samedi 29 décembre 2012

L’année enfumée



En ces dernières nuits de 2012, l’année bi-mémorandaire part littéralement en fumée. La presse faisait même sa une hier vendredi (28/12) sur cette épaisse fumée qui rend l’air si irrespirable depuis un mois, on ne bascule pas impunément en effet, vers la civilisation du bois (de chauffage). Et nous regrettons souvent d’avoir ouvert si ce n'est que brièvement nos fenêtres, car la fumée s’infiltre aussitôt dans nos appartements.

5 commentaires

roma a dit…

"Réjouissez-vous, tout va mal ! » répète Cl. Rosset, cette saillie m'a souvent soutenue lors de crises ... bonne année M. Panagiotis Grigoriou !
(tiré de "film socialisme"); http://www.youtube.com/watch?v=z3U0udLH974

titika a dit…

Cher Panagiotis, tous nos voeux,du fond de nos coeurs,nous esperons que 2013 apportera un petit coin de ciel bleu dans l'horizon du ciel de nos amis grecs.Toute notre solidarité pour une europe humaine et unie.Bien cordialement,Panagiotis et merci.
Christina

Panagiotis Grigoriou a dit…

Je vous remercie pour vos vœux du meilleur humanisme solidaire en ces temps définitivement (?) "nouveaux". Je vous souhaite une année 2013 authentiquement éloignée si possible, de tous ces abîmes que nous connaissons ici sous l’Acropole.

emmanouil a dit…

Bonjour,
--500 000 véhicules en moins depuis Memoradum I-- I
Il est "drôle" de voir comment les mêmes qui poussent de hauts cris quand ils entendent le mot "décroissance" finissent par l'imposer par la magie de leur incapacité (ou malhonnêteté ...)

Aristene a dit…

Comme il m'est amer de constater ce qui arrive à ce magnifique pays, que j'ai aimé découvrir au gré des bateaux, des rencontres d'un soir, des marches d'approche d'une ancienne civilisation brillante et d'une autre contemporaine et accueillante.
Que de références durant mes études aux génies grecs antiques historiques, médicales, mathématiques, physiques, littéraires, théatrales, artistiques, enfin philosophiques, toutes ces racines qui structurent encore aujourd'hui notre pensée occidentale.
N'est-ce pas amer en effet que de constater ce que subit cette nouvelle Athènes des mains mêmes de cette Europe qu'elle a aidée à faire émerger?
Le traitement moyen-ageux qui est infligé au malade hellénique par une oligarchie décomplexée ressemble à une répétition générale d'une implacable mécanique, bientôt prête à fondre sur le reste de l'Europe, outil d'une idéologie de domination et de prédation.
Je plains vos concitoyens vivant de nouveau au jour le jour sans espoir de lendemains meilleurs, replongés au temps difficile de l'occupation, abandonnés par une classe politique au mieux incompétente, au pire complice et corrompue.
Mais mon sentiment semble bien peu de chose en comparaison des souffrances de votre peuple, présentes et surtout à venir malheureusement.
Puissions-nous comprendre pour terminer que la nouvelle Grèce, au coeur même du processus historique de transformation néo-libérale, n'est que le reflet de notre propre avenir, un laboratoire à ciel ouvert où opèrent des idéologues étriqués, où des puissances étrangères s'installent.
Cher Panagiotis, merci pour votre travail quotidien d'information et de structuration. 2013 sera peut-être l'année de la révélation, d'un autre chemin...je vous le souhaite de tout coeur!

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...