vendredi 23 novembre 2012

L’hiver européen



Athènes a vécu un mercredi bien maussade sous la pluie. Des mécontentements en cascade, la mauvaise ambiance et une grogne... généralisée ont ainsi marqué cette 933ème journée ordinaire sous le mémorandum... sans la moindre gloire. A proximité d’un guichet automatique situé devant un supermarché à quelques kilomètres du centre-ville, des policiers en patrouille surveillaient les lieux dans l’approbation populaire spontanée: “Les voleurs ne s’attaquent plus uniquement qu’aux usagers du guichet automatique, mais aussi aux clients. Ils arrachent des mains les sacs des courses maintenant...



* Photo de couverture: Place de la Constitution, Athènes, le 21 novembre

33 commentaires

Anonyme a dit…

hey!
this image remind me of a short video i saw the other day http://vimeo.com/48646536
a bit miserable but real
it 's a pity
by

Anonyme a dit…

Le temps de laver le linge sale.

Ça fait penser à la libération en France avec la recherche des collaborateurs :

"Ils sont armateurs, patrons de médias, diplomates avocats ou médecins. Ils ont mis leurs fortunes à l'abri en Suisse. Leurs noms sont divulgués par la presse grecque. Il n'y a pas que la "liste Lagarde". Une autre concernant les politiciens fraudeurs illustre l'état de déliquescence de la classe dirigeante. Enquête et inventaire."

http://fr.myeurop.info/2012/11/20/qui-sont-vraiment-les-fraudeurs-du-fisc-grec-6429

marc d a dit…

Bonjour, voici une info trouvée sur FB ... qu'en pensez-vous ?
BRAS DE FER GREC

Où est la norme ? où est la normalité ? sur un des marchés les plus manipulés qui soit, tenu par le Cartel des pétroles et ses banques affidés.

La baisse du prix du pétrole et du gaz permet au Cartel de manipuler la Grèce, qui depuis 2009 a découvert de très importantes réserves de gaz et de pétrole dans la Mer Egée… Ces réserves permettraient à la Grèce de rembourser sa dette publique et de couvrir 50% de ses besoins énergétiques. Mais les 7 soeurs du Cartel et leurs complices veulent avoir ce pactole pour une bouchée de pain. Dans le bras de fer actuel, la TROIKA des cavaliers de l’Apocalypse cherche à forcer la Grèce à vendre les 2/3 de l’entreprise publique d’exploitation du gaz naturel au profit de ses commanditaires anglo-américains. La Grèce vaut beaucoup plus que la somme de ses dettes, ce que le JT de 20H ne vous révèlera évidemment pas. Le nouveau gouvernement a donc parfaitement raison de vouloir remettre à plat toutes les négociations d’autres, et d’autres encore…

L’enjeu, une fois de plus est le contrôle de l’énergie.

La découverte fin 2010 d’importantes réserves de gaz naturel dans les eaux israéliennes en Méditerranée a incité les pays voisins à inspecter de plus près leurs propres eaux. Les résultats montrent que l’ensemble de la Méditerranée orientale regorge d’immenses réserves de pétrole et de gaz inexploitées. Ceci a d’énormes conséquences politiques, géopolitiques, économiques et pourrait avoir aussi des conséquences militaires.

Les premières explorations ont confirmé que les réserves en pétrole et en gaz étaient impressionnantes partout dans les eaux au large de la Grèce, de la Turquie, de Chypre et de la Syrie.

Le sirtaki énergétique grec

Avec la crise financière désastreuse que connaît le pays, il n’est pas surprenant que le gouvernement grec se soit sérieusement mis à chercher du pétrole et du gaz. Depuis qu’il en a trouvé, le pays s’est mis à danser un curieux ballet avec le FMI et les gouvernements de l’Union européenne, une sorte de « sirtaki de l’énergie » afin de savoir qui contrôlera ces immenses découvertes et donc, qui en bénéficiera en dernier ressort.

En décembre 2010, alors qu’il semblait que la crise grecque pouvait encore être résolue sans plans de sauvetage géant ou privatisations, le ministère grec de l’Énergie a constitué un groupe d’experts afin étudier les perspectives en matière de pétrole et de gaz dans ses eaux. L’industrie pétrolifère et gazière du pays a commencé à augmenter ses investissements après une première petite découverte de pétrole en 2009. Des études géologiques plus importantes ont alors été conduites. Les premières estimations révélèrent que la quantité de pétrole au large des côtes grecques dépasserait 22 milliards de barils dans la mer Ionienne à l’ouest et quelque 4 milliards de barils dans le nord de la mer Égée, à l’est.

