mercredi 10 juin 2015

La France va-t-elle abolir l'esclavage pour les Grecs?



François Hollande a inauguré en mai 2015 le musée de l'esclavage en Guadeloupe. L'esclavage est reconnu depuis 2001, en tant que crime contre l'humanité. Aujourd'hui des hommes sont traités en esclaves, exploités par des maffias, par des sous-traitants de sous-traitants, par des actionnaires obnubilés par le rendement de leurs placements, par les consommateurs qui veulent ignorer le pourquoi du prix si bas de leurs achats. (Texte de Denis Dupré et de Panagiótis Grigoríou publié par “Le Huffington Post”, le 10 juin).

Athènes, juin 2015

Un esclave n'est qu'un outil de production et il ne pourra jamais disposer du fruit de son travail. Les esclaves ne le deviennent peut-être plus à cause de leur peau ou leur nationalité mais ils y sont réduits pour assurer leur survie et celle de leurs proches, pour payer leurs dettes...

Ce sont aussi des états entiers qui peuvent être asservis pour satisfaire leurs créanciers. Certains pays du tiers-monde, après avoir été endettés avec la complicité de dirigeants corrompus, ont été pillés et l'Europe a bénéficié d'une part du butin. Ironie de l'histoire, c'est maintenant le tour de certains états européens.

Lire la suite sur “Le Huffington Post”

Athènes, juin 2015




* Photo de couverture: Athènes, juin 2015

Aucun commentaire

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...