lundi 19 novembre 2012

Mourir pour la démocratie



Le renversement de notre vie quotidienne sous le régime mémorandaire nous était si inimaginable il y a encore deux ans, et pourtant parfois, il l’est encore, malgré tout. Nombreux sont ceux qui “n’y arrivent pas” comme on dit, ou peut-être bien s’accrochent comme ils peuvent aux rumeurs pour enfin soupirer: “Non ce n’est plus possible, il y aura une reprise... de l’activité. Nous ne pouvons pas descendre plus bas”.

36 commentaires

Anonyme a dit…

Il faut savoir que les loyers et prix des logements allemands sont bien plus bas que ceux français, bien d'autres choses y sont meilleur marché, c'est le pouvoir d'achat qu'il faut considérer plutôt que le salaire.

Par ailleurs, en France de nombreux salariés low cost y gagnent 5 euros de l'heure :

http://www.leparisien.fr/economie/plus-de-300-000-salaries-etrangers-low-cost-en-france-13-11-2012-2316939.php

Sinon, Jacques Delpla sur son blog décrit que les défauts seront réalisés selon la technique du Club de Paris qui fait jurisprudence :

"Cette stratégie implicite permet une restructuration « civilisée » des dettes souveraines de la périphérie : en effet, un défaut total de l’Espagne ou de l’Italie les forceraient à quitter l’euro, faisant ainsi s’effondrer la zone euro elle-même, mais une absence de défaut est économiquement impossible. La dette « senior » sera appelée à devenir ma dette Bleue et la dette « junior » ma dette Rouge."

http://blogs.lesechos.fr/echosnoclastes/quand-la-bce-organise-la-faillite-souveraine-a11951.html

http://blogs.lesechos.fr/echosnoclastes/l-allemagne-paiera-nous-aussi-a9048.html

alexandre clement a dit…

Rassurez vous, si je puis dire, la démocratie ne disparaît pas qu'en Grèce. Elle n'existe plus dans toute la zone euro. La BCE fait la politique monétaire, le MES la politique budgétaire et la Commission détricote le droit du travail. En France il n'y a pratiquement plus de parti de gauche pour s'opposer à la dictature de l'UE, qui est bien sûr la dictature des lobbies.
Avant les anarchistes disaient "la dictature c'est ferme là, et la démocratie cause toujours". Il est probable que d'ici quelque temps on n'aura plus le droit de critiquer l'UE et ses boutiques.
Remarquez que la situation évolue cependant : d'une part la plupart des gens commencent à comprendre que l'austérité à la hache ne résoudra aucune question et qu'au contraire elle en posera d'autres, d'autre part les canailles eurocrates et leurs sbires ne promettent même plus que la croissance va repartir, mais se tiennent seulement au slogan abstrait selon lequel un monde sans l'euro serait pire.
Bien sûr c'est plus douloureux pour la Grèce, mais ça commence à l'être tout autant pour le Portugal, puis cela viendra pour l'Espagne, etc.
La grande nouveauté c'est que ce climat pourri va entraîner l'Allemagne aussi dans la récession. En effet, si pour l'instant c'est ce pays qui à le plus profiter du système, cela semble fini, car les pays qui faisaient des déficits et engraissaient l'Allemagne, ne peuvent plus acheter : ils n'ont plus de crédit. L'entrée en récession de l'Allemagne devrait avoir lui au milieu de l'année 2013, et on ne pariera pas un clou rouillé sur les chances de réélection de l'horrible Merkel.

Anonyme a dit…

Ca n'a pas engraissé l'Allemagne qui a serré les salaires depuis 10 ans, avant la réunification le pouvoir d'achat y était nettement supérieur à celui de la France. D'autre part, avec le défaut probable c'est une partie des gains qui partiront en fumée, idem pour la France qui va aussi encaisser les défauts du sud et d'ailleurs. Lors de la réunification il aurait été préférable de garder 2 monnaies, le temps de la convergence. La RDA avec une économie anémique a été un poids important pour l'économie allemande.

des pas perdus a dit…

Quel billet !