Les parties sud de la mer Égée et de la mer de Crète ne sont pas encore explorées et les chiffres pourraient in fine s’avérer être beaucoup plus élevés. Un précédant rapport du Conseil National Grec pour la Politique Énergétique annonçait : « La Grèce est l’un des pays les moins explorés en Europe au regard des réserves d’hydrocarbures potentielles ». Selon l’analyste Aristote Vassilakis, « les enquêtes mesurant la quantité de gaz naturel ont évalué les réserves à 9 000 milliards de dollars ». ...

Magne a dit…

un seul problème ....pas d'industries d'extraction du gaz et du pétrole en Grèce

Anonyme a dit…

Il faudra dire aux antifa grecs que leur affiche représente une "sauvatiska " inversée....qui n'a rien a voir avec la croix gammée svastika nazie ( tournée vers la droite ).
Grossière erreur !

Anonyme a dit…

Panagiotis

" Décidément, on frôle le syndrome de la grande résistance, mais c’est trop tard (les concernant)".

Rassurez vous !
Nous aussi en France nous avons eu nos résistants de 45 !.

Anon a dit…

Par rapport au commentaire de marc d, cette information m'a tout l'air d'être un hoax. Une simple recherche sur "Aristote Vassilakis" sur le moteur de recherche Duck Duck Go (qui ne filtre pas en fonction de mon pays d'origine ou de mes préférences politiques, contrairement à Google) renvoie des résultats peu probants : le premier résultat retourné correspond à une entrée du réseau voltaire (sans commentaire)... Les autres résultats renvoyés sont peu nombreux, et... tous en français.
Un peu mince pour un analyste politique.

A titre de comparaison les résultats associés à une recherche au nom de notre hôte Panagiotis Grigoriou, sont beaucoup plus vastes et déclinés en six langues différentes au moins.


Sinon, merci M. Grigoriou de nous abreuver de vos témoignages toujours poignants et passionnants. Ils sont un signal de détresse incisif lancé à l'Europe toute entière, et j'espère (bien candidement) qu'ils serviront à une mobilisation plus concertée et coordonnée lorsque viendra notre heure par ici, ou ailleurs en Europe. Même si ce n'est pas nécessairement l'expérience que vous en avez retiré lors de la projection de Khaos en France (d'après votre billet à ce sujet), la majeure partie des gens (vraiment) à gauche sont de tout coeur avec la Grèce et contemplent avec un effroi mêlé d'espoir la situation qui s'y déroule, implacable. J'imagine que nous sommes tous dans l'expectative d'une solution quasi providentielle que le peuple grec serait à même d'échafauder afin de s'extirper du cloaque dans lequel on les a jetés, et qui serait pour nous tous le signe d'un salut social.
C'est égoïste, mais la gauche (je ne parle évidemment pas du P"S") est tellement peu populaire, qu'il nous faudra bien trouver des solutions alternatives à même de reconstruire un progrès social digne de ce nom, car je doute qu'en l'état actuel des choses, cela se fasse par les urnes, malgré les talents d'orateur de M.Mélenchon.

Anon

Anonyme a dit…

"une grogne" ( celle de la caryatide , comme disait Hugo , du peuple des travailleurs ) . C'est typiquement une expression journalistique et méprisante pour la caryatide . Est-ce que les journaux parlent de la grogne des patrons , des opulents ? Non . Il faut se débarrasser des images auto-infamantes que les chiens de garde de l'ordre des nantis nous a mis en tête .

Anonyme a dit…

Vive le KKE (Parti Communiste de Grèce), le seul parti incorruptible de Grèce!

Anonyme a dit…

Merci pour le travail remarquable que vous réalisez, Takis. Le père de mon ami me demande : comment se fait-il que le peuple grec ne se révolte pas contre cette situation intenable ? Il rajoute qu'avec un dixième des mesures en France, le peuple aurait commencé la révolution. Il me dit que mai 2013 sera révolutionnaire. Qu'en pensez-vous ?
Bon courage au peuple grec que j'aime.

JLM a dit…

Chacun son tour, tout le monde y passera.
Le tour de la France est venue.
La presse germanique avec un bel ensemble a commencé à sonner la charge.
Si vous cliquez sur les liens ci-dessous, même si vous ne lisez pas l'allemand vous reconnaîtrez les caricatures, les clichés et la schaