samedi 3 septembre 2016

Sports extrêmes



Septembre déjà. Dans les montagnes grecques on respire ainsi les prémisses de l’automne. Panoramas paisibles d’un pays non-apaisé. Les rares visiteurs hésitent forcement... à dépenser leurs sous pour ces activités prétendument présentées comme relevant des “sports extrêmes”. Les marchandes de produits locaux (et/ou prétendument tels) ne vendent d’ailleurs presque plus, elles ne feront même plus l’effort d’aborder les clients. Automne en vue.

Les marchandes de produits locaux. Thessalie, août 2016

Nous n'aurions rien à envier aux montagnes de la Suisse, non ?” Parole locale, celle des propriétaires d’une taverne “de montagne” aux stéréotypes alors trop usés et qui ne vieilliront sans doute jamais. Pourtant, on dirait que leurs grillades et autres spécialités inévitablement découpées et cuites à la broche... au préalable prélevées aux épigastres des caprins, ont enfin plutôt mal vieilli depuis le début de la dite crise. Prix en hausse et... qualité dégradée depuis la dernière fois, si lointaine déjà.

En été... ce n'est pas notre saison ici, nous les vieux, mon mari et moi, nous tenons la taverne tandis que notre fils qui connait aussi si bien le métier, il est parti travailler à Rhodes durant tout l’été pour le compte d’un restaurateur de la grande île. Ce n’est qu’au 15 août que nous avons eu du monde ici, et nous avons fait appel à deux garçons et à une fille du coin pour y faire face. Sinon... rien. Du lundi au vendredi nous n’avons pratiquement aucun client... en attendant surtout le week-end. La Belle-Époque c’était alors avant...”. La Belle-Époque... quelle invention !

Sauf que la crise continue et avec elle, seulement une certaine vie. Dans les tavernes les gens s’observent on dirait mieux qu’avant. Les présumés rescapés et autres nantis devant l’eternel sont par ailleurs trahis par leurs véhicules récents et bien chers à acquérir, les autres, murmurent alors derrière les... bas morceaux et abats, au préalable prélevées aux épigastres des caprins comme également on dirait autant arrachés... à la rancune des hommes.

Abats à la broche. Thessalie, août 2016

En Thessalie, août 2016

Les “Amis des Champignons”. Thessalie, août 2016

Le pays métapolitique Tsipriote abonde désormais de brisures de riz sociales... l’avenir bien en pilaf ! Dans ses montagnes, on rencontre ainsi momentanément ceux de l’Association Thessalienne des Amis des Champignons... allumant un cierge dans la chapelle du coin, reconstruite à l’identique, car ravagée par un incendie accidentel en 2015. Ils croisent alors les... bien différents... amis d’une certaine variante de l’histoire, visitant ce monument à moitié vandalisé, dédié aux partisans de Gauche et de passage par ces lieux, entre 1942 et 1944. Ils se croisent évidemment sans se rencontrer.

Dans les cafés supposés typiques, des étudiants originaires de la région attendent et parfois appréhendent leur nouvelle année universitaire, question d’avenir: “C'est l'année du diplôme et je n’ai plus de temps à perdre les gars, après, j'irai rejoindre mon cousin à Londres, c'est pour poursuivre et si possible y travailler par la suite. En Grèce... c'est mort”. Ambiance bon enfant, sauf que tout sourire sort alors hésitant, question constamment revenue et revisitée, celle de l’avenir.

Au village thessalien, celui de la plaine, les départs vers l’Allemagne se poursuivent au rythme d’ailleurs accéléré. Le village a ainsi perdu depuis les débuts de la crise le tiers des habitants, autrement-dit, quasiment tous ses jeunes, enfants de bas-âge compris. “Ils partent tous, l'école primaire vient de fermer et nos rares petits sont depuis 2015 scolarisés au village voisin, la maternelle est certes maintenue, cela seulement, grâce au transfert quotidien d’un petit nombre d’enfants Roms, paraît-il en surnombre à la paternelle de la ville, pourtant si proche. D’ailleurs, le gouvernement annonce la prochaine scolarisation des enfants des migrants... notre pays a tellement changé... !”.

