jeudi 6 juillet 2017

Des épaves brisées de voyages inachevés



Juillet déjà. Le blog dans ses habits d’été ! Euphémismes. Les marionnettes politiques, et d’abord Alexis Tsipras (“Gauche”) et Kyriákos Mitsotakis (“Droite”) “se sont violement affrontés verbalement” au sein du “Parlement”, d’après la presse... dans l’indifférence très générale. Ou sinon, comme l’écrivait Yórgos Seféris, poète d’abord et diplomate ensuite: “Avec des désirs qui jouaient comme les grands poissons dans les mers qui soudain se retirent (...) Le petit état de Commagène ; qui s'est éteint comme la faible veilleuse.” (“Journal - B”, 1944).

En Golfe Argosaronique, la messe. Juillet 2017

Les contractuels au ramassage des ordures ont repris le travail mettant fin à leur grève. Seulement... Daniela Prelorenzou, employée au contrat précaire transformé en CDI il y a peu, âgée de 62 ans et mère d’un enfant handicapé ; elle a été littéralement et définitivement tuée à la tâche. Accident cardiaque sous peine d’un double service durant la même journée accablante. Ramasser les ordures d’Athènes sous les 44 degrés Celsius, c’était à la fin de la semaine dernière (presse grecque du 30 juin 2017) . Le blog... ainsi désemparé... et pourtant dans ses habits d’été, rend ainsi hommage à Daniela, comme à chaque Daniela ! Modernité, cruauté, mœurs relâchés. Été grec, dit celui des vacanciers

Et comme la vie (des autres) continue, en Golfe Argosaronique, comme partout ailleurs au pays, on célèbre parfois les Saints Patrons des lieux, la grande saison des fêtes et des panégyries débute donc pour ainsi rendre si possible l’été bien entier. Le soleil se lève brûlant, alors unique certitude.

En Golfe Argosaronique, la messe. Juillet 2017

La presse s’attardera également, juste pour un moment sur cet accident maritime (et... du travail), quand le vieux navire citerne approvisionnant l’île en eau potable depuis l’Attique, est entré en collision avec une petite embarcation de pêche. Les corps de deux frères, pêcheurs professionnels, Pandelís et Yórgos Bitros (âgés respectivement de 74 et de 62 ans, morts sur le coup) ont été aussitôt “repêchés” par l’équipage du navire citerne. “Des épaves brisées de voyages inachevés, des corps qui ne savent plus comment aimer” (Yorgos Seféris, “Légende”, 1933-1934, trad. Lévesque).

Les médias parlent ainsi de tragédie... avant de passer à d’autres sujets nautiques, entre autres, l’accostage du voilier de l’ex-Roi des Grecs Constantin au port chic de Porto-Heli dans le Péloponnèse, maritimité oblige sans doute.

On remarquera tout de même, que les medias, et cela depuis quelque temps, accordent assez souvent de leurs pages et reportages aux... apparitions de Constantin II de Grèce, le sixième et dernier roi des Hellènes du 6 mars 1964 au 1er juin 1973, date à laquelle il fut déposé (sans abdiquer) et la République proclamée en 1974 après referendum, faisant suite à la fin de la dictature des Colonels (juillet 1974).

Faute de mieux sans doute... sous sa dent, la presse ressort également ces belles photographies du temps et des êtres de jadis, à l’occasion de ce... 6 juillet par exemple, le quotidien “Kathimeriní”, publie cet instantané de Maria Callas, se baignant en mer d’Italie, c’était le 6 juillet 1958, une... éternité.

Daniela Prelorenzou... tuée à la tâche le 30 juin. Athènes (presse grecque) du 2 juillet 2017

Le bateau citerne à Égine. Athènes (presse grecque) du 5 juillet 2017

Le ferry à destination d'Égine. Le Pirée, juillet 2017

Étranges temps humains, âpres, en même temps étirables à souhait. Yórgos Seféris écrivait il y a déjà un moment dans son journal, que “même les cris des animaux ressemblent à des créatures sorties tout droit du grand silence. Les îles grecques sont comme des idées agréables qui se succèdent” (15 novembre 1939). Sauf que ce silence fondamental nous manque alors cruellement et que les îles grecques, ne sont plus que des idées agréables qui se succèdent.

