jeudi 18 mai 2017

Un autre regard sur la Grèce !



Ethnologue, historien, chercheur, analyste des réalités contemporaines, bloggeur, Panagiótis Grigoríou multiplie les casquettes pour décrypter son pays, une réflexion permanente qu’il met ensuite à profit pour transmettre et expliquer. Depuis avril 2015, ce goût pour le partage des connaissances s’est également matérialisé par la création et la réalisation de son concept réceptif, “Greece Terra Incognita . Son principe: faire découvrir la Grèce autrement, en mer ou sur terre, avec l’idée de sillonner les routes moins fréquentées par les touristes, tout en profitant des éclairages de ce guide pas comme les autres, aussi à l’aise sur l’histoire que sur le monde contemporain.

Panagiótis Grigoríou à Athènes

Des routes terrestres au “think tank flottant” Aussi à l’aise en mer que sur terre, Panagiótis Grigoríou a eu envie d’allier ses passions - la voile, l’enseignement et la recherche, ses terres d’origine - pour poursuivre ses différentes activités autrement. Ou plutôt, ses nombreux lecteurs ont eu envie de poursuivre l’aventure en suivant l’homme sur son terrain de prédilection...: “J’ai enseigné dans le secondaire en région parisienne pendant dix ans. Ensuite, j’ai mené des recherches sur l’entre-deux guerres dans les Balkans et en Grèce. Je publie également à travers mon blog politique et d’analyse anthropologique sur la crise grecque. À un moment, les gens qui me connaissaient, par exemple via le blog, ont voulu que je leur propose mes services d’ethnologue et d’historien sur place. Ils connaissaient la Grèce parfois, mais ils voulaient revenir avec moi. De fil en aiguille, l’idée est née”.

Créé en 2015, Greece Terra Incognita s’appuie totalement sur l’homme, avec le souhait de promouvoir un tourisme alternatif et réfléchi. Côté mer, Panagiótis Grigoríou, qui est aussi skipper, propose un périple en voilier hors des sentiers battus qui permet de découvrir les Cyclades ou le golfe Saronique (au Sud d’Athènes) autrement mais aussi, à l’envie, de jeter un regard curieux et critique sur la façon dont le tourisme y est pratiqué.

Pour cela, il privilégie les îles les moins fréquentées et fait du voilier partenaire de Greece Terra Incognita un véritable petit “think thank flottant”, qui loin d’être austère, permet de présenter la Grèce en faisant la liaison entre l’antiquité et le monde d’aujourd’hui. Côté terre, il privilégie les terres de son enfance, Athènes, où il est né et a grandi mais aussi la Thessalie (Grèce centrale), où vit sa famille, et qu’il fréquente depuis toujours.

En Golfe Saronique, 2017


Athènes autrement

À Athènes, la visite consiste en une journée guidée de quatre ou six heures qui mêlent la découverte de sites historiques à des quartiers plus vivants, tel le quartier étudiant. Panagiótis peut alors alterner entre les éclairages sur l’histoire moderne et contemporaine, la mémoire, et la découverte des bistrots, des librairies, et autres lieux de vie fréquentés par les Grecs.

Je m’adapte beaucoup à mes participants. Ainsi, s’ils le souhaitent, je peux parler de la crise, évoquer la guerre civile qu’a connue le pays après la deuxième guerre mondiale ou privilégier des rencontres particulières, avec un restaurateur historique, un compositeur, etc. Je connais très bien Athènes, où j’ai grandi, cette journée peut vraiment s’imaginer avec les participants.

Sous l'Acropole

Chant Rebétiko à Athènes

Pour ceux qui le désirent, il est également possible d’ajouter une journée pour découvrir l’Attique. L’excursion se fait en voiture. Elle permet par exemple de voir le cap Sounion où se trouve le temple dédié à Poséidon mais aussi d’évoquer l’histoire minière et notamment les mines du Laurion, ces anciennes mines d’argent situées entre Thorikos et le cap Sounion. En face l’ile de Makrónissos fut utilisée comme lieu de déportation des opposants politiques, principalement des communistes, pendant la guerre civile.

La Thessalie au-delà des Météores

“Greece Terra Incognita” propose aussi la découverte d’une région peu connue en Grèce, la Thessalie, où Panagiótis a achevé ses études au lycée, ses parents s’étant ensuite installé sur place. Il y décline quatre parcours, d’un minimum de trois jours, que les personnes intéressées peuvent choisir ou composer à la carte en fonction de leurs envies. Les Météores font partie des possibilités mais au-delà, il propose des ballades en montagnes, la découvertes de villages typiques, parfois abandonnés, des promenades en forêts, la découverte de gorges, de sites naturels, d’églises paléochrétiennes mais aussi des découvertes gastronomiques.

