mardi 18 octobre 2016

Crise, beauté, sérénité !



Automne galopant. À travers les montagnes du Nord du pays, dans les régions de la Macédoine et de l’Épire plus précisément, il est encore question d’une certaine “Greek Adventure”. Seulement, les visiteurs se font rares. Athènes se situe finalement bien loin, les premières neiges ne sont pas encore tombées, et par cet intervalle de calme, les habitants... préparent leurs stocks de bois de chauffage ; d’ailleurs, certaines cheminées fument déjà.

Une certaine “Greek Adventure”. Macédoine - Nord de la Grèce, octobre 2016

La ville de Kastoria avec son lac homonyme, sont plus beaux que jamais, on pêche aux bords du lac, comme on peut parfois y pratiquer la voile, voilà pour ce qui tient encore de l’indéniable éclat. Cependant, les cafés, les bistrots et les restaurants sont pratiquement vides, la richesse d’un passé presque récent, liée à la manufacture de la fourrure et plus généralement celle du cuir, n’est plus.

Les clients appartenant aux décennies précédentes arrivant essentiellement de Russie, ne viennent alors pratiquement plus. Les Athéniens quant à eux, ils ont du mal à financer un tel voyage, enfin, la mode... de la toison d’or en Grèce appartient décidément au passé. Les rares adeptes des café... locaux sont en conséquence les fonctionnaires, les retraités ainsi que quelques étudiants.

Pour Yannis, serveur de cappuccino et également étudiant, il n’y a pas photo: “Les Athéniens lorsqu'ils viennent encore, ils nous arrivent en grosses voitures, ils sont incontestablement riches. Les autres, tous les autres, sont comme on le sait économiquement morts. Il faut compter près de deux cents euros pour un aller-retour, péages et cafés compris”. Crise... beauté, sérénité !

On pêche aux bords du lac. Kastoria, octobre 2016

Le club de voile de Kastoria, octobre 2016

Le club de voile de Kastoria, octobre 2016

Comme ailleurs et franchement plus qu’ailleurs en Grèce, le Nord du pays est un cimetière d’entreprises, d’entrepôts... comme autant de rêves, le chômage officiel (30%) est plus haut qu’au Sud du pays, les Cyclades sont loin, très loin, de même que leurs stéréotypes.

Lors d’une récente visite dans cette région frontalière avec l’Albanie, l’Ex-République Yougoslave de la Macédoine, et la Bulgarie, Dimítris Tsakiris, directeur de l’Organisme de Sécurité Sociale et de Prévoyance des Indépendants en Grèce (OAEE) a eu considérablement de mal à expliquer (et à faire passer), comment les petits entrepreneurs vont pouvoir survivre, étant donné qu’à partir du 1er janvier 2017, la somme de leurs cotisations fixes, d’impôts et de taxes... représenteront pas loin du 70% de leurs revenus. Dans la ville de Florina (non loin de Kastoria), les participants à la réunion ont fait remarquer que près de la moitié des inscrits à la Chambre de Commerce locale ont déjà fait faillite.

Si cela vous semble patriotique, déménagez alors en Bulgarie avec toutes vos familles...” a-t-il répliqué Dimítris Tsakiris, et il s’éleva contre l’orateur un tollé de toutes les parties de la salle, (reportages de la presse grecque, 18 octobre 2016). Le directeur de l’OAEE (organisme au bord de la faillite en réalité), a tenté par la suite de modérer ses propos lors d’un entretien accordé au quotidien “Kathimeriní”, peine totalement perdue.

Architecture... loin des Cyclades. Macédoine - Nord de la Grèce, octobre 2016

Détours. Macédoine-Nord de la Grèce, octobre 2016

Au lac de Kastoria, octobre 2016

Crise... beauté, sérénité, car nous retrouvons nos amis habitant cette région, à l’occasion d’un mariage célébré forcément en petit cercle. C’est une obligation par les temps qui stagnent, d’ailleurs, une bonne partie de cette famille a émigré en Allemagne et en Belgique entre 2011 et 2014. Plats authentiques, poisson de rivière et champignons farcis... gastronomie mesurée.

Dans la salle du Conseil de la ville, l’adjoint au maire s’est montré autant résigné que les... administré présents: “Nous ne servons plus à rien, nous serons même remplacés... à quoi bon continuer?”. Allusion faite à l’intention annoncée de la Troïka élargie d’imposer... la présence de son propre superviseur (administrateur colonial) à chaque Conseil municipal comme c’est déjà le cas dans tous les ministères à Athènes.