Petits faits classés divers sous la domination des grands faits pervers, et de nouveau, notre petit monde des temporels s’enfonce dans la tourmente. L’histoire ne se répète pas, la sottise si.

“Moments tragiques. Depuis un an, les moments tragiques se succèdent et se répètent à un point tel, qu'il ne vaut plus la peine de les mentionner. C’est comme perdre son temps avec les choses inutiles. Cette guerre (guerre initiée sous couvert d’une situation de soi-disant temps de paix), est alors caractérisée par ceci: Une force du mal a trouvé moyen d’humilier, de broyer, et d'annihiler, tout un monde. Elle ainsi fait remonter à la surface toute cette piètre matière, intérieure chez les hommes, à savoir, l'égoïsme, la lâcheté, la bassesse, la malveillance, pour nous faire croire qu’il s’agit là... des aptitudes fondamentales des gens qui gouvernent ce monde.”

“Cette force du mal détient l'apparence d'une bête mécanique parfaite, tout à fait irresponsable, parce que l'homme et l'humanité n'interviennent pas dans son système.”

L'ex-Roi Constantin (à droite) à bord de son voilier à Porto-Heli (photo presse grecque). Péloponnèse, 6 juillet 2017

L'ex-Roi Constantin vers 1960 (photo presse grecque)

Maria Callas, le 6 juillet 1958 (photo presse grecque)

“Et c'est alors la punition. Ceux qui sont punis: une tourbe de faiblesses. Embourbés là-dedans sans même une ramure pour s’y tenir. Bourreaux et punis méritant ainsi leur sort. Ne parlons pas d'eux. Celui qui s’enfonce est alors la victime d'un accident, ou d’une maladie, d'une tuile qui lui tombe sur la tête, ne parlons pas de lui. Et celui qui veut demeurer digne, il se doit... si possible mourir, à la seule manière digne qui restera pour un homme juste. Rien d'autre. ‘The wrong man’. L'homme s’est trouvé par hasard dans un naufrage tragique. Cependant, l'horreur c’est de ne pas pouvoir mourir en compagnie d’un ami. Un malheur de plus. Voilà tout. (...)”

“Nous vivons à une époque de somnambulisme généralisé. La vie, c’est un rêve, disait jadis le doux-rêveur, celui qui se voulait en dehors au monde. La même chose peut se dire aujourd'hui de la part de tous ceux qu’y vivent très concrètement. La vie se compose de personnes qui rêvent. Et les coups acquiescés sont des coups survenus de la substance des rêves inconsistants. Gagnants comme perdants, ils ont de ces gestes stéréotypés, on dirait sans contenu.”

“Quand le moment du réveil arrivera pour nous, rien ne sera laissé en place. C’est si naturel. Sauf que le seul espoir c’est de voir venir ce moment. L'humanité trace de grands cercles composés de toutes les générations passées. Notre destin bien à nous a voulu que nous soyons très précisément sur cet arc, à travers sa trajectoire, en ce moment immergée dans les profondeurs de la nuit.” (Journal de Yórgos Seféris, 10 avril 1939)

Somnambulisme généralisé. Réclame. Athènes, juillet 2017

Somnambulisme généralisé. Affluence pour la finale du jeu... “Survivor”. Athènes, juillet 2017 (photo: internet grec)

Somnambulisme généralisé. Affluence pour la finale du jeu... “Survivor”. Athènes, juillet 2017 (photo: internet grec)

Nous vivons certainement à une époque de somnambulisme généralisé. Au moment où Daniela Prelorenzou, ou encore mes cousins Kóstas et Sotíris à l’image mortuaire de milliers d’autres Grecs n’ont pas survécu à la nouvelle situation du pays colonisé, une autre (?) partie de la population somnambule et se passionne pour le dit “grand jeu télévisuel Survivor” dont la “finale” avait été organisée dans un parc d’Athènes mercredi 5 juillet.

De “l'affluence fort remarquable” d’après une certaine presse , enfants si précocement nécrosées de tout esprit critique aux parents cliniquement morts de tout esprit tout court depuis longtemps. Gagnants comme surtout perdants, auront de ces gestes stéréotypés, sans contenu.

Sans contenu également et c’est bien dommage, ce monument récemment érigé à la mémoire des employés de la radiotélévision publique ERT, décédés durant les 18 mois de sa fermeture complète, infligée par le funeste gouvernement d’Antonis Samaras, monument érigé devant le bâtiment central de l’ERT dans le quartier athénien d’Agía Paraskeví.

