samedi 31 décembre 2016

¡2017, Feliz año nuevo!



Rarezas del calendario y modalidades humanas, ya estamos en 2017. Nuestros deseos de buen año nuevo para todos vosotros son cálidos porque nuestras fuerzas no van a volver a flaquear (esperemos), sea invierno o verano. Lo que sí es cierto es que no hemos nacido de la última ventisca, es decir que continuaremos..., además, la nieve, la que veíamos desde la ventana caer sobre nosotros, va camino de fundirse y eso es una buena señal. Se mantiene en las montañas que rodean a la ciudad de Atena, pero tengamos un poco de paciencia.

2017, bonne année !



Étrangetés calendaires et modalités humaines, nous voilà en 2017. Nos vœux se voudront chaleureux car nos forces ne faibliront plus (espérons-le), hiver comme été. Nous ne sommes d’ailleurs plus du... dernier blizzard. Et, la neige, celle que nous observions depuis nos fenêtres s’abattre sur nous, eh bien, elle est en train de fondre dans la cité, et c’est toujours bon signe. Sauf qu’elle perdurera évidemment sur les montagnes qui entourent la ville d’Athéna, un peu de patience.

vendredi 30 décembre 2016

La Gran noria... de 2017



Nieva en Atenas. Estaba previsto que en pocas horas la nieve llegase hasta el centro de la ciudad. En la Plaza de la Constitución la gran noria instalada recientemente con el aval del ayuntamiento y que nunca ha funcionado por no haber recibido el certificado de conformidad de seguridad... acaba de ser desinstalada a toda prisa durante el alba del 29 de diciembre: el motivo oficial... fuertes vientos. Gran noria e inmenso símbolo de la futilidad averiada. A la espera de... 2017.

jeudi 29 décembre 2016

Grande roue... de 2017



Il neige à Athènes depuis ce matin. On prévoyait dans les prochaines heures son arrivée jusqu’au centre de la ville. Chose faite. Place de la Constitution, la grande roue installée récemment avec l’aval de la municipalité, et qui n’a jamais tourné pour cause de non délivrance d’attestation d'homologation de sécurité... vient d’être en partie démantelée à la hâte au petit matin du 29 décembre... sous prétexte officiel de vent mauvais. Grande roue et alors immense symbole de la futilité en panne. En attendant... 2017.

mardi 27 décembre 2016

Vœux du blog Greek Crisis



En cette période bien particulière de l’année, et avant de revenir très prochainement sur l’horizon des attentes pour 2017, le blog “Greek Crisis” souhaite à ses amis et lecteurs de très bonnes fêtes, en présentant tous ses vœux de courage, de santé et de lucidité. Que 2017 soit une année d'espoir en dépit de... notre monde contemporain, avec une bien meilleure et urgente prise de conscience des enjeux qui nous concernent, pour ainsi pouvoir la partager et ainsi agir. Ensemble, le chemin nous paraît moins rude, et tel est également le but de ce blog depuis sa création.

Deseos para el año entrante de parte del blog Greek Crisis



En esta época tan particular del año, y antes de que llegue, dentro de muy poco, el horizonte de las expectativas para 2017, el blog “Greek Crisis” desea a sus amigos y lectores unas buenas fiestas, y sobre todo, coraje, salud y lucidez. Desearos que 2017 sea un año de esperanza, muy a pesar de... nuestro mundo contemporáneo, acompañada de una toma de conciencia aun más profunda y urgente de los retos que nos acechan. Compartir y actuar juntos. Porque juntos, el camino es bastante menos rudo. Ésta ha sido y es, también, la razón de ser de este blog, desde su inicio.

Termonautas



En tiempos pasados, en la ciudad-estado de Epidauro, los peregrinos acudían desde toda Grecia para ser sanados en el santuario de Asclepio, el dios sanador y, al igual que en los demás santuarios griegos, en éste también se organizaban eventos deportivos y obras teatrales en honor a los dioses. El santuario de Asclepio, bastión de la medicina griega, se encuentra, precisamente, cerca de un célebre teatro. En la Antigüedad, el teatro era, además, un acto de sanación. ¿Otros tiempos?

lundi 26 décembre 2016

Invierno de todos los peligros



Invierno de todos los peligros. En pleno centro de Atenas, en el exterior de una tienda, hay un busto de madera que representa a un payaso que lleva colgada una pancarta: “Mundialización, la guerra de la paz”. Aunque, por decirlo aun más claro... la guerra a secas. Nieva un poco en algunos barrios de la aglomeración. Estereotipos batidos en brecha. En los edificios, sin calefacción central, como el nuestro, hay que arreglárselas con bombonas de butano, y... reactivar las chimeneas. Símbolo xilófago, imparable, del sentir unánime: “Vuelta a los años 50”. ¡Cortinas de humo del nuevo siglo!

samedi 24 décembre 2016

Thermonautes



Jadis, dans le dème d'Épidaure, les pèlerins accouraient de toute la Grèce pour se faire soigner dans le sanctuaire d'Asclépios, dieu forcément guérisseur. À l’instar de tous les sanctuaires grecs, des épreuves sportives et théâtrales étaient organisées en l'honneur des dieux. Celui d'Asclépios, haut-lieu de la médecine grecque, est justement situé près du célèbre théâtre. Durant l'Antiquité toujours, le théâtre fut autant un acte de guérison. Autres temps ?

vendredi 16 décembre 2016

Hiver de tous les dangers



Hiver de tous les dangers. En plein centre-ville d’Athènes, on peut distinguer ce buste d’un clown en bois sur lequel est accrochée la pancarte suivante: “Mondialisation, la guerre de la paix”. Autant dire... la guerre tout court. Il neige légèrement dans certains quartiers de l’agglomération. Stéréotypes ainsi battus en brèche. Aux immeubles sans chauffage central comme le nôtre, c’est la débrouille, bouteilles de gaz, puis... cheminées réactivées. Imparable symbole... xylophage du ressenti unanime: “Retour aux années 1950”. Enfumage surtout... du nouveau siècle !

vendredi 9 décembre 2016

Fuego con toda clase de madera



Son tiempos en los que se hace fuego con toda clase de madera. En los pueblos de Tesalia, así como en los barrios más periféricos de Atenas, a partir de la caída del sol y hasta el alba (ya fría), el humo y el olor a madera quemada hacen que el aire se vuelva irrespirable. No es como el smog que padecen, por ejemplo, los habitantes de París. Porque en Grecia (exceptuando en el centro de la capital), la circulación, desde 2011, se va reduciendo constantemente. En fin... que llega la gran mutación

Feu de tout bois



Époque où l’on fait feu de tout bois. Aux villages thessaliens, comme dans les quartiers plus excentrés d’Athènes, de la tombée de la nuit et jusqu’au petit matin bien frais, la fumée ainsi que l’odeur du bois brûlé rendent l’atmosphère irrespirable. Ce n’est tout de même pas le... smog actuel que subissent les habitants de Paris. Car en Grèce (hors parfois le centre de la capitale), la circulation automobile... se réduit constamment depuis 2011. Enfin... la grande mutation ?

mardi 6 décembre 2016

Campaña excepcional de apoyo a Greek Crisis - 5 años



¡Greek Crisis acaba de cumplir 5 años... gracias a vosotros, MUCHAS GRACIAS! La historia se acelera, sus “no-lugares” antropológicos (espacios en los que el ser humano debería mantenerse anónimo) se multiplican tanto como sus engranajes: ¡de la geopolítica a la vida aceptablemente cotidiana!

Inicié el blog “Greek Crisis” en octubre de 2011 (en francés) y nunca pensé que al cabo de cinco años, tuviera que seguir escribiendo, analizando, informando sobre actos políticos, culturales, así como los del cotidiano griego, de la situación de las mentalidades... luchar para incluso encontrar cierto sentido a las cosas, así como luchar por una cierta supervivencia, a secas, sin hundirse en el “an-antropismo”, en este siglo XXI, el nuestro, cada vez más inquietante... y suficientemente iniciado.