Sauf que vous avez bien profité... durant des années, vous, ainsi que le réseau de votre clientèle politique”, a aussitôt rétorqué le père de la mariée. “Oui... mais croyez-moi, à présent, nous sommes tous plongés dans la même marmite, celle de l'appauvrissement. Mon indemnité d'Adjoint au Maire est passée de 3.600€ avant les Mémoranda à 1.200€ mensuels actuellement... Voyez-vous?”.

Notre petite salle, composée de chômeurs, de néo-émigrés en Belgique et de demi-travailleurs, en a bien rigolé. Les deux retraites cumulées des parents de la mariée ne dépassent par exemple guère les mille euros par mois, sauf que l’ambiance se voulait être de mariage et alors de fête.

De passage. Macédoine - Nord de la Grèce, octobre 2016

La salle du Conseil municipal. Nord de la Grèce, octobre 2016

Plats authentiques, poisson de rivière. Nord de la Grèce, octobre 2016

Plats authentiques, champignons farcis. Nord de la Grèce, octobre 2016

Les discussions tournent parfois autour du pot, ou sinon, il est question de chasse, de pêche... comme d’une certaine et difficile autarcie toujours visée au fond de la pensée. Les mentalités bougent, forcées par le destin, surtout par le besoin.

Dans la région, située dans la vallée et les montagnes d'Askio et de Vermio au nord de Kozani, nombreux sont ceux qui travaillent dans la production d’électricité dans l’extraction du lignite (roche sédimentaire composée de restes fossiles de plantes), qui sert à alimenter les quatre centrales électriques, car 70 % de l'énergie électrique de Grèce est produite sur ce territoire par l'entreprise publique d'électricité (DEH) qui est le plus gros employeur de la région ainsi stratégique pour le pays.

L'entreprise supposée encore publique d'électricité est d’ailleurs sur le point d’être privatisée, les salaires des agents ont été réduits de près de 40% depuis la crise, les effectifs ne sont plus aussi importants qu’avant, on sait enfin que les pressions existent pour stopper cette production nationale de lignite pour cause (d’abord présentée comme) environnementale (la Grèce occupe la troisième place de cette extraction dans l’UE après l’Allemagne et la Pologne, et l’huitième place mondialement ou 5,5% de la production de lignite).

La région du lignite et des montagnes. Macédoine - Nord de la Grèce, octobre 2016

Vestiges du passé. Région de Macédoine - Nord de la Grèce, octobre 2016

Village. Macédoine - Nord de la Grèce, octobre 2016

Car le temps des privatisations à suivre comme celui de l’hyper-caisse... régnante sur la Grèce est proche (merci... SYRIZA). D’ailleurs, l’annonce est officielle, analyse le site “Bastamag” (18 octobre): “C’est un haut fonctionnaire français, inspecteur général des Finances, Jacques Le Pape, qui présidera au programme de privatisations de propriétés et d’entreprises publiques imposé à la Grèce. Malgré les appels des syndicats et de millions de citoyens grecs, le Parlement du pays a acté fin septembre la relance de ce processus, dans le cadre de son nouvel accord avec ses créanciers européens. Pour chapeauter l’agence de privatisation Taiped, sera créée une nouvelle entité appelée Superfund, avec un conseil composé de trois Grecs et deux Européens. ‘Les représentants de l’UE auront un pouvoir de veto sur les décisions du Superfund pour 99 ans, ce qui revient à placer de fait les services et les biens publics grecs sous le contrôle de la Troïka et d’intérêts établis pour tout un siècle’, dénonce la Fédération syndicale internationale des services publics ISP”, article fort intéressant.

Dans les villages et derrière les terrils alors on s’interroge... sans même avoir lu la presse internationale. “Les revenus baissent, travailler comme on dit dans l’électricité n’est plus suffisant, nombreux sont ceux qui ont repris les champs pour les cultiver. Timidement certes au départ, les troupeaux sont aussi reconstitués, les clapiers sont de retour dans les cours tout comme les poulaillers. Sinon... on émigre comme on peut”, racontent-ils nos amis dans la région.

Entre beautés et difficultés la région se bat alors avec ses atouts. Nous visitons certains villages, nous rencontrons des hôteliers, jeunes d’ailleurs ayant la volonté d’y rester et de se battre. Nous évoquons l’histoire, la richesse culturelle, la rencontre de différentes cultures (la région est en partie habitée par une population de slavophones), les vins... la gastronomie. Il y aura peut-être une collaboration possible entre nous, via mon concept “Greece Terra Incognita”, le besoin est grand, le besoin est urgent pour tous: s’en sortir !

