vendredi 26 mai 2017

Naufrages



Un naufrage sociétal, c’est parfois long à mettre en place. Notre actuel temps, dit de la fin, se prolonge au point de faire oublier que tous les hommes vivant (ou agonisant) dans une même époque et dans un même espace n’ont pas forcément... le même vécu historique. Au soir du jeudi 25 mai, les medias grecs se concentraient déjà sur l’attentat à la lettre piégée qui a blessé l’ex-Premier ministre et banquier Lucas Papadémos. Opéré dans la nuit (du 25 mai), ses jours ne sont pas en danger. Cette même journée du 25 mai, et pour la première fois à Athènes, les livreurs à moto étaient en grève. Dignité, désespoir et journées fort dangereuses.

Lire les titres des journaux. Athènes, mai 2017

Livraison de notre temps, jamais gratuite. On a beau lire les titres de la presse devant les kiosques, en vain ; il ne nous a pas été encore possible d'en trouver la moindre mention. Il faut alors fouiller sur internet, pour découvrir certains chroniqueurs ainsi rendre enfin hommage à nos livreurs à moto.

Maria Louka par exemple, sous le titre “La mort accidentelle d'un livreur à moto” (site “Inside story”, 23/03/2017) : “Il y a quelques jours, il a été tué en pleine rue un livreur à moto durant son temps de travail. Personne n'a été surpris par cet événement tragique. Les accidents de la circulation représentent 53% sur l’ensemble des accidents pour toute la branche restauration. Plus généralement, le... secteur de la livraison incarne à lui seul... ce royaume de l'arbitraire et de l’abolition absolue de ce qui subsiste encore de la protection comme de la législation du travail.”

“En ce 10 mars, l’annonce de la nouvelle de la mort de Mémos a été à peine remarquée par la presse. Ce ne fut pas tout à fait compréhensible sinon, pourquoi un jeune homme de 22 ans, puisse perdre ainsi sa vie, d’ailleurs, la nouvelle n’a pas été jugée bien importante. (...) Pour les vies ‘invisibles’, les morts sont aussi ‘invisibles’. (...) En déjà, leur travail est précaire, ces employés sont des êtres ‘jetables’ et interchangeables.”

La voiture de Loukás Papadémos après l'attentat. Athènes, le 25 mai (presse grecque)

Livreur à moto à Athènes en 2017 (internet grec)

Livreurs à moto, journée d'action, Athènes, le 25 mai (internet grec)

Livreurs à moto, journée d'action du 25 mai (internet grec)

“À l’instar de notre interlocuteur. C’est un jeune homme de moins de 30 ans, qui travaille ces deux dernières années en tant que livreur de produits alimentaires. Il raconte son histoire comme son expérience. Pour le protéger nous maintiendrons l'anonymat. ‘Voyez-vous, dans ce travail nos propres vies sont en suspens. Neuf livreurs sur dix sont payés trois euros de l’heure. Personnellement, j’en reçois quatre, mais cela après accord avec le patron. Pour moi, il n’y aura ni primes, ni congés. Car, comprenez-le bien, c’est un chantage indirect. Cet argent ne me suffit pas pour vivre, c’est évident. J’ai un deuxième emploi pour m’en sortir.”

“Le client veut que sa commande arrive dans moins de quinze minutes et le patron veut être en règle avec le client, mais non pas vis-à-vis de l'employé. Eh bien, le véritable coût de l’opération, il est finalement payé par le livreur. Si vous ne disposez que de 10 minutes pour l’aller et le retour, vous grillerez le feu rouge ou le stop et vous emprunterez le sens unique à l’envers. Je ne dis pas que c’est bien tout cela, mais nous nous mettons nous mêmes de la pression. Quelque chose nous y pousserait. Et notre collègue Mikael qui est mort, il travaillait dans le quartier de l’avenue Kavala sans freins, il a fait un demi-tour, puis, il été... balayé par un camion.”

“Je précise que nos motos exigent de leurs coûts et autres frais d'entretien, qui restent entièrement à notre charge. Sauf que lorsqu’on fait 150 km par jour, la moto doit être révisée tous les mois pour rester en bon état. La mienne, elle exige de nouveau une réparation, ce qui coûtera près de 450 €, que je dois sortir de ma poche. Et entre deux livraisons, on nous demande d’astiquer les toilettes ou de ranger dans les locaux. Nous sommes ces boys à tout faire. Et si quelqu’un d’entre nous alors proteste, les patrons lui disent: ‘Casses-toi si tu n’es pas content, il y a 20 chômeurs dans la file d'attente.’ Pour les patrons, nous sommes absolument jetables. Les clients de leur côté, ils sont indifférents. Ils ne se soucient que d’être livrés immédiatement. Il n’y a aucune solidarité.”