Monument de l'ERT. Athènes, juillet 2017 (photo: presse grecque)

Les trépassés de l’ERT entreront certes de plein droit dans la mémoire des disparus de la dite “crise grecque”, sauf qu’ils ne sont pas les seuls, et que tous les autres, demeurent à l’heure actuelle volontairement oubliés par le funeste gouvernement d’Alexis Tsipras. Pis encore, contrairement aux aspirations (réelles ou pas) du temps de la lutte pour la réouverture de l’ERT, la radiotélévision publique rétablie à la SYRIZA, elle est hélas redevenue ce qu’elle a toujours été. Un lieu d’abord hyper népotiste, servant en exclusivité les intérêts essentiellement privés, du, ou des partis au pouvoir comme de leurs castes. Ensuite, ERT poursuit dans une manière d’aborder les sujets d’actualité sous le seul prisme de la propagande gouvernementale, de surcroît européiste donc pas de changement démocratique non plus. Maigre, très maigre consolation, son Troisième Programme radiophonique, culturel et musical, notre ultime caverne pour certains d’entre nous il faut dire.

C’est ainsi que les autres médias comme tous ceux... qui sont punis et qui ne sont pas de l’ERT, ont forcement ironisé à propos de l’événement. Il a été rappelé à juste titre qu’il y a tant d’autres morts (suicides, maladies, manque de soins, surmortalité liée au stress générée par les dérèglements austéritaires, en réalité dérèglements sociaux, économiques et symboliques imposés), morts ainsi volontairement oubliés par les Syrizistes, car morts gênants, n’appartenant visiblement pas à sa clientèle politique.

Quand le moment du réveil arrivera pour nous, rien ne sera laissé en place. C’est déjà bien naturel car le lien social en Grèce est suffisamment disloqué. Pour la très petite histoire, j’ai été contacté en 2014 par une commission scientifique naissante, syrizocompatible et bénévole ; dont le but aurait été d’étudier le phénomène des suicides en Grèce “sous la crise”, et plus amplement la mortalité qui lui serait liée.

Le suicide de Dimítris Christoúlas. Athènes, le 4 avril 2012 (photo Greek Crisis)

Œuvre du dessinateur Ornerákis. Arbre de Dimitri Christoúlas, avril 2013 (photo Greek Crisis)

Mémoire immédiate. Arbre de Dimitri Christoúlas. Athènes, avril 2012 (photo Greek Crisis)

Cette commission, devait entre autres fournir des analyses et des éléments annexes mais fort essentiels, à la Commission pour la vérité sur la dette publique grecque, dont les travaux avaient été coordonnés comme on sait à l’époque (2015) par Éric Toussaint. L’idée, était aussi que les conclusions des deux Commissions, puissent être conjointement défendables devant l’Assemblée des nations, au sein de l’ONU par exemple, pour ainsi prouver et faire condamner la forme et la pratique criminelles des dites “institutions” (Troïka), finance comprise, cette force du mal a l'apparence d'une bête mécanique parfaite, tout à fait irresponsable.

Il a été aussi question d’ériger un monument bien sobre et digne, devant l’arbre où le retraité pharmacien Dimítris Christoúlas s’est suicidé le 4 avril 2012, acte à caractère ouvertement politique revendiqué de manière bien évidente à travers son ultime lettre:

“Le gouvernement d’occupation de Tsolákoglou a littéralement anéanti tous mes moyens de subsistance, qui consistaient en une retraite digne, pour laquelle j’ai cotisé pendant 35 ans, (sans aucune contribution de l’État). Mon âge, ne me permet plus d’entreprendre une action individuelle plus radicale (même si je n’exclus pas que si un grec prenait une kalachnikov je n’aurais pas été le deuxième à suivre), je ne trouve plus d’autre solution qu’une mort digne, ou sinon, faire les poubelles pour me nourrir. Je crois qu’un jour les jeunes sans avenir, prendront les armes et iront pendre les traîtres du peuple, sur la place Sýntagma, comme l’ont fait en 1945 les Italiens pour Mussolini, sur la Piazzale Loreto, à Milan”. Le général Geórgios Tsolákoglou, signataire de l’armistice avec les forces allemandes, fut le premier chef de gouvernement grec sous l’Occupation, nommé par les occupants d’alors (30/04/1941-02/12/1942). Son nom en Grèce est synonyme de “collaborateur”.

