mardi 3 mai 2016

Nuit partout



Dimanche de Pâques en ce 1er mai. La plus grande fête en Grèce. Sauf que le cœur n’y est plus. Apesanteur ainsi flottante... au pays brisé en mille morceaux. Désert au sable mouvant. Les rumeurs courent d’ailleurs au sujet du gouvernement SYRIZA/ANEL sur la tenue d’élections anticipées avant l’été. Ou sinon, c’est une tromperie de plus et de trop que plus personne n’admet vraiment depuis l’été 2015.

Tríkala en Thessalie, avril 2016

Les apparences d’une vie paisible se maintiennent coûte que coûte, un petit quart de la population dispose toujours et encore les moyens pour ainsi “pratiquer” ses petites et discutables escapades comme avant. Comme ces visiteurs par exemple, et heureux de l’être, ayant entreposé leurs bagages sur un trottoir en ville de Trikala en Thessalie, devant l’hôtel situé en face du pont central en rénovation depuis peu. Notons ici... pour l’exactitude touristique, que ces travaux de rénovation entrepris sur le pont historique construit par des ingénieurs français en 1886, sont financés par un entrepreneur et industriel de la branche laitière du coin, étant donné que la municipalité est... suffisamment comme historiquement fort endettée !

À Trikala comme ailleurs, on présumerait que le quotidien se déroule parfois comme “jadis et de l'autre temps”, celui de l’avant-crise. Triste apparence. Dans les cafés on peut ainsi parfois évoquer Pâques, tout comme sa supposée... Résurrection, plus symbolique que jamais par les temps qui courent. La plus grande fête chez les Chrétiens Orthodoxes... n’est qu’une occasion de détente et encore. Évidemment, dans la plupart des pays de tradition des églises orthodoxes ou orientales on annonce que “Christ est ressuscité !”, et on répond “Il est vraiment ressuscité !”, mais cette année le cœur n’y est pas.

Maria habitant la presqu’île de Méthana a tout simplement invité sa famille la plus proche, sa sœur et ses enfants. Au programme, petites grillades, mais pas d’agneau méchoui comme pourtant de coutume: “La simplicité domine nos manières désormais... et ce jour de fête ainsi passera. Dans le voisinage tout est calme, on n’entend plus ces musiques à fond... et encore moins les gens danser. Depuis la crise, les gens ne dansent plus et d’ailleurs, ils s’abstiennent d’organiser ces grandes réunions où toute la parentèle s’y rend... cela d’abord coûte cher”. Temps... nouveaux et déjà si mal vieillis.

Le pont construit par des ingénieurs français en 1886. Trikala, avril 2016

Procession du Vendredi saint à Méthana. Avril 2016

Procession du Vendredi saint à Méthana. Avril 2016

Temps ainsi nouveaux... inlassablement renouvelés. Le “gouvernement” est sur le point de “capituler” une énième fois, face à la Troïka élargie et tout le monde en Grèce évoque ce quatrième mémorandum... offert de la sorte comme sur un plateau par Tsipras et les siens, dans l’indigne série des “solutions finales” sans cesse finalisées par un gouvernement dont la seule préoccupation c’est son maintient au pouvoir, plus... ses émoluments.

Le décret en préparation incarnera une offense de plus à la Constitution car... en sa vertu, la Constitution sera tout simplement infirmée, tout comme la Chambre des députés, puis, toutes les institutions du pays passeront directement et ouvertement (en réalité c’est déjà fait) sous le contrôle de l'administration occupante... de la Troïka et des “experts” qui sont bien les siens.

Plus précisément, cet alors (ultime ?) mémorandum Tsipras instaure ces mesures dites “déclenchées automatiquement”, en plus de celles que le troisième mémorandum impose déjà en termes de fiscalité alors délirante. Notons à titre d’information et contrairement aux stéréotypes que la presse internationale peut parfois véhiculer à ce sujet, que les travailleurs indépendants (petits entrepreneurs et assimilés) doivent verser de 60% à 70% de leur chiffre d’affaires en impôts et cotisation chaque année et cela, à partir du premier euro gagné. Dans Athènes, la figure dabs sa version graffiti du ministre Katroúgalos, initiateur de la réforme des retraites couvre déjà certains murs, au message cependant sans équivoque: “Ministre du chômage et de l'Insécurité Sociale. ‘Political stencil’”.