Univers et réalité décomposés. Athènes, 2013

Même lieu. Athènes, mai 2017

Autocollant... décomposé. Athènes, mai 2017

Nous voilà donc en ce début du XXIe siècle, où nous respirerions les décompositions (découpes) du réel. Tout est parfois dans les détails. Livreurs à motos omniprésents, figures principales mais largement ignorées du panorama de la ville.

Habituellement, nous traitons ces livreurs comme des robots, à la manière des rouages des machines, un peu comme déjà dans les Temps Modernes de Chaplin. Livreurs anonymes forcément, que nous ne nommons pas, des extensions en quelque sorte de leurs motos.

En attendant... la généralisation des robots, en ce début du XXIe siècle et en ce mois de mai, nous commémorons (lorsque nous n’avons pas la mémoire courte), le moment précis de la première grande manifestation populaire à Athènes contre le... proto-mémorandum de Georges Papandréou.

C’était le 5 mai 2010. La rue Stadíou était alors remplie de gens qui manifestaient dans l'une des plus importantes manifestations dans la capitale, contre l'adoption imminente du premier protocole signé entre la Troïka et le “gouvernement” Papandréou. Soudain, de cette foule, se détache un groupe de douze personnes cagoulées qui se dirigent vers la librairie “Ianos”, et vers l’agence de la banque “Marfin Bank” au numéro 23 de la rue Stadíou. Ces individus cagoulés brisent alors les fenêtres et lancent à l’intérieur de nombreux cocktails Molotov.

Chez Marfin, huit employés de la banque resteront piégés à l'intérieur qui est ravagé par le feu et où une épaisse fumée rend l’air irrespirable, puisque la seule issue de sortie restera verrouillée. Des employés joignent leurs proches par téléphone... pour leur dire adieu, tandis que d'autres, ils essaient de repérer une fenêtre pour sauter si possible du côté de la rue. Cinq employés ont été sauvés par les pompiers, mais pas tous. Trois jeunes employés et un enfant qui n’était pas encore né ont trouvé la mort: Épaminondas Tsakális (36 ans), Paraskeví Zoúlia (35 ans) et Angelikí Papathanassopoúlou (32 ans), enceinte.

Chez Marfin Bank au 23 de la rue Stadíou, le 5 mai 2010 (presse grecque)

Chez Marfin Bank au 23 de la rue Stadíou, le 5 mai 2010 (presse grecque)

Chez Marfin Bank au 23 de la rue Stadíou, le 5 mai 2010 (presse grecque)

Chez Marfin Bank au 23 de la rue Stadíou, le 5 mai 2010 (presse grecque)

J’y étais presque au moment des faits, je me trouvais de l’autre flanc de la manifestation, à trois cent mètres de la rue Stadíou. La nouvelle a été aussitôt diffusée très rapidement entre nous. Nos cœurs, nos réactions, ont été figés, et ce fut le premier des chocs apportés à la Resistance des Grecs contre le nouveau Régime des mémoranda.

Du 23 de la rue Stadíou, les Athéniens avaient fait depuis, un lieu de mémoire. Ils y déposèrent leurs messages, leurs fleurs, leurs dessins, en somme toute leur douleur et autant indignation. Mais en ce mois de mai 2017, j’ai remarqué que les messages ont été enlevés, et que le bâtiment avait été refait... pour accueillir désormais... la boutique d’une enseigne... mondialisatrice, spécialisée dans la commercialisation des articles de sport. Notre temps actuel de la fin... se prétend en plus sportif. Qui sait ?

Au 23 de la rue Stadíou, lieu de mémoire (2010-2016)

AU 23 de la rue Stadíou... articles de sport. Mai 2017

Alexis Tsipras... qui en rit. Presse grecque, mai 2017

Et en ce temps bien actuel, sportif ou pas, Alexis Tsipras et les siens, apparaissent devant les medias bien décontractés, voire hilares. Un auditeur intervenant en direct par téléphone dans l’émission politique de Lámbros Kalarrytis (radio 90.1 FM du Pirée, semaine du 22 mai), a fait remarquer qu’une telle attitude laisse déjà trahir un cynisme alors certain... et d’ailleurs synonyme d’hybris.

Lámbros Kalarrytis lui répondit que c’est aussi peut-être parce que le pouvoir rend alors absolument fou. Et il y aura toujours ceux qui veulent le conserver à tout prix, le plus longtemps possible. En tout état de cause, Alexis Tsipras se déclare prêt maintenant, à accepter le plan de Wolfgang Schäuble au sujet du prétendu allégement de la dette grecque, ce même plan que le “gouvernement” d’Athènes faisait semblant de rejeter il y a à peine une semaine (médias grecs du 25 mai 2017).

Un naufrage sociétal ou politique, c’est parfois long à mettre en place. Mais pas toujours. D’autres naufrages ou même échouages, nous rappelleront toujours et encore combien cependant notre actuel temps de la fin peut se prolonger.

Avenue d'Athènes, mai 2017

Sans-abri. Athènes, mai 2017

Non loin d’Éleusis près des côtes, le visiteur des lieux désormais sans trop de... Mystères, découvrira ce qui en reste du “Mediterranean Sky”, paquebot construit en 1953 au Royaume-Uni, et qui appartenait à la société “Karageorgis Lines”. Le “Mediterranean Sky” était l'un des deux glorieux navires de ligne de la compagnie et de la ligne entre Patras et Ancône en Italie durant les années 1970 et 1980.

Ces deux navires étaient luxueux et d’abord très en avant sur leur temps. Ils furent équipés entre autres, de cabines de luxe, de deux piscines, d’un bar élégant, ce que la clientèle de l’époque comme de la classe moyenne qui ne voyageait pas encore si fréquemment par avion, appréciait énormément. Le “Mediterranean Sky” a effectué son ultime voyage en Août 1996, entre Brindisi à Patras. En 1999, il fut remorqué à Éleusis où il a chaviré, puis, à jamais abandonné pour des raisons financières.

Le “Mediterranean Sky” au port d'Ancône dans les années 1980. (Internet grec)

Le “Mediterranean Sky”, la Compagnie Karageorgis Lines, document de 1977

En face pratiquement du “Mediterranean Sky”, sur l’île de Salamine, on y distingue la petite et dernière maison où vécut le poète Ángelos Sikelianós (1884 - 1951). Transformée en musée, elle reste cependant le plus souvent fermée, “c'est la crise”, apprend-on alors sur place.

Toujours à Salamine, j’ai rencontré Mihális, retraité et ancien capitaine dans la marine marchande. Il prend toujours la mer à bord de son voilier, acquis au moment où il a quitté comme on dit, la vie active. Le montant de sa retraite... par exacte répartition, a été ramené à 1.100€ mensuels, au lieu de 2.600€ initialement.

“Pourtant, notre Caisse des Marins a toujours été indépendante de toutes les autres structures de ce type. Nous versions nos cotisations bien élevées, de même que nos patrons armateurs, sans la moindre participation ou aide de l’État. Et voilà que notre Caisse a été supprimée, incorporée de force dans le système global, ce dernier se trouve d’ailleurs en pleine décomposition. Nous avons été trompés par ce pays et ses politiciens après tant d’années de service en mer”.

Mihális me raconta par la suite ses histoires du temps des Océans, profondément et peut-être définitivement dégouté de la vie des terriens. Il préfère évoquer son passé en mer, on peut comprendre. Histoires alors comme celle d’un skipper Néerlandais, que Mihális avait croisé au beau milieu de l’Atlantique après une tempête. Il naviguait seul à bord d’un voilier de dix mètres. Des années après, Mihális a pu inviter le skipper Néerlandais à bord de son navire qui se trouvait alors à quai à Rotterdam. Hasard ?

La maison du poète Ángelos Sikelianós. Salamine, mai 2017

Le Post-Future, version d'Athènes, mai 2017

La presse dite people, toujours vaillante. Athènes, mai 2017

Ceux de la terre ainsi ferme, s’occuperont du Post-Future, tandis que leur presse dite People ne connaîtrait pas la crise paraît-il.

La bonne nouvelle de la journée c’est que l’état de santé de Loukás Papadémos se stabilise, le problème c’est que sa... politique est pour autant stabilisée, et cela depuis tant d’années déjà.

Apparition furtive d'une baleine. Presse des Cyclades, 24 mai 2017

L’autre bonne nouvelle nous provient de l’île de Syros, capitale des Cyclades, où une baleine Balaenoptera physalus avait été aperçue près des côtes par les passagers d’un voilier, d’après la presse locale. La Grèce et sa capitale sous les orages du moment, mais passagers, pas d’autre baleine en vue certes, sauf que devant Lexikopoleío, notre librairie francophone (et pas uniquement) d’Athènes, tenue par Odile et Yannis, un majestueux animal adespote (sans maître), n’a décidément que faire du naufrage sociétal, long ou pas à mettre en place.

Animal adespote devant la librairie Lexikopoleío. Athènes, mai 2017




* Photo de couverture: Le “Mediterranean Sky”. Près d'Éleusis, mai 2017

3 commentaires

atao a dit…

En toute sympathie (ce splendide mot grec) avec vous et la Grèce. Je viens de terminer "Cartes postales de Grèce" de Victoria Hislop, qui nous a accompagné dans cette Grèce magnifique, livre qu'on peut décréter léger mais qui n'élude aucun des problèmes, malheurs mais aussi bonheurs de votre pays.

christian yon a dit…

bonjour
j'aime la façon de raconter votre pays
on voit que vous l'aimez ... avec un peu de nostalgie
courage !!
ils ne seront pas éternels

Jacques Foschia a dit…

Merci

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...