mercredi 23 janvier 2013

Le dernier métro



Le dernier métro à Athènes c’était il y a tout juste une semaine. Depuis, la grève des agents, “paralyse la capitale”, comme on dit encore par habitude dans la langue vernaculaire de l’avant guerre. Car cela fera bientôt trois ans que la paralysie lente du mémorandum progresse à Athènes quartier après quartier, mais cela fait également bientôt trois ans que les grèves n’ont rien empêché.

8 commentaires

jean-michel Guiet a dit…

Bonjour Panagiotis , pouvez nous en dire plus sur les soupçons qui pèsent sur Elsat (maximisation du déficit budgétaire) ?


Merci pour tout éclaircissement à ce sujet , à noter qu'il y aurait complot allemand (défini par le Financial Times...

Panagiotis Grigoriou a dit…

Commentaire Transféré de : El Sinsé

Juste en passant , " Chroniques d'un hiver européen - Episode 1 : Athènes, de la récession à la dépression " :

http://vimeo.com/53731814

Cré-@ctivement votre

El Sinsé

Panagiotis Grigoriou a dit…

Bonsoir, et merci pour votre commentaire. Oui, l'accusation porte sur la maximisation du déficit,pour ainsi "motiver" l'intervention du FMI et de la Troïka. Le reportage du Monde est sur ce point exact : "L'accusation s'appuie sur le témoignage d'une ancienne employée de l'institut, Zoe Georganta, professeure grecque de statistiques, licenciée en 2011 par l'ancien ministre des finances, Evangelos Vénizelos. Selon elle, l'objectif de cette manipulation était d'aboutir à un déficit record au sein de la zone euro, afin de choquer l'opinion publique et, ainsi, de justifier la cure d'austérité infligée par la troïka (UE-BCE-FMI), explique le quotidien britannique Financial Times. Certains médias, comme Reuters, évoquent un complot inspiré par l'Allemagne.

L'ex-employée affirme que M. Georgiou a "insisté pour faire entrer dans le déficit public de l'État les dettes des entreprises publiques de la péninsule hellénique", précise de son côté La Tribune.fr. Sans cette manipulation, à laquelle elle dit s'être opposée, "le déficit public pour l'année 2009 ne dépassait pas 12,5 %, au lieu des 15,4 % annoncés, et aurait pu être aisément ramené en dessous des 10% à l'aide de mesures immédiates", rapporte encore le site.

Mme Georganta va même jusqu'à assurer que l'ancien gouvernement socialiste de Georges Papandréou ainsi que le ministre des finances de l'époque, Georges Papaconstantinou, avaient approuvé le maquillage – sans toutefois les accuser d'y avoir participé."

http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/01/23/l-insee-grec-soupconne-d-avoir-gonfle-le-deficit-du-pays_1821302_3234.html

jean-michel Guiet a dit…

Bonsoir Panagiotis ,

Qu'en est-il de l'enquête , des faits nouveaux , des éléments de preuve , des articles de presse ?

Si tant est que les faits soient avérés que vont faire les citoyens grecs , ont-ils envisagé une défense à la hauteur du préjudice , voire un recours au TPI pour crime contre l'humanité ou quelque procédure du genre et contre qui ?

Merci de nous écrire un article à ce sujet en y joignant ce qu'il est possible de récolter comme information sur l'enquête en cours ...

Courage au peuple grec , cobaye de l'ultra-libéralisme prédateur de nos sociétés !

Anonyme a dit…

Pas loin de la Grèce, l'imbroglio chypriote, avec en guest stars, l'Allemagne, la Russie et sa mafia, la Turquie et la Troïka, du suspens en perspective :

http://blog.francetvinfo.fr/classe-eco/2013/01/22/a-chypre-le-retour-de-la-crise-de-la-zone-euro.html

Panagiotis Grigoriou a dit…

Bonsoir et merci pour votre commentaire. En effet, il y a une procédure en cours, initiée par certains citoyens, ainsi que par le journaliste Trangas, une plainte déposée devant la Cour Pénale Internationale de la Haye,pour crime contre le peuple grec. Sont visés, l'U.E., le Ministre Allemand des Finances et la Chancelière Angela Merkel. D’ailleurs,une activiste allemande s'est jointe à cette plainte (http://www.welt.de/politik/deutschland/article111707823/Deutsche-unterstuetzt-Anzeige-gegen-Merkel.html). Je ne pense pas que ces actions vont aboutir. Par contre, un recours plus "collectif", espérons-le un jour, entrepris également par un futur gouvernement grec aurait je pense plus de chances, ou sinon, c'est la géopolitique ou (mieux) la prise de conscience mondiale qui en décidera...

Panagiotis Grigoriou a dit…

Bonsoir et merci pour votre commentaire. Il y a jusqu'à un certain point la répétition du cas grec avec le Mémorandum de Chypre. Les enjeux géopolitiques ne sont pas pourtant aussi identiques, donc suspens (?)

jcd a dit…

Courage

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...