La figure du ministre Katroúgalos, Athènes, avril 2016

Manifestations peu suivies. Athènes, avril 2016 (photo: presse grecque)

“Ni pain, ni vin cette année pour cause de TVA à 24%”. Presse grecque, avril 2016

C'est notre mort économique, cela, sous prétexte de lutte contre les gros fraudeurs de la profession. Et contrairement aux ingénieurs, les petits avocats de Grèce ne peuvent pas émigrer pour exercer ailleurs, c’est impossible... nous sommes piégés et alors accablés. À la manifestation de la semaine dernière il y avait à peine deux cent personnes, rien ne va plus... hormis cette étincelle inattendue qui mettra a mon avis le feu partout et d’abord... à ceux du gouvernement. C’est finalement possible”, assure mon ami avocat (et démissionnaire depuis l’été 2015 du Comité central SYRIZA) Dimítris Belandís.

Pour les petits entrepreneurs, et sauf chiffre d’affaires conséquent, la seule solution possible c’est, soit quitter le pays, soit ne rien déclarer... et c’est exactement ce qui prend tant d’ampleur en Grèce en ce moment avec en prime, une criminalisation accélérée de l’économie encore réelle. Entre trafic en tout genre, larcins divers et variés, ou encore l’essor... de la prostitution et enfin même, le blanchiment d’argent... interbalkanique, rendu ainsi possible par les circonstances... atténuantes d’une vie économique classique profondément atténuée.

Au Pirée, au sein des locaux d’un agent comptable spécialisé dans les petites et moyennes compagnies maritimes, j’ai croisé deux jeunes hommes venus de la Bulgarie voisine. Leur principal métier est d’un certain rapport avec les... “établissements de nuit” dans leur pays. Ils viennent d’acquérir toute une petite flotte de voiliers qu’une entreprise grecque a été contrainte de brader pour cause de difficultés de trésorerie. “Ces gens ont versé plus de deux millions d'euros pour cette acquisition... personne ne les questionnera sur l'origine des fonds, leur société maritime basée en Bulgarie est déjà opérationnelle et ils viennent nous voir pour créer une filiale, sans quoi ils ne peuvent pas exercer en Grèce” Nous ignorons évidemment si l’opération tient du blanchiment d’argent ou pas, et peut-être nous ne le connaîtrons jamais à notre bien humble niveau.

Le ferry ‘Panagía Tinou’ à moitié coulé au Pirée. Avril 2016 (presse grecque)

Le ferry ‘Panagía Tinou’ à moitié coulé au Pirée. Avril 2016 (presse grecque)

Manifestation sur... le pont effondré, région de Trikala. Avril 2016 (presse grecque)

Au même moment, créer une petite structure et vivre par exemple de son petit voilier sans blanchir... ni même noircir notre mer... pas encore tiède pour la saison, tient plutôt de l’exploit, tellement les obstacles administratifs et fiscaux sont fort abondants. À titre d’exemple, la législation fiscale des particuliers comme celle des entreprises en Grèce change tous les deux à trois mois, suivant les... automatismes pavloviens et mémorandaires du “gouvernement” Tsipras, comme également du temps des “gouvernements” précédents... et peut-être hélas suivants.

Cette tautologie accablante est aggravée par l’effondrement d’une fonction publique de moins en moins... fonction et de moins à moins publique, où la seule survie et le profit atomisés comptent, sauf dans certains cas bien exceptionnels. Inutile de dire combien et comment “l'anthropophagie” amplifiée de ce temps de crise en Grèce fait en ce moment des fonctionnaires... la catégorie socioprofessionnelle la plus haïe par toutes les autres, tout juste derrière évidemment la classe politique, laquelle, elle n’a jamais été autant détestée par les Grecs.

Et pour ce qui tient de notre cas précis et en ce moment, notons que les Affaires maritimes (Capitaineries et administrations) fonctionnent au ralenti, leurs agents ayant été prioritairement affectés à la... régulation des camps de migrants et de refugiés dans les ports et cela même au Pirée, le plus grand port du pays, il faut le souligner. Effondrements donc.

