samedi 24 décembre 2016

Thermonautes



Jadis, dans le dème d'Épidaure, les pèlerins accouraient de toute la Grèce pour se faire soigner dans le sanctuaire d'Asclépios, dieu forcément guérisseur. À l’instar de tous les sanctuaires grecs, des épreuves sportives et théâtrales étaient organisées en l'honneur des dieux. Celui d'Asclépios, haut-lieu de la médecine grecque, est justement situé près du célèbre théâtre. Durant l'Antiquité toujours, le théâtre fut autant un acte de guérison. Autres temps ?

Épigraphe évoquant la femme de l'Empereur romain. Épidaure, décembre 2016

Hiver grec très froid (pour l’instant), celui des derniers jours. Sous un soleil... pour une fois, autant austère que la politique, les animaux adespotes, seuls véritables maîtres des lieux en toute saison, tiennent ainsi compagnie aux très rares visiteurs des sites antiques. Loin de l’été, le silence inspire enfin l’apaisement, le beau petit musée vient d’être décoré à l’occasion de Noël, et les employés du Ministère de la Culture, beaucoup moins nombreux sur place que durant la très ample période touristique, peuvent alors dévorer tranquillement leurs livres... devant la seule unité de chauffage en fonctionnement. Hiver grec.

De passage devant les restaurants et les bistrots fermés du site archéologique, les employés de la municipalité évoquent entre eux les fêtes, Noël, les préparatifs... le bois de chauffage récupéré bien à temps dans la forêt proche, les gâteaux et autres sucreries de saison ou enfin, et encore, ses... amertumes.

Nous passerons Noël tranquillement en famille... nous n'avons pas le choix, puis, il y a la vignette auto à payer ainsi que les impôts locaux avant le 31 décembre. 2017 n’en parlons plus... c’est l'inconnu !”. Et quant aux maires de la région, ils espèrent tous qu’en 2017, des investissements, forcement allochtones, le tout dans un tourisme (si possible) alternatif, viendront mettre en valeur leurs régions, entre vestiges archéologiques, champs d’oliviers, et... un certain dépeuplement.

Hiver grec. Nauplie, décembre 2016

L'église où Ioánnis Kapodístrias fut assassiné. Nauplie, décembre 2016

Buste de Dimítris Mitropoulos. Épidaure, décembre 2016

Près du musée et du théâtre, le visiteur découvre (mais sans la moindre explication), le buste de Dimítris Mitropoulos, chef d'orchestre, pianiste et compositeur, l'un des grands musiciens charismatiques que la Grèce ait donné et, avec Maria Callas, le musicien classique le plus important issu de ce pays au XXe siècle.

On se souviendra (historiquement) alors du premier concert jamais donné au théâtre antique d'Épidaure en 1935 par Dimítris Mitropoulos, ainsi que du programme d'Électre par Sophocle, réalisé par Dimítris Rondiris, avec la musique de Mitropoulos et la grande actrice Katína Paxinou dans le rôle d'Électre.

On se... souviendra également, de Maria Callas, c’était en Août 1960 lorsqu’elle chanta Norma de Bellini. Sur les quatre représentations, la première fut annulée pour cause de pluie et la dernière parce que la grande cantatrice était malade. Certaines superstitions avaient été appliquées à cette malchance, notamment celle qui prétend que les dieux grecs n’acceptent pas qu’un opéra soit représenté dans un ancien théâtre !

Pêcheurs du Péloponnèse. Décembre 2016

Pêcheurs du Péloponnèse. Décembre 2016

Pêcheurs du Péloponnèse. Décembre 2016

Temps ainsi d’hiver. Les pêcheurs du Péloponnèse feront toujours de leur mieux, puis, sans les touristes, le centre-ville de Nauplie est... enfin abandonné aux enfants des écoles. Son église de Saint Spyridon est alors décorée, là où précisément il fut assassiné en 1831 sur ses marches, Ioánnis Kapodístrias, grand homme d'État. Il fut tour à tour membre du gouvernement de la République des Sept-Îles Ioniennes (1802-1807), diplomate au service de l'Empire russe (1808-1815), ministre des Affaires étrangères du tsar Alexandre Ier (1816-1822) et premier Gouverneur de la Grèce indépendante (1827-1831).

Notons qu’en novembre 1813, Kapodístrias avait été nommé ambassadeur non officiel de l'Empire russe dans la Confédération suisse. Chargé d'aider le pays à se soustraire à l'influence napoléonienne il n'a ensuite de cesse de garantir l'unité, l'indépendance et la neutralité de la Suisse dont il a contribué à rédiger la constitution. Une fois l'indépendance du pays reconnue, il a favorisé également l'intégration de la république genevoise dans la Confédération des XXII cantons et il contribuât à la reconnaissance du Canton de Vaud au sein de la jeune Confédération. En signe de remerciement, le Canton de Vaud lui accorde en 1816 la première citoyenneté d'honneur et la Ville de Lausanne la première bourgeoisie d'honneur, la Ville de Genève fait de même. C’est... aussi l’Europe.

