vendredi 14 août 2015

Mémorandum Tsipras



Alexis Tsipras est devenu ce vendredi 14 août, le quatrième Premier ministre des mémoranda, faisant tristement suite à Papandréou, à Papadémos et à Samaras. Le mémorandum III vient d’être adopté par un “Parlement” et par un gouvernement “légiférant” en violation de la Constitution et contre la volonté populaire exprimée par le 62% du ‘NON’ ; élus pourtant, par une... majorité citoyenne anti-mémorandum. La Constitution a été piétinée comme d’usage et comme souvent en Europe européiste. SYRIZA n’est donc plus, plus comme avant en tout cas.

La presse du moment et la rupture entre Tsípras et Konstantopoúlou. Août 2015

La Grèce se perd à jamais ou alors, c'est fichu pour de nombreuses années. Nous n'avons plus personne parmi les politiques. Tous vendus. Ils ne nous restent que nos chants funèbres”, expression et impressions d’une commerçante d’Athènes du moment après l’adoption du mémorandum III... troisième cycle du genre.

C'était déjà en juin 2012, qu'un premier cycle dans expérience et l'expérimentation “mémorandiennes” s'était achevé. Depuis, l'installation de la Troïka à Athènes deviendra officiellement permanente. Elle disposera d'un immeuble entier, des locaux, et de nombreux relais directs au sein de l'administration, sauf entre janvier et juin 2015. À défaut, les hôtels de luxe et des endroits tenus discrets incarneront ces nouveaux lieux du pouvoir occupant et méta-démocrate, validés comme tels par les rencontres... de ce troisième type (de mémorandum), entre les ministres SYRIZA et les exécutants des institutions en cet été 2015.

Le “cheval” et ses Troïkans ont finalement pénétré les remparts de la cité et tout tend à démontrer que c'est pour la “longue durée”. Passant par le biais d'un État Grec et de son système politique, toujours plus satellisés, SYRIZA d’en haut compris, la Troïka (institutions), à force de concentrer sur elle-même l'essentiel des pouvoirs, serait parvenue à s'immiscer en chaque chose jusque dans les moindres aspects de la vie privée des “citoyens”, et déjà à l'essentiel: la survie de tous.

Quotidien athénien, août 2015

Quotidien athénien, août 2015

Changement d'échelle. Touristes, Athènes, août 2015

Le Mémorandum, entité d'abord immatérielle et invisible, s'est rapidement concrétisé et par quelle violence, au point de dégrader les hommes, les liens sociaux, les imaginaires et le rapport au temps. SYRIZA avait été porté au pouvoir justement parce qu’il a expressément incarné l’espoir enfin concrétisé de briser cette entité ainsi concrétisée.

Ce “programme”, alors très vaste dès sa conception, le demeura de toute évidence encore longtemps. Le Mémorandum et le “droit des créanciers” deviendraient alors de vérités ne varietur une fois de plus et une fois de trop, reposant sur une autorité présentée comme transcendante, la Troïka, régnant sur les débris d'un pouvoir social, politique et sociétal dont la légitimité se dissipe dans un processus prétendument inéluctable.

La dette, alors est ce vecteur et prétexte inhérent au totalitarisme nouveau. Vendredi 14 août au matin, Zoé Konstantopoúlou (Présidente de l’Assemblée... pour l’instant) avait très exactement interpelé Alexis Tsípras sur la question de la Commission d’audit de la dette grecque (mise en place par le Parlement grec et présidée par Éric Toussant), et sur ses travaux, lesquels n’ont pas été... considérés par les ministres Tsipriotes, il en est de même semble-t-il, de la Commission sur les réparation de guerre de l’Allemagne... comme par hasard.

Pis encore, a-t-elle poursuivi, toutes les actions entreprise très précisément par le gouvernement: les quatorze aéroports vendus au consortium allemand, la privatisation annoncée de la Régie d’Électricité, le... retournement complet dans le dossier de l’exploitation des mines d’or à Skouriés au Nord de la Grèce, ces procédures anticonstitutionnelles en vue de faire passer le mémorandum, tout cela relève plutôt “d'un choix stratégique que le gouvernement a certainement cautionné (le mémorandum), au-delà du chantage, c’est plutôt d’une ligne politique qu’il s’agit, une ligne politique bien perceptible si l'on tient compte par exemple des déclarations (printemps 2015) du ministre Stathákis, prétendant que seulement 5% de la dette grecque serait à remettre en question” (je cite de mémoire). Ainsi, Zoé Konstantopoúlou a... officiellement retiré sa confiance au gouvernement, ainsi qu’en la personne d'Alexis Tsipras. Rupture.

Ironie ? Athènes, août 2015

Traces de... commerce en ville. Athènes, août 2015

Crise oblige. Athènes, août 2015

D’ailleurs, jeudi soir (13 août), Zoé Konstantopoúlou dénonçait déjà les agissements des ministres SYRIZA, ces derniers venaient tout juste de déposer une myriade d'amendements... surprise dans l'après-midi, certains alinéas introduits imposent des changements à effet rétroactif au régime des retraites, ce qui est formellement interdit par la Constitution, car aucune disposition concernant le régime des retraites ne peut être déposée séparément d'un projet de loi, spécifiquement et exclusivement rédigé dans ce but, et cela d’ailleurs sans consultation de l’équivalent du Conseil Constitutionnel.

Aux heures du (si) petit matin, et suite à une pirouette procédurale suggérée par le népotiste Pasokien Venizélos et acceptée par le gouvernement, l’affaire des amendements a été jugée conforme à la Constitution. Panagiótis Lafazánis, chef de la Plateforme de Gauche (...SYRIZA) a pris aussitôt la parole vers 5h du matin, visiblement en colère car très déçu:

Je ne sais pas si je dois dire que je suis désolé ou alors que j’ai honte. Ainsi, à la manière des moines qui appelaient la viande... poisson, vous avez modifié un intitulé pour que votre amendement puisse paraître... constitutionnel. Est-ce bien une façon de faire M. Mardas (ministre du budget) ? Vous avez adopté ce trucage proposé par M. Venizelos et vous pensez que cela vous donne-t-il une solution? C’est une honte, c’est une aberration constitutionnelle. Vous êtes en train d’agir intentionnellement et vous violez de la Constitution. Vous faites de la Constitution un bout de papier chiffonné. Alors, la démocratie en Grèce est abolie, nous vivons sous la dictature de la zone euro et dans sa néocolonie. Sauf que nous allons briser cette dictature, l'alternative existe, ce n’est pas une voie unique”.

Athènes... vidée. Août 2015

Temps présent. Athènes, août 2015

Le vote a ainsi été donc marqué par la résistance de très nombreux députés de la Plateforme de Gauche et pas uniquement. Alexis Tsipras doit son approbation aux quelque 120 voix apportées par le bloc mémorandiste historique bien connu (Nouvelle Démocratie, PASOK, Potami) et par son allié, le parti de droite... faussement souverainiste ANEL.

Jusqu’à 43 députés SYRIZA sur 149 n’ont pas suivi les Tsipriotes dans ce suicide éthique et politique: 32 ont voté contre, et 11 se sont abstenus. Notons que les députés n’ont pas eu le temps de lire les textes (à part un résumé) - déclaration d’une députée SYRIZA dans l’après-midi du 14 août à la radio 105,5 (de SYRIZA), alors mascarade, trahison et désolation. Pour mon ami Georges qui vient de téléphoner depuis son île, Chios, “Tsipras restera dans l'histoire comme le plus grand escroc politique de la Grèce contemporaine, pire même que Papandréou”. Les slogans et les affiches du moment à Athènes, parfois bien vulgaires et toujours explicites... progressent dans le même sens: “Tsiprandréou traître” ou, “Tsipras, collabo tu peux crever”, puis, “Papandréou - Mitsotakis - Tsipras... merde”, enfin, “La Liberté ou l'euro”, ce que suggérerait une certaine prise de conscience quant au rôle pivot, réservé à l’euro par le totalitarisme européiste.

“Tsiprandréou traître - Tsipras, collabo tu peux crever”, Athènes, août 2015

“Papandréou - Mitsotakis - Tsipras... merde”, Athènes, août 2015

“La Liberté ou l'euro” et... “Seulement l'amour” (rajouté), Athènes, août 2015

Mon ami Yannis, membre de SYRIZA, en est affligé: “Ces anciens camarades, parfois devenus députés avaient été des compagnons durant tant d’actions et tant de manifestations. Nous avions connu ensemble la répression policière des... autres gouvernements du mémorandum, et je sens que bientôt, ils feront usage des mêmes policiers pour nous réprimer, c’est cauchemardesque. Je sais pourtant que nous de gauche, nous ne voterons plus SYRIZA, surtout après la scission (Lafazánis). Cependant au boulot, tous mes collègues de droite me disent ‘qu’entre la Nouvelle démocratie complètement déconsidérée’, ils préféreront Tsipras, ‘car ce type, aura du moins tenté quelque chose et surtout il, a ouvert nos yeux sur la perfidie de l’Europe’ et tout cela pour l’instant, en dépit de l’anthropophagie annoncée du mémorandum III”.

