mercredi 10 mai 2017

Remembrances



Pays aux souvenirs inusables. Stávros, mécanicien naval confirmé, rencontré à bord du ferry-bac vers Salamine est de bonne humeur. C’est rare en Grèce par les temps qui courent. Il raconte volontiers ses nombreux déplacements en France comme ailleurs, plus exactement à travers les grands ports commerciaux et industriels. Remembrances. “J'aime mon travail, sauf que depuis cette foutue crise je suis moins bien payé. Mon patron en profite. Ainsi je travaille en plus... à mon compte et cela durant pratiquement chaque week-end. Je ne m'en plains pas, j'ai du travail et d'ailleurs je l'aime.” Du bon plaisir, enfin!

La Grèce et ses fruits de saison. Athènes, mai 2017

La Grèce et ses fruits de saison comme d’époque. Stávros, capable d’intervenir sans délai sur toutes les installations, et d’assurer les dépannages mécaniques à bord des navires pour la maintenance préventive et curative sur les matériels comme il aime l’exprimer avec tant de fierté, n’évoquera guère directement le contexte politique et économique. À l’instar de nombreux autres Grecs, il en est d’abord profondément dégouté, et surtout, il sait qu’il n’a plus aucune prise sur les décisions “globales”, élections ou pas d’ailleurs.

Le présentéisme règne, les Grecs s’y installent. À bord du ferry-bac, parmi ces autres passagers qui suivaient la discussion, certains ont été visiblement gênés, voire envieux. Avoir du travail et alors l’aimer de surcroît, n’est plus du tout la règle en ce moment. Ancienne règle donc et qui ne reviendra plus jamais sans changement radical de paradigme économique, ce qui est largement inimaginable à l’échelle grecque pour ne pas dire européenne et pourtant, tous les... damnés de la terre comme de la mer le souhaiteraient.

Une certaine presse. Athènes, mai 2017

Et à défaut d’imagination... il faut d’abord survivre. Ce système politique étant définitivement mort à la suite de la dernière escroquerie SYRIZA, sauf pour maintenir privilèges et autres subsides de caste à certains, les Grecs le savent. Plus besoin d’épiloguer davantage. Comme je l’exprimais récemment à José-Manuel Lamarque qui m’interviewait par téléphone dans le cadre de son émission sur France-Inter (l’interview sera diffusée prochainement), ce n’est plus d’une crise qu’il s’agit, mais d’un changement au forceps de paradigme anthropologique.

Au bout de huit années de “crise grecque”, la société en sort transformée, les liens interpersonnels, amoureux, conjugaux, amicaux, professionnels ne sont plus pratiqués de la même façon qu’avant 2010. La gestion même du temps (comme... du temps existentiel restant), devient alors impossible pour le plus grand nombre. Dans un sens, à défaut de calendrier évident, pas d’espoir manifeste, et point d’avenir, sauf peut-être pour Stávros, toujours... capable d’intervenir sans délai sur toutes les installations.

La presse grecque, médias hertziens et électroniques compris, plus cadavérique que jamais, versera en outre chaque jour, son flot d’atrocités de toute sorte: criminalité “ingénieuse”, meurtres en série (dont infanticides et même filicides), sans oublier les nouvelles... renouvelées sans cesse depuis le front des dites reformes structurelles initiées par la Troïka élargie, avec l’aimable participation des “gouvernements grecs”. Conditionnement... consubstantiel comme on sait d’une certaine mécanique sociale.

Eurocapital (société). Athènes, mai 2017

Relations interpersonnelles et contexte grec. Surface dans Athènes, mai 2017

Cristina Fernández de Kirchner visitant l'Acropole. Athènes, mai 2017 (presse grecque)

Et en Grèce, ce conditionnement d’une certaine mécanique sociale, voire d’une mécanique sociale alors certaine, avait été inauguré (pour ce qui est de sa phase actuelle) par la “préparation” de l’opinion devant “l'opportunité positive, incarnée en la personne de Georges Papandréou” (et tous le violons de la presse s’accordèrent), c’était en 2009.

La suite est connue. Georges Papandréou a inauguré l’ère de la métadémocratie mémorandaire en 2010. Depuis, la Constitution est sans cesse violée suivant une série caractérisée par de nombreux Putschs successifs, (pseudo) légalisés par le “Parlement” ou sinon au moyen de la “gouvernance” par décrets (ordonnances). Faire élire sous ces conditions “petit Georges”, comme les Grecs le surnomment le plus souvent, relève alors du Putsch inaugural, s’agissant de cette séquence historique qui est la nôtre, qui plus est, introduite par la bancocratie ambiante.

C’est en ce sens d’ailleurs que les Grecs croient ressentir, et cela avec amertume et tristesse, que l’élection (ou “élection”) d’Emmanuel Macron en France, inaugurerait probablement cette même séquence historique pour les Français, certes toute proportion gardée. Le nouveau régime issu “de la crise” se fait bien long. Cette semaine par exemple... rien qu’en Grèce, la presse publie le texte original du mémorandum-4bis qu’un certain Alexis Tsipras vient de parapher.