Sur les montagnes de Trikala

On se promène puis on fait une pause, on visite un village en plaine, un vignoble, et l’on voit comment vivent les gens avec leurs réalités et problèmes au quotidien. Il m’arrive de montrer les terres abandonnées du village où vivent mes parents, 30% des personnes l’ont quitté depuis la crise grecque...

Pour ceux qui souhaitent aller plus loin, il est aussi possible de découvrir la forteresse de Trikala et sa vieille ville. Elle compte plusieurs musées intéressants et notamment un musée dédié à la musique populaire et au bouzouki, l’instrument traditionnel par excellence de la Grèce, dont Vassílis Tsitsánis ayant écrit plus de 500 chansons et est connu comme étant un joueur de bouzouki particulièrement doué et ainsi illustre musicien, est natif de la ville.

Mon père, tout petit, dans les années 30, se souvient très bien de ce joueur de bouzouki. Il m’a raconté bien des anecdotes à son sujet, sans compter tout ce qui s’est passé ici pendant l’Occupation et la guerre Civile. Les partisans de la Grèce libre s’étaient basés dans la région. Beaucoup de mes participants s’intéressent à cette histoire parallèle et veulent comprendre ce qui s’est passé en Grèce pendant cette période.

Thessalie occidentale typique


Vivre la Grèce buissonnière pour un tourisme mieux partagé Pour l’heure, Greece Terra Incognita en est encore à ses débuts. Panagiótis accompagne la totalité des partants, mais il n’exclut pas de former ou de s’associer avec d’autres personnes lorsque sa nouvelle activité aura pris sa vitesse de croisière. Il n’en reste pas moins que l’homme souhaite avant tout garder une dimension humaine, privilégiant le contact avec les habitants, les immersions dans la nature, et un tourisme respectueux des producteurs et du territoire qui puisse aider les régions moins fréquentées à trouver des revenus complémentaires.

Il projette également consolider et développer son activité. Souvent, mais seulement quand on le lui demande, il évoque son blog, “Greek Crisis”, où il suit et commente au quotidien ces années noires que vit depuis cinq ans son pays. Ces portraits, ces histoires de tous les jours, c’est toute la richesse d’un homme cultivé, humaniste, qui donnera également aux voyageurs curieux la possibilité d’un voyage bien au-delà des images.

Présentation de “Greece Terra Incognita”, texte de Geneviève Clastres réactualisé (“Voyageons autrement”, mars 2017)

Le plaisir et sa raison !


Greece Terra Incognita: entrez dans la carte postale !

Interview accordée à Gérôme Bourgine (“Voyageons autrement”, mars 2017)

Cela fait maintenant deux ans que l’historien et ethnologue Grigoríou Panagiótis propose une découverte de la Grèce “en profondeur” absolument novatrice. Sur terre comme sur mer, il accompagne chaque petit groupe de voyageurs pour associer à la fabuleuse douceur de vivre locale les sous-titres permettant d’en comprendre les tenants et aboutissants historiques et humains. Et la formule plait. Beaucoup ! Petit dialogue apéritif...

Quand et comment est né le concept Greece Terra Incognita ?

Depuis 2011, je tiens mon blog dédié à la Grèce actuelle et ai également publié, en 2013, chez Fayard, un ouvrage intitulé “La Grèce fantôme”. Petit à petit, un nombre de plus important de lecteurs qui suivaient mes écrits d’historien et d’ethnologue s’est mis à me demander s’il n’y avait pas moyen de mettre ma connaissance du terrain et de la réalité grecque au service d’une offre de découverte du pays qui sorte de l’ordinaire.

Une offre qui englobe la réalité tout entière, depuis la plus évidente: la beauté des paysages et la douceur de vivre locale jusqu’à ce que chacun d’eux dissimule en termes d’Histoire - notamment contemporaine - qui permette de mieux les appréhender et les comprendre. Après en avoir discuté à plusieurs reprises avec ces personnes, je me suis dit qu’une telle activité pourrait en effet avoir un rôle bénéfique pour tous et j’ai créé “Greece Terra Incognita”.

“Greece Terra Incognita”, périple Cycladique, 2015

Quel type de voyages proposez-vous ?

Je propose trois sortes de voyages dont le dénominateur commun est que je les accompagne tous, en personne, pour que les gens aient à la fois l’image ET le son, l’explication. Il y a d’abord, tout simplement, les visites guidées d’Athènes, l’Athènes d’aujourd’hui. Il y a ensuite des auto-tours en Thessalie (région traditionnelle et historique de Grèce située dans le centre du pays) et dans la région d’Athènes, là encore, axés sur la découverte de la Grèce contemporaine même si, naturellement, on ne saurait ignorer l’histoire ancienne ni passer à côté de certains trésors particulièrement attractifs.