On comprend ainsi mieux l’accélération du calendrier politique imposé par la junte européiste, élections anticipées prochaines comprises. Comme par hasard, Prokópis Pavlópoulos (ex-ministre Nouvelle Démocratie) et hélas pauvre “marionnette présidentielle”... installée par SYRIZA/ANEL (contre l’avis de la Plateforme de Gauche) a pris contact ces derniers jours avec Junker, Hollande, Draghi, nouvelle minimisée par la presse grecque et ignorée par la presse internationale. On sait qu’officiellement, la procédure à suivre se trouve autant dans les mains (très hétéronomes) du Chef de l’État (officiel).

En tout cas, Alexis Tsípras sollicitera la confiance du “Parlement”, “une fois que la Grèce aura remboursé une échéance de 3,2 milliards d’euros à la Banque centrale européenne (BCE) le 20 août, a déclaré, vendredi, un responsable gouvernemental. Dans ce climat, la perspective d’élections anticipées à l’automne, alors qu’il est toujours très populaire, prend de plus en plus de corps”, note une certaine presse économique mainstream. Journée donc très sombre pour la Grèce et pour la Gauche (ou plutôt “Gauche”) ce vendredi 14 août. Mémorandum adopté, le gouvernement Tsipriote se doit à demander un vote de confiance, 118 élus de la majorité lui ont été acquis (moins que 120, taille critique pour qu'un gouvernement puisse rester en place), 32 députés SYRIZA ont voté non, 11 se sont abstenus et un élu était absent.

Panagiótis Lafazánis et la Plateforme de Gauche annonçant la création prochaine d'un nouveau pôle politique contre le mémorandum tandis que Zoé Konstantopoúlou (Présidente de l’Assemblée) qui ne la préside pas en ce moment, étant résolument opposée au mémorandum, elle a qualifié le ministre du budget Mardas, de presque “collabo”. Ruptures encore.

Athènes, août 2015

Je fais court (pour l’instant). Sans prétendre à aucun conspirationnisme et seulement, d’après les éléments dont nous disposons (déclarations et actes des acteurs politiques et Grèce et ailleurs), le... Plan B de la Troïka se nomme SYRIZA. Des hommes politiques Syrizistes de premier rang (Stathákis et Dragasákis par exemple) incarnent ce rôle depuis d’ailleurs longtemps. Le chantage bien réel (connu et inconnu) par contre, celui que les maîtres-fous de l’Eurogroupe ont exercé sur Tsipras aura façonné la suite. Depuis un certain temps, tout le monde remarque que le regard ainsi que le langage du corps d’Alexis ne sont plus les mêmes qu’avant. Mutation ?

Il ne faut pas cependant oublier l’aveuglant européisme d’Alexis Tsipras, réitéré ce dernier temps et à chaque occasion, ce même européisme inspirant... le néant politique aux tenants et aux ténors visibles de la triste “Gauche” en Europe. Seulement, Alexis Tsipras (malgré lui ?) ainsi... que l’imposture SYRIZA, auront pour les historiens cet énorme mérite, que d’avoir accéléré l’histoire et autant, les consciences. À la manière d’un catalyseur... forcement consommé.

Ces historiens du futur (bien proche), auront néanmoins à dire et à débattre... de cette escroquerie politique alors la plus courte dans l’histoire de la méta-démocratie européiste et mondialisante. On retiendra seulement que la tricherie social-démocrate aura quant à elle duré quelques décennies, et... qu’une certaine filouterie de jadis et d’Alcibiade, aura occupé les Athéniens durant pratiquement toute la Guerre du Péloponnèse.

Savon de Mytilène. Athènes, août 2015

Alcibiade pour la... petite histoire, avait souvent changé de camp et il réussit même à prendre un véritable ascendant sur le Perse Tissapherne, le convaincant d'adopter une politique d'entre-deux et de ne favoriser ni Sparte, ni Athènes, et ainsi d'user les Grecs contre eux-mêmes, d’après le récit de Thucydide. Temps certes anciens ne se prêtant pas forcement aux anachronismes, sauf que le mémorandum III a aussi comme but... d'user les Grecs contre eux-mêmes.

Le quotidien athénien ne change pas, et ne changera pas demain matin. Le temps parade et les souvenirs parfois ils insistent. Notre lieu de mémoire 1941-1944, une prison sous un grand immeuble athénien, utilisé par l’Armée allemande de jadis, restera fermé jusqu’au 24 août, vacances obligent.