Ami des Champignons dans la chapelle. Thessalie, août 2016

Monument à moitié vandalisé, dédié aux partisans. Thessalie, août 2016

Dans la chapelle. Thessalie, août 2016

Dans les cafés supposés typiques. Thessalie, août 2016

Au village, on nourrit toujours les animaux semi-adespotes... à défaut de nourrir l’espoir, signe aussi des temps. On se laisse aller, on cultive la lenteur... et parfois même le cannabis, aux dires de certains (rares) jeunes en tout cas. La terre restera souvent en friche, seules les subventions agricoles finissantes sauvent encore les derniers meubles de cette ruralité travestie. Et quant aux bêtes, le cheptel a aussi considérablement diminué, entre épizooties successives, financement aléatoire de la prévention de la part des services vétérinaires de l’État, voire enfin, avec la dernière crise dite du lait.

Sous les ordres de la Troïka, le gouvernement précédent avait modifié le règlement formulant les dates et délais suivant lesquels, le lait commercialisé peut-être alors considéré comme étant frais ou pas. De 3-4 jours auparavant, nous... considérons désormais que le lait vieux de six jours est subséquemment toujours bien frais. Conséquence, le marché grec est depuis inondé de lait néerlandais et allemand, moins cher à produire, même exporté, au détriment des producteurs grecs. À moins de 30 centimes le litre acheté au producteur, ce n’est guère rentable par les temps qui courent. Dans les coins touristiques, seule échappatoire: ne pas vendre son lait, mais produire derrière du bon fromage et le vendre directement aux visiteurs ou sinon aux restaurants. Ce n’est tout de même pas à la portée de tous”, témoignage de Stávros, vétérinaire Thessalien aguerri !

Ailleurs, comme dans le Péloponnèse, les petits caïques sont parfois à vendre, et à Trikala (ville thessalienne) le seul vieux café suffisamment démodé du centre-ville, aux tarifs pratiqués adaptés... à l’appauvrissement des retraités, vient de fermer ses portes comme sa terrasse... avant démolition. La Municipalité a souhaité récupérer la concession accordée des lieux, pour paraît-il accroître le jardin public, les retraités sont depuis inconsolables, et quant au sort de Kostaras... il a émigré en Allemagne devenant le gérant d’un café... germanique, appartenant toutefois à une famille grecque, originaires de Trikala.

Au village, on nourrit les animaux semi-adespotes. Trikala, août 2016

Les petits caïques sont parfois à vendre. Péloponnèse, août 2016

L'emplacement du café de Kostaras. Trikala, août 2016

Au rythme... des symboles désuets qui définissent le pays en ce moment, le gouvernement multiplie les opérations de communication... en brassant de l’air dans une Grèce asphyxiée. Alexis Tsipras vient ainsi d’inaugurer une portion d’autoroute dans le Péloponnèse, construite par l’entreprise de BTP appartenant à son... ami promoteur (de “gauche”) Chrístos Kalogritsas (radio 90.1 FM, le 2 septembre).

Pour la petite histoire, Kalogritsas, ingénier civil et... quasi-journaliste, avait été l’éditeur par le lointain passé (1986-1990) d’un quotidien de gauche pro-KKE (PC grec), il est par la suite devenu homme agissant de la télévision privée, avant d’être propulsé à la tête de l’ERT (Radio et Télévision publique) par décision d’Andréas Papandréou en personne. Notons que Kalogritsas avait été maintenu à son poste durant l’essentiel de la période Simítis, et à l’époque, il a entre autres... bienfaisances, ouvert “son” temps télévisuel au journaliste arriviste Stávros Theodorakis, l’actuel chef du parti... de Jean-Claude Juncker et de Martin Schulz en Grèce “To Potami” (“Rivière”).

