samedi 26 octobre 2013

Esprits ordinaires



Nos univers se décomposent chaque jour davantage. Les liens sociaux ne tiennent parfois plus qu’à un fil dans un pays tant transformé, où tout semble alors bancal et trébuchant. Stamatis rencontré par hasard au centre-ville et que je n’avais pas vu depuis plusieurs mois, a désormais les yeux qui brillent trop... au soleil de l’effondrement. Il venait alors de menacer un employer de “sa” banque.

mercredi 23 octobre 2013

La Grèce Fantôme



Pour l’auteur, la parution de son œuvre serait déjà un aboutissement. C’est autant un moment de bilan alors nécessaire, voire un temps de la juste pause. Je dirais donc que la parution de mon essai cette semaine en France, relève d’un cas... presque conforme.

mardi 22 octobre 2013

La dignité en marche



J’ai rencontré ces marcheurs mardi 22 octobre au matin et au premier étage du bâtiment de la radiotélévision publique ERT. Autogérée comme tout le monde sait et avec succès depuis juin dernier. Manolis Stathopoulos de Thessalonique et les siens, sont ces gardiens des écoles... ainsi “supprimés” d’une seule rature du mémorandum, il y a quelques semaines. Manolis et ses camarades étaient partis à pied de Thessalonique pour rejoindre Athènes. Arrivés lundi 21 octobre au soir, après 24 jours de marche, ils ont été accueillis en héros par le personnel... combattant de l’ERT, où ils ont pu passé la nuit.

lundi 21 octobre 2013

La musique de la lune



La petite musique de la Troïka ne passe plus. Vendredi dernier 18 octobre, les élèves ainsi que les enseignants des lycées musicaux comme on les appelle ici, manifestaient devant le ministère de l’Intérieur. De nombreux postes d’enseignants restent vacants et les ministères impliqués se refusent à tout déblocage des crédits nécessaires. D’autant plus que la prise en charge du coût des cantines scolaires ainsi que du transport pour ces élèves, fréquemment virtuoses et surtout généralement venus d’assez loin, fut portée vers les communes et ensuite vers les régions, lesquelles s’y déclarent d’emblée incompétentes car elles n’ont pas les ressources nécessaires.

vendredi 18 octobre 2013

La hauteur des symboles



Un homme âgé de 26 ans s’est jeté jeudi 17 octobre au matin du pont de Rion-Antirion, il relie le Péloponnèse à la Grèce continentale ? C’est le pont avec la deuxième plus grande longueur de tablier haubané au monde après celui du viaduc de Millau. C’est ainsi on dirait que nos suicides prennent ainsi... une certaine hauteur dans les symboles. Un autre homme “mais un immigré”, précise alors une certaine presse, menaçait de se suicider toujours jeudi, cette fois, depuis les hauteurs du RER athénien. Il a été sauvé et aussitôt mis en état d’arrestation... pour “entrave à la circulation”. Un troisième homme, qui menaçait de ce même acte ultime depuis le toit de l’hôpital KAT mercredi dans la matinée, a été également sauvé. Décidément tous ces symboles... seraient de saison.

lundi 14 octobre 2013

Les exilés du propos



Nos manifestants du vendredi 11 octobre avaient le pas lourd et le visage crispé de tristesse. Leur cortège amaigri et immobilisé durant un long moment devant le “Parlement”, fut ainsi “bien encadré” par les policiers du jour. Fin de parcours. Ces femmes et ces hommes ce sont des hospitaliers qui bientôt se retrouveront au chômage, c'est-à-dire “en disponibilité” d’après le langage administré par le gouvernement. Or désormais, manifester en Grèce de 2013 relève moins de la protestation revendicative des temps anciens que d’une presque... anthologie poétique sur la mort sociale.

vendredi 11 octobre 2013

Des extrémismes



À Athènes cette semaine il a plu. Devant le bâtiment de l’Académie la statue d’Adamantios Koraïs, mort à Paris en 1833, notre érudit et digne représentant de l'esprit des Lumières, certes en d’autres temps était en deuil. L’ultimatum du ministre éphémère prendra fin bientôt. Les recteurs des Universités devront fournir leurs “listes d'évaluation” de leur personnel administratif rapidement, car “de toute manière listes ou pas, les mises en disponibilité auront lieu quoi qu'il arrive”, précise-t-on du côté du para-pouvoir qui nous gouverne.

lundi 7 octobre 2013

Traversées



Il y a des moments où notre temps restant finit par s’emmurer pour de bon. C’est seulement dans ce sens, que certains se décident cependant d’y échapper... comme ils le peuvent, c'est-à-dire, en le brisant. Ultimes recours. Je me trouvais sur l’île de Chios pour un bref séjour parmi mes amis, lorsque la nouvelle venue avec la houle d’en face et de l’île de Lesbos, mit son terrible grain de sel dans nos débats déjà bien animés. Pavlos Fyssas venait d’ailleurs tout juste d’être assassiné par l’Aubedorien Yorgos Roupakias. Depuis Kardamyla sur l’extrémité nord de Chios, et au beau milieu de nos causeries, nous jetâmes alors un regard bien muet vers les montagnes de Lesbos.

samedi 5 octobre 2013

Cartons d'automne



Les jours passent, nos expressions se gavent immodérément du temps présent, et à l’aube, il fait déjà bien frais pour la saison. À peine plus que dix degrés Celsius à Athènes ce samedi 5 octobre au réveil, tout le monde commente l’événement alors davantage que la politique dite courante. Forcément, les athéniens se préoccupent d’emblée et d’un peu trop tôt de leur chauffage. Le calvaire c’est alors pour bientôt car tout le monde redoute le froid dans l’appauvrissement... et autant son contraire, c’est ainsi que les marchands de bois livrent de la sorte leurs premiers clients. Après tout et à l'automne, ce n'est pas le froid qui chasse les hirondelles, comme dirait, certes en d’autres circonstances l’auteur de “L'amour sans le faire”.

mercredi 2 octobre 2013

Le lièvre et le logos



Les bonnes nouvelles s’avèrent parfois fort mauvaises. Le contraire est tout autant vrai, et surtout en Grèce par les temps qui courent. Ce matin 2 octobre, parmi les quatre des six députés de l’Aube dorée qui comparaissent devant les juges d'instruction, les trois (premiers ?) ont été libérés sous contrôle judiciaire, dont, Ilias Kassidiaris, porte-parole du parti il y a encore peu. La mise en libération des élus néonazis, bien qu’inculpés “d'appartenance à une organisation criminelle”, aurait pu être interprétée comme étant une bien mauvaise nouvelle, sauf que malheureusement nous devrions nous en réjouir. Et ceci pour une raison si évidente et qui pourtant échappe (ou “échappe”) complètement aux éditorialistes du journal “Le Monde”.