Notre lieu de mémoire 1941-1944. Athènes, août 2015

Notre lieu de mémoire 1941-1944. Athènes, août 2015

Deux chars de l’Armée britannique. Athènes, décembre 1944

Le même immeuble, cafés et restaurants. Août 2015

Ironie... si bien fréquente de l’histoire, ce même immeuble, abrita durant un bref moment, le siège de l’EAM, Front National de Libération du pays (grande organisation de la Resistance et de Gauche), ainsi, en décembre 1944, lors de la bataille d’Athènes (épisode de la Guerre civile), deux chars de l’Armée britannique pénétrèrent... gentiment notre histoire contemporaine du moment. Sous la Troïka... actuelle les besoins évoluent, l’immeuble en question abrite entre autres, des cafés et des restaurants, vie athénienne alors prétendument paisible et mémorandum III sans chars devenus (pour l’instant ?) désuets.

Futur sans doute prometteur, tout changera immanquablement car la mutation historique est déjà constituante de notre piètre 21ème siècle. Tout changera, hormis nos êtres adespotes et à part peut-être, ce vieux savon de l’île de Mytilène que l’on trouve encore sur le marché d’Athènes.

Être adespote, Grèce, août 2015




* Photo de couverture: Crise grecque, Athènes, août 2015

21 commentaires

Nathalie Ros a dit…

Alexis Tsipras semble s'être écroulé. L'homme souriant, porté par un idéal et soutenu par son peuple est devenu un traitre et il le sait... Il n'avait sans doute pas les épaules pour tenir tête à Schauble. Il se ratatine, il s'aigrit. Au moins, de ce que l'on en sait, n'est-il pas corrompu (pas encore ?) et c'est déjà énorme, étant donné l'état des politiques, en Grèce mais aussi partout ailleurs.
Face à cette débandade, que devient Tsakalotos ? Lui aussi s'est écroulé semble-t-il ? Comment peut-il cautionner ce mémorandum III ?
Que reste-t-il comme espoir ? Le mouvement qui se met en place autour du "non" a-t-il un avenir ?
Que pensez vous de Varoufakis qui, lui, a manifestement les épaules solides et l'oreille des media internationaux (et l'art de se faire entendre !) ?

En tout cas merci pour ce blog, il est riche d'informations et d'humanité. En France, son importance est maintenant évidente.
Et merci aussi aux grecs d'avoir donné un grand coup de pied dans cette fourmilière qu'est maintenant la zone euro. Un vent de panique à quand même soufflé un moment chez ces hommes et femmes tellement sûrs de leur pouvoir, grâce à vous. Cela a ouvert les yeux, il me semble, à beaucoup de gens.
Courage pour la suite des événements...

Pensée Libre a dit…

Bien que vivant en France et Française, je me réveille en sursaut la nuit par les cauchemars que je fais. Ces cauchemars sont toujours au sujet de la Grèce. Habituellement je ne suis pas du tout sujette aux cauchemars. Cela a commencé en juillet et en août ça continue.
J'ai peur. Pour tous. Grecs, Français, Européens. J'ai peur du fascisme. J'ai peur d'une guerre. J'ai envie de crier : le peuple Grec va crever, se suicider, un chômage encore en augmentation.
Au début je ne pensais pas que Tsipras était un traitre. Maintenant si. Pire que ça encore : il met à mort la Grèce.

Pensée Libre a dit…

je me suis très mal exprimée, débordée par mes émotions.
La Grèce est devenue la colonie de l'Allemagne. Soumise à l'Allemagne. Au profit exclusif de l'Allemagne et des banques françaises.
Privatisation de tout le pays. Il n'aura plus aucune ressources propres.
Tout les revenus apportés par ses ports, terres, plages, seront au profit de l'Allemagne.
L'Allemagne est redevenue une force fasciste… appuyée la France.

Giuditta a dit…

Bonjour! Info: 1989-2002, L'euro : c'est une mauvaise idée, il ne va pas durer.
170 publications et expositions par des économistes américains
http://ec.europa.eu/economy_finance/publications/publication_summary16343_en.htm

erne.1947 a dit…

Je vois dans la Grece le sombre futur de l'Italie....

Michel Dilo a dit…

Bonjour,
"Depuis un certain temps, tout le monde remarque que le regard ainsi que le langage du corps d’Alexis ne sont plus les mêmes qu’avant. Mutation ?"

Je pense que c'est la première fois qu'il trahit, du coup il est un peu emprunté. Il s'y fera. Il suffit d'observer les "socialistes" français et autres socios démocrates européens !

Nathalie Ros a dit… "En tout cas merci pour ce blog, il est riche d'informations et d'humanité. En France, son importance est maintenant évidente. "

C'est pour cela que je vais verser mon (modeste) soutien financier d'août. Les sommes sont-elles reçues Panagiotis ?