Avril 2016... et l'icône des Grecs sur un mur d'Athènes

En Thessalie, et plus exactement dans les montagnes de la région de Trikala, un pont effondré depuis janvier dernier n’est toujours pas restauré, et les habitants des villages environnants ont récemment manifesté sur une partie du... dit pont, exprimant ainsi leur désarroi devant l’effondrement en réalité de leur... administration locale comme nationale.

Signe alors subsidiaire du temps des effondrements actuels aux yeux de tous, cet étrange quasi-naufrage du ferry Panagía Tinou, à moitié coulé dans le port même du Pirée. Sa coque s’est ouverte sans... explication (pour le moment), tandis que ses compartiments étanches n’avaient pas été fermés. Le vieux ferry était immobilisé au Pirée depuis plus d’un an, la Caisse des marins (entre autres) avait saisi la justice afin d’obtenir la saisie du navire, faisant suite à la banqueroute de l’armateur. Pour la petite histoire, ce navire réputé toutefois robuste par ses anciens officiers bien que construit en 1972, avait déjà connu une triste mésaventure, durant une tempête qui le frappa en Grande Bretagne ; à l’époque (octobre 1987) il portait le nom de “Hengist”. Étrange destin.

Peuple crucifié et “L'argent politique”. “Quotidien des Rédacteurs”, avril 2016

Alexis Tsipras accompagné de son ami et ministre Pappás. Presse grecque, avril 2016

Membres de l'Aube Dorée au postes de péage. Presse grecque (avril 2016)

Signe encore du temps des effondrements actuels aux yeux décidément de tous, le naufrage (et sabordage même) de la Gauche comme de l’ensemble de la scène politique, un bien piètre spectacle de marionnettes ayant largement contribué à la perte du pays... ce qui permet aux Aubedoriens du dernier méta-nazisme à peine dissimulé... à reprendre du poil de la bête pour se présenter... comme étant “les ultimes défenseurs de la Patrie”. Époque en plus fort glissante. Certains postes de péage avaient été par exemple investis par ceux de l’Aube Dorée, bannières et tractage au moment des départs des automobilistes athéniens à destination de la campagne de leurs villages d’origine pour fêter Pâques en famille.

Cela étant dit, il est fort difficile d’évaluer l’influence supposée grandissante de l’Aube Dorée actuellement, tant toute cette apesanteur flottante de la Grèce actuelle interdit toute certitude, hormis celle des mémoranda à répétition. “Autour de moi, les gens ne pensent plus et surtout, ils ne croient plus en rien car ils considèrent que depuis la trahison SYRIZA, tout le système politique fonctionne en... circuit fermé automatique ; autoalimenté comme il est par la nécessité des seuls intérêts personnels et de caste... des participants”.

Les gens savent en plus que tout ce que les journalistes peuvent raconter, et particulièrement à la télévision, ne sont que mensonges sans cesse répétés. Il n’y a plus rien de bien digne pour être vécu... en dehors de la lutte pour la survie individuelle, strictement même individuelle. On s’accroche alors à son réseau si possible, et tout cela n’a plus aucun sens ‘de gauche’... ni d’ailleurs ‘de droite’, je crois que les Grecs, même ici à Trikala seraient sur le point de tourner la page du système politique sans pour autant savoir dans quel livre ils se trouvent”, estime alors Státhis, ami de Trikala et ancien de... SYRIZA.

Planète Zeus... à Athènes. Avril 2016

Fermeture. Athènes, avril 2016

“Constitution - Erreur”. Athènes, avril 2016

Sur la planète Zeus d’Athènes les fermetures se multiplient et se conservent... tandis que sur certains murs, des... inconnus évoquent ouvertement cette... “Erreur (nommée) Constitution”, ou peut-être bien Place de la Constitution (Sýntagma), ce qui revient pratiquement au même.

Pour de nombreux Grecs les masques sont tombés, et les visages du vide (Gauche comprise) alors apparaissent plus détestables que jamais. Les supposés “citoyens” réalisent (enfin ?) que la mise à mort de la démocratie dite représentative n’est qu’une phase critique dans l’expérimentation totalitaire (et porteuse de guerre) qui se précise depuis l’élitosphère ; maintenant d’ailleurs que l’alibi pseudo-démocratique (pourtant acquis après tant de luttes) n’est plus nécessaire, pour ne pas dire qu’il devient réalité devenu... un bien nuisible obstacle, entre autres à l’Union Européenne, tout comme au traité transatlantique, ce typhon qui menace les Européens.

