samedi 11 juin 2016

Royaume de Grèce



Pays aux beautés suspendues. Premier périple de l’année dans le cadre de “Greece Terra Incognita” , histoire aussi d’introduire un peu de distance... vis-à-vis des réalités athéniennes. La crise grecque n’est certainement pas derrière nous en dépit des déclarations des “gouvernants”, toutefois, nous vivons dans sa dépendance, nous y baignons, et même nous y exprimons, lorsque nous ne naviguons pas à travers ses récifs.

Détroit de l'île de Póros, juin 2016

Depuis Athènes, une partie de la presse grecque commente suffisamment les derniers chiffres issus des statistiques... habituelles. Durant le premier trimestre de l’année 2016 le volume des ventes dans la grande distribution en Grèce a connu une baisse de 7,8%, comparé aux résultats de l’année dernière. En mars de cette année, la baisse enregistrée a été de 13,5%, une première !

La baisse du volume des ventes dans la catégorie des produits alimentaires de base à atteint tout de même 13% au premier trimestre de 2016 par rapport à la même période l'année dernière, alors que celle concernant les biens d'équipement ménager ou les produits de soins personnels, a été de 9,8% et 6,4% respectivement. Réduire la consommation de boissons alcoolisées ou gazeuses, celle même des snacks, est plutôt... de méthode attendue pendant les périodes de contraction accélérée du revenu disponible des ménages. Cependant, ces chiffres montrent qu’il y a aussi dégringolade du volume des ventes pour ce qui des produits essentiels dans l'alimentation quotidienne, comme par exemple le lait”, fait ainsi remarquer le quotidien “Kathimeriní” dans son édition du 5 juin. Pays aux beautés essentielles suspendues... devenues souvent inaccessibles.

Au même moment, dans de nombreux restaurants... côtiers en Grèce, le long des collines rocheuses et de belles plages si bien remarquées par les guides touristiques, on y découvre inlassablement cette... altérité ; à savoir, le séchage des poulpes au soleil, suspendus à des filins. Cependant, en ce mois de juin bien entamé, les clients se font rares, et les restaurateurs se plaignent, parfois au-delà des surfaces du réel: “Notre saison est devenue trop courte, du 15 juillet au 25 août... ce n'est pas normal”.

Séchage des poulpes au soleil, suspendus à des filins. Golfe Argolique, juin 2016

Villa, île de Póros, juin 2016.

Le poète Odysséas Elytis aux îles grecques... du 20ème siècle.

Les touristes admirent les paysages, observent “nos” villas, celles qu’autrefois avaient été prêtées par exemple à nos deux poètes Georges Seféris, et Odysséas Elytis, lauréats du prix Nobel de littérature, respectivement en 1963 et en 1979. Elytis, considéré parfois comme le poète du soleil et de l’Égée par excellence, avait déjà su scruter très tôt, l’essentiel de l’obscurité de notre si nouveau siècle.

Je vous l’ai dit déjà. C’est la barbarie. Je la vois surgir ainsi déguisée, sous couvert d’alliances conclues sans foi ni loi, à travers des accords conduisant à l’esclavage. Il ne s’agira probablement plus des fours crématoires d'Hitler ; seulement, de l'assujettissement méthodique et quasi-scientifique de l'homme. Ce dernier, sera ainsi souillé et pleinement déshonoré”.

Et ainsi alors, on peut se demander: Pourquoi nous battons-nous jour et nuit, enfermés dans nos laboratoires ? Nous nous battons pour un rien, et cependant ce rien relève de l’infinitude. Ce sont enfin nos institutions démocratiques qui sont concernées, et tout laisse à penser qu’elles ne vont pas tenir bien longtemps. C’est cette qualité pour laquelle plus personne ne donne pas un seul sou. L'intégrité de la personne humaine s’acheminant donc vers son éclipse totale. À l’instar de l'indépendance des petites nations, déjà devenue lettre morte. C’est le règne de l'ignorance et de l'obscurité.

Ce que l'on appelle ‘les gens pratiques’, en majorité les bourgeois actuels, se moquent de nous, c’est fort typique. Ils ne voient rien. Tandis que nous, nous discernons tout. La vérité, on la verra éclore un jour, sauf que nous ne serons plus là. Notre œuvre pourtant demeurera, et elle sauvera tant notre honneur, comme encore celui de notre époque”, interview d’Elytis, accordée à Soula Alexandropoulou et au quotidien “Kathimeriní”... le 2 novembre 1975.