Quintino MACHADO a dit…

Merci aux Grecs (et avant eux aux Chypriotes) de nous ouvrir les yeux sur ce qui nous attend à tous les européens du Sud.(PIGS)

Nicolas Gaudin a dit…

Bonjour,

Ça fait un moment que ça trotte dans ma tête, et j’ose pas trop le dire de peur d’en rajouter.

Il me semble qu’il existe une importante diaspora grecque ? On sait que des biens de l’État ont été saisis concernant l’Argentine. Je les crois parfaitement capables de saisir des biens privés de ressortissants grecs à l’étranger, au nom de la dette de leur État.

Ne serait-ce pas une menace plausible qu’aurait reçu Tsipras ? Il eût fallu exiger que les négociations soient entièrement publiques. Il est crucial de savoir ce qui s’est exactement passé cette nuit durant laquelle Tsipras a baissé les bras, en début d’été. Sinon les Grecs, et par ricochet nous aussi, nous nous exposons à reproduire indéfiniment les mêmes erreurs.

Phil deFer a dit…

Il y a plus d'un siècle, un voyant sud-africain, Nicolaas Van Rensburg, a prédit, entre autres, l'assassinant d'un dirigeant communiste dans les Balkans... peu avant que n'éclate la 3e guerre mondiale...
...communiste... Balkans... ^^

Panagiotis Grigoriou a dit…

Merci pour tous ces commentaires et merci pour les donations bien reçues (question de Michel Dilo) .La mutation SYRIZA est réelle et elle est visible. Puis, cette nuit terrible de juillet à Bruxelles durant laquelle la parenthèse anti-mémorandum SYRIZA a pris fin, fera l’objet des histoires prochaines...

Victor MD a dit…

Avec tout les éléments dont nous disposons depuis 30 ans, ne devrions-nous pas enfin tirer une vision plus globale à la logique de l'UE ?
Il faut dégager de ces années de politiques libérales la logique globale du marché et du capitalisme financier : les gros finissent par manger tout les petits et une poignée d'ultra-riches, finalement peut-être les 1% des 1%, finissent par prendre les commandes !
Une commission européenne surpuissante (élue par personne), des traités qui "bloquent" toutes alternatives, etc, etc, etc... montrent bien le caractère totalitaire et indépassable de l'UE telle quelle est. L'UE a dissout les nations et réduit les États à de simples appareils de gestion au service de la Banque, pour mieux les dominer.
Je pense qu'il faut ouvrir les yeux et enfin s'attaquer au fond du problème.
Je demande à l'honnête homme de se pencher sur l'idée de moins en moins farfelue que cette Europe ne serait qu'une dernière étape vers une "gouvernance globale" et … le "Nouvel Ordre Mondial".
Car ce n'est en fait que faire de l'histoire, regarder les faits et tirer une logique globale des lois du système et de ses effets pour anticiper : vers quoi allons-nous ? et enfin identifier les véritables enjeux et rapports de force aujourd'hui.
Et finalement se poser les bonnes questions : demain, la gouvernance globale ou la révolte des Nations ?

Denis Monod-Broca a dit…

13 juillet 2015, l'Europe est morte ce soir.

Lire Michel Pinton : http://cerclearistote.com/leurope-de-jean-monnet-est-morte-par-michel-pinton/

journalde lor a dit…

Propos d'Olivier Delamarche sur BFM le lundi 17 août 2015

extrait:
” Là aujourd’hui, l’économie grecque est complètement à l’arrêt !
C’est gravissime ce qu’il se passe !……
Tsipras devrait être jugé pour haute trahison….pour haute trahison !
C’est incroyable ce qu’il a fait ! “

https://www.youtube.com/watch?v=g7XI66hhHeM

François Miville a dit…

J'ai le regret de devoir vous affirmer que Tsipras (comme la plupart des politiciens de gauche au-dessus d'un certain niveau) n'est pas devenu un traître mais fut toujours un traître, ou plutôt, une taupe, un cheval de Troie. C'est en étudiant son caractère par l'astrologie, outil imparfait, contestable, malodorant en milieu académique, mais dans ce cas bien plus sûr que par exemple la psychanalyse ou le marxisme, que j'ai pu m'en rendre compte dès que sa réputation est parvenue jusqu'à mes oreilles : malheureusement, son thème à l'Ascendant Gémeaux confrme les thèses conspirationnistes d'extrême-droite les plus fascistes à son égard. Sa carte du ciel natal montre clairement, avec la force de la maison II, en premier lieu que sa seule obsession dans la vie est l'argent, comme c'est le cas chez beaucoup de marxistes, et qu'il entend se procurer cet argent en spéculant sur la misère des gens qui l'entourent ou dont il a soin, ainsi que le montre la Lune maîtresse de cette maison au plus profond degré de chute en VI. Son thème Lion au Soleil maître de IV en III montre son souverain dédain pour son pays dont il entend faire un marchepied pour sa personne. Ketu étant très conjoint à l'Ascendant, on a affaire à un individu très clairvoyant spirituellement qui se devait pour évoluer de se donner à une autre personne en particulier à mettre en lumière, qu'il ait préféré briller lui-même montre qu'il a choisi la voie du mal en pleine connaissance de cause et qu'il a fait son chemin grâce à son propre savoir occulte. Que Neptune soit conjoint au Descendant et à Rahu, symbole de matérialisme, témoigne d'un individu qui ment à chacun de ses mots, qui considère que la vérité est une chose trop précieuse pour la laisser tomber entre oreilles idéalistes.