Beaucoup en France n'ont pas conscience de ce que subit le peuple Grec. Une politique austéritaire qui fait tâche d'huile et qui immanquablement touchera tous les peuples européens.

Georges Lagarde a dit…

Vu par le journal français Liberation (en version Internet) ce que vous nous décrivez se traduit par:

"La zone euro prend la Grèce en main"

C’est le titre de l’article http://www.liberation.fr/monde/2012/11/12/la-zone-euro-prend-la-grece-en-main_859966 dont le contenu est la simple reprise d’un communiqué de l'agence France Presse du 12 novembre qui n'est pas aussi limpide que le titre qui lui a été ajouté.

Contrairement à vous (qui ressentez directement les effets des décisions de l'Allemagne de Mme Merkel) la presse française présente les choses comme étant conduites par "Bruxelles": à leurs yeux c'est un peu comme si c'était les dieux plutôt que des politiciens qui décidaient...

Si vous, les Grecs qui souffraient, vous vous révoltez contre votre gouvernement on nous dira que c'est vous qui êtes responsables des conséquences financières (l'euro, les banques, etc) qui en résulteront. Si vous ne vous révoltez pas on nous expliquera que "Bruxelles" se voit dans l'obligation de prendre les choses en main à cause du manque de sérieux bien connu de vos gouvernements. Dans les deux cas ça évitera que les mesures de compétitivité (c'est à dire d'austérité) que notre président Hollandréou est en train de nous infliger à titre préventif ne nous apparaissent comme conduisant à la catastrophe que vous subissez déjà.

Anonyme a dit…

Sinon concernant les inégalités, le GINI montre que la France est moins bien notée que l'Allemagne :

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/c5/GINIretouchedcolors.png

Sinon, il y a un système de prise en charge sociale qui détermine les besoins en logement, soins, formation pour les nécessiteux. Cette lise est transmise à un autre organisme qui s'occupe de trouver les divers prestataires pour répondre à ces besoins.

Concernant les SDF, le match France-Allemagne :

Rapporté à la population française, cela donne un taux de 52 SDF pour 100 000 habitants, bien loin devant l’Espagne (26), la Belgique et l’Allemagne (22) et l’Angleterre (19). La Pologne (16) et la Finlande font meilleure figure.

http://www.wikistrike.com/article-les-chiffres-des-sdf-en-europe-98257424.html

Ne pas avoir de logement est probablement la pire chose après le manque de nourriture. La présentation de l'Allemagne comme un modèle ultra libéral est très exagéré.

Anonyme a dit…

Espagne derniere manif
http://www.youtube.com/watch?v=inXKM2dc9hE&feature=player_embedded#!

Panagiotis Grigoriou a dit…

Je vous remercie pour tous vos commentaires qui nous éclairent davantage sur la situation et sur les représentations collectives changeantes dans nos pays. Vos analyses sont également très utiles, lorsque vous comparez par exemple le traitement des faits par les médias (en France par exemple). C'est même saisissant. Poursuivons !

Anonyme a dit…

http://www.lcp.fr/emissions/parlez-moi-d-ailleurs/vod/140740-mauvaise-grece/franz-olivier-giesbert-damien-abad-marietta-karamanli-ilios-yannakakis-panagiotis-grigoriou

Il y est dit qu'il est trop difficile de s'expatrier, je l'ai fait, c'est difficile mais tout à faisable. Un de mes cousins est parti aux US, pour les mêmes raisons, et s'y retrouve largement.

A vrai dire, pourtant avec 3 bacs plus 5, je ne voyais plus ce que j'avais à faire en France, ni ce que ça m'apportait, ni ce que ça apportait à l'économie française et mondiale. L'expatriation m'a apporté un doublement du pouvoir d'achat, de bonnes conditions de travail, ambiance, et de pouvoir mettre en œuvre mes idées. Le fait est que les allemands sont très agréables au travail.

Francs mais honnêtes et reconnaissants des apports concrets que l'on peut faire.