Et puis il y a les croisières. Deux sortes de croisières. Celles en petit groupe de 6 à 8 personnes où l’on sillonne les Cyclades en voilier, avec un skipper. Mon regard et ma lecture des paysages rencontrés venant alors s’ajouter aux bonheurs multiples qu’il y a à baigner dans ces décors enchanteurs. On comprend ainsi par exemple pourquoi certaines îles sont si peu peuplées, voire presque vides et, d’une manière plus générale, ce qui se tient caché derrière ces panoramas touristiques idylliques mondialement connu: la vie, l’histoire, les hommes... Je raconte tout cela.

Périple Cycladique, Greece Terra Incognita

Rencontres en mer Égée. “Greece Terra Incognita” 2016

Enfin, je propose la découverte des îles situées non loin d’Athènes, dans le nord-est du Péloponnèse, sur un voilier plus petit, pour deux personnes uniquement, un couple souvent, que j’accompagne avec le skipper (francophone). Là encore, sans effacer aucun des plaisirs et de la douceur de vivre, nous voguons au-delà de la carte postale, dans la compréhension des choses, sachant que cette formule “privatisée” autorise une totale liberté de mouvements et de véritables parcours sur mesure, à la carte.

Qu’est-ce qui caractérise vos propositions de voyage ? Qu’apportent elles de spécifique qui vous différencie ?

La valeur ajoutée principale est d’abord l’échange, la participation de chacun dans la découverte des lieux. Une approche explicative, voire critique de certains aspects qui permet, seule, de parvenir à toucher la réalité profonde du pays. Sans que cela n’ait jamais rien de professoral ni d’austère, attention ; nos pérégrinations relevant bien plus de la promenade et des échanges socratiques. Les gens repartent en ayant un autre regard sur le pays, sachant que je suis constamment à l’écoute des envies de chacun et que nos discutions s’envolent souvent au-delà de la seule Grèce.

Plus d’un “client” étant devenu au terme de nos périples, un ami... Pour résumer, on pourrait dire que ces croisières offrent tout ce que les gens attendent en termes de douceur de vivre: la mer, les baignades, la gastronomie, la découverte de petits coins de paradis, avec, en plus, à leur côté, une “application” humaine toujours disponible: moi, qui déchiffre et donne vie à ce qu’ils voient et qui les interpelle.

Autre réalité cycladique. Automne 2015

À quelles clientèles vous adressez-vous en particulier ?

Aux personnes curieuses du monde contemporain. Jusqu’à présent, ce sont plutôt des gens cultivés, des professions libérales, de jeunes retraités... des personnes également qui viennent avec leurs enfants ou petits-enfants pour leur faire découvrir “autre chose”, les initier à une approche plus fructueuse du monde, au-delà d’un tourisme purement consommateur. Si les voyages proposés sur la terre ferme sont très accessibles, les croisières sont un peu plus onéreuses, tout en restant parfaitement concurrentielles avec ce que propose l’industrie du tourisme classique, surtout si l’on prend en compte l’aspect qualitatif que nous proposons.

Dans quelle mesure vos propositions participent-elles d’un tourisme durable et responsable?

En ce qu’elles offrent, d ‘abord, une alternative originale, humaine et concrète née de l’interrogation sur ce qui se faisait en matière de tourisme local dont on a voulu garder ce qui se faisait de bien et éliminer les aspects réducteurs ou nocifs. Si je fais appel à des professionnels d’expériences (nos skippers par exemple), ce sont toujours de petits acteurs, menacés souvent dans leur existence même par les “poids lourds” du secteur. Une dimension artisanale que je prolonge autant que possible dans le choix des restaurateurs et producteurs choisis à chaque étape ou escale.

En Thessalie Occidentale, 2017

Enfin, il y a le contact que nous entretenons avec les habitants notamment à travers l’accès à l’économie locale: comment mieux comprendre que Naxos ne vit pas uniquement du tourisme qu’en rencontrant les agriculteurs et éleveurs qui fabriquent le fromage local par exemple. Selon le souhait des clients accompagnés, on approfondit tel ou tel aspect de nos explorations, quitte même, parfois, à modifier le programme si les gens souhaitent s’attarder davantage dans un lieu et le comprendre à travers ces différents partages.

En quoi vos propositions de voyage comportent-elles une dimension ethnographique ?