Et sur notre autre commune planète Mars, celle de... Paris, j’ai comme l’impression que le film du jour rappelle parfois le théâtre grec des années 2010-2011. Peuple en colère, jeunes dans la rue, manifestations et lutte contre l’Occupation troïkanne, et aussitôt... les dits “casseurs” réels et surtout fabriqués par les circonstances non-atténuantes du pouvoir, pour ainsi réprimer très violemment la colère populaire, avant qu’elle ne devienne révolte organisée, autrement-dit coordonnée, ayant surtout clarifié ses buts politiques.

Quotidien athénien. Avril 2016

Fermeture d'une chaîne de magasins. Athènes, avril 2016

Fresque... de rue. Athènes, avril 2016

L’expérience grecque a montré que par la suite (2011-2012), tous les partis de la gauche (et accessoirement de la droite) ainsi que les syndicats, forcement eurocompatibles surtout pour ce qui tient de leur financement visible voire “dérivé”, ont tout mis en œuvre afin de... préserver l’émiettement et en conséquence enraciner l’incapacité à former un mouvement unitaire. Leurs opérations, si savamment dosées... en “journées d'action” sans suite ont surtout entretenu les symboles, avant de faire croire que les luttes “d'en bas” ne serviront plus à rien car tout devrait reposer sur l’espoir désormais déplacé dans les urnes... à la couleur délavée, prévisible et en réalité instrumentalisée par les élites... ainsi nommée SYRIZA.

Nous incarnons chaque mot de la Constitution” avait osé déclarer en janvier 2015 l’escroc (déjà politique) Alexis Tsípras, pour en réalité... incarner chaque mot du mémorandum, autrement-dit... de la nuit partout. Il fallait pourtant (et) peut-être passer par là et ainsi périr, pour alors inventer... par miracle autre chose, supposons qu’une telle perceptive soit encore possible. Du moins, les gens humbles comme on dit, ils deviennent jour après jour et nuit après nuit, moins dupes que durant tant de décennies télévisuelles. Certains Grecs se mettent ainsi à réfléchir... et finalement à douter, même si c’est enfin un peu tard.

Temps qui change et temps qui court. Cette année, et cela pour la première fois... depuis toujours, les officiels du “gouvernement” tout comme les députés, ont évité toute apparition publique lors des messes, cérémonies et autres réjouissances liées à la plus grande fête comme on croit encore savoir en Grèce. Toute apparition publique de leur part et de ce genre depuis trois à quatre mois tourne... au vinaigre, les députés SYRIZA qui s’aventurent désormais dans les espaces publics, sont systématiquement poursuivis, hués et même agressés par les citoyens. Inimaginable on dirait il y a encore un an.

Dans le jardin du Musée de la numismatique. Athènes, avril 2016

Première baignade. Méthana - Agios Geórgios, avril 2016

Première baignade. Méthana - Agios Geórgios, avril 2016

Inimaginable toujours, les Grecs ont aussitôt éteint les... fausses lumières de Pâques. Cette... “Résurrection” a d’ailleurs constamment été un leurre de plus, dans la lignée directe du grand recul monothéiste que nous subissons depuis déjà près de deux mille ans, dont d’ailleurs le capitalisme... “transcendant” actuel n’est que la suite aberrante, en somme irrationnelle.

Evgenios, rencontré à proximité du volcan sur la presqu’île de Méthana, pratique aussi bien les déambulations que la méditation. Il représente à sa manière... ceux qui réfléchissent encore, n’ayant pas perdu son sens de l’histoire, conscient également de l’immensité incarnée par l’actuelle... gravité galopante. “Nous n'avons plus de patrie, nous n'avons plus de pays, nous n'avons plus de droits. J'ai dit à mes enfants: 'Ne restez plus un jour de plus ici, quittez la Grèce pendant qu'il est encore temps et pendant que vous êtes encore jeunes’. Nous autres... nous finirons dans le souvenir de ce que nous avons pu connaître durant une autre époque, après quoi... nous allons périr tôt ou tard”.