Con ocasión de sus 5 años y, esperando volverse inútil en menos de 5 años, “Greek Crisis - 5 años” lanza esta campaña excepcional, para alcanzar la suma de 5.000€; será destinada para adquirir un automóvil de segunda mano, esencial para las necesidades del blog, esperando que los lectores lo tengan en cuenta en su actuar solidario y de apoyo

lundi 5 décembre 2016

En nombre de la dignidad



Lunes 5 de diciembre, estamos felices porque ha sido un día italiano en la cotidianidad griega. “NO, significa NO”, opina Chrístos el vecino, parado de muy larga duración, que vive solo, desde la disolución de su hogar, la semana pasada. Los griegos, inevitablemente, piensan asimismo en su ‘NO’ de 2015, traicionado como se sabe por el estafador y criminal (político) Alexis Tsipras. Ya el domingo, la “Portada” de algunos diarios atenienses anunciaban lo esencial: “Las sociedades plantan cara a la mundialización. La Zona euro se descompone. El escepticismo se apodera del Viejo Continente” (diario “Dimokratía” del 4 de diciembre). Comienza el despertar.

Au nom de la dignité



Lundi 5 décembre heureux, car très... italien à travers l’ordinaire grec du jour. “NON... c'est enfin NON”, estime Chrístos le voisin, chômeur de très longue durée, et vivant seul, depuis la dislocation de son foyer la semaine dernière. Les Grecs pensent fatalement autant à leur ‘NON’ de 2015, trahi comme on sait par l’escroc et criminel (politique) Alexis Tsipras. Dès dimanche, la ‘Une’ de certains quotidiens d’Athènes rapportait déjà l’essentiel: “Les sociétés se rebiffent contre la mondialisation. La Zone Euro se décompose. Le scepticisme gagne le Vieux Continentt” (quotidien “Dimokratía” du 4 décembre). Le réveil s’amorce.

dimanche 4 décembre 2016

A nuestros amigos italianos



Invierno europeo, hibris europeísta. Los “grandes” medios de comunicación griegos, suficientemente dóciles a las directivas del nuevo orden neo-totalitario de la funesta Unión Europea, no hablan mucho del referéndum del 4 de diciembre en Italia. Hay que evitar avivar el espíritu de los griegos y, sobre todo, no hay que reavivar el recuerdo del referéndum griego de 2015, precisamente el que los apátridas Tsiprosaurios transformaron en un “SÍ”. Sin embargo, el semanal político “To Pontíki”, sí publica una portada a toda plana con Tsipras y Renzi con el titular: “Un frente caliente entre el Norte y el Sur”. En efecto.

samedi 3 décembre 2016

Agli amici italiani



Inverno europeo, hybris europeista. I “grandi” media greci, abbastanza agli ordini del... nuovo ordine neo-totalitario della disastrosa Unione Europea parlano poco del referendum del 4 dicembre in Italia. Ciò è buona cosa per non scombussolare le menti in Grecia, è importante non far rivivere la memoria del referendum greco del 2015, quel ‘NO’ che gli Tsiprosauri... senza stato hanno trasformato in ‘SI ‘. Tuttavia, il settimanale politico “To Pontiki” dedica la sua prima pagina a Tsipras e Renzi: “Un fronte caldo... tra Nord e Sud.” Infatti.

vendredi 2 décembre 2016

À nos amis Italiens



Hiver européen, hybris européiste. Les “grands” medias grecs, suffisamment aux ordres... du nouvel ordre néo-totalitaire de la funeste Union Européenne évoquent peu le référendum du 4 décembre en Italie. Il ne faut surtout pas attiser les esprits grecs, il ne faut surtout pas raviver le souvenir du referendum grec de 2015, celui justement que les... apatrides Tsiprosaures ont transformé en ‘OUI’. Toutefois, l’hebdomadaire politique “To Pontíki” fait sa ‘Une’ sur Tsipras et sur Renzi: “Un front chaud... entre le Nord et le Sud”. En effet.

vendredi 25 novembre 2016

Viernes negro



Otoño, días aún cálidos que no durarán ya mucho. Ires y venires de caicos, pequeños puertos pesqueros entre dos parajes casi olvidados, y en Atenas, todo un universo ya distópico, amarrado como está a “su crisis”. Los que todavía pueden, nos suelen regalar lo sustancial de sus pequeñas capturas de pescado de la mañana, lo sustancial se debe a la solidaridad entre nosotros, finalmente, todavía existe. Desde los comienzos de “Greek Crisis” me hago la siguiente pregunta ¿hasta dónde llegará la deshumanización que nos acecha... hasta las expresiones más elementales del rostro, después de tantos años bajo el nuevo régimen forzado? Aporías de nuestra época.

Vendredi noir



Journées d’automne, sous une douceur qui ne durera pas. Va-et-vient des caïques, petits ports de pêche entre deux terroirs à moitié oubliés, et à Athènes, tout un univers déjà dystopique, amarré comme il est dans “sa crise”. Ceux qui le peuvent encore, nous offrent alors l’essentiel de leurs petites prises de pêche du matin, l’essentiel, tient plutôt de la solidarité entre nous, finalement, elle existe encore. Je me pose alors cette question depuis les débuts de “Greek Crisis”, jusqu’où ira-t-elle la deshumanisation qui nous guette... jusqu’aux expressions des visages les plus élémentaires, après tant d’années sous le nouveau régime forcé ? Apories d’époque.

dimanche 20 novembre 2016

El último segundo del mundo



Anaximandro, ya en su tiempo, hace ni más ni menos que veintiséis siglos, aludía a la multitud de mundos, incesantemente entre la vida y la muerte. Unos nacen mientras que otros mueren. A ojos del gran filósofo precursor es a través de este movimiento eterno que todo oscila, entre aparición y desaparición porque, “sin movimiento no puede haber ni generación ni destrucción”.

samedi 19 novembre 2016

La dernière seconde du monde



Anaximandre, déjà en son temps, il y a tout de même vingt-six siècles, suggérait cette multitude des mondes, sans cesse entre la vie et la mort. Certains naissaient quand d’autres périssaient. Par ce mouvement ainsi éternel, aux yeux du grand philosophe précurseur, tout oscille alors entre apparition et disparition, “car sans mouvement, il ne peut y avoir ni génération ni destruction”.

lundi 14 novembre 2016

Barra de mantequilla perdida



Nuestro siglo todavía cree que puede montar el número. Escenas de calle, zancudos que fijan sus ojos en los nuestros detrás de sus máscaras. Atenas, plaza de la Constitución, Constitución que como todo el mundo sabe, está definitivamente olvidada... por todos. Cotidiano griego. Transeúntes que deambulan, vendedores de billetes de lotería o de “carpetas para documentos y agendas... las que usted necesita”, todos “jubilados”, pensionistas entre comillas, obligados a serlo, inevitablemente.

dimanche 13 novembre 2016

Beurre perdu



Notre siècle se croit encore donner en spectacle. Scènes de rue, échassiers du jour qui nous fixent ainsi droit dans les yeux derrière leurs masques. Athènes, place de la Constitution... cette dernière étant comme on sait, surtout définitivement oubliée. Quotidien grec. Passants qui déambulent, vendeurs de billets de loterie ou de “classeurs pour documents et d’agendas, vraiment comme il vous faut”, tous “retraités”, pensionnés devenues inévitablement entre guillemets.

vendredi 11 novembre 2016

Trumpoline... Planetarca



Momentos extraños, la verdad, los del supuesto shock para los analistas que no han querido entender o que fingen indignarse ante “la victoria del populismo”. En Europa, desde la mañana del 9 de noviembre, da la impresión de que la elección de Donald Trump ha puesto a mucha gente a bailar ¡el ‘Trumpoline’! Brincos y volteretas acrobáticas... rebotes que resultan de la elasticidad (¿engañosa?) de la cama elástica de la geopolítica, en un mundo (para los no iniciados) voluntariamente ocioso ante la formación del modelo de futuro.