Kalogritsas fonde en 2011, la société ‘Pileus Holding’, spécialisée dans les transactions immobilières, participant également au capital d’autres structures ; le champ est alors large: informatique, médias, sociétés de sondages et de publicité. Le capital initial (annoncé) de sa société était de 500 000 euros (source: “To Pontíki” du 2 Septembre).

Alexis Tsipras inaugurant une portion d’autoroute. Presse grecque, le 2 septembre

Chrístos Kalogritsas. Presse grecque, le 2 septembre

Au rythme... des autres symboles. Nauplie, août 2016

Le... hasard du calendrier fait que Kalogritsas est aussi un des quatre “gagnants” de la... procédure d’octroi des quatre licences de chaînes nationales généralistes privées en Grèce. “Soixante-trois heures durant lesquelles les huit candidats en lice et leurs équipes, parmi les hommes d’affaires les plus influents du pays, sont restés enfermés dans un huis clos inédit au sein d’un bâtiment, surprotégé pour l’occasion, du Secrétariat général de l’information et de la communication. Cette bataille à coups de millions a donné l’avantage à quatre des oligarques grecs les plus puissants, et pas les moins polémiques. Chacune des quatre licences était mise aux enchères à 3 millions d’euros. Le gouvernement a annoncé avoir finalement récolté près de 246 millions. Un record, qui montre la férocité avec laquelle se sont déroulées les opérations”.

L’armateur multimillionnaire Vangélis Marinakis, par ailleurs président du grand club de foot du Pirée, l’Olympiakos, a obtenu une licence en déboursant 73,9 millions d’euros. M. Marinakis, très actif politiquement dans la municipalité du Pirée - on l’appelle aussi le “maire de l’ombre” de ce port stratégique grec -, fait toujours l’objet d’une action en justice dans une affaire de crimes organisés (matchs truqués) dans le milieu du football (...) Ivan Savvidis, un homme d'affaires gréco-russe à la tête d'un groupe florissant en Russie, particulièrement offensif économiquement à Thessalonique, la grande ville du Nord, a, quant à lui, finalement renoncé à obtenir une licence (...) Les deux nouveaux venus dans l’univers des médias auront comme adversaires Théodore Kiriakou et Yiannis Alafouzos, tous deux armateurs et propriétaires respectivement des chaînes ANT1 et Skai, déjà existantes et qui peuvent donc continuer leurs activités”, note Adéa Guillot dans son reportage fort détaillé publié dans “Le Monde”.

Pour compléter ce reportage (car “Le Monde” aurait du mal à... s’exprimer de la sorte), Ivan Savvidis aurait été en réalité écarté car il serait proche du pouvoir en Russie, les... Occidentalistes auraient interdit au “petit” Tsipras d’accorder (même indirectement) une fréquence aux... Russes, surtout lorsqu’on sait que l’opinion publique grecque est (déjà) largement russophile et encore, très hostile à l’européisme (d’ailleurs condamné à travers les mentalités partout en Europe), comme à la politique germano-compatible de celui-ci. Par symétrie opposée, certains éditeurs et journalistes des médias de Yiannis Alafouzos (‘Skai’ et ‘Kathimeriní’), télévision déjà existante et qui peut effectivement continuer ses activités, sont souvent invités du côté de... “Bilderberg Group”, Alexis Papahelas entre autres. Ceci explique éventuellement cela !

Cette procédure d'octroi des quatre licences tient de l'orchestration d'une cérémonie satanique... par une bande de mafiosi”, commente de son côté Alékos Alavános, (très) ancien chef de SYRIZA et actuel initiateur du mouvement du ‘Plan-B’. C’est... plutôt clair.

Jean-Claude Juncker en Grèce. Presse grecque, septembre 2016

Petit caïque. Péloponnèse, août 2016

Au... pays réel. Nauplie, août 2016

En ce septembre 2016, la presse grecque évoque aussi le récent voyage (non annoncé) de Jean-Claude Juncker en Grèce. Dans le cadre d’un restaurant des bords de mer, sous le soleil forcément de... la Colonie, le... Chevalier européiste avait à l’occasion accordé une interview au “Frankfurter Allgemeine”. Et la petite phrase à remarquer, était semble-t-il la suivante: “Je suis heureux de constater que les prix sont indiqués encore en euros”.

De tout cela, comme aussi de l’affaire des anciens et nouveaux oligarques à la sauce SYRIZA, le... pays réel reste au fond indifférent. Ce qui meurent et ceux qui mourront (ou qui disparaîtront de la Grèce) économiquement, symboliquement et parfois même physiquement, ils sont d’abord préoccupés par leur survie, comme ils sont profondément dégoûtés de la (dernière ?) tournure politique de la supposée démocratie systémique. Les mesures supplémentaires annoncées par le “gouvernement” à l’encontre des travailleurs indépendants du secteur privé, les obligeant à verser par avance, une année supplémentaire en cotisations (comme déjà en impôt), au montant arbitrairement calculé, basé aux revenus issus de l’exercice... de 2015.

La première des solutions envisagée par ces petits entrepreneurs c’est alors la délocalisation. Déjà, et d’après la presse grecque de la semaine, on estime à 65.000-70.000 le nombre de demandes en attente pour obtenir une nouvelle domiciliation... à l'étranger. “La question préoccupe déjà l'équipe économique à la tête du Ministère des Finances, de ce côté, on pense qu'un plan de contrôle du processus serait alors réalisable grâce à la coopération transnationale avec la Bulgarie et avec Chypre”.

Athènes de la rentrée. Septembre 2016

“Apprendre l'auto-défense de rue”. Athènes, septembre 2016

Prémisses de l'automne en Thessalie. Août 2016

Pays métapolitique Tsipriote, brisures de riz sociales... l’avenir en pilaf, l’économie en moins ! “L'époque où quelqu’un était son propre patron est terminée”, a déclaré (25 août) à la télévision Chara Kafandari, députée SYRIZA, pour ensuite faire l’éloge d’une supposée nouvelle forme d’entreprises ‘KOINSEP’, “Entreprises sociales et coopératives” entre particuliers... avec une participation nécessaire des collectivités locales.

Notons que la... “Passionaria” Kafandari, n’a travaillé que sous l’étiquette... protégée de syndicaliste à la Banque Nationale de Grèce, née en 1958 et déjà... jeune retraitée aisée depuis un temps, au moment où ceux de la Grèce... de l’envers, viennent de constater que le montant de leur retraite a encore été diminué depuis le 1er Septembre. Et quand au futurs retraités... c’est certainement dans un authentique au-delà qu’ils existeront.

Le gouvernement annonce ces mesures dites ‘d’économie sociale’, pour en réalité renforcer le rôle des infâmes KOINSEP, destinées aux petites et moyennes entreprises et aux travailleurs indépendants de taille. On annonce aussi un programme de travail de trois à huit mois pour les chômeurs, pour ainsi aménager le paysage de leur misère, avant bien sûr, le grand changement de caractère ‘institutionnel’ (la reforme de la Constitution annoncée par Alexis Tsipras) !!!

Au rythme... des autres symboles. Été grec 2016

Puis, s’y ajoute ce paysage de la télévision en pleine mutation !!! C’est la possibilité alors accordée aux autres ‘puissances démocratiques’... à nous ‘administrer’ de la culture, des loisirs comme supposons, de nous informer. Enfin, ne pleurez pas pour l'exode massif de vos enfants à l'étranger, ils sont ainsi devenus des... citoyens du monde. Quelle est-elle alors notre planète actuellement ? Un Village Global. Ceux qui partent à l'étranger, ou sinon... qui quittent ce monde définitivement, seront donc remplacés par les migrants. Ainsi, le solde déficitaire entre les départs et les arrivées, entre les naissances et les décès, sera couvert de manière adéquate. D'ailleurs, cela vient même d’être dit sous certaines lèvres officielles du gouvernement. La déshellénisation, de ce fait programmée à tous les niveaux est en route”, analyse de son côté Yórgos Siozos dans son pamphlet publié sur un site politiquement très à gauche. Yórgos, vieux militant et cadre jadis très actif à gauche (et très ancien de SYRIZA), Yorgos, ami depuis les bancs de l’école surtout, de notre ami Panagiótis Papadákis, qui n’est plus de ce si bas monde depuis mai dernier.

Pays métapolitique Tsipriote, brisures de riz... sociales, SYRIZA (et son allié ANEL, formation du dernier ridicule), a dissous la Gauche, avant de dissoudre enfin le peuple grec tout court. Le cirque métapolitique continue et l’amertume largement partagée se transforme en haine. C’est inévitable, seuls les apparatchiks gouvernementaux et les leurs... ne peuvent, ou ne veulent rien y voir, ni entendre.

Récemment à Athènes, j’ai rencontré par hasard A.Z., une connaissance, nous avions partagé certains moments du temps des luttes contre les mémoranda, mais en... 2014. A.Z., poursuit sa carrière Syriziste du... haut de son (petit) poste de fonctionnaire supposé modeste, il raconte combien et comment il trouve le temps d’œuvrer pour son plus grand bien, ayant très précisément pris part au sein d’une KOINSEP, propulsée par tel ministère, financée en partie par telle collectivité, et ainsi soutenue dans une future campagne de... Crowdfunding. “C'est l'avenir, et cela semble nous réussir déjà”, me dit-il.

Je lui raconte nos difficultés... notre survie à la petite semaine, nos... tentatives économiques incertaines, le contexte au voisinage, nos amis chômeurs... nos disparus ; toute cette adversité finalement d’un autre type de temps de guerre. “Ah... non, tout ira mieux, d'ailleurs nous attendons tous... le versement des prochaines aides de l’UE, comme celles du paquet Juncker. Cela financera nos... nouvelles structures, et le pays entier ira mieux... comprends-tu ? D’ailleurs, as-tu envie de participer à une Commission consultative au Ministère... ?” Bonne blague, ou plutôt très mauvaise. Je lui ai fait brièvement part de mon point de vue, essentiellement, de ma désapprobation alors profonde de la... gouvernance actuelle et je l’ai sèchement salué. A.Z. habite désormais une autre planète... voilà comment on apprend aussi à vivre avec les... extra-terrestres.

Septembre déjà, automne en vue. À Nauplie, on nourrit paraît-il toujours, les animaux semi-adespotes. Panorama paisible d’un pays non-apaisé et “sports extrêmes”.

Animal adespote à Nauplie. Août 2016




* Photo de couverture: Sports extrêmes. Thessalie, août 2016

6 commentaires

Resistant Daniel a dit…

L'Automne Grec, après l'Eté Grec. Grave pessimisme dans vos propos qui, malheureusement, n'apportent guère de réconfort ni de solutions au delà d'un constat quotidien. A ce rythme, le voyageur se demande s'il est bien raisonnable de vouloir continuer à se rendre en Grèce. Faites attention de ne pas "décourager"les amoureux de la Grèce et de son peuple, qui méritent, au delà de tout jugement de valeur, toute notre amitié, notre considération, et notre soutien indéfectible, par le voyage...notamment...SPARTACUS.

Panagiotis Grigoriou a dit…

Merci de votre commentaire plein de sens. Le voyageur averti trouvera toujours déjà la beauté (suffisament) entière d’un pays qui certes connaît tant de problèmes…. Puis, une chaleur humaine et le goût du dialogue !