J'ai des cousins en Australie, qui ont des origines grecques et anglaises, leurs conditions de vie sont tout à fait convenables. Un melting pot réussi.

Anonyme a dit…

Le 27 novembre à 20h 30, à la maison des associations de Grenoble, rue Berthe de Boissieux, sera donnée une conférence de l'économiste Nikonoff en faveur d'une sortie de l'union européenne et de l'euro,conférence organisée par le M'PEP et le PRCF. Si vous êtes de la région venez nous voir!

Helene MARINI a dit…

Je regarde ces deux photos du blog: celle de l'accueil, et la première du billet. Je me souviens ne pas avoir aimé beaucoup cette photo qui me semblait sortir de l'album universel de tous les printemps révolutionnaires: fière et tendre résistance, assurance du sourire, flics noirs en toile de fond, écrasés par ce rayonnement de jeunesse fleurie. Puis je m'y suis habituée, je lui ai trouvé, avec l'habitude de fréquenter vos billets, l'obstinée douceur d'être des photos de chats que vous aimez poster. Aujourd'hui, suivie de celle, plate et si peu romantique, de manifestation qui inaugure votre saisissant billet, avec cette femme floue aux cheveux longs, je l'ai trouvée déchirante... Entre les deux, avec ce "mourir pour la démocratie" , c'est toute l'histoire de votre blog, cette plongée implacable dans un autre temps qui fouette le regard. Et le sourire d'accueil semble presque commémorer, déjà, un état d'esprit qui n'existe plus. Les billets de Sapir sur son blog sont effectivement très forts, un autre rendez-vous pour moi. Et le dernier, qui parle du développement du troc chez vous en le comparant à la Russie, ouvre des perspectives d'avenir... sortie de l'euro, reconstruction... on veut y croire, pour nous tous peuple d'humains.

alexandre clement a dit…

en somme vous collaborez à la grandeur de l'Allemagne ?

step a dit…

c'est juste un modèle mercantile, donc parasitaire, et donc non répétable sauf à condamner tout le monde à la pauvreté, le dumping social n'etant toujours qu'un avantage relatif. Le libéralisme n'a effectivement rien à voir dedans.

step a dit…

on en reparle après le fiscal cliff ? Ou l'amérique s'arrangera encore à nous faire payer leur richesse... 'notre monnaie votre problème', c'est beau de s'imaginer que sa richesse n'est du qu'à soit même.

step a dit…

Je vous ai vu sur l'émission de Frank olivier Giesbert. Je ne sais pas si vous saviez à quel point il vous serait hostile avant l'émmission. Pour info :www.les-crises.fr/fog-rendre-grece/
Comme quoi la traite des grecs ne l'effraie pas. D'un point de vue général, il est assez peu sensible à toute préoccupation sociale (cf son itinéraire professionnel de plus en plus droitisant) et toujours du côté du manche. Il aime le pouvoir et joue constamment sur la connivence avec ce dernier avant de mieux le trahir. Il fait cela à droite comme à gauche, le dernier étant sarkozy (la tragédie du président). Qu'il ne soit pas un ami de sarkozy depuis n'en fait pas un allié, même de circonstance. Je pense qu'à la lumière de ce commentaire, vous comprendrez pourquoi vous vous êtes trouvé face à 4 sado-masochistes adeptes de l'auto-flagellation salvatrice.

Panagiotis Grigoriou a dit…

Merci pour votre commentaire. Vous avez raison. La photo d'accueil est déjà une photo historique. J'ai réalisé cette prise de vue lors des manifestations de juin 2011 (mouvement des Indignés, le blog n'existait pas encore. Elle résume l'instantané historique du moment, un certain optimisme qui s'est avéré moins "évident" par la suite!

Panagiotis Grigoriou a dit…

Évidemment !

Anonyme a dit…

alexandre clement

"Collaborez", nous voici donc 70 ans en arrière...

