samedi 6 mai 2017

Décor sculpté



L’été enfin ou presque, comme un avant-goût d’une destinée miraculeusement retrouvée. Les Grecs détestent l’hiver et abhorrent... la crise, sauf que dans les deux cas, c’est de la “météorologie” qu’il s’agit, d’après l’ambiance des mentalités du moment. “On ne chargera pas le temps qui fait, sauf que nous n'aurons plus froid. Quand l’hiver s’en va, c'en est presque la délivrance, tellement c'est intense”, précise-t-il le voisin Chrístos, un sans-emploi... installé. Ambiance !

Au sujet de la Caryatide volée par Lord Elgin. Athènes, mai 2017

Entre avril et mai, c’est autant le moment... très solennel des factures d’électricité qui arrivent dans les boîtes aux lettres, celles qui correspondent très exactement à la consommation hivernale. Les impayés se comptent alors déjà par dizaines de milliers. SYRIZA et ses nouvelles mesures austéritaires annoncées (tout de même au soir du 1er mai), moins l’électricité.

“Nous avons conclu cet accord avec les institutions (Troïka) au soir du 1er mai. Les mesures adoptées sont douloureuses, sauf que par notre action globale, nous mettrons alors fin un jour, à la situation de dépendance que connait le pays. Ensuite, nous évoquerons pour la première fois officiellement, la diminution rendue nécessaire du montant de la dette grecque, et c’est une avancée très positive”, voilà pour le résumé du discours lénifiant et stéréotypé ténu par les “gouvernants” pour faire passer entre autres, la quatorzième diminution du montant des retraites depuis 2010 et l’ouverture des commerces... chaque dimanche durant toute l’année, une exigence de taille exprimée par le FMI dès 2010. Il fallait y penser et aussitôt le faire, et c’est alors fait !

“Alexis Tsipras et ses ministres sont des menteurs nés. Ils avaient déclaré publiquement, comme autant lors des rencontres avec nous, qu’une telle mesure ne passerait jamais, et nous voilà une fois de plus piégés par ces politiciens convertis... en valets des subordonnés de la Troïka. En Grèce, 90% du commerce, c’est toujours le fait des petites et moyennes entreprises, et d’ailleurs, près du 85% des employés y travaillent.”

“Nous, en tant qu’intersyndicale nous avons vivement protesté, et à nos côtés, se sont aussi rangées certaines grandes entreprises, notamment les hypermarchés tenus par des grecs. Le gouvernement, sous l’ordre de la Troïka s’occupe alors uniquement de l’intérêt des multinationales, comme autant de celui de certains gros poissons bien de chez nous, et encore pas tous. Leur but c’est la mise à mort du petit commerce et celle des employés avec. Fait inouï, en règle générale, nos patrons sont avec nous dans cette... guerre d’extermination contre le peuple grec,” (le Président de l’intersyndicale des employés dans le secteur du commerce, radio 90.1 FM, 06 mai 2017), cité de mémoire.

Sous l'Acropole et sous le soleil. Athènes, mai 2017

Sous le soleil très exactement, le pays est dépecé en mille et un morceaux, entre “investisseurs” et autres acquéreurs de tout: biens publics ainsi offerts sur un plateau, à l’agence des privatisations et cela pour une durée de 99 ans, développent sans doute visiblement durable. Cependant, il est parfois (ironiquement ?) question de cette Caryatide alors volé jadis par Thomas Bruce, alias Lord Elgin, (1766-1841), diplomate et militaire britannique, surtout connu pour avoir “déplacé” le décor sculpté du Parthénon d'Athènes à Londres. Anachronisme ou sinon ultime souvenir collectif ?

Au même moment sous l’Acropole, appartements, immeubles, hôtels, ou encore centres commerciaux, passent massivement sous contrôle... étranger, la très nouvelle économie y oblige, entre tourisme réconforté et l’engouement pour les plateformes de location uberophiles. Les... investisseurs affluent ainsi de partout, États-Unis, France, Allemagne, pays Scandinaves, mais également depuis l’Iran, le Liban, la Chine, voire la Turquie, et même la presse en parle (par exemple le quotidien économique “Imerisía” du 30/04), c’est pour dire. L’Occident... mirage de l’Orient !