jeudi 10 novembre 2016

Trumpoline... Planètarque



Étranges moments vraiment. Ceux du prétendu choc, pour les... analystes qui n’ont pas voulu comprendre ou qu’ils font semblant de s’indigner devant “la victoire du populisme”. Depuis le matin du 9 novembre en Europe, on dirait que l’élection de Donald Trump aux États-Unis fait danser en... ‘Trumpoline’ pas mal de monde ! Sauts et figures acrobatiques garanties... par ces rebondissements résultant de l'élasticité (trompeuse ?) du support de la géopolitique, dans un monde (chez les non-initiés ?) volontairement désœuvré devant la formation du modèle du futur.

lundi 7 novembre 2016

Del Donbass... a Patras



Las noches griegas, como corresponde a esta estación, son frescas. En nuestro edificio, la calefacción central fue definitivamente apagada en el 2012, se teme al invierno, y no sólo por la meteorología. Los griegos también se preparan como pueden a la geopolítica de lo peor... insuficientemente armados, todo hay que decirlo y, en lo sucesivo, con una conciencia más alerta sobre la situación de su país, que viene a ser la de ellos. ¿Es el fin de las ilusiones?

dimanche 6 novembre 2016

Du Donbass... à Patras



Les nuits grecques, bien de saison, sont désormais fraîches. Dans l’immeuble, au chauffage central mis définitivement à l’arrêt depuis 2012, on appréhende alors l’hiver, et cela, pas uniquement à cause de la météo. Les Grecs se préparent aussi comme ils peuvent, à la géopolitique du pire... insuffisamment armées il faut dire, d’une conscience désormais plus alerte, quand à la situation de leur pays qui est autant la leur. Est-ce donc la fin des illusions ?

samedi 5 novembre 2016

De Profundis (Español)



Tiempos perecederos, instantes inestables, de repente escurridizos. Aceleración de la historia. Para los griegos, 2009, corresponde a esa lejana etapa del último periodo... de antes de la guerra, descartando todo posible escenario de vuelta atrás. Este blog, Greek Crisis, también acaba de cumplir... cinco años. Aniversario celebrado, pero lejos de todo espíritu festivo. Porque no hay nada que festejar, si no es la modesta contribución al despertar de las conciencias. Esperamos que así sea.

jeudi 3 novembre 2016

De Profundis - La geopolitica in Grecia



A cinque anni dalla nascita del blog Greek-Crisis, Grigoriou fa un primo bilancio che considera gli elementi anche di geopolitica e conclude che è in atto un’occupazione del territorio, un esproprio che ha, forse, l’obiettivo ultimo di togliere di mezzo l’entità-stato della Grecia. Il mezzo è l’Euro, certo, ma anche la crisi dei migranti, sapientemente orchestrata in modo da permettere a forze non ben identificate (in primis attraverso le ONG) di mettere i propri presìdi sulle isole dell’Egeo orientale. Forse è il caso che il blog diventi un giornale di guerra. La narrazione della crisi greca come solo economica è fallace. (NdT).
Tempi fuggenti, istanti instabili, anch’essi fuggenti. Accelerazioni della storia. Per i greci, il 2009 si presenta già come l’ultimo periodo... prima della guerra, scartando ogni scenario di possibile ritorno al passato. Questo blog, Greek Crisis, ha appena compiuto, lui pure, cinque anni. Un anniversario vissuto lontano da qualunque spirito “di festa”. Non c’è proprio niente da festeggiare, se non l’umile contributo di questo blog al risveglio delle coscienze.

mercredi 2 novembre 2016

De Profundis



Temps périssables, instants instables, aussitôt fuyants. Accélération de l’histoire. Pour les Grecs, 2009, relève déjà de cette lointaine tranche de l’ultime période... d’avant-guerre, en écartant tout scénario de possible retour en arrière. Ce blog, Greek Crisis, vient aussi d’avoir... cinq ans. Anniversaire certes ainsi vécu, toutefois, loin de tout esprit dit “de fête”. Car il n’y a rien à fêter de la sorte, sinon, l’humble contribution de ce blog au réveil des consciences. Espérons-le en tout cas.

jeudi 27 octobre 2016

Caravana solidaria



Esperas y aprensiones. En las montañas griegas las primeras nieves están anunciadas para finales de semana, según el servicio de meteorología, y a través de todo el país, se recoge, se compra y se almacena leña como todos los años desde el comienzo de la denominada “crisis”. En Atenas, ante los quioscos, los griegos escrutan o más bien, comentan muy agriamente lo que la prensa piensa creer transmitir. “Pandilla de mentirosos”, ¡Menuda broma!

lundi 24 octobre 2016

Caravane solidaire



Attentes et appréhensions. Sur les montagnes grecques la première neige est attendue pour la fin de la semaine d’après la météorologie, et alors à travers le pays, on ramasse, on achète et on stocke le bois comme chaque année depuis la dite “crise”. À Athènes, devant les kiosques, les Grecs scrutent, ou plutôt commentent ainsi très aigrement ce que la presse croit vouloir rapporter. “Tous menteurs”, bonne blague !

vendredi 21 octobre 2016

30 bonnes raisons pour sortir de l'Europe



“Alors que les Britanniques prennent le large, sur le pont du Titanic, l'orchestre de l'Union européenne continue à jouer sous la baguette allemande... et en France, le débat reste interdit sur l'opportunité de quitter ce navire en train de sombrer”, écrit Olivier Delorme.

jeudi 20 octobre 2016

Crisis, belleza, serenidad !



Otoño galopante. Por las montañas del norte del país, en las regiones de Macedonia y de Epiro más precisamente, todavía se habla de cierta “Greek Adventure”. Sólo que los visitantes ya son escasos. Atenas se encuentra, a fin de cuentas muy lejos, las primeras nieves no han caído todavía, y en este intervalo de calma, los lugareños... preparan las reservas de leña ; de hecho, algunas chimeneas ya humean.

mardi 18 octobre 2016

Crise, beauté, sérénité !



Automne galopant. À travers les montagnes du Nord du pays, dans les régions de la Macédoine et de l’Épire plus précisément, il est encore question d’une certaine “Greek Adventure”. Seulement, les visiteurs se font rares. Athènes se situe finalement bien loin, les premières neiges ne sont pas encore tombées, et par cet intervalle de calme, les habitants... préparent leurs stocks de bois de chauffage ; d’ailleurs, certaines cheminées fument déjà.

mardi 11 octobre 2016

Belleza y luz



Bajo la Acrópolis... la vida se presenta a veces como si fuera de otro lugar alejado. Certezas e incertidumbres caminan... entrelazándose entonces cogidas de la mano. Mis amigos, tocados todos ellos por la llamada “crisis”, se dejan algo más que las plumas en este estrecho camino... que transcurre, digamos, en sentido único. Nuestro Panagiotis P. nos dejó irrevocablemente el mes de mayo pasado y ahora Stavros se queja de estar a menudo paralizado “por las migrañas y otras cefaleas... y vértigos inexplicables. Grecia... ese cielo bajo y denso que pesa sobre mi como una tapadera. Hace ya casi siete años que esto dura”, me dice Stavros.

lundi 10 octobre 2016

Beauté et lumière



Sous l’Acropole... la vie se présente parfois comme dans un ailleurs éloigné. Certitudes et incertitudes cheminant et... se télescopant alors main dans la main. Mes amis, tous touchés par la dite “crise”, laissent plus que leurs plumes sur ce chemin étroit... disons à sens unique. Notre Panagiótis P. a tiré toute sa révérence en mai dernier et voilà que Stávros, se plaint d’être trop souvent paralysé “par de la migraine et des autres céphalées... vertiges ainsi inexpliqués. La Grèce... ce ciel bas et lourd qui pèse sur moi comme un couvercle. Cela dure près de sept ans”, me dit-il.

mercredi 5 octobre 2016

De la guerra



Greek crisis. Cuaderno de notas de un etnólogo en Grecia. Un análisis social cotidiano de la crisis griega.