La région, entre beautés et difficultés. Macédoine - Nord de la Grèce, octobre 2016

La région, entre beautés et difficultés. Macédoine - Nord de la Grèce, octobre 2016

Temps des pommes. Macédoine - Nord de la Grèce, octobre 2016

C’est aussi le temps des pommes, des noix et parfois encore des raisins. C’est autant les faits ainsi rappelés du passé, comme dans une taverne du village martyre de Kleisoura, évoquant l’histoire. Car lors de la... précédente Occupation et plus précisément le 5 avril 1944, Kleisoura subit l'assaut des forces commandées par le SS Karl Schümers qui assassinent environ 280 civils de tous âges, un massacre qui figure en bonne place parmi les crimes de guerre allemands sous Hitler en Grèce.

Pour le reste, heureusement qu’un autre passé a également existé, Kleisoura ayant connu son heure de gloire entre le 18ème et le 19ème siècles, l’architecture élégante de ses maisons en témoigne, des églises, des bâtiments publics, et surtout les manoirs des Kleisouriotes riches qui sont construits avec deux ou trois étages, reflétant l’importance de cette bourgade de peuplement valaque.

Temps des pommes et temps des noix. À Athènes, si loin des beautés du Nord luttant contre l’adversité, s’est tenu, il faut dire dans l’indifférence générale des Grecs, le 2ème Congrès de SYRIZA où d’ailleurs, Pablo Manuel Iglesias Turrión des Podemos a préféré ne pas se rendre malgré l’invitation (remplacé par un émissaire... quasi-anonyme aux yeux des Grecs). Temps dures !

Alexis Tsipras a été réélu à la tête des... ridicules, avec le... score démocratique de 94% ! Sauf qu’une des propositions de Tsipras n’a pas été retenue... en première lecture par les congressistes. “Avez-vous compris ce que vous venez d'adopter ? Vous avez voté contre mes propres propositions (celles du chef)...” a-t-il lancé le “bouffon” politique Tsipras visiblement hors de lui. La presse avait laissé ses micros et cameras ouverts, tous le pays l’a ainsi entendu. Les... délégués quand à eux, ils ont été invités à la répétition... du vote, et tout est entré dans l’ordre.

Le village de Kleisoura. Macédoine - Nord de la Grèce, octobre 2016

Ptolemaida, ville et chef-lieu... du lignite. Macédoine - Nord de la Grèce, octobre 2016

Le lac de Kastoria, octobre 2016

Automne galopant. Loin d’Athènes et bien au-delà des faussaires de la vie (comme de la Démocratie), les préoccupations sont fort différentes parfois. Dans une bourgade située entre l’Épire et la Thessalie, Thános vient de cueillir sa première récolte de grenades. Son cousin Andréas possédait une petite manufacture comme on dit ici, fabriquant de meubles ; petite usine en faillite.

L’usine, à l’arrêt depuis quatre ans, saisie par les banques sera vendue aux enchères avant la fin de l’année au prix de départ 280.000€, pour une valeur estimée (locaux, terrains, machines et équipements) à plus de six millions d’euros. Thános n’a surtout pas les moyens de transporter sa production au pressoir de la ville la plus proche, Ioannina. Avec Andréas, ils ont inventé un ‘système D’, en réutilisant la presse de la petite usine... d’origine conçue pour la fabrication de portes et de meubles de cuisine.

Nous n'avions pas d'autre choix. L'année prochaine mes arbres donneront davantage. Ainsi, je vais pouvoir entrer dans la coopérative et je ferai alors comme eux. La production partira donc à Ioannina pour en extraire le jus. Mais... jusqu’à l’année prochaine qui sait ! Seulement, au lieu de nous occuper des affaires de notre vie, il y en a encore certains dans la région qui espèrent autre chose. Pauvres cons, ils reparlent de politique et des partis, de la Nouvelle démocratie voyons, pourtant, les partis politiques ont tous signé notre acte de mort...”, explique Thános, tout de même en rigolant.

L’usine, à l’arrêt depuis quatre ans. Entre la Thessalie et l'Épire, octobre 2016

Le... ‘système-D’ de Thános et d'Andréas. Octobre 2016

La production de Thános. Octobre 2016

À travers les montagnes du Nord du pays, dans les régions de la Thessalie, de la Macédoine et de l’Épire plus précisément, il est encore question d’une certaine “Greek Adventure”, même lorsque les visiteurs se font rares.

Nous saluons les troupeaux comme nous saluons cet automne qui se prétend aussi galopant pour ce qui tient de la géopolitique du monde si actuel.

Nous saluons les troupeaux. Macédoine - Nord de la Grèce, octobre 2016

Et il sera encore question d’une certaine “Big Adventure” bien entendu. Crise... beauté, sérénité !

Crise... beauté, sérénité. Macédoine - Nord de la Grèce, octobre 2016




* Photo de couverture: Le lac de Kastoria, octobre 2016

1 commentaire

katzi a dit…

Bravo pour ce bon tournant,valable pour nous tous..
Bien Amicalement,

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...