Pour les Grecs, il est urgent de vomir non seulement ce plus grand fourbe que ce pays ait connu depuis l'antiquité (ce qui n'est pas peu dire), mais toute la gauche d'inspiration tant soit peu marxiste ou même romantique européenne. Les seuls qui en Grèce même ont vu venir le personnage d'avance et prévu chacun de ses gestes depuis sa prise du pouvoir en janvier sont les gens du mouvement Chrysee Avghee (Aube Dorée), si grande que soit par ailleurs mon antipathie pour le contenu culturel de cet organisme. Tsipras est bien davantage qu'un menteur, le genre de marxisme qu'il professe, bien davantage qu'un masque, est la touche finale qui manque au discours des banquiers pour rendre leur pouvoir irrémédiablement totalitaire, imaginez la Goldman Sachs dépouillant les classes moyennes en usant du discours de la lutte au parasitisme petit-bourgeois et de la solidarité prolétarienne, et vous avez Tsipras.

Il n'y a effectivement plus, en fait il n'y a jamais eu aucun espoir à gauche en Grèce (les films de Costa Gravas eux-mêmes sont à réviser, il s'agit là non du vrai peuple grec qui se défend contre les Colonels mais d'une engeance de prévaricateurs culturels occupés depuis des siècles à endetter le pays moyennant fort train de vie et qui une fois justement punie sur place alla chanter ses chansons au public lointain et mal informé de Paris), le seul vrai courage que ce peuple puisse concevoir désormais est de se ranger du côté de cette extrême-droite anti-bien-pensante qui seule fait peur à l'UE. Il faut comprendre que le vote Non des Grecs organisé par Tsipras avait pour but non pas de donner davantage de force de négociation au pays mais bien au contraire, en posant une question sans aucune contrepartie au refus de l'austérité, de faire paraître le peuple vulnérable, irresponsable, mû par la seule loi du moindre effort et du plus grand plaisir au jour le jour.

Panagiotis Grigoriou a dit…

Pour la gauche en Grèce il y a urgence, et il y a urgence plus que jamais. En tout cas, "l'extrême-droite anti-bien pensante" n'est certainement pas l'Aube dorée, et pour l'instant, peu de gens peuvent prédirent quelles seront les suites politiques après le vide que l'affaire SYRIZA laisse derrière le mémorandum III. Les réactions à gauche sont fort nombreuses, je publierai les extraits traduits de la lettre de départ du responsable SYRIZA de l'île de Rhodes, il n’entend pas cependant baisser les bras.

Panagiotis Grigoriou a dit…

En plus ce n'est pas vrai que seule l'Aube dorée aurait prévu les suites.. le PC grec le KKE avait une analyse similaire et d’ailleurs marxiste !