Octubre ha llegado y, a Atenas, el veranillo de San Martín. Los turistas lo aprecian. En su recorrido, descubriendo la ciudad y su espléndida historia, es muy probable que no se hayan cruzado con los jubilados Griegos... rociados por la química policial en su enésima manifestación en el centro de la ciudad. El estar asqueado, la muerte lenta, la desesperación, la (pseudo) Democracia y la Izquierda, muertas ya, (también) con SYRIZA, el lustro, ya no se sostiene en el techo, a pesar de las convulsiones del cadáver político que es Alexis Tsipras.

lundi 3 octobre 2016

De la guerre



Octobre déjà. Été indien à Athènes, nos touristes apprécient. Sur leur chemin de la découverte de la ville et de son splendide histoire ils n’ont probablement pas croisé les retraités Grecs... aspergés de la chimie policière habituelle lors de leur énième manifestation au centre-ville. Écœurement, mort lente, désarroi, la (pseudo) Démocratie et la Gauche étant déjà mortes (aussi) avec SYRIZA, le lustre ne tient même plus, en dépit des convulsions du cadavre politique d’Alexis Tsipras.

jeudi 22 septembre 2016

Au-delà de l'invisible



Septembre, déjà fascinant. On attend les bateaux pêche... comme on attend souvent les embarcations des migrants depuis la Turquie. Nos nombreux touristes défilant devant Épidaure ou déambulant dans les ruelles étroites de Nauplie, n’y distinguent presque rien de l’implosion grecque laquelle s’accélère comme jamais, autant dans les faits qu’à travers ses réalités. Comme ils ne verront rien de... l’explosion parallèle qui se joue alors à Lesbos, où la population vient de se révolter ne supportant plus la destruction (finale ?) de son économie, de son cadre de vie, ainsi que de ses biens par la présence imposée et imposante de presque six mille migrants sur l’île.

lundi 12 septembre 2016

D’euphémisme... en euphémisme



Nos plages se vident peu à peu. Premières pluies, orages et... déjà inondations. Fin de saison. Cinq morts dans le Péloponnèse, météorologie qualifiée d’implacable par la suffisance habituelle des humains. Et partout ailleurs en Grèce, la vie comme on aime dire parfois, ne reprendra plus tous ses droits, telle est la conviction désormais largement partagée, “le pire... du pire est devant nous pour la société” croit savoir Katerína, amie et (toujours pour l’instant) Vice-présidente aux affaires sociales à la Région d’Attique... combat perdu d’avance à mon humble avis.

samedi 3 septembre 2016

Sports extrêmes



Septembre déjà. Dans les montagnes grecques on respire ainsi les prémisses de l’automne. Panoramas paisibles d’un pays non-apaisé. Les rares visiteurs hésitent forcement... à dépenser leurs sous pour ces activités prétendument présentées comme relevant des “sports extrêmes”. Les marchandes de produits locaux (et/ou prétendument tels) ne vendent d’ailleurs presque plus, elles ne feront même plus l’effort d’aborder les clients. Automne en vue.

vendredi 26 août 2016

Collision en mer



L’été grec pratique se termine comme prévu avant l’heure. L’ultime pleine lune du mois d’août à peine disparue, que les orages de premier passage viennent de marquer le pays de tout leur symbole, à l’exception évidente des îles. Le pire, est toujours devant nous, cela dure déjà six ans. Les touristes admirent Nauplie même sous un ciel chargé ; ailleurs, nous avons respectueusement salué les seuls vrais maîtres des saints lieux, en remerciant toutefois ciel et mer de notre maigre prise... ayant aujourd'hui assuré notre... protéine de ce jour, “l'insouciance de ses vents et le foc de son espoir” en plus, comme le dirait peut-être également notre poète (Elýtis). Été grec... théorique

vendredi 12 août 2016

Seul le Soleil sait



Été 2016, pour l’instant profond. Seul le soleil sait peut-être... et d’abord ses poètes. “Loués soient la lumière et le premier - vœu de l’homme gravé sur la pierre - la vigueur dans la bête qui guide le soleil - la plante qui a chanté pour que le jour se lève”, écrivait Odysséas Elýtis, devenu depuis indépassable. Les rues d’Athènes se vident devant la Grande fête, et la presse quant à elle, elle aime publier ces photographies de la Grèce des îles d’il y a plus d’un demi siècle, à l’instar de l’œuvre du photographe Américain Robert A. McCabe.

dimanche 31 juillet 2016

L'Obsolescence... de l'été ?



Plongée au cœur de l’été grec. Au Pirée comme sur les routes, vient enfin le moment des départs, moins massifs que par le passé certes ; il y règne toutefois une ambiance de gaieté on dirait artificiellement entretenue, inspirée par la généreuse sympathie du soleil régnant et de notre archipel Égéen. Au Pirée toujours, ceux qui ne partiront probablement pas, s’adonnent à leur pêche favorite, une ligne à main bon marché, hameçon, lest... et espoir appropriés, près des bateaux... si bien entourés de chiens adespotes (sans maître), animaux très sociables vivant sur les quais.

vendredi 22 juillet 2016

Soleil Égéen



Rotation prévue vers le Pirée. Cela fait une petite demi-heure que nous attendons sur le port de la presqu’île. L’employé de la petite agence, du seul comptoir délivrant les billets de la compagnie des îles du Golfe Saronique s’y trouve également, de même que les deux gardes-côtes, visiblement très fraîchement réveillés. On est à peu près une trentaine à attendre l’embarquement et une dizaine de voitures, de même que les incontournables bidons d’huile d’olive de Méthana... en partance également pour la capitale. Le soleil se lève et le bateau arrive à l’heure. Embarquement.

mercredi 20 juillet 2016

Saison touristique



Le vent souffle, l’été galope. Les apparences d’un été européen... comme les autres, s’avèrent ainsi bien impossibles à tenir. La Grèce, définitivement embourbée dans... sa guerre économique, observe, tantôt cette autre terrible guerre, à Nice par exemple, tantôt les événements en cours en Turquie depuis le Coup d’État manqué (ou alors manquant). Saison... alors pleinement touristique.

dimanche 10 juillet 2016

Repêcher... l'Union Européenne



Notre temps actuel, et pour ainsi dire l’intervalle en cours, 2015-2017, n’est pas une simple marque dans ce premier déroulement chronologique du XXIe siècle. Elle indique plutôt un seuil, un moment qui dévoile l’achèvement d’une époque et il devient ainsi possible de déceler les prémisses du probable (ou de “l'infaisable”) à venir. Notre époque-charnière, cette ère de transition s’étale déjà, de la crise grecque (en réalité crise européiste), à la contestation généralisée du système dynastique de l’Union Européenne ; son démantèlement est en cours... malgré elle, et le BREXIT ne constitue que la première étape... grandeur nature.

lundi 27 juin 2016

EXIT



Il est grand temps d’en finir avec l’Union Européenne. Son projet irrationnel n’est pas comme on s’amuse à dire parfois, “anti-démocratique par accident”, il est tout simplement totalitaire et cela même par essence. Le Brexit - pas encore accompli, faudrait-il alors le rappeler ? - n’est qu’un début, sauf que la “Paneuropa” ne se laissera certainement pas abattre si facilement. Cependant... l’espoir revient, d’ailleurs, en dépit des analystes mainstream et des politiciens bien de chez nous et... qui feraient mieux de se taire.

mardi 21 juin 2016

Plegaria... d'Athènes



La Grèce, en été, rime avec soleil et... avec tourisme. Il y fait chaud, très chaud même, avec une température moyenne en ce moment de 30 °C et des pointes à 40 °C. Les stéréotypes du voyage en Grèce seront ainsi... et d’abord sauvés. Et la canicule marquera encore ses points sur le... Camp grec et sur son univers concentrationnaire économique à ciel clair.