Jacoti a dit…

Sur la place d'une église dans les Cyclades. Un jeune homme au téléphone, parlant assez fort pour le comprendre d'assez loin, la place est pleine de touristes.
Je trvaillais 10 heures par jour, 6 jours sur 7, pour 600 € par mois.Ils ne m'ont pas laisser faire mes vacances, j'ai dit NON. Nous sommes revenus à l'esclavage comme dans la Rome antique, a-t-il conclu. Apparemment il ne dérangeait personne. Bien à vous.

katzi a dit…

Cher Panagiotis,

En effet ces nouvelles lucides et pessimistes venant de toi s'approfondissent pour nous. Et m'inspirent deux seules remarques : Si la haine justifiée émerge, ne peut-elle prendre certaines formes même sporadiques( sans l'Aube Dorée, dont heureusement -ou pas- tu parles assez peu) ?
Nous n'avons aucune leçon de non passivité évidemment à donner, du fait qu'avec un peu de retard sur vous,le cirque électoral présidentiel se résume plus que jamais au défilé de pantins interchangeables dans les mains des mêmes, puis que la "réforme" électorale d'avril dernier empêche toute candidature différente. Le tout dans l'abrutissement médiatique occultant évidemment toute information significative..
Les amoureux de la Grèce (dont je suis)ne changeront pas, mais nous nous sentons bien impuissants et égoïstes de profiter de cette beauté sans (presque) rien pouvoir remédier à l'actuel. Ce qui nous renvoie en miroir à nos lacunes ici..
Que le dialogue dissipe les brouillards... Bien amicalement,
katzi

Jean-Luce morlie a dit…

Merci,

a consulter l'internet en grec (sans comprendre le grec pour autant) permet néanmoins de se rendre compte de ce que la petite phrase de Mme Kafandari «Η εποχή που κάποιος ήταν αφεντικό του εαυτού του έχει τελειώσει» (l'époque ou un individu pouvait être son propre patron est terminée) est reprise dans de nombreux articles.

Il me semble que l'infamie que subissent les Grecs doit absolument servir d'analyseur a ce qui ne va dans les gauches européennes. La naïveté des intellectuels devant l'hypocrisie d'une grande partie des acteurs de l'économie sociale est écoeurante. Nous avons le devoir de lutter pour des dispositifs d'économie sociale vraiment émancipateurs, pour la société tout entière .

SYRISA c'est fait l'instrument de l'oligarchie kleptocrate Bruxelloise, et, à la lecture de vos articles, il semble (sauf contresens de ma part) que les fonctionnaires restent le dernier rempart "populaire"de la gauche Syrisienne, ce qui d'un point de vus sociologique,peut se comprendre. Un groupe social "ne mord pas la main qui le place en position d'en dominer d'autres ", et dans lze cas préent, il lui est aisé de consolider sa position sociale en participant au contrôle social des groupes rejetés et dominés, en usant du narratif de l'idéal "l'idéal solidaire" . Je me trompe peut-être, vous me le direz . si lidée ne vous semble pas trop fausse, voudriez-vous nous indiquer (je me permets de parler au nom de vos lecteurs) quelques articles en grec faisant la critique de KOINSEP, car nous pouvons réfléchir ensemble sur votre blog !


pouvez vous nous indiquer des articles en grec qui font la critique de fond de KOINSEP ?

Je vous en remercie par avance. Je tenterai sur cette base de publier un article sur Mediapart, et si le cas échéant vous jugiez l’idée intéressante, je me retirerai bien volontier de ce projer afin que vous puissiez publier vous même sur le blog de Paul Jorion, lequel ne vous le refuserait pas, j'en ai la sentiment de certitude.



Jean-Luce Morlie

baba bici a dit…

salut
tres belle lecture...moi j'ai parcouru la grece du nord a velo au moi de mai, magnifique, envie d'y retourner, c'etait ma premiere fois en grece...loin de villes, une calme d'autres temps...je me suis bien demandé si avec la crise la magie de cette grece-là ne va pas augmenter...

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...