Notre démarche d’“observateur participant” est celle-là même de l’ethnologue au travail: une collecte intelligente de ce que l’on voit, éclairée par le contact avec l’autre, le local ; la confrontation à l’altérité. Ce qui implique naturellement de parler la langue. On ne se rend pas chez les Yanomami sans comprendre leur langue. De même, lors de nos promenades, je suis à l’écoute de tout ce qui se dit autour de nous: dans les cafés, au restaurant, dans la rue... je raconte de quoi parlent les gens, ce qui occupe leur esprit, ce qu’ils ressentent.

Je suis constamment dans les allers-retours entre les voyageurs et les habitants. Certes, en une semaine par exemple, on ne va pas au fond des choses, mais toute la démarche est déjà là et les gens qui savent désormais que nos voyages comprennent cette dimension du partage humain viennent en partie pour cela et ils nourrissent alors cette dimension au fur et à mesure car ils y prennent goût.

Sous l'Acropole... exactement

En Golfe Saronique (île de Poros) 2017

Ce qui n’empêche nullement une approche sensible et sensuelle du pays: soleil, mer, baignades et douceur de vivre... Nos escapades sont tout sauf austères ! La chaleur de meilleures tavernes, un mouillage idyllique dans une crique sauvage doublée d’un barbecue sur la plage au coucher du soleil... Tout y est, les échanges en plus.

Si vous ne pouviez retenir que deux de vos propositions (de périples en mer): la plus demandée et votre favorite ; ce serait lesquelles ?

La plus demandée, ce sont les Cyclades, dont l’image paradisiaque est fortement imprimée dans l’inconscient collectif et qui a atteint, de nos jours, une dimension quasi légendaire. Quant à ma favorite, c’est bien plus difficile, car si j’apprécie beaucoup le niveau d’intimité qu’offrent les croisières sur le petit voilier, on rencontre, dans celles proposées en groupe de 6 ou 8 personnes, une dynamique différente, plus complexe, qui me plait également beaucoup. Donc, non: je ne saurais ni ne souhaite vraiment choisir...

Quand les gens repartent, quelle part de l’expérience les a le plus comblés, dont ils vous font part et vous remercient particulièrement ?

D’avoir eu une expérience complète et de pouvoir ainsi relier la forme et le fond, établissant ainsi la jonction entre cette Grèce formidable terrain de jeu et de bien-être et ce qui se tient derrière, anime ces paysages, les a modelés et continuent de les faire vivre. Cette redécouverte d’un pays que beaucoup connaissaient déjà (ou pensaient connaître) et aimaient mais sans toujours le comprendre.

Marché traditionnel à Athènes

À Athènes, dont l’Histoire récente est généralement fort mal connue des visiteurs, ils se régalent quand on se promène dans la ville et que je la décrypte pour eux, la raconte, car, comme bien souvent, ces pages d’Histoire sont passionnantes dès qu’on s’y intéresse.

Ils reviennent également souvent sur ces longues discussions qui ont souvent, chacune, bénéficié d’un cadre privilégié: au coucher du soleil sur le bateau, en terrasse dans un petit port... enfin, ils apprécient beaucoup les efforts que nous déployons pour combler leurs désirs, les adaptations au programme effectuées dans la mesure du possible car, bien entendu, la navigation possède ses propres contraintes, à commencer par la météo...

En mer Égée (voilier partenaire de Greece Terra Incognita)

De quoi n’a-t-on pas parlé qui vous soit cher ?

Si je devais émettre un souhait, ce serait de pouvoir développer plus largement ce concept qui m’apporte autant qu’aux visiteurs (j’apprends bien des choses !). Souhaitons donc que de plus en plus de personnes aient envie de voyager en pratiquant cette forme de tourisme intelligent vraiment enrichissante...

Animal... adespote à Athènes, 2016


-------- POUR ALLER PLUS LOIN ENSEMBLE ---------

www.greece-terra-incognita.com
https://www.facebook.com/greece.terra.incognita
www.athenesautrement.com




* Photo de couverture: Greece Terra Incognita en 2017

2 commentaires

JFA a dit…

J'ai testé pour vous: Panagiotis est lumineux, autant par son caractère que dans les explications qu'il nous donne. Une journée à Athènes pour les moins fortunés ou une semaine en voilier pour les plus aisés, qu'importe. Dans tous les cas, on en garde un souvenir durable...

elabonpolyn a dit…

J'aimerais bien tester pour vous...un jour peut-être? Mais ce dont suis certain, c'est que passer quelques jours de visite en Grèce, ce n'est qu'avec lui (mon "ami" que je n'ai jamais vu) que je voudrais les vivre.

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...