mercredi 15 juin 2016

Rue des Rêves



Le compositeur, poète et essayiste Mános Hadjidákis a rejoint sa rue des rêves le 15 juin 1994. En ce 15 juin 2016, le Troisième Programme de la radio publique (ERT) dont il fut en son temps son meilleur directeur, s’en souvient, et nous avec. Émissions spéciales, anecdotes et en fin de soirée, un concert lui sont consacrés. Preuve si l’en faut, que le... pays n’a pas (encore) perdu toute sa mémoire.

samedi 11 juin 2016

Royaume de Grèce



Pays aux beautés suspendues. Premier périple de l’année dans le cadre de “Greece Terra Incognita” , histoire aussi d’introduire un peu de distance... vis-à-vis des réalités athéniennes. La crise grecque n’est certainement pas derrière nous en dépit des déclarations des “gouvernants”, toutefois, nous vivons dans sa dépendance, nous y baignons, et même nous y exprimons, lorsque nous ne naviguons pas à travers ses récifs.

vendredi 3 juin 2016

Départs et passages



Juin déjà. L’été grec, notre temps bien chaud, et les petits bateaux traditionnels qui sillonnent parfois les baies, devenus de plus en plus rares pour cause de mise à la casse, réglementation de l’UE oblige, tout y est. Fin mai, nous avons salué notre ami Panagiótis Papadákis ainsi parti... pour son grand appareillage. “Il ne connaîtra pas du moins... la Grèce sous le mémorandum final, celui de Tsipras”, a lancé Yórgos lors de l’enterrement, ami de Panagiótis depuis plus de quarante ans. Passages et départs.

mercredi 1 juin 2016

Greece Terra Incognita



La Grèce, de l'image à l'imaginaire: Découvrons la Grèce ensemble, au-delà... des idées reçues !

Notre concept s’inspire du voyage ethnographique en Grèce, à travers ses ancrages dans le passé historique et civilisationnel de l’espace méditerranéen.

C’est autant un périple qu’un chemin de connaissance, de réflexion et de dialogue, proposé par l’ethnologue et historien Panagiotis Grigoriou et ses partenaires, à tous ceux qui souhaitent voyager et appréhender nos réalités autrement, tout en pratiquant un “tourisme” responsable et solidaire.

Nouveau concept: "Le voilier à deux" - Le choix idéal en couple - Golfe Saronique et découverte extraordinaire du Péloponnèse par la mer.

Logotype et lien vers le site Terra Incognita




* Photo de couverture: Page d’accueil du site Terra Incognita

samedi 21 mai 2016

Pornographie politique



La police veille, le totalitarisme triomphe, la grammaire de la vie est ailleurs. Entre le jeudi 19 et le dimanche 22 mai, les “députés” SYRIZA/ANEL se penchent sur le nouveau texte, dit de la “poly-loi” cadre, dont la longueur dépasse les... 7500 pages, s’agissant (entre autres) de transférer le contrôle des recettes perçues par l’État Grec à l’étranger (Troïka), en plus de la privatisation partielle ou totale de pratiquement toutes les régies publiques (ports, aéroports, chemins de fer, eau potable, électricité...). Sans oublier enfin, le transfert de l’ensemble les biens de l’État (et à de rares exceptions près), dont les gisements (futurs) d’hydrocarbures, à une superstructure contrôlée par les dits “créanciers” et cela, pour une durée de 99 ans. Week-end grec suffisamment pluvieux pour un mois de mai, et dernier crime en date du... “pornographe” politique Alexis Tsipras, comme de toute sa clique d’arrivistes accrochés au pseudopouvoir dans cette ultime mascarade des “démocraties” occidentales avant disparition. Glaciation et... Tsiprosaures!

mercredi 18 mai 2016

Au nom de la lumière et de la transparence



Ce vieux pays de l’exil au cœur de la lumière que nos poètes évoquent, pénètre enfin le temps de son été. Depuis plusieurs jours, les banderoles des manifestants ont été pour l’essentiel rangées... sous les T-shirts ressortis et sous les maillots de bain qui passent à l’occasion déjà de la plage au bar, pour ceux qui peuvent se le permettre. Le mémorandum... perpétuel vient de passer par là, vagues... falaises, la mer surtout.

mardi 10 mai 2016

Un monde fantastique



Le quasi-quatrième mémorandum vient d’être adopté par notre parodie parlementaire qui persiste et... signe, et la vie continue. Cette nouvelle ère finalisée et ainsi définitivement accomplie, mémorandum après mémorandum ne serait qu’à moins d’une décennie... à vol d’oiseau de son assemblage... souverain; malgré la courte distance historique la traversée semble alors bien longue.

dimanche 8 mai 2016

Le temps de demain



L’hybris galope, la métadémocratie triomphe. Déjà en son temps, et ainsi inlassablement le nôtre mais aggravé, Cornelius Castoriadis notait peu avant de disparaître que “Ce qui caractérise le monde contemporain ce sont, bien sûr, les crises, les contradictions, les oppositions, les fractures, mais ce qui me frappe surtout, c'est l'insignifiance. Prenons la querelle entre la droite et la gauche. Elle a perdu son sens”. Outrée par sa... gauche comme par sa droite, la rue grecque manifeste tout de même comme elle peut ce week-end.

vendredi 6 mai 2016

Vitalisme... et animisme



Décidemment, nous allons de surprise en surprise. Au cours de ce week-end et par une procédure dite “express” au “Parlement”, le gouvernementales SYRIZA-ANEL tente d'enterrer la sécurité sociale. Vote... alors soudain, “car c’est pour disposer d'un argument supplémentaire lors de l'Eurogroupe du lundi 9 mai”, affirme le gouvernement. Les syndicats, l’autre Gauche, les collectifs comme on dit parfois, répliquent alors par une grève générale de quatre jours, les ferrys ne partent pas, et à Athènes déjà, tous les transports en commun sont à l’arrêt, ou le seront dans les prochaines heures. Baroud d’honneur ?

mardi 3 mai 2016

Nuit partout



Dimanche de Pâques en ce 1er mai. La plus grande fête en Grèce. Sauf que le cœur n’y est plus. Apesanteur ainsi flottante... au pays brisé en mille morceaux. Désert au sable mouvant. Les rumeurs courent d’ailleurs au sujet du gouvernement SYRIZA/ANEL sur la tenue d’élections anticipées avant l’été. Ou sinon, c’est une tromperie de plus et de trop que plus personne n’admet vraiment depuis l’été 2015.

vendredi 22 avril 2016

Sous le soleil... l'effondrement



Soleil et touffeur. Avant-goût de l’été grec enfin dans sa version 2016. Pays cependant grillé... en surbrillance mémorandaire avancée. La... gouvernance SYRIZA, prétendument débordée par... l’ingéniosité des maîtres troïkans communique non sans maladresse pratiquement jour après jour sur ses mesures d’austérité, plus authentiques que jamais. Officieusement, les politiciens finissent par évoquer le “risque... réapparu, d'un recours à un nouveau vote prochainement” (élections législatives), d’ici juillet prochain, avant de démentir le lendemain, il faut dire dans l’indifférence bien éloquente des Grecs.

jeudi 14 avril 2016

Temps de survol



L’été grec approche. Athènes grouille de touristes souvent sous sa grande lumière, et parfois même, sous une poussière transportée comme on sait depuis l’Afrique. On y découvre ces derniers jours comme un avant-goût estival. Sauf que depuis 2015, l’été des Grecs a laissé dans les mémoires un goût bien amer. Alors, les supposées récentes péripéties du gouvernement, entre le “blocage” des négociations avec la Troïka élargie, et le voyage éclair d’Alexis Tsipras à Paris du 13 avril, alimentent de nouveau toute sorte de rumeurs.

dimanche 10 avril 2016

Pantomime tragique



La poésie aurait pu être cette première réaction des êtres doués de conscience face à ce qui advenait en eux et autour d’eux. Sauf que trop souvent tout peut se dérouler autrement. Actuellement, les consciences sont travaillées jusqu’aux extrêmes limites, en Grèce comme bien souvent ailleurs. Le temps nous file entre les doigts, temps... chronique mais également ce temps opportun et ainsi propice des Anciens: “Kairós”. Propice certes, mais sinon vraiment au profit de qui ?

dimanche 3 avril 2016

Fauvisme... grec



Mois d’avril, déjà. Les Grecs ont comme l’impression que leur temps tourne rapidement et surtout... en rond. De manière fatalement sporadique, nos manifestants apparaissent dans le centre-ville parfois la nuit tombée, pour crier toute leur colère... accommodée par les syndicats. Comme l’autre soir durant le rituel... offert par les troupes du syndicat PAME, proche du PC grec. Expressions largement désabusées, visages fatigués, le tout, dans l’indifférence des badauds. Le temps de la simplicité n’est plus, et cela visiblement pour tous.

lundi 28 mars 2016

Patries de l'enfance !