L'élection d'Emmanuel Macron vue par la presse grecque, 'Kathimeriní’ du 9 mai

L'élection d'Emmanuel Macron vue par la presse grecque, 'Enikos' du 8 mai

Plus de 140 mesures et reformes dites structurelles y figurent, et cela pour une durée... prévue et ainsi étalée sur cinq ans. Et déjà, l’énième diminution du montant des retraites qui figure dans ce texte vient d’être jugée anticonstitutionnelle par la Cour de Justice compétente à Athènes mardi 9 mai, d’après le reportage du jour, par exemple celui du quotidien “Kathimeriní”, et alors ?

Cette liste est publiée le plus souvent dans son “état brut”, c’est-à-dire en anglais, notons-le également. L’ex-Commissaire Européiste (1999-2004) et par la suite ministre de l’Éducation (2009-2012) Anna Diamantopoúlou (PASOK), avait en son... grand temps proposé l’adoption de la langue anglaise à usage officiel en Grèce. On y arrive presque... En attendant, Cristina Fernández de Kirchner vient de visiter Athènes et l'Acropole, et les dirigeants Syrizistes auront tout fait pour médiatiser ce déplacement à leur profit, mais en vain.

Liana et son mari par exemple, rencontrés dans un café près du Pirée, ne se laisseront plus jamais impressionnés par les politiciens. Liana déjà, elle sait de quoi elle parle. “Je suis infirmière en psychiatrie... ou ce qui en reste. La société s’effondre, les cas relevant de la psychiatrie se multiplient et alors s’aggravent. Nous ne gardons plus les malades en hospitalisation, car les lits disponibles ont été en grande partie tout simplement supprimés. Nous leur administrons les médicaments nécessaires et alors ils rentrent chez eux. Le plus souvent, leurs proches ne peuvent pas et ne veulent plus s’en occuper. La violence au sein des foyers atteint décidément des sommets de paroxysme, les cas de pédophilie également entre autres pour ne citer qu’un exemple précis.”

Près du port du Pirée. Mai 2017

L'ail... du Pirée. Mai 2017

Animal adespote. Le Pirée, mai 2017

“Il y aussi ce nouveau phénomène bien étrange mais... on comprend. Certains hommes, viennent nous voir après avoir commis un acte criminel à caractère pédophile, également attesté par les rapports de la Police, ou encore par ceux de la Justice. En réalité, ils ne sont pas pédophiles, sauf qu’ils veulent apparaître comme tels, surtout suite à avis médical faisant ‘logiquement’ suite à un acte avéré. Ils espèrent ainsi obtenir un certificat médical attestant leur ‘handicap psychique’, rarissime... situation en Grèce comme on sait, ouvrant droit à une petite allocation, pour l’instant non supprimée, et encore.”

Tous ces gens pensent ainsi avoir trouvé... l’astuce de la survie. Ils n’ont plus de travail, et en Grèce, les indemnités-chômage au-delà d’une période de douze mois après le licenciement n’existent pas, tout comme le RMI/RSA. C’est alors ainsi que les gens... inventent, mais alors jusqu’où ?

Nous avons salué Liana et son univers sur le marché du Pirée, où nous avons pu acheter de l’ail... vieille recette grec supposant agir contre le mauvais œil, toujours sous le regard bien détaché des animaux adespotes (sans maîtres) des lieux et peut-être des dieux grecs.

Étrangetés peut-être bien d’ici ; (Simón) Bolívar, surnommé le Libertador (1783-1830) serait plutôt connu pour être un bar de la Riviera d’Athènes, et quant au poète (finalement) français, Jean Moréas (1856-1910), son buste installé dans le jardin botanique d’Athènes ne rappellerait plus grand chose aux promeneurs de notre temps.

Bolivar... d'Athènes. Mai 2017

Buste de Jean Moréas. Athènes, mai 2017

“Poète d'expression française, ce fils d'un magistrat grec apprend tout jeune le français avec une gouvernante tandis qu'il suit des études secondaires à Athènes, Jean Moréas” (...) “s'installe définitivement en France à vingt-six ans et, plus tard, se fait naturaliser. À cette époque il est un véritable dandy à l'allure conquérante, qui fréquente le cabaret du Chat noir où se réunissent quelques poètes. Ils vont former le groupe des décadents, et c'est leur influence qui se manifeste dans son premier recueil de vers, ‘Les Syrtes’ (1884), sous la forme d'un satanisme complaisant et d'une préciosité assez artificielle.”, (Encyclopédie Universalis, mai 2017) .

“Dehors hurlent les vents moroses, les vents des vilaines saisons”, écrivait alors Moréas dans son poème “Remembrances”.

Pays aux souvenirs alors inusables pour Stávros, mécanicien naval confirmé, ou pour Liana, infirmière en psychiatrie.

Le tout, sous le regard devenu incontournable de Mimi (alias Joachim), l’animal... suffisamment despote de ce blog.

Mimi, l'animal... despote de ‘Greek Crisis’, mai 2017




* Photo de couverture: Vers Salamine. Mai 2017

Aucun commentaire

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...