vendredi 3 juin 2016

Départs et passages



Juin déjà. L’été grec, notre temps bien chaud, et les petits bateaux traditionnels qui sillonnent parfois les baies, devenus de plus en plus rares pour cause de mise à la casse, réglementation de l’UE oblige, tout y est. Fin mai, nous avons salué notre ami Panagiótis Papadákis ainsi parti... pour son grand appareillage. “Il ne connaîtra pas du moins... la Grèce sous le mémorandum final, celui de Tsipras”, a lancé Yórgos lors de l’enterrement, ami de Panagiótis depuis plus de quarante ans. Passages et départs.

Aux chants de la Crète. Grèce, mai 2016

Panagiótis a été enterré sous les chants de la Crète traditionnelle, une partie de sa famille crétoise, celle de son père a fait le déplacement jusqu’au cimetière de la Grèce continentale. Nous avons... conclu l’enterrement par une libation, rituel et offrande aux seules divinités du Chaos et de la fortune, renversant quelques gouttes de raki sur sa tombe... si fraîche.

Notre ami a été enterré comme il avait vécu, et il a avait de son dernier vivant insisté sur le caractère laïque (on dit “politique” en grec moderne) de son enterrement. D’où la... réaction irresponsable et d’ailleurs illégale du maire de la commune, refusant l’inhumation du corps dans le périmètre familiale, une... concession tout de même acquise par la famille proche, et étant donné en plus de l’accord les siens, signifié d’ailleurs par écrit.

Enterrer civilement un défunt dans le carré dominant et chrétien du cimetière, en réalité il s’agit de la totalité des lieux, cela constitue une souillure pour notre religion et autant pour les sépultures chrétiennes”, a prétendu le premier magistrat de la commune, tirant son argument d’un supposé règlement régissant les affaires du cimetière et datant de 1990. Les proches, les amis, la famille, avocats à l’appui, ont beau expliquer au maire que ces réglementations ont été remplacées par d’autres plus récentes, rien à faire.

Au carré... chrétien. Grèce, mai 2016

La taverne que notre ami Panagiótis fréquenta. Grèce, mai 2016

Printemps finissant à Athènes, mai 2016

Le maire a finalement accordé “l'autorisation pour enterrer”, mais “seulement, à l'extrémité du cimetière, loin des tombes chrétiennes”, les amis et les proches ont cependant entreposé durant un moment le cercueil près des tombes de la famille. L’ami Yorgos a pris la parole pour saluer Panagiótis, “esprit libre et rebelle, né durant le siècle précédant”.

Ensuite, notre amie Katerina, épouse de Panagiótis, a brièvement remercié les amis et les proches. Ceux qui étaient présents funérailles, avaient suffisamment commenté à haute voix les agissements du maire de la commune, ainsi que ceux de certains habitants. Car la veille au soir dans un café de la bourgade, trois habitants... bien remontés, avaient publiquement exprimé leur intention de briser dans la nuit la tombe familiale des Papadákis, histoire de... faire triompher enfin et encore l’esprit chrétien.

Ainsi en réponse... durant toute la nuit précédant l’enterrement, le chef du commissariat local a dépêché deux policiers sur place, lesquels ont... gardé la tombe familiale des Papadákis jusqu’au matin. Et pour... achever son affaire, le maire a ordonné à ses employés en charge du cimetière... de quitter les lieux après avoir creusé la tombe, à son extrémité... la plus extrême. Ils nous ont laissé les pelles pour... conclure, ils n’ont pas été ainsi “souillés de la sorte” par un corps... et encore moins par une âme agnostique, voire athée.

Panagiótis et Katerina. Rassemblement, Place de la Constitution, Athènes, 2012.

Affiche, “Le réveil du Printemps”, Athènes, mai 2016

Oiseau marin. Golfe Saronique, mai 2016

Ceux de Panagiótis, se sont rassemblés par la suite sur la terrasse de la taverne du coin, “sa” taverne, pour un repas commun, agrémenté de tant d’anecdotes sur la vie de Panagiótis, comme autant sur la vie tout court. Nous avons chanté ses couplets préférées, chants de Crète mais aussi chant Rebétiko. Beaux moments... Sous ce soleil alors si éclatant, notre ami Mános a redit sur certains des derniers échanges avec Panagiótis.

C’est étrange, mais peu avant de perdre conscience... à notre niveau toujours, c’est comme si... ce n’était pas lui-même qui s’adressait à moi... mais plutôt un être ayant déjà une clairvoyance métanthropique de l’existence. Surtout lorsqu’il m’a dit ceci: ‘Pour vraiment apprendre, il faut vivre et revenir deux à trois fois, sinon, on n’aura rien retenu de la vie’, bizarre, non ?