Hiver météorologique finissant. Entre deux accalmies dans les nouvelles du pays et dans celles du bas monde, les Grecs iront à la pêche. En plus, le voisin Chrístos a enfin trouvé un peu de ce travail... inéluctablement exceptionnel et cela lui a “rempli toute la semaine”, comme il dit. Enlever le carrelage, puis refaire le sol dans hôtel sur une île en vue de la saison touristique, voilà pour l’essentiel de... l’affaire. Depuis qu’il a été contraint de déposer le bilan de sa micro-entreprise en 2011, il ne travaille que très occasionnellement, “et tout cela n'a plus à être déclaré, nous survivons au jour le jour et c'est tout”.

vendredi 25 mars 2016

Temps reculés



Mois après mois, semaine après semaine c’est l’ouverture vers le chaos qui se confirme. Notre événementialité convergente s’accélère, à travers tant de... démarches terroristes suffisamment parallèles, et notamment celles, du totalitarisme financieriste (occidental et européiste pour notre cas), puis, du totalitarisme islamiste alors vecteur de sa propre variante... de la mondialisation. Sans oublier l’avancée imminente du fameux Traité transatlantique, que plus personne n’évoquera... publiquement comme par hasard, sous les effets d’une guerre à géométrie modulable depuis le Moyen Orient et jusqu’aux capitales historiques de l’Europe (forcement plongées dans un État d’exception).

lundi 21 mars 2016

Poisson de mars



Les symboles tombent, le néant demeure. La semaine dernière, la Grèce a fait en quelque sorte son entrée dans la période dite de carême. Temps frais, bien pluvieux, celui autant de la boue. Certains migrants à Idomeni, ont tenté le passage en... force, c’est-à-dire celui du dernier désespoir vers le pays de l’Ex-République yougoslave de Macédoine (Slave), peine alors perdue, ou plutôt noyée dans les ruisseaux et torrents balkaniques, plus exactement européens. Les médias quant à eux, ils ont d’abord et surtout dévoré le spectacle. Temps agité.

samedi 12 mars 2016

Animaux adespotes



Temps bien tumultueux. Les médias s’en préoccupent, comme tantôt du drame des migrants embourbés dans la boue du... Petit Nord grec à Idomeni, et tantôt... de cette météo médiocre, “car elle accompagnera ceux qui parmi les Grecs partiront (encore) pour ce week-end prolongé”, histoire de célébrer suivant la tradition et comme... il se le devait, le début du carême orthodoxe du lundi 14 mars. Temps ainsi irrémédiablement tué ?

vendredi 4 mars 2016

Migrants et migraines



Le futur bondit et le passé n’aura plus jamais rien de bien récent. Le dernier spectacle du monde grec se résume autant, aux migrants d’ailleurs... qu’aux migraines d’ici. L’histoire en vitesse. Nos frondeurs du monde paysan ont tous quitté les routes et les autoroutes... faisant place aux nouveaux... arrivants, refugiés et migrants en réalité nouveaux venus de l’autre altérité comme de l’autre guerre, ou peut-être enfin la même. Imbroglio galopant pour un pays piégé.

vendredi 26 février 2016

Oiseaux migrateurs



Le Chaos provoqué rejoint constamment le Chaos provoquant. Êtres refugiés et âmes migrantes débarquent par milliers au Pirée chaque jour comme chaque nuit. Les quais, les squares, les places, les routes et les autoroutes grecques regorgent de cette masse humaine errante, au nombre estimé... allant de vingt à cent mille âmes, suivant les estimations forcement contradictoires. Âmes que jamais personne n’a voulu accueillir en réalité en Europe. “Oiseaux migrateurs” dans une phase... décisive apparemment bien imminente dans la planification européiste et mondialisante concernant d’abord la Grèce, pays méthodiquement détruit et alors transformé en territoire.

dimanche 21 février 2016

Tempêtes



Une tempête a balayé la Grèce dans la nuit Samedi à Dimanche. Près de l’Attique, au large de l’îlot inhabité de Saint George, la première Cyclade paraît-il, et d’ailleurs inconnue des touristes, la puissance des vents a dépassé les neuf beauforts. Aux dires de tous, le pays est secoué en ce moment. Dans l’air du temps, plus improbable que jamais, l’embrouille bordé de la colère la plus noire, balaye alors les discernements. Je n’ai jamais observé un tel rejet d’un gouvernement, si largement partagé, comme en ce moment, en tout cas dans les paroles de ceux qui s’expriment. Tempête.

jeudi 18 février 2016

Jacqueries grecques



Les agriculteurs ont évacué Athènes pour retrouver leurs engins agricoles sur le bitume des routes et des autoroutes. La Grèce, toujours... abrégée par endroits suite au blocage des axes routiers, d’autant que le pays se trouve déjà... réduit à la futilité de la dite “crise”. Le réel en somme, tout simplement évacué... et en attendant, la frontière entre la Grèce et la Bulgarie est fermée au matin du 18 février.

samedi 13 février 2016

La fin des Tsiprosaures ?



Temps de colère et de révolte. Vendredi matin (12 février), le pouvoir supposé politique pris de panique, avait tenté à bloquer les portes d’Athènes, dans une tentative désespérée d’empêcher l’arrivée motorisée des paysans, venus manifester depuis les quatre coins du pays. À plusieurs reprises, les... forces de la Police ont été d’abord violement repoussées par les agriculteurs, ailleurs des... négociations ont pu apaiser le ciel athénien. Monde... ambiant.

lundi 8 février 2016

L'euroscepticisme des Grecs



Soleil et brouillard. Sur les marchés d’Athènes, les stands commencent à manquer, de même que certains légumes de saison. Le monde paysan manifeste, les principales nationales et autoroutes sont habituellement bloquées par les engins agricoles, et la décision a été prise... d’entrer dans Athènes, engins agricoles compris pour occuper la Place de la Constitution, action prévue et annoncée pour vendredi 12 février. Situation grecque en... purin.

vendredi 5 février 2016

Époque et délai



Journée de grève générale largement suivie, comme cela n’a pas été le cas depuis les premières années du troïkanisme réellement appliqué. Dans les villes thessaliennes, kiosques et cafés sont restés fermés, et à Athènes, dans la plupart des cas, les boulangers du coin comme de chaque coin, ont une fois n’est pas coutume observé à la lettre les consignes de leur Union professionnelle: “Fermeture durant la journée du 4 février”. Tout simplement, pas de pain.

dimanche 31 janvier 2016

Disaster Studies



Hiver pour l’instant radouci. Sur le port de Naxos, un pope alors bénit les paysans de l’île réunis, venus manifester leur colère en engins agricoles. Blocage symbolique sous les douceurs cycladiques, sauf qu’ailleurs, à Thessalonique notamment, toute la colère du monde agricole comme du monde helladique tout court, a débordé les forces de l’ordre, comme on sait bien dire persistant dans l’euphémisme lorsque le lien social n’est plus.