Au pied du volcan, au petit port de pêche d’Agios Geórgios, certains jeunes du coin, joyeux et visiblement insouciants (dans les apparences en tout cas), ont comme de coutume, très bruyamment... pratiqué leur première baignade en mer “car c'est une exigence rituelle de notre 1er Mai”. Voilà pour les rituels qui perdurent dans ce pays. Et les “syndicats” de leur côté, cette année ayant fait par le hasard du calendrier, du 1er Mai la plus grande fête des Orthodoxes, ces... défenseurs attitrés du monde du travail, n’ont évidemment rien organisé pour cette journée du travail revendiqué, travail qui d’ailleurs n’est plus comme tout le monde le sait.

La vue depuis le volcan de Méthana. Mai 2016

Taverne près du volcan. Méthana, mai 2016

Les... poètes morts c'est à Athènes. Avril 2016

D’après la presse... fort gentiment mainstream du moment, “Alexis Tsipras est en train de réunir ses ministres et ses conseillers avant la tenue de l’Eurogroupe décisif du 9 mai, après la courte pause pour cause de Pâques. Selon des sources gouvernementales, le gouvernement va chercher dans les prochains jours à renforcer la position du pays durant les négociations et ainsi accroître le soutien espéré et exprimé par certains gouvernements européens face aux exigences du FMI, s’agissant de légiférer par avance, la mise en place de nombreuses mesures d’austérité spécifiques et... automatiques”.

Le Premier ministre, dans une déclaration faite jeudi dernier, a exprimé son optimisme en précisant bien que ‘Ceux qui rêvent d’une répétition de 2015, ils sont profondément ignorants’ ; comme il a également souligné que ‘Cette fois-ci, la place du pays en Europe se trouve bien renforcée, car des alliances en faveur des positions grecques deviennent plus fortes que jamais.’ Certaines sources gouvernementales évoquent enfin le soutien apporté au gouvernement grec, exprimé récemment par les Socialistes européens, un appui qui devrait se préciser par la participation du Premier ministre grec et président de SYRIZA en personne, à la réunion des Partis socialistes européens qui se tiendra fin mai à Rome”, “To Pontíki” du 3 mai.

Inutile de dire que plus personne en Grèce (sauf... les siens et encore) n’accorde le moindre crédit aux déclarations du “gouvernement” ni aux... fausses intuitions géopolitiques (et parfois tout simplement géographiques) d’un Alexis Tsipras (politiquement) finissant. Ainsi, et à titre d’exemple, le Premier ministre grec, lors de son récent déplacement entre Paris et Strasbourg, il avait déclaré que quittant Paris pour Strasbourg, il quittait... alors le sol de la France, et une bonne partie de la presse grecque en avait suffisamment rigolé, une fois de plus.

Athènes avant Pâques 2016

Une certaine Europe. “Quotidien des Rédacteurs”, avril 2016

Sauf qu’au-delà des tristes rigolades et cela comme parfois dans l’actualité, les vraies nouvelles se dissimuleraient ailleurs, si l’on croit en tout cas une certaine presse britannique: “La France, l’Allemagne, l’Italie, le Luxembourg, dans un défi direct avec la Grande-Bretagne, ont signé en septembre 2015 à Rome, un document visant à constituer conjointement les États-Unis d’Europe. En vertu de cet accord, les membres de cette nouvelle unité ne coopéreront plus seulement sur le plan économique, un marché commun et des sujets budgétaires, mais autant sur un plan culturel et social, en agissant également de concert sur les politiques de défense, de sécurité et des affaires étrangères”, “Daily Express” du 25 avril. Les... journalistes des pays (et surtout le citoyens concernés) devraient tout de même vérifier cette nouvelle. Nuit donc... partout ?

Fête du cannabis. Inepties programmées par l'ordolibéralisme actuel. Athènes, avril/mai 2016

Étrangetés des.. Temps nouveaux. Athènes, avril 2016

Petite... gaieté. Athènes gare routière, avril 2016

L’Europe... ravin des peuples, toujours et encore en route. L’avenir se prépare alors constamment. Comme du temps du banquier Papadémos (Premier ministre en Grèce entre 2011 et 2012) et pour des lendemains qui chantent immanquablement faux, les faiseurs d'images virtuelles depuis Bruxelles, prépareraient par exemple leur homme fort imminent... en France. C’est visiblement “l'élu” trouvé en la personne du technocrate Emmanuel Macron, lequel a... grandi au sein des banques Rothschild, expert parrainé ainsi par l’ordolibéralisme actuel... une fois que la Nuit sera au besoin tombée bien entendu.

Et en Grèce, dans cette apesanteur ainsi flottante... au pays brisé en mille morceaux c’est le désert au sable mouvant, sauf aux yeux des “gouvernants”. “Des fentes pour surveiller les saints mystères dans la chambre à côté”, comme l’aurait peut être autant répété notre regretté Yórgos Ioánnou pour en finir enfin avec notre “Douleur de Vendredi Saint”.

Dans les cafés grecs, on peut encore évoquer Pâques, tout comme sa supposée “Résurrection” !

Devant un café grec. Méthana, avril 2016




* Photo de couverture: Nuit partout, Vendredi saint, Méthana, avril 2016

8 commentaires

TEBOUL René a dit…

ça fait maintenant une année pleine qu'on a compris qu'il n'y avait que de la misère à négocier pour les Grecs avec l'Eurogroupe. Plus Tsipras négocie et moins il obtient Pire encore on lui en demande toujours plus. Mais quoi ? Le seul choix qu'il lui reste est de répudier la dette et de sortir de l'euro. Reprendre donc les choses au début.
http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/grece-l-impossible-resistance-d-alexis-tsipras-568856.html

Seb Monti a dit…

C'est surtout qu' Alexi Tsipras n'est pas et n'a jamais été " résistant ". C'est un homme du "systeme", de la banque, point. Le parallèle avec la situation à Paris est la bienvenue et tape assez juste, bien qu'a mon sens cette manifestation / seating tres... parisianiste, est sous contrôle ( idéologique ) depuis le début. Tout comme les " indignés " en Espagne avec podemos qui prend le chemin de Siriza/anel dans une coalition du meme type.

" avant de faire croire que les luttes “d'en bas” ne serviront plus à rien car tout devrait reposer sur l’espoir désormais déplacé dans les urnes ". J'irai donc meme plus loin en estimant que ces mouvements sont finalement l'avant garde du système.

bazbouz85 a dit…

Bonjour,

Pourquoi dites-vous que les fonctionnaire sont détestés ?

Car comme en France, les fonctionnaires en Grèce sont assurés d'avoir un boulot à vie et donc s'en sortent mieux que le reste de la population ?

Merci pour votre réponse

Panagiotis Grigoriou a dit…

@bazbouz85
Bonjour, en effet le mécanisme a été presque prévisible. Toutes les autres catégories socioprofessionnelles et surtout les employés du privé et les petits et moyens entrepreneurs ayant été broyés par la dite crise, le sort des fonctionnaires relativement préservés et essentiellement clientèle politique comme on dit en Grèce des partis qui gouvernent, a généré tous ces réflexes "survivalistes"... prévisibles. Le tout dans un contexte et climat où la fonctionne publique en Grèce est sur le point de s'effondrer...

gregosgregos a dit…

Merci pour ces billets de Grèce, à lire en miroir de ce qui se passe en France.
Un petit contresens sur l'adjectif offensif synonyme d'attaque et de courage. Offensant est lui synonyme de malveillant et blessant.

Toutatis a dit…

Il semble qu'une nouvelle division des idées politiques soit en cours, entre les partisans de la souveraineté (nationale) et les autres. Cela se superposant à la traditionnelle division droite-gauche, de plus en plus problématique.

bazbouz85 a dit…

@ Panagiotis. Merci pour la réponse. Mais il n y avait pas eu de baisse de salaire en Grèce pour les fonctionnaires ? Il m'avait semblé lire ça il y a déjà pas mal de temps.

J'avais aussi entendu une journaliste Grec l'année dernière dire que beaucoup de jeunes tentaient les concours de la fonction publique, pour être "protégé".

Jean KARABASSIS a dit…

Intéressant article de Romaric Godin dans la Tribune. Ce qui confirme aux yeux des Allemands que l'argent "versé" à la Grèce ne l'a été qu'au profit des créanciers. Conséquence: mesures d'austérité + mesures d'austérité. Au temps de Molière, saignée + saignée, et le malade mourût guéri!
http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/non-la-grece-n-a-pas-recu-l-aide-a-la-grece-569296.html

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...