katzi a dit…

Merci comme toujours Panagiotis pour ton témoignage et regard éclairé.
Bien que réagissant tard, je suis totalement en phase avec le commentaire de Victor MD.
En effet, même dans le fascisme ambiant hexagonal (surtout post-Charlie), où il semble tabou d'employer certains termes soi-disant conspirationnistes, sur un blog public, qu'attendons-nous pour vouloir comprendre ? La dictature des "maitres-fous" européistes comme tu dis, n'est qu'un cheval de Troie (pardon) d'un autre ordre, via notamment le TAFTA, tant que nous ne réagissons pas.
C'est pourquoi personnellement j'ai aimé l'initiative il y a quelques jours ( malgré les critiques routinières) de Varoufakis/ Wikileaks pour dénoncer la clandestinité ahurrissante de ce traité mortifère pour tous les européens.
Si le lien n'est pas encore établi pour certains entre l'inhumanité infligée à la Grèce et la planification de dictature mondiale, ce ne sont pas les auteurs- chercheurs- alerteurs qui ont pris tous les risques (et pas seulement les attaques verbales) depuis + de 20 ans pour nous réveiller : à commencer par Naomi Klein, et surtout David Icke dans des livres exceptionnels ( 6 traduits en français, dont le "Guide") dont on peut laisser le niveau ésotérique dans un premier temps, mais qui n'a hélas cessé de se vérifier au fil des ans dans la situation actuelle, lecture qui arme et fait gagner du temps, pour peu qu'on le veuille vraiment.
Quand à vouer Tsipras au pire,(journalde lor) rien d'étonnant de la part de BFM, ou d'autres payés pour accélérer le chaos. Personnellement, je ne peux croire qu'il y ait eu préméditation de la part d'Alexi bien que sa reddition du 13 juillet soit un traumatisme pour tous, dont on n'aura sans doute jamais les détails, de même que son refus de la proposition du plan B le soir du référendum, du moins d'après Varoufakis.
Il a eu le mérite pendant 5 mois de démontrer que le combat est possible, dans un effort acharné malgré la perfidie constante des "maffieux institutionels", ce qu'humainement aucun d'entre eux seul n'aurait soutenu. Etant donné cette situation herculéenne, et ce qu'il a subi aussi à titre privé, malgré la gravité des conséquences,c' est humainement assez lamentable de le cibler,
(de même que Varoufakis) au lieu des mémorandistes.
Et puisque "l'aveuglant européisme" de Tsipras est bien en cause, peux-tu nous répondre Panagiotis sur les possibilités réelles de sortie de l'euro envisagées ou non maintenant par Lafazanis, Zoe et bien sûr Varoufakis ? Et s'ils détruisent de fait l'unité de Syriza, il serait triste que ces 3 personnalités ne choisissent pas une solidarité, et non rivalité d'égos ou de compétences, au lieu d'un émiettement évidemment attendu en face.
Par ailleurs, à propos de l'énergie, secteur de prédilection de Lafazanis, peux-tu nous dire si tu as l'information concernant le gisement de pétrole et gaz de mer égée, découvert en 2011 je crois, sur lesquels se sont précipités les Clinton, ayant proposé 20% (!) de leur rendement au gouvernement grec ?
Merci si tu peux, Panagiotis de toute réponse et de tes témoignages en toute solidarité,




m alain a dit…

Merci pour votre blog. Aujourd'hui je voudrai aussi vous remercier pour vos photos qui "agrémentent" votre blog. Ces photos de chats grecs ... il y a toujours un chat dans l'angle de vision en grèce.
Photos de chats mais aussi les autres. Dans cet article il y en a 3 ou 4 que je trouve très belles.
Je ne pense pas que ce soit totalement hors sujet.

m alain a dit…

Qu'en est-il de Varoufakis dans tout ça? Vu de la grèce évidemment.
Je viens de lire ça:

" Il ne peut pas être possible que la France ne maîtrise pas encore son déficit budgétaire ! Il existe une limite pour cela : 3 %. Si elle est dépassée, il doit y avoir des sanctions. » Cette déclaration du chef du groupe conservateur CDU/CSU au Bundestag Volker Kauder dimanche 9 août au journal Welt am Sonntag semble donner raison à Yanis Varoufakis qui, voici une semaine, affirmait que « la destination finale de la troïka est Paris. » "
http://www.les-crises.fr/zone-euro-que-veut-lallemagne/