“Crise Toxique”. Projection d'un documentaire. Athènes, mai 2016

En Golfe Argolique. Juin 2016

En Golfe Argolique également. Juin 2016

Nous nous trouvons certainement bien au-delà de cette “Crise Toxique”, d’après ce que suggère, certes à juste titre, la thèse d’un documentariste de notre temps, son film ayant été projeté dans les quartiers d’Athènes à l’initiative du “cinéma des citoyens”.

Cependant, au pays aux beautés suspendues, le temps de l’histoire surgit des sols, il laisse aussi à penser que toute création humaine, tératogenèses comprises, font et demeureront dans le provisoire. Comme l’autre jour, restant à l’ancre dans la petite baie près de la localité Koilada dans ce Péloponnèse Nord du Golfe Argolique. En plongeant avec masque et tuba en direction de la plage, on y distingue à 3m de profondeur les restes d’une petite cité datant de la période proto-helladique, construite d’après les archéologues durant le troisième millénaire avant notre chronologie, au même moment que les célèbres Pyramides d’Égypte. Une heureuse découverte enfin, faite en 2014 par une équipe d’archéologues suisses et grecs.

Et juste derrière la plage, on peut découvrir la grotte de Frachti, habitée depuis le lointain Paléolithique, de très nombreuses fouilles ont eu lieu dans les années 1967-1979 par les archéologues et paléontologues américains et grecs. Et pour finir dans l’actualité... bien en face, la... reine du moment, s’agissant de la petite île verdoyante, elle été achetée dans les années 1950 par la famille des Livanos, armateurs !

La grotte de Frachti, juin 2016

La petite baie près de la localité Koilada, juin 2016

La grotte de Frachti, juin 2016

La petite île verdoyante, appartenant à la famille des Livanos, juin 2016

Les touristes sont toujours les bienvenus, et bien de demeures sont à vendre. Dans les localités, certaines fêtes à l’occasion des mariages bien chez les Grecs se pratiquent peut-être alors comme avant. Le climat grec, serait un été entrecoupé d’épisodes d’un hiver alors court, sauf en politique.

Les vrais connaisseurs du pays en profitent ainsi d’avril à novembre de cet été grec (au sens large), sauf qu’ils ne sont guère dupes quant au reste. John et son épouse Alison (ils sont Britanniques), se rendent en Grèce à partir de la fin des années 1950. À bord de leur voilier, ils sillonnent l’Égée depuis qu’ils sont retraités, c’est-à-dire près de dix-huit ans. Ils connaissent nos baies, ils sont d’ailleurs connus et attendus dans les ports comme dans certaines îles.

Sauf que lorsqu’ils ont redécouvert Athènes... le cœur n’y était décidément plus. “Nous savions déjà par nos amis Grecs que pour l’essentiel, votre large classe moyenne est sur le point de mourir. Les familles grecques qui ne sont pas appauvries comprennent tout de même que leurs enfants ne trouveront plus de travail. En Grande Bretagne, le chômage n’est pas un problème si dramatique qu’en Grèce. Cependant, nous observons de plus en plus souvent en Grèce cette richesse des uns, elle baigne dans l’ostentatoire pendant que tant d’autres gens n’ont plus de ressources du tout”.

Fête et mariage chez les Grecs. Golfe Argolique, juin 2016

Dans les baies. Golfe Argosaronique, juin 2016

Dans les baies... les traces des autres. Golfe Argosaronique, juin 2016

Les riches Grecs s’amusent par exemple à... se rendre à leurs villas en hélicoptère, sur le Golfe Argolique, ou autant dans les Cyclades le temps d’un week-end, pour un oui... ou pour un non. Ce Printemps, nous avons redécouvert Athènes, après près de six ans d’absence. Devant le spectacle de tant de boutiques fermées, devant la misère des mendiants... nous avons même pleuré. Depuis la fin des années 1960, nous n’avons jamais vu ce pays si désespéré, ou plutôt si immobile et pour tout dire, bloqué. Nous estimons pourtant qu’il faut rester en Europe, ceci est valable pour vous et autant pour nous... nous voterons en faveur du maintient de notre pays dans l’Europe, nous devons rester unis, non ?