C’est alors ainsi que notre ami nous a quittés. Panagiótis est décédé à l’hôpital, ce matin ayant tout juste précédé l’adoption tardive dans la même journée par le “Parlement”, du quatrième mémorandum... automatisé, celui qui porte la signature d’Alexis Tsipras... et d’ailleurs tout son stigmate. Le cousin Manólis venu de Crète, a bien cru apercevoir toute la signification... symbolique en ce qui serait à ses yeux un “moment choisi”, pour un décès pourtant “attendu”, étant donné l’accélération comme on dit parfois, de la tumeur dont souffrait Panagiótis ; d’ailleurs, dans son dernier rapport, le conseil des chirurgiens avait conclu très sèchement que “la lésion pancréatique n'est plus opérable à ce stade”.

“Esclaves pour 99 ans”. Presse grecque, mai 2016

Mendiant, Place de la Constitution. Athènes, mai 2016

Grecs, touristes et migrants. Athènes, mai 2016

Pour la presse grecque (même mainstream), le changement... qualitatif introduit par le mémorandum du “gouvernement” Tsipras... offre les clefs du pays aux dits “créanciers” et cela, pour une période finalement... historique de 99 ans. L’histoire se répète et finalement... elle se vomit.

Vie quotidienne qui se greffe alors obligatoirement aux grands phénomènes de la... biosphère du fait géopolitique. À travers son reportage, le journaliste de “Kathimeriní” du dimanche dernier (29 mai) regrette profondément la disparition de tant de milliers de petits (et parfois grands) bateaux traditionnels en bois, ceux qui sillonnaient encore il y a deux ans nos mers, bateaux devenus bien rares, pour cause de mise à la casse, réglementation de l’UE oblige, tout y est, l’euronécrophilie en plus. “Le métier traditionnel, vieux de plus de trois millénaires, celui de l'artisan, leur concepteur et fabriquant disparaît finalement en même temps”, note avec tant de nostalgie le journaliste.

Les bateaux disparaissent, nos... Constitutions aussi. Dans sa même édition, le journal “Kathimeriní” présente en... avant-première, l’ébauche d’une “nouvelle Constitution pour la Grèce, novatrice et modernisée, en rendant par exemple impossible la tenue d'élections législatives anticipées, tout comme, en opérant le transfert d'un certain nombre de prérogatives du Parlement, vers le pouvoir exécutif, ce dernier pourrait notamment être confié autant aux technocrates. Car il faut rendre la Constitution du pays mieux conforme... avec la réalité européenne, mais aussi avec celle des mémoranda”.

Mémoire de la victoire de l'Armée Rouge en mai 1945. Athènes, mai 2016

Touristes, Place de la Constitution. Athènes, mai 2016

Expression à Athènes. Mai 2016

Le mot est lancé. Ces temps-ci, le “gouvernement” et le “Parlement” s’affairent pour renforcer le privilège de l’'immunité de juridiction dont bénéficie déjà la “Société Holdings SA et son Conseil exécutif” (article 192, paragraphe 7 de la loi 4389/2016), s’agissant de la... Treuhandanstalt à la grecque, (littéralement en français: “Agence fiduciaire”).

Pour mémoire, c’était l'organisme de droit ouest-allemand chargée de la privatisation des biens de la République démocratique allemande (RDA) après la réunification du pays. Pour ce qui est de la “Société Holdings SA”, elle est chargée de la privatisation ou de la “rentabilisation” des biens de la Grèce, l'organisme est alors placé sous le droit de britannique et/ou luxembourgeois, c’est-à-dire, celui des dits “créanciers”.

En prévision... initiale, la loi Tsipromémorandaire 4389/2016, évitera par exemple les “problèmes” dans le cas d'un procès (visant le dispositif mémorandaire, actuellement inconstitutionnel), et seul, le procureur de la Cour suprême, décidera de la recevabilité de l'examen préliminaire de la plainte, en cas de rejet, il n’y aura ni suite ni possible recours. C’est très exactement le type de problématique qui préoccupe en ce moment les divers cabinets d'avocats d'Athènes, ceux que la troïka a engagé (rémunérés avec de l'argent du peuple grec, bien sûr), pour ainsi “soigner” dans les moindres détails, le classement sans suite des poursuites visant à l'avenir, le cadre mémorandaire actuel.