Non, je cherche juste à gagner ma vie dans des conditions convenables, et en France j'ai considéré que pour moi ça devenait de moins en moins possible. J'aurai pu aller tout autant ailleurs, dans un autre pays ou continent.

step a dit…

Tout cela pour vous dire que je vous ai vu souffrir sur nos ondes et que ce petit talleyrand ne représente souvent que lui même. Les classes moyennes européennes se sont peut-être gargarisées un temps des explications simplistes sur les grecs paresseux, pataugeant avec delectation dans les dessous de tables. Avec le temps et les défections successives de plus en plus de pays européens selon le principe du maillon faible, le rire s'est fait étranglé. Et actuellement, ce genre d'explication amuse de moins en moins de monde. Cependant, des amuseurs publics continuent ce genre de spectacle afin d'éviter des réflexions plus profondes qui remettraient inévitablement en cause une partie de leur rôle et des pouvoirs auquel ils se sont adossés.

Ce qui m'a le plus interpellé c'est le discours des 2 invités grecs. (L'historien et la politique). Comment expliquez vous cette attitude soumissive, au point de trouver que les probables économies de médicament valent bien les 30% de grecs exclus des chemins de la santé.

Anonyme a dit…

Bonjour
Je viens de regarder enfin l'émission de FOG (je n'avais vu que la toute fin et n'avais pas eu le temps de la visionner sur internet. Maintenant c'est fait).
que dire d'autre qu'affligeant ! Et je ne parle même pas de Franz-Olivier Giesbert (de lui rien n'étonne plus jamais) mais les deux grecs (dont une députée française PS que voulez-vous attendre d'une PS ? Franchement ?).
En bref, cher Panagiotis (dont j'ai remarqué que FOG n'a pas été fichu une seule fois de prononcer correctement votre prénom), pour résumé ce que ces "têtes bien pensantes", la situation est loin d'être aussi grave que vous la décrivez, les jeune n'émigrent que peu à l'étranger, les soins sont couverts par les hôpitaux, bref tout va très bien Madame la Marquise !
J'en disais "affligeant" de bêtise mais non, c'est bien pire. C'est écœurant !
Et voyez-vous, en France, on a droit à cela chaque jour sur notre "télévision indépendante".

Anonyme a dit…

Pour les abonnés, une émission pour comprendre l'Allemagne, ses erreurs et ses atouts :

http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=4503

Anonyme a dit…

Le projet Européen est mort. Il n'a désormais plus aucun sens.

Vivre pour engraisser la bancocratie unlimited ? ah, ah, laissez moi rire, tout va exploser à différents endroits en même temps et le feu va embraser la plaine. Aux quatre coins de l' Europe, lorsque la coupe va être pleine, une ultime goutte suffira, le projet Européen implosera d'un seul coup. D'un seul. Qui se sent représenté par le parlement Européen. Personne.

La vieille génération née après la guerre a vécue. Leurs vieilles illusions sont mortes en 2008 avec la crise financière mondiale. Le déni manifeste de nos élites mémorandaires est comique. Les partis félons seront balayés comme fétu de paille et il n'en restera plus rien.

Symboliquement, le projet Européen est mort le jour où les pays fondateurs furent appelés pour la plupart : " PIGS " sans que ça ne fasse broncher personne - Ou si peu. Après ça, qui ne savait pas que la barbarie allait tout envahir, tout salir et tout détruire ?

Qui y 'a t-il après la Mémorandie ?

= Le pouvoir du peuple par le peuple pour le peuple.

La nuit du 4 Août Européen a sonné, un paradoxe de plus !

Attention préparons-nous ! Préparez-vous !

Anonyme a dit…

" Grèce : un crime se commet sous nos yeux "

14 novembre 2012 / Par Jacques Sapir

http://russeurope.hypotheses.org/490

Jean-Baptiste Billé a dit…

"Khaos" en Vendée ! Vendredi 7 décembre, 20h30, cinéma Le Roc à La Ferrière près de La Roche / Yon, projection du film "Khaos", en présence de la réalisatrice et d'un membre de l'équipe technique.
Occasion de voir (enfin !) le film et de soutenir nos amis grecs.
Merci infiniment Panagiotis (je suis effaré moi aussi, comme l'un des auteurs d'un commentaire, de l'incapacité des journalistes à prononcer votre nom... preuve de beaucoup de choses), merci pour ce blog devenu absolument indispensable, et bon courage à vous et à tous les Grecs.