Éric Toussaint devant l'arbre de Dimitri Christoúlas. Athènes, avril 2015 (photo Greek Crisis)

Les ferrys partiront toujours à destination des îles. Le Pirée, juillet 2017

Certaines boutiques den faillite du très vieux Pirée. Juillet 2017

La suite est presque connue. La Région d’Attique (administrée par la Syriziste Rena Doúrou depuis 2014), et ensuite le “gouvernement” SYRIZA/ANEL, ont tout fait, d’abord pour saboter et saborder l’affaire du monument sous l’arbre de Dimitri (témoignage direct entre autres de Katerina Thanopoúlou, Vice-présidente à la Région Attique entre 2014 et 2016, et démissionnaire de SYRIZA depuis l’été 2015).

La commission pour la vérité sur la dette publique grecque a été dissoute sous l’ordre de la Troïka, et notamment de Bruxelles comme de Berlin, suite à la trahison Tsipras (référendum et victoire du ‘NON’ du 5 juillet 2015), tandis que la commission suicide, n’a en réalité jamais vu le jour officiellement ni d’ailleurs très concrètement.

Aux yeux des Grecs, depuis 2015, Tsipras c’est aussi un Tsolákoglou, aussi peut-être parce nous vivons à une époque de somnambulisme généralisé. Sous cet angle, on comprend mieux ce rejet alors très inaccoutumé de la part des Grecs, sur cette affaire du monument dédié à la mémoire des pauvre morts de l’ERT, sauf que ceux de l’ERT... éternelle et toujours actuelle, feront encore semblant de ne rien comprendre.

Les voiliers trouveront toujours refuge dans les ports. Golfe Saronique, juillet 2017

Certains animaux adespotes mais adoptés parfois perdus et recherchés. Le Pirée, juillet 2017

Chattons nouveaux... et les filets des chalutiers. Golfe Saronique, juillet 2017

Le petit état de Commagène ; qui s'est éteint comme la faible veilleuse... la Grèce destination touristique... destinée, et au Pirée, les ferrys partiront toujours à destination des îles, tandis que certains animaux adespotes mais adoptés seront quelquefois perdus et ainsi désespérément recherchés.

Certaines boutiques du très vieux Pirée ont fait faillite, les voiliers trouveront toujours refuge dans les ports du Golfe Saronique et les chattons nouveaux, ils se cacheront dans les boutiques du Pirée en faillite, ou sinon, dans les filets des chalutiers aux capitaines Grecs et aux matelots Égyptiens, et cela depuis près de 30 ans.

Juillet déjà. Le blog dans ses habits d’été ! Nous admirerons dignement la seule et vraie aube dorée de l’Égée comme d’en face, à l’expression comme on sait usurpée par les nazillons devenus... homonymes.

En Golfe Saronique. Parfois... petite fréquentation. Juillet 2017

Nous vivons de toute évidence à une époque de somnambulisme généralisé, d’écœurement également. “Je ne suis plus l'actualité, c'est une vraie fosse septique, elle nous empoisonne le peu qu’il nous reste... de dignité... basta. C’est comme perdre son temps avec les choses inutiles”, témoigne alors mon ami Yórgos de l’île de Chios, joint au téléphone. Des épaves brisées de voyages inachevés, des pays qui ne savent plus comment aimer.

“La mer qui nous navra est vaste et insondée, elle déroule un calme infini” (Yorgos Seféris, “Légende”, 1933-1934, trad. Lévesque).

Chat nouveau dans une boutique du Pirée en faillite. Juillet 2017




* Photo de couverture: La seule vraie aube dorée. Golfe Saronique, juillet 2017

3 commentaires

zozefine a dit…

partagé, touitté. ta petite musique désespérée, juste et belle, panaghiotis.

Nanouchka a dit…

Un vrai bel article qui permet de comprendre tant et tant. Beaucoup d'intérêt et d'émotion à vous lire. Merci !

Nicnac a dit…

Merci de nouveau pour votre analyse et surtout votre tendresse pour vos citoyens et pour les ... adespotes !

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...