Touriste à Athènes, mai 2017

Une certaine vision du monde en kiosque. Athènes, mai 2017

Entreprise en faillite. Athènes, mai 2017

Musique... murale. Athènes, mai 2017

Sous le soleil toujours, les livreurs forcément ambulants, certains d’entre eux en tout cas, les plus courageux, appellent à manifester et à suivre leur mouvement de grève prévu pour la journée d’action du 25 mai. Parmi leurs revendications: moins de précarisation, ne plus user (et abuser) des motos privées appartenant aux employés dans le cadre de leur “travail”... sans remboursement des frais d’entretien et parfois d’essence.

Ces hyposalariés... hypermobiles, voudraient que leur travail soit enfin officiellement déclaré et que les cotisations, certes symboliques, soient également versées. Suite à huit années de régime de la Troïka... Macronymique avant l’heure, les travailleurs restants, luttent (lorsqu’ils le peuvent) pour faire valoir leurs droits et conditions alors acquis... dès les années 1930 ou 1950.

Certains métiers, également touchés (en réalité anéantis), autant par la crise que par les bouleversements dits technologiques, ne s’en remettront d’ailleurs plus jamais. La presse par exemple. D’après les données les plus récentes, parmi son personnel, composé de journalistes, techniciens et collaborateurs, et qui travaillaient il y a encore dix ans dans les médias, aujourd'hui, seul un quart restant y travaille encore. Et ce n’est pas tout. Et ce n’est pas tout, les rémunérations actuelles sont versés sans retard... pour seulement un petit 20% des salariés de la branche.

Serveurs. Athènes, mai 2017

En réalité, et comme le remarque une certaine presse économique cette semaine , les contrats et les Conventions collectives sont jetés à la poubelle, “alors que seule l'offre et la demande en fonction des nécessités, déterminent alors les salaires.” Bonne blague.

Mon ami Th., journaliste au si long chômage me disait récemment, que le salaire mensuel pour de postes importants dans son secteur, ne dépassent guère (ou sinon à peine) les 900€ par mois, pour à peu près 10h de travail par jour, six jours par semaine. C’est-à-dire, moins de 4€/heure, lorsque les employés sont disons payés. Derrière les beautés touristiques, et comme un après-goût d’une destinée perdue à jamais, le travail n’est plus, les luttes non plus.

Pour la manifestation des livreurs du 25 mai. Athènes, mai 2017

Bistrot dit branché. Athènes, mai 2017

Manifestation du 1er mai 2017 à Athènes (presse grecque).

Action... symbolique du chef de l'Unité Populaire. Hôtel Hilton, Athènes, 1er mai 2017

Le 1er Mai est passé par là, surtout... il est passé. Les syndicats, plus symboliques et rachitiques que jamais, ont fait défiler les leurs, dans la dispersion habituelle. Manifestants “d'en bas” généralement dignes qui défilent, mais alors usés. Caricatures d’époque. En manque d’utilité, et après avoir œuvré au sein de SYRIZA durant tant d’années (il l’a quitté avec l’aile gauche du parti en août 2015), le chef de l’Unité Populaire (Lafazánis), s’est déplacé jusqu’à l’hôtel Hilton pour protester verbalement contre la présence des émissaires de la Troïka. Sans plus ni moins.

Les Grecs, observent cependant à peine, toute cette théâtralité surfaite. Le “pouvoir politique” est factice, sa contestation l’est autant. Entre déclarations politiques... robotisées et rivalités symboliques, la métadémocratie virale (Macronymique !), s’érige alors en régime directement issu des mémoranda et de l’usurpation de tout. Et autant du sens à donner à la vie (ou à la mort), du moins en Grèce, on en rigole de plus en plus et les ex-pseudocitoyens, n’iront plus jamais voter pour certains (plus de 40% d’abstention aux législatives de septembre 2015, un record).

“Nous avons perdu notre patrie et notre avec elle autant notre démocratie, nous luttons donc pour maintenir leur lumière au plus profond de nous-mêmes, pour ne pas non plus succomber moralement et philosophiquement, car pour le reste, c'est déjà fait”, a-t-il poursuit mon ami Th., pas très en forme il faut dire.

Virus. Athènes, mai 2017

Lire les journaux sportifs... Athènes, mai 2017

Fenêtre. Athènes, mai 2017

Les Grecs se détournent alors de la lecture de la presse politique, ils lui préféreront volontiers celle des journaux sportifs, au besoin sans les acheter.