Toutatis a dit…

Humour allemand (trouvé sur le site D'Olivier Berruyer)

http://www.dailymotion.com/video/xv622i_le-complot-de-goldman-sachs_fun?search_algo=2


Anonyme a dit…

Bonjour Panagiotis,
"Mourir pour la démocratie" bon titre.
Il y aurait aussi "mourir de la démocratie" ...de la soi disante démocratie représentative qui n'en a que le nom.
Je l'ai déjà écrit en commentaire sur un autre billet, le peuple Grec doit se soulever et faire sa révolution. N'ayons pas peur des mots, car c'est bien d'une insurection et d'une révolution dont la Grèce a besoin et au delà, l'ensemble du monde occidental qui vit selon un modèle sans avenir.
Redonner à l'Etat et à ses services ses lettre de noblesse, remettre la gratuité et l'humain au centre d'un projet politique de société, réencadrer les marchés, financiers notamment, relocaliser l’économie, développer une agriculture paysanne (locale, raisonnée, bio...) et redonner à l'expression "nourir le peuple" tout son sens, développer des énergies alternatives et sortir des énergies carbonées, partager le travail au maximum pour que tout le monde puisse avoir un emploi, sortir du consumérisme et du diktat du "pouvoir d'achat" mais vivre dignement, en faisant mieux avec moins et puis retrouver du temps...du temps pour flaner, du temps pour s'occuper de ses enfants, du temps pour sortir du cadre, pour se cultiver, pour se parler, pour aimer....pour vous lire !
Autant d'idées et de défis pour sortir par le haut de ce système mortifère.
On est nombreux à vos cotés. Les conscience se réveillent, je le voit partour autour de moi, même si pas assez, même si trop lentement, un mouvement s'est mis en route. La tempête arrive, j'en ai la conviction.
Rien à perdre et tout à gagner.
Fraternellement
David (Lyon)

Anonyme a dit…

Ce que risque la France en cas de sortie de la Grèce.
A méditer !

http://www.bfmtv.com/economie/grece-un-risque-financier-france-388010.html

Anonyme a dit…

Les rats quittent le navire.
Sauve qui peut !

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/industrie-financiere/20121121trib000732488/citigroup-la-meilleure-banque-de-grece-ferme-16-agences-dans-le-pays.html

Axelle Frebutte a dit…

http://www.humanite.fr/monde/grece-le-fmi-tente-d-imposer-une-nouvelle-vague-de-licenciements-de-fonctionnaires-509071
Extraits : ".../... Le plan prévoyait déjà la suppression de 27000 fonctionnaires d’ici 2014, le FMI voulait doubler le chiffre sur un petit coup de pression d’avant réunion. Selon le ministère des Finances grecs, le FMI a réclamé lundi soir, à la veille de la réunion cruciale des ministres des Finances à Bruxelles sur le dossier grec, "22.000" licenciements supplémentaires. Le plan d'atomisation de la Grèce sur quatre ans, dicté par les créanciers UE et FMI et voté récemment par le Parlement grec, prévoit d'ici 2016 de réduire d'environ 125.000 au total le nombre de fonctionnaires.
Les licenciements dans le secteur, qui doivent commencer par les mairies cette année. Le syndicat des collectivités locales (Poe-Ota) a appelé à un arrêt de travail ce mardi tandis que de nombreuses mairies continuent d'être occupées depuis la semaine dernière .../...
Cette demande du FMI intervient quelques heures avant la réunion de l'Eurogroupe ce mardi soir, qui doit tenter de décrocher un accord de principe pour le versement des prêts au pays, bloqués depuis des mois.
.../...

