attardera volontiers par exemple devant ces grottes transformées en chapelles, car au royaume des montagnes du Pinde, les moines Orthodoxes ont très historiquement investi ces cavernes propices au recueillement. Ces cathédrales de roches où trônent des fresques, à mi-chemin entre la peinture naïve et l’iconographie byzantine, ont toutes leurs légendes et leurs secrets.

Grotte transformée en chapelle. Thessalie Occidentale, août 2017

Gare... en ruine et sans train. Thessalie Occidentale. Août 2017

Fresque à l'intérieur d’une chapelle. Thessalie Occidentale, août 2017

Comme autant à la vue de cette gare en ruine, construite entre 1938 et 1939. Les voies ferrées n’ont jamais été posées, le train n’est jamais arrivé jusque là. Encore une des modernisations du siècle dernier en Grèce, définitivement stoppées par la Deuxième Guerre mondiale.

Chemin faisant, on se rend parfois compte que le souvenir de ceux qui appartiennent définitivement au passé, est parfois évoqué à travers les récits des habitants actuels (lesquels ne sont plus permanents): “Regardez cette photo prise ici-même en 1930, devant la demeure d’une famille puissante et riche aux normes de l’époque. De cette si belle maison, il ne reste actuellement que l’entrée externe, tout le reste, comme pratiquement le village dans son ensemble a été brûlé par les Allemands en Octobre 1943. Les habitants avaient fuit se cachant dans la montagne, ensuite, notre village a été partiellement reconstruit, mais seulement plusieurs années après.”

“Nous, descendants des anciens des années 1940, nous y demeurons désormais uniquement durant l’été. Nos familles, elles sont alors éparpillées entre Athènes, Larissa, Trikala, Thessalonique, voire même l’Australie. Nos retrouvailles, entre juillet et août, incarnent surtout le moment le plus heureux et le plus attendu de notre existence durant toute l’année. Nous en sommes fiers... même si cela ne dure que deux à trois mois par an.”

“Regardez cette photo, prise en 1930...” Thessalie Occidentale, août 2017

“Seule l'entrée extérieure a été conservée.” Même endroit, août 2017

Vieillard au village. Thessalie Occidentale, août 2017

Temps actuel. Les medias évoquent toujours pêle-mêle, la ruée vers les plages, les incendies du moment, ou sinon “l'effondrement” des droits des travailleurs: “Les plus anciens des employés sont actuellement licenciés à la pelle. Chaque employé ainsi renvoyé est remplacé par deux jeunes payés au mieux 350€ par mois chacun, pour un travail à temps plein et sous un contrat dit ‘révocable’. Il arrive parfois que même ces salaires de misère ne soient pas versés normalement.”

“Pourtant, les jeunes employés ne disent souvent rien, ils ne se plaignent pas, ils acceptent leur sort ; ils sont beaucoup plus dociles que les ainés. La Grèce connait déjà ce nouveau régime du Moyen-âge... des travailleurs. Le recul en quelques années (y compris sous SYRIZA) est sans précédent”, représentant de la Confédération Générale des Travailleurs Grecs - GSEE, interviewé en direct (Radio 90.1 FM, le 8 août 2017, zone matinale).

Dans ces montagnes du Pinde on s'y baigne parfois. Thessalie Occidentale, août 2017

Sauf que dans ces montagnes on s’y baigne parfois le temps d’un été, histoire de se purifier comme on aime le dire parfois. Chômeurs, travailleurs, éleveurs, ainsi que les rares voyageurs éclairés s’y retrouvent pour ainsi dire loin, si loin des villes. Loin également de la ruée vers les plages, Guy Debord aurait peut-être apprécié ce... situationnisme.

Synchronies toujours et tempêtes passagères. Nos animaux adespotes (sans maître) se disputent imperturbables le charme d’une femelle par exemple. C’est aussi de saison. Août 2017. Temps actuel. Lavage complet !

Nos animaux adespotes se disputent... Athènes, août 2017




* Photo de couverture: Au lavoir. Thessalie Occidentale. Août 2017

4 commentaires

Polilogeia a dit…

Cher Panagiotis, votre blog on y revient à chaque fois et on en sort à chaque fois aussi ému et déprimé, toujours aussi heureux d'avoir eu des nouvelles de la Grèce et toujours malheureux de les savoir si mauvaises. Ma twpa, ti na kanoume ; Quant à vous, continuez.

Resistant Daniel a dit…

La Grèce, on y va, on y retourne, encore et encore, parfois même on y demeure, pour la Grèce et les Grecs, tout simplement, amicalement,

Philippe Berrier.

Jacques Foschia a dit…

Très émouvant. On vous lit assidûment et toujours avec beaucoup d'intérêt. Merci!

zozefine a dit…

cette fresque dans la chapelle est vraiment fantastique ! la musique de tes textes est toujours aussi belle et triste. et reflète la réalité ô combien désolante de la grèce de 2017. pour les amantEs de la grèce, qui sont à bon droit obsédéEs par le TAIPED, la troïka, la descente aux oubliettes des pays tiersmondisés et colonisés, descente longue, douloureuse et pas si lente que ça, et le sociocide qui va avec, j'aimerais recommander l'écoute d'une série d'émissions sur france-culture sur HOMERE, absolument magnifiques émissions, et en particulier celle d'aujourd'hui, sur la métrique et la prosodie homériques, parce que je crois que c'est en s'accrochant à l'histoire de cette culture, à son incroyable beauté, profondeur, magie, qu'on arrive à garder en soi la grèce telle qu'elle est, et non ce que les capitalistes et les requins cherchent à en faire : un disneyland / club med et une étape primordiale pour la nouvelle route de la soie. https://www.franceculture.fr/emissions/grande-traversee-celui-que-lon-appelle-homere/les-paroles-senvolent

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...