L’été enfin, comme un avant-goût d’une certaine destinée miraculeusement retrouvée. Les Grecs détestent l’hiver et haïssent... la crise c’est bien connu.

Et sans doute pour bien clore toute fenêtre de l’espoir, celle du Logos notamment, le ministre de l’Éducation (SYRIZA), a retiré depuis déjà quelques mois des programmes de l’enseignement secondaire, Antigone de Sophocle ainsi que l'Épitaphe, l’Oraison funèbre de Périclès dans Thucydide, comme... dans nos vies.

Animaux antiques représentés. Période classique, musée Kanellopoúlou, Athènes, mai 2017

Devant l’indignation provoquée, le dit ministère, prétend dans un communiqué (répété... depuis février 2017) “que ce changement des programmes, est peut-être provisoire”. Ambiance... toujours !

Ailleurs qu’à travers les hauts-lieux de crise grecque, un petit 30% de la population semble de débrouiller. L’univers de la crise grecque c’est... comme à la guerre. Ceux qui survivent, ceux qui meurent dans l’indifférence, ceux qui ne seront alors jamais touchés. “Nous passerons notre flottille sous pavillon britannique. Maintenant que le gouvernement a finalisé l’accord avec la Troïka, nous pouvons enfin planifier notre bisness”, discussion entre entrepreneurs du yachting au café dit des skippers à la plus importante marina d’Athènes en ce mois de mai. Bon vent...

Animaux antiques comme animaux athéniens contemporains, plus... adespotes que jamais, même combat ! Décor sculpté...

Combat entre animaux adespotes. Athènes, mai 2017




* Photo de couverture: Sous l'Acropole. Athènes, mai 2017

5 commentaires

Jacques Foschia a dit…

Merci...continuez!

Michel Dilo a dit…

Sale temps... pour tous !
Ici, en France, les électeurs vont élire Macron. Déjà Sarkosy avait mis le paquet, Hollande y avait rajouté une bonne couche, Macron va terminer le "travail" en beauté si je puis dire.
A mon avis, inutile les grèves et autres pendant leur règne. La seule chose qui compte : le vote avant qu'ils le suppriment. Comment réagissent ceux qui ont voté syriza au dernier vote. Certes, ils doivent avoir le sentiment de s'être fait avoir, pour autant ont-ils pris la mesure du changement de vote pour la prochaine ?
Ici, ils nous refont le coup de l'épouvantail FN. Lordon explique bien tout ça avec ces deux derniers articles : http://blog.mondediplo.net/-La-pompe-a-phynance-
Déjà ça fonctionne moins bien.

omoshiro a dit…

Bonjour,
C'est assez terrible d'avoir à écrire cela mais vu de France, je n'ai que trop rarement surpris des Français capables de solidarité avec les Grecs. Alors je me dis que certainement Macron va leur ouvrir les yeux et malgré des médias Orwelliens ils comprendront ces destins européens partagés. Plus que jamais nous avons besoin de l'Europe mais certainement pas de celle de l'Union Européenne et de la Troïka. Chaque jour qui passe la nécessité pour chaque peuple de retrouver sa souveraineté devient criante. Car il n'y a aucune liberté sans celle-ci... Comment peuvent t ils l'ignorer aussi profondément ?...
Comme toujours un grand merci à vous pour ce partage, cet amour de vos adespotes comme des êtres qui tentent de rester humains malgré cette époque putride.

Michel Mazon a dit…

Ils agissent aussi en France : Tsipras et Varoufakis ont lancé tout deux, un vibrant appel à voter pour Macron qui est, on le découvre, un grand ami de la Grèce et a d'ailleurs beaucoup aidé Tsipras dans les négociations avec l'UE quand lui-même était ministre en France. A lire "greek crisis" on peut douter de l'efficacité de cette aide. Mais bon, tout deux ont fait le salle boulot de l'appel à voter Macron sans restriction.

Hubert Viallet a dit…

Je lis toujours avec attention greekcrisis
Dans notre collectif "Marseille avec les grecs" nous continuons à essayer d'informer. Le11 avril Nous avons fait venir au cinéma les Variétés le film https://lesfilmsdumouvement.wordpress.com/
de Philippe Menut en présence de l'auteur.
On continue!

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...