Effondrement, Athènes, mai 2016

“C'est notre obligation: donner à manger et à boire aux animaux adespotes”. Athènes, mai 2016

Animal adespote... soigné par un boutiquier. Athènes, mai 2016

Le processus est désormais connu... pour ne pas dire rodé. D’abord, la Constitution est suffisamment malmenée par les lois de l’UE, et/ou, par de reformes de type mémorandum, ou sinon, dans une variante moins... lourde, par ces dispositions présentées comme indispensables, la loi El Khomri, produit d'importation made in Union européenne illustre très exactement cette réalité pour ainsi mentionner un exemple autre que la Grèce.

Ensuite... très simplement, les Constitutions déjà malmenées des pays en question, sont purement et simplement remplacées par ces nouveaux textes “fondamentaux”, fondamentalement européistes, “ainsi gravées dans le marbre”. Sauf que l’irréversibilité prétendue dans l’histoire (celle du IIIème Reich jadis, celle de l’Euro et de l’UE bien de notre temps), ne relève que de la propagande des... envahisseurs pour le dire ainsi clairement. Les peuples ont démontré que souvent cette irréversibilité, a été renversée par les luttes d’en bas. Voilà en résumé pour notre instant historique de cet été 2016.

Musique Rebétiko. Athènes, mai 2016

Notre ami Panagiótis né durant le court 20ème siècle, est parti, encore tout juste un moment... sous notre Constitution actuelle. Enterré seulement à l'extrémité du cimetière... d’un nouveau siècle encore plus extrême, il n’aura pas vécu entre autres, toute la démesure de la “Société Holdings SA” chargée de la privatisation ou de la “rentabilisation” des biens de la Grèce.

À Athènes, comme ailleurs en Grèce, les touristes sont au rendez-vous, les animaux adespotes ont soif et les affaires privées, celles de la vie et celles de la survie, agrémentent toujours les apparences.

Au-delà du constat et du pessimisme ambiant, les amis de Panagiótis ont suffisamment échangé sur “la pratique d'une résistance enfin efficace, face aux envahisseurs”. D’autres le font également en Grèce actuellement, et c’est ainsi que la suite de l’histoire demeure inconnue. Sauf peut-être pour notre ami... Panagiótis Papadákis.

Animal adespote et “Pessimisme”. Athènes, mai 2016




* Photo de couverture: Petit bateau grec traditionnel. Golfe Argosaronique, juin 2016

5 commentaires

atao a dit…

Mes chers amis, quand je mourrai,
Plantez un saule au cimetière.
J'aime son feuillage éploré ;
La pâleur m'en est douce et chère,
Et son ombre sera légère
À la terre où je dormirai.

J'espère que votre ami aura aussi son arbre à l'extrêmité du cimetière.

katzi a dit…

Cher Panagiotis,
Nous sommes solidaires de ton évocation poignante sous l'égide de ton ami Panagiotis, parti au matin de ce vote, sans doute sans hasard,au seuil des désagrégations qui nous concernent.
Il semble en effet étonnant que"ses" dernières paroles semblaient émaner d'une spiritualité réincarnationniste, après une vie dis-tu ouvertement athée.
Que la réunion des amis pour une résistance enfin effective aide notre survie,confrontés à une telle réalité de plus en plus visible.
Bien amicales pensées,
katzi




zozefine a dit…

panaghiotis, par pitié, dis moi que ça frémit un peu !

TEBOUL René a dit…

Les Européens dans leur ensemble ne sont pas dupes de ce qui se passe. Les choses évoluent très vite. Et si la Grèce est à la pointe du combat par la force des choses, la France est en train de devenir le deuxième pays le plus eurosceptiques de l'Union. Cette vision des choses fait que la position de Tsipras est de plus en plus intenable.
http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/les-europeens-de-plus-en-plus-critiques-face-a-l-ue-577565.html

Michel Claire a dit…

Toutes nos condoléances au grand peuple grec, inventeur de la démocratie. Depuis le vote en faveur du Brexit, les français deviennent le premier "peuple prisonnier de l'UE" décidé à en sortir, tous les sondages "post Brexit" le montrent. Aujourd'hui, la mafia européiste a fait du gouvernement grec un modèle d'anti démocratie et de tortionnaire de son peuple ! Comment vous aider sinon accélérer l'effet de domino avec un urgent FRANQUITTE. La pieuvre est puissante et ne va pas se laisser faire mais le français, le franc (ce qui veut dire "homme libre"), a toujours su se libérer de ses oppresseurs. A lire vos billets on n'en a que plus conscience de l'urgence à prendre cette nouvelle triple Bastille qu'est l'UE + l'euro + l'OTAN... Pour retrouver notre liberté et vous rendre la vôtre.

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...