katzi a dit…

Je ne souhaitais pas revenir sur le blog, mais la parution aprés coup du commentaire de M Miville implique une réaction. En effet, ayant beaucoup pratiqué l'astrologie moi aussi, je n'en critique surtout pas l'approche souvent en effet supérieure à la psychanalyse, (marxisme et libéralisme relevant de théories historiques, et non de connaissance intérieure), sur le plan individuel et parfois collectif, bien que le cours historique spécial actuel ne relève pas uniquement (selon moi) de l'astrologie.
Cependant pour le thème astrologique de Tsipras, si les aspects cités sont exacts, celà ne garantit nullement l'impartialité de l'astrologue, qualité indispensable et malheureusement d'une absence flagrante dans cette péremptoire "analyse"de M Miville, truffée de clichés anti-marxistes ou autres, révélant surtout leur auteur.
Par exemple, si dans le thème de Tsipras, à côté de la dominante de leader solaire, l'intuition est prédominante, l'aspect Lune-Neptune en VI peut traduire une compréhension quasi-fusionnelle du travail d'équipe, d'empathie sociale sincère, (parfois vulnérabilité, pouvant temporairement fausser ses choix, ou atteindre ultérieurement sa santé). Certainement pas une prédisposition à des manoeuvres occultes cyniques, qui en fait de "spiritualité", constitue par contre le fond de commerce surtout des nostalgiques nazis, "extrême-droite non bien-pensante" ou non, et bien d'autres. Rien à commenter des allégations sur le supposé train de vie de Costa-Gavras, et autres louanges de l'Aube Dorée, etc...Le fascisme plus que jamais, FN notamment, n'est que l'épouvantail utile des manipulateurs, qui leur permet de paraitre neutres pour continuer à sévir sournoisement (de moins en moins), jeu de rôles pipé, ou le défouloir de haineux peu cérébrés faciles à enrôler le cas échéant, jamais une vraie menace pour le système, puisque le mépris des peuples leur semble leur commun "valorisateur".
A noter que ce genre de "commentaire" astrologique n'est pas apparu durant les 5 mois de combat de Tsipras (et Varoufakis), maintenant les chiens sont lachés, c'est plus facile.. Au moins avons-nous eu quelques mois d'espoir et de révélateur des eurocrates, plus révélateurs que des décennies comme dit Panagiotis, du moins pour ceux qui veulent réagir, ce que ni Lafazanis, ni même Alavanos sans doute, n'auraient pu incarner.
Il n'empêche que celà n' avance guère les humains survivants, tant que la "gauche" (européenne) ne veut pas sortir du système, au moins euroatlantiste au plus vite. J'espère de tout coeur que les êtres de valeur (tels que Lafazanis, Zoe et Varoufakis) mettront leur lucidité et leur courage en commun pour créer un précédent, même si c'est tard. Et si je trouve pour la nuit fatidique du 13/7 de la "reddition" de Tsipras le moindre indice astrologique sérieux, je me risquerai peut-être à l'éditer.
Quand à la remarque de m alain, bien sûr Varoufakis (et d'autres auteurs) ont raison concernant la France, où quelques "souverainistes"tentent vaguement de se réunir, et quelques média de résister. Avec le trio gouvernemental télécommandé parfaitement aux ordres, qui sévit dans l'anesthésie générale, pourquoi les tenants de la "dette tueuse" se gêneraient-ils ? Il suffit de lire du vrai, de voir et revoir sur internet "Debtocracy" et "Confession d'un assassin financier", les vidéos classiques de base, tant qu'elles y sont.
A bientôt Panagiotis, à chaque jour son geste solidaire.

François Miville a dit…

Merci de votre réponse. Il est évident que dans un seul paragraphe je ne puis que caricaturer une interprétation astrologique à traits extrêmement grossiers. Il est évident que je n'y ai pas eu la place non plus d'expliciter l'école d'interprétation dont je me réclame. En résumé, je ne crois pas à l'existence d'un destin tout tracé contre lequel les dieux eux-mêmes ne sussent se rebeller jamais. Je ne crois justement pas au concept grec d'anankê. Je crois en l'existence d'un caractère hérité dont il est possible d'accepter ou de refuser les débordements dans la mesure du travail qu'on consent à faire pour chercher la lumière et appliquer la lumière dans la conduite de sa vie. Une forte deuxième maison, par exemple, signifie souvent une grande importance donnée à la vie économique personnelle, aux gains, aux avoirs. Mais rien n'oblige de par décret divin quiconque a une telle deuxième maison à ne s'intéresser qu'à l'argent. La deuxième maison peut signifier encore plus à bon droit la vie économique dans le sens aristotélicien du terme, la conduite d'une maison, d'une ferme. Les gains peuvent être végétaux, sous forme de fruits. L'imagination créatrice telle que déployée par les poètes est également un des fruits. La culture de l'esprit est une agriculture dans l'invisible. Les avoirs signifiés par la maison deux comprennent également le vocabulaire et les langues.

Tsipras n'était pas obligé par le destin de devenir la crapule et l'ennemi du peuple qu'il est devenu. Ce que le thème dit, c'est ce que s'il avait réellement cherché la lumière, lumière qui aurait pu le motiver, en arrosant sa deuxième maison, à devenir un écrivain d'une très grande puissance d'imagination, un grand poète sans doute, il aurait cherché cette lumière en priorité dans la formation (difficile et problématique, comme toutes les significations de Rahu) d'un couple romantique (qui aurait été le point de départ de son oeuvre) et non dans la réussite politique personnelle. De toute façon il avait les moyens de l'indépendance de fortune pour mener une telle vie créative. On voit par l'astrologie grosso modo dans quelle direction un individu en visant la quantité risque de gâcher sa vie et celle de bien du monde le cas échéant, dans quelle autre direction contraire en visant la qualité il peut s'épanouir lui-même et aider bien du monde à le faire. Tsipras aurait pu être un Balzac de la Grèce endettée, il a préféré en être le Rastignac.

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...