vendredi 22 janvier 2016

L'eau dans le gaz



Risque d’effondrement. Enfin. Tandis qu’à Paris, à la Maison de Chimie on peut fort heureusement encore discuter du Plan B, d’un certain Plan B... à défaut d’un Plan B certain, à Athènes et dans toute la Grèce, la nouvelle colère occupe la rue. Un ras-le-bol venu des tripes comme autant de la barrière anatomique éclopée de la société grecque. Jours de 2016 et ce n’est qu’un début prometteur.

mardi 19 janvier 2016

Oranges tombées



Vies en étoiles filantes. Notre personnel politique arrivé à... maturation, la Nouvelle démocratie croit avoir trouvé toute sa fraicheur en la personne de son nouveau chef Kyriákos Mitsotakis (de la famille... très historique), et quant aux medias... évidemment ils en rajoutent. Dans les rue d’Athènes, avocats, ingénieurs et comptables manifestent contre une réforme des retraites sans lendemain (la reforme ou les retraites c’est selon). L’année vient tout juste de débuter.

jeudi 14 janvier 2016

Une tonne de poulets frais



Temps d’une transition toujours en cours. Les Grecs profitent d’un petit été indien avant le retour probable de la neige dans quelques jours. Les frais de chauffage sont enfin un peu réduits déjà. La situation que l’on nomme sociale se dégrade, et cependant, nous efforçons à maintenir notre sociabilité bien à flot. C’est ainsi que le sourire revient.

samedi 9 janvier 2016

Académie de Platon



Vue sur l’Acropole. Quartiers recherchés par les... investisseurs, aux dires des agents immobiliers. Rencontre fortuite avec un d’entre eux dans le parc historique de l’Académie de Platon. Le cadre s’y prête et même la météo, redevenue clémente. Le quartier alors se démène pour rester vivant, socialement et culturellement. Son foyer culturel solidaire nommé justement Politeía, côtoie ainsi le café coopératif. Le slogan des convaincus: Ne pas se laisser sombrer et cela coûte que coûte, désormais loin, très loin même des affaires politiques pratiquées comme on dit d’en haut.


Fête de la Théophanie, Athènes, le 6 janvier

La Grèce du moment a célébré ce 6 janvier dernier, la fête de la Théophanie, s’agissant du pendant orthodoxe de la fête de l'Épiphanie dans l'Église catholique. À cette occasion a eu lieu la traditionnelle cérémonie de bénédiction de l’eau, une cérémonie très officialisée, au pays des apparences souvent sauves et constamment trompeuses.

La... bénédiction n’attire plus les foules, devant les églises, les mendiants tout comme les très nombreux... collecteurs de divers fonds solidaires sont largement présents, à l’instar des politiques. En ce qui les concerne, ils sont les collecteurs d’une présumée influence dans une présumée démocratie qui ne l’est plus. C’est ainsi qu’à Athènes, le Président de la... République Prokópis Pavlópoulos (Nouvelle Démocratie), le Premier ministre Alexis Tsipras (SYRIZA), et le Maire d’Athènes Yórgos Kamínis (PASOK), politiciens alors tous du dernier (comme du premier mémorandum), ont participé très officiellement à la cérémonie religieuse et autant protocolaire... supposons-le, devant l’éternité.

Deux jours après, de nombreux retraités mobilisés par le syndicat PAME (PC grec - KKE), et manifestant contre la reforme des retraites, ils ont été violement éconduits par les policiers des forces... forcement spéciales depuis le bitume mais cependant devant la résidence officielle du Premier ministre. Gênant. En apparence, on aurait dit que le pays ne change guère. Troïka, putréfaction, répression.

Fête de la Théophanie, les politiques: Pavlópoulos, Tsipras et Kamínis, Athènes, le 6 janvier (photo: presse grecque)

Retraités violement éconduits par les policiers. Athènes, le 8 janvier (photo: presse grecque)

Retraités violement éconduits par les policiers. Athènes, le 8 janvier (photo: presse grecque)

La onzième, depuis l’avènement de la Troïka en Grèce, reforme dite des retraites, plus exactement l’achèvement de la fin de vie... par d’autres moyens, occupe vraiment l’actualité grecque en ce moment, autant, que certains faits plus tellement divers: cambriolages accompagnés de meurtres ou plutôt le contraire, et surtout, cette dernière affaire de l’hypermémorandisme pratiqué d’en bas par les autorités sur le terrain, ainsi mis en œuvre par les agents du fisc à Thessalonique. En somme, la victime de ce terrorisme autant réel que symbolique, a été une femme âgée, soufrant de cancer.

L’histoire date du 22 décembre dernier mais elle vient tout juste d’être révélée par la presse. Sur un marché de Thessalonique, les agents du fisc accompagnés par des policiers interpellent une femme âgée qui vend des objets personnels “sans autorisation”, une... braderie pour survivre et surtout, pour pouvoir faire face aux frais exigés par sa thérapie.

Suite aux affaires similaires, celle d’abord du vendeur de châtaignes à Thessalonique, puis de celle de la vielle femme veuve et... trafiquante de persil à Trikala (en Thessalie) auxquels les agents du fisc ont infligé des amendes de plusieurs milliers d’euros, il y a donc cette troisième récidive... de la criminalité institutionnalisée (car exercée en dépit de tout critère de justice sociale, qui plus est, dans un pays au Contrat social définitivement déchiré), qui en rajoute, au climat délétère de l’année SYRIZA comme de toutes les autres années depuis au moins 2010.

Pauvretés... et richesses grecques. Athènes, janvier 2016

D’après le reportage, cette femme, proposait à la vente: un chandelier, un pot de verre et un plateau de service, objets aussitôt confisqués et détruits d’après le protocole... strictement suivi par les agents du fisc ! Une amende de dix mille euros lui a été infligée.

Cela fait quatre ans que je vends divers articles... sortis de notre foyer sur ce marché, c’est pour pouvoir payer les examens médicaux que je dois faire, suite à une mastectomie. Je vends des broderies, des tricots, je brode même, je n’ai pas de travail et je ne peux plus en réalité travailler. Que faire d’autre ? Il y a certains examens médicaux, lesquels ne sont plus pratiqués à l’hôpital public, alors, il faut les faire pratiquer dans le privé et ainsi payer. Personne ne m'avait troublé jusque-là, les gens ici me connaissent”.

Les policiers m’ont donc interpellé le 22 (Décembre), à midi, ils ont probablement pensé que je vendais des cigarettes (de contrebande). ‘Eh les enfants, je suis malade’, ais-je dit, j’a été conduite au poste de la Police, ils ont été gentils avec moi certes, et j’y suis restée assise jusqu'à huit heures du soir, on me regardait alors sans rien dire, avant de me transférer dans un autre commissariat, plus central à minuit, et comme il faisait bien très sombre et comme j’étais comme effrayée, ils m’ont enfin ramené chez moi.” (hebdomadaire “To Pontíki” du 7 janvier).

Académie de Platon. Athènes, janvier 2016

Académie de Platon. Athènes, janvier 2016

Retraites: La guerre entre les générations. “To Pontíki”, le 6 janvier

La presse alors insiste, à l’instar de l’hebdomadaire “To Pontíki”, “Retraites: La guerre entre les générations”, d’après le graphisme cinématographique retravaillé pour les besoins de sa Une, lors du duel, le vieux... Jedi étant apparemment passé... du côté obscur de la force, il s’adresse au jeune Jedi pour lui lancer sous forme d’avertissement: “Oh le jeune, le jeune, tu ne toucheras jamais de retraite”.