Visions. Parfois, c’est précisément cette autre Europe du siècle passé qui s’offre à nos yeux à travers nos périples. Étonnante... archéologie de la Deuxième Révolution Industrielle, à l’instar de ce vaillant moteur Stork de fabrication néerlandaise, ayant pu servir dans les années 1940-1980, équipant un gros caïque de pêche à présent disparu, mécanique... simplement entreposée devant un ex-marchant de poison... lui également, en fermeture définitive.

D’autres fermetures plus récentes ne seraient peut-être pas si définitives que cela ; espérons-le en tout cas. Telle la “disparition” observée de la plagiste dans une plage de Póros, l’année 2015 à la même époque elle était pourtant là, sauf que la clientèle lui faisait déjà défaut. Conjoncture ?

Le vaillant moteur Stork. Golfe Argolique, juin 2016

Le vaillant moteur Stork. Golfe Argolique, juin 2016

La plagiste... qui n'est plus. Póros, juin 2016

Non loin de notre... énième Révolution Industrielle, la nature n’aurait pas tout à fait perdu tous ses droits par les temps qui courent. Ainsi dans les baies des îlots inhabités, on y découvre souvent ce que la mer rejette, surtout des hommes.

Comme cette étrange pièce d’identité, échouée sur une telle plage, en morceaux et particulièrement délavée, tout renseignement relatif à la personne concernée ayant été si... soigneusement effacé par la mer. Tout simplement on peut encore à peine lire: “Royaume de Grèce” ; dans un sens, ce fut bien cet autre temps d’Elytis et de Seféris.

La nature n’aurait pas perdu ses droits. Péloponnèse, juin 2016

Carte Nationale d'identité... “Royaume de Grèce”. Golfe Argosaronique, juin 2016

Fort heureusement, et en dépit de la dite crise, certaines initiatives nous feront toujours remonter le temps... et cela enfin jusqu’au bout. À Méthana, belle presqu’île volcanique, a lieu ce week-end le premier Congrès des volcanologues du genre en ces lieux, tous spécialistes très précisément des volcans grecs, en éruption il y a bien longtemps il faut dire. Ces scientifiques venus du monde entier ont une fois de plus prouvé à leur manière... que la vérité, on la verra sans doute éclore un jour, sauf que nous ne serons plus là... tandis que notre œuvre pourtant demeurera.

Le congrès, ainsi que le concert de musique grecque sur le port ont été bien plébiscités par la population. Seuls les politiciens... entre boissons et petits fours à l’ouverture du Congrès comme ils e doit, à l’instar de Rena Doúrou, Présidente SYRIZA de la Région d’Attique, se sont contentés de répéter les mêmes truismes, sur le “besoin... de développent pour le pays comme pour ses entités Régionales et locales en lien avec l'Europe”. Volcans actifs... et volcans éteints.

Le Congrès des volcanologues. Méthana, le 11 juin 2016

Avant le concert sur le port. Méthana, le 10 juin 2016

Les politiciens, entre boissons et petits fours. Méthana, le 10 juin 2016

Avant le concert sur le port. Méthana, le 10 juin 2016

Pays aux beautés suspendues à travers nos périples. Dans les cafés, on joue aux cartes, on regarde les matches de football, paraît-il de saison aussi, comme on aime alors se répéter que l’euro, la monnaie, est une escroquerie... finalement bien ancrée dans cette baie de l’Europe.

Nos poètes du siècle passé ne s’y sont pas trompés, la nature n’aurait pas tout à fait perdu ses droits, nous y baignons, lorsque nous ne naviguons pas à travers ses récifs, ou plutôt les nôtres. “Royaume de Grèce” !

Royaume de Grèce... Golfe Argolique, juin 2016




* Photo de couverture: Pays aux beautés suspendues. Golfe Argolique, juin 2016

2 commentaires

reneegate a dit…

être humain, enfin, lavé de nos identités dévoyées, rejoindre le coeur sans le "self".
Bon vent à votre projet, j'ai la joie un peu folle de celui qui largue vos amarres (Steinbeck "Golfe de Cortès").

Luce Prévost a dit…

Vous oubliez Constantin Kavafis!

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...