Anonyme a dit…

"Cette situation est unique en Europe, explique l'étude, qui rappelle que les autres pays de l'Union ont instauré presque tous une loi fixant un salaire minimum. Ce n'est pas le cas en Allemagne, où chaque branche d'activité dispose de sa propre grille de salaire, négociée avec les syndicats"
Qu'a dit notre Hollandréou dans sa conférence de presse (d'ailleurs nullement commentée par nos masse médias vautrées dans la complaisance), voyez ce qu'ils nous préparent à l'instar de l'Allemagne « le gouvernement présentera une révision constitutionnelle qui comprendra aussi la réforme du Conseil supérieur de la Magistrature et la réaffirmation des principes de la démocratie sociale ». Hollande veut donc réviser la constitution sur le principe de la « démocratie sociale ». Pourquoi faire si ce n'est appliquer sa proposition (faite pendant sa campagne) d'accorder au contrat une autorité supérieure à celle de la loi ?
Un modèle à l'allemande en quelque sorte...
Et puis pareil pour les tarifs de l'énergie...
Tyrans, descendez au cercueil....debout citoyens !

Anonyme a dit…

Votre titre rappelle la devise des Jacobins: Vivre libre ou mourir.

Anonyme a dit…

J'ai bien peur plutôt que le titre mélancoliquement ne fasse tristement écho à la célèbre manchette du journal L'Oeuvre écrite par le sinistre journaliste Marcel Déat en 1939 ; dixit : " Mourir pour Dantzig ? Non !" - Cela avait retentit à l' époque comme un coup de tonnerre médiatique étant donné que le bonhomme ( futur nazi français ) appelait en 1939 à abandonner à son funeste sort le peuple Polonais face à l'envahisseur allemand.

Il est bien évident qu'ici le titre est une ironie douce-amère et un test philosophico - politique pour nous les lectrices & lecteurs de Panagiotis Grigoriou :


Sommes-nous prêts à mourir demain pour la défense de la démocratie ? Et serions-nous prêts à mourir maintenant pour défendre le peuple Grec contre l'invasion Germano-Troïkane ?

Anonyme a dit…

Grande Nuit du " 4 Août Européen " ( à venir ) :

Proposition :

" Dès lors que le créancier (ou le bénéficiaire économique) est ou a été, directement ou indirectement, en droit ou en fait, situé, localisé, domicilié, dans un paradis fiscal, les Etats souverains peuvent refuser de payer leur dettes ou prélever au passage une taxe spoliatrice comprise entre 75 et 95 % suivant la nature du paradis fiscal "

Lire l'article correspondant à la proposition N° 1 du Citoyen Européen " cleguevaques " :

"Propositions iconoclastes pour résoudre la crise financière internationale " :

http://blogs.mediapart.fr/blog/cleguevaques/191112/propositions-iconoclastes-pour-resoudre-la-crise-financiere-internatio

Anonyme a dit…

LIVRE : " Les paradis fiscaux. Enquête sur les ravages de la finance néolibérale " par Nicholas Shaxson / André Versaille éditeur, 2012, 381 p., 19,90 euros

Article sur le blog " Alternatives Économiques " : http://www.alternatives-economiques.fr/les-paradis-fiscaux--enquete-sur-les-ravages-de-la-finance-neoliberale_fr_art_1149_59135.html

cording a dit…

Dans le film documentaire "les nouveaux chiens de garde" de l'oligarchie néolibérale et européiste Franz-Olivier Giesbert y a une bonne place. Depuis la campagne référendaire, au moins, on a pu constater que toute la presse penchait du côté de l'oligarchie bancocratique que ce soit sa variante de gauche ou de droite.

cording a dit…

J'ajoute que même le site en ligne Marianne2.fr a été normalisé comme l'on disait des pays socialistes lors la reprise en main après le Printemps de Prague en 1968, puisque votre blog n'est plus référencé et que les analyses hétérodoxes de Jacques Sapir n'y ont plus droit de cité, sont bannies comme vous. Mais comme la campagne référendaire de 2005 nous gagnerons tôt ou tard malgré et contre eux.

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...