Les... écrivains publics de la vielle presse mainstream, au quotidien “Ta Néa” par exemple, incitent les politiques de tous les partis mémorandaires (SYRIZA, Nouvelle Démocratie, PASOK, Centristes, To Potami), à “Voter tous ensemble” la reforme des retraites, tandis que la toute récente presse mainstream, à l’instar du “Quotidien des Rédacteurs”, fait suffisamment remarquer à la Une, que “sous certaines conditions, le patronat dit oui au projet de reforme, une aide alors inespérée, fournie au gouvernement”, donc tout irait mieux...

Les fenêtres laissées ouvertes... à la société grecque n’existent que de façade, sauf lorsque les solidarités concrètes et obligatoirement petites sur le terrain de certains quartiers, laissent enfin le soleil pénétrer un peu, cet immense et alors... innovant univers concentrationnaire économique grandeur nature de la Grèce actuelle. Allure mesurée, petites joies et surtout des échanges qui ne sont pas (que) numériques. Enfin !

Les fenêtres laissées ouvertes à la société grecque. Athènes, janvier 2016

Café coopératif, Académie de Platon. Athènes, janvier 2016

Foyer culturel solidaire nommé Politeía. Académie de Platon. Athènes, janvier 2016

Aléxandros, l’agent immobilier rencontré au beau milieu de... l’Académie de Platon a voulu partager un petit moment avec nous, derrière... l’exotisme et l’altérité du café coopératif. Souriant, car bien heureux d’avoir un travail mais en même largement pessimiste, c’est-à-dire profusément philosophe sur la situation qui est la nôtre.

La Grèce, c’est un pays... dont l’existence se termine. Nos vies et autant nos images d’avant ne reviendront plus jamais, images comme réalités concrètes qui ne nous appartiennent alors plus. Les clients étrangers et plus précisément une clientèle aisée venue de Chine... nous achète des appartements par dizaines. Ces gens ont sans doute raison de le faire, les villes en Chine sont devenues invivables à cause du bruit, et surtout à cause de la promiscuité et la pollution. Les... entremetteurs entre notre agence et la clientèle chinoise appliquent une commission de 35% sur le prix de chaque bien immobilier vendu, il y a donc de l’enrichissement rapide pour certains. Nous, nous ne gagnons rien de plus significatif que nos commissions habituelles, nous appliquons 2% sur le prix final, mais enfin, nous sommes chanceux d’avoir des clients”.

Dans deux à cinq ans, les Grecs se réveilleront et ils ne seront plus chez eux. La dépréciation de l’immobilier ne durera guère plus que deux ans à mon avis. C’est ainsi que l’essentiel de ce que fut jadis la classe moyenne... aura perdu pratiquement le deux tiers de son patrimoine immobilier, ce dernier sera concentré désormais autrement. Pour survivre, ou alors pour vivre, il va falloir s’adapter, travailler de concert avec les partenaires qui ont bien des liquidités, sans jugement et même sans état d’âme”.

Académie de Platon. Athènes, janvier 2016

Athènes en hiver. Janvier 2016

Petit coin café sur la terrasse. Athènes, janvier 2016

Les jeunes du café coopératif ont juré défendre leur quartier, non pas d’interdire les ventes immobilières, ce qui est d’ailleurs irréalisable, mais seulement, veiller à son caractère humainement (si possible) solidaire et culturel. Tout le monde est pourtant tombé d’accord pour dire qu’un certain nombre de grands projets en cours concernent bien l’Académie... et son Platon, musée, centre de congrès, unification des axes de promenade archéologique, de l’Académie de Platon à l’Acropole, et ainsi de suite...

Mais attention, nous nous sommes battus pour faire échouer un grand projet qui consistait à construire ici un grand centre commercial qu'un promoteur de taille, issu du pire népotisme politico-économique grec avait voulu faire valider. Et nous croyons avoir réussi...”, ont-ils argué les jeunes du quartier. “Vous croyez...”, rétorqua Alexandre... avant de nous saluer bien chaleureusement.

La crise grecque devenue réalité nouvelle à jamais, impose sans cesse d’énormes pertes comme aussi parfois on y découvre grandes ou petites trouvailles, d’abord au fond de nous mêmes. Un peu comme certains de nos animaux, adespotes ou pas. Pertes et alors trouvailles, pour ce qui serait également du sens à attribuer aux choses, aux affaires courantes, comme à nos vies, à poursuivre... ou ne plus vouloir les maintenir en état... présent.

Perdu. Athènes, janvier 2016.

Trouvé. Athènes, janvier 2016

Costas, le voisin dentiste à la clientèle décimée, est parmi les plus désespérés que jamais. “Les gens sont de plus en plus mauvais de plus en plus malsains, de plus en plus insupportables. Les gens, c'est-à-dire ceux de notre quotidien, je ne parle pas des politiciens, depuis la trahison SYRIZA la politique ne m’intéresse pas et je ne suis plus du tout les informations, je ne sais plus que faire pour trouver un sens à ma vie...

Costas, cette fois mon cousin enseignant, ne dit pas tellement autre chose, et il m’apprend par la même occasion que notre cousin Yannis avec qui, avions-nous jadis partagé toutes les plages de notre enfance en Attique, est sur le point d’émigrer aux États-Unis. “Pour survivre en Grèce sans verser dans le crime organisé ou dans la politique, il faut alors travailler en non déclaré, être payé en liquide et ne rien posséder en son nom...” Nouvelle vision du monde... à défaut de celle du monde nouveau.

Je remarque cependant que ce constat... d’accident social comme ontologique est autant partagé par mon amie B., femme politique active, ancienne de SYRIZA et (plus pour longtemps) proche de l’Unité populaire des Lafazanistes. “Il n'y a pas de ligne cohérente, il n'y a aucune vision palpable et réalisable de l'avenir, ceux d’en haut ne pensent qu’aux prochaines élections législatives dans l’espoir de voir l’Unité populaire franchir la barre des 3% et ainsi, retrouver leurs sièges au Parlement. Les autres, ne font qu’à leur manière, une somme conflictuelle de destins et d’égoïsmes alors meurtris, le tout, dans un cadre émietté où seules les stratégies individuelles comptent derrière le fragile emballage supposé collectif. Et tout cela se voit... je pense ainsi prendre toutes mes distances, voire, décamper”.

Empoisonner les animaux c'est un crime. Athènes, janvier 2016

Je remarque surtout que la société grecque est sur le point de connaître son plus grand tournant depuis en tout cas le début de la crise et des mémoranda. Il était temps et il sera ainsi temps durant un long moment je crois.

La disparition de la gauche politique (d’en bas) du paysage grec suite à l’imposture SYRIZA, nous a tous rendus certainement plus sages, voire, plus pensifs et peut-être parfois mieux pensants.

Vue alors sur l’Acropole. Nos animaux adespotes se bagarrent en ce moment car c’est de saison. Sur un mur près de l’Académie de Platon on peut lire: “Empoisonner les animaux c'est un crime”. Et empoisonner l’espoir ?

Bagarre entre animaux adespotes. Athènes, janvier 2016




* Photo de couverture: Vue sur l'Acropole. Athènes, janvier 2016

mardi 5 janvier 2016

L'année des Minotaures



Nouvelle année, comme une fresque du passé. Dans les tavernes du centre-ville d’Athènes les orchestres en “live” d’après le jargon du temps, bouzoukis, guitares et voix il faut dire assez correctes, remémorent cette bonne partie de la chanson grecque datant des lointaines décennies 1940-1970. On dirait que par la suite, le pays de notre musique a cessé d’exister. Ou... précisément, le pays tout court.

vendredi 1 janvier 2016

Vœu pieux ?



Meilleurs vœux pour cette nouvelle année. Et d’abord, un grand, très grand même merci, adressé à toutes les lectrices et à tous les lecteurs (et parfois contributeurs volontaires) de Greek Crisis, un soutien moral et concret, si essentiel pour sa survie durant l’année 2015 que nous n’oublierons certainement pas. Ainsi, et tout simplement peut-être, une bonne année 2016, je l’espère certes... mais sans trop y croire. Passons... donc pour l’instant.