L’Europe... alors dans un sens amplement actuel c’est ainsi très précisément l’accueil réservé à Alexis Tsipras en Crète il y a une semaine, où les habitants ont hissé à l’occasion le drapeau national, mais... à l’envers, en signe de deuil, de malheur et de calamité qui s’abattent sur leur pays. Devant un auditoire toujours crétois, le premier des Tsiprosaures s’est même emporté: “Si vous voulez faire du bruit ne me laissant pas parler, c'est dehors. Moi, je ne me laisserai pas impressionner”. Au même moment, Efi Achtsioglou, sa Ministre... très “life style” de l’Emploi (?) et de la Sécurité (?) sociale, annonce la réduction durable et de moitié, du montant des retraites complémentaires... après avoir annoncé le petit cadeau de fin d’année adressé aux retraités modestes sous forme de versement exceptionnel. Élections en vue ?

Le drapeau national à l’envers. Crète, décembre 2016 (presse grecque)

Efi Achtsioglou, ministre... très “life style”. Décembre 2016 (presse grecque)

Une certaine idée sur la vie. Thessalie, décembre 2016

“Life is like a bad movie”, obsession... complétée du mot “zoa” (‘animaux’), vue terrible d’un mur en Thessalie et en ce décembre 2016. Pauvres animaux. En tout cas, ils ont parfois froid comme nous dans nos appartements au chauffage central à l’arrêt par exemple depuis... 2011. Grande alors discussion entre voisins en ce moment: “Auriez vous aussi froid que nous? Bonne blague, patientons... l'hiver ne durera peut-être pas”.

On se chauffe avec les moyens du bord, et à Athènes, les habitants sont souvent... enfermés dans une seule pièce de leurs appartements par manque de chauffage... chats compris ! Et il a même neigé autour de la ville comme sur le mont Hymette. Le problème c'est aussi que lorsque les immeubles ne son plus chauffés... en central, il faut alors utiliser le chauffage électrique et cela avec parcimonie, puisque le coût de l’électricité est au moins deux fois plus élevé qu'en France par exemple. Hors chauffage en bois, d’où d’ailleurs le terrible nouveau smog à Athènes et presque de partout ailleurs sous l’Olympe, c’est souvent en complément que les Grecs installent deux à trois chauffages à... bonbonne de gaz par appartement ou maison ; coût moyen: 3X18€/semaine. Le froid réellement existant... plus l’électricité.

Ou finalement pour saisir... toute la condition humaine du moment en Grèce, il n’y a qu’à observer certaines salles des cafés en ville. Lorsqu’elles sont bien chauffées, il devient difficile à repérer une table libre. Les habitués ainsi mués en... authentiques thermonautes peuvent alors y rester longtemps, sirotant leur café durant des heures. Vive la sociabilité !

Ville de Nauplie. Décembre 2016

On se chauffe avec les moyens du bord, chats compris. Athènes, décembre 2016

Póros. Décembre 2016

Póros. décembre 2016

Nuages sur Nauplie, neige sur les montagnes du Péloponnèse, et pourtant, lorsque le soleil revient, ses contrées, comme alors ses îles à l’image de Póros, offrent à la vue cette transparence que l’été n’arrive pas à dévoiler... devant notre bien piètre théâtre du monde humain actuel.

En effet, le monde ne va plus... tellement bien (et sans transparence), je dirais même qu'il se... métanthropise par les temps qui courent. Notre chute alors morale en Grèce, précisément depuis SYRIZA elle s’accélère, sauf que tout devient plus limpide, cette fois, dans l’esprit des humains, telle est l’impression laissée en tout cas puisque la mise à mort entre autres du système politique est presque accomplie (gauche... comprise on dirait en Grèce). Cela, en dépit des prochaines élections elle auront lieu à une date encore inconnue et dans une indifférence certaine.

Suite à l’expérience grecque donc, je dirais que le philosophe Cornelius Castoriadis avait raison dans son analyse concernant nos démocraties... (para)représentatives, mais alors, c'est bien pire que ce qu'il avait imaginé... Passons alors, moments disons festifs.

Nuages sur Nauplie, neige sur les montagnes du Péloponnèse. Décembre 2016

Póros, la baie. Décembre 2016

Póros sans touristes. Décembre 2016

Retour à Athènes. décembre 2016

Retour à Athènes, théâtre du monde, où les pèlerins n’accourent plus de toute la Grèce pour se faire soigner dans le sanctuaire d'Asclépios, dieu forcément guérisseur.

Théâtre, alors acte de guérison. Depuis leurs petits ports de pêche, nos animaux adespotes (sans maître) nous observent, face à notre bien piètre théâtre du monde humain actuel. Notre temps... entier. Joyeux Noël comme on dit !

Petits ports, nos animaux adespotes. Péloponnèse, décembre 2016




* Photo de couverture: Animaux adespotes, seuls véritables maîtres des lieux. Épidaure, décembre 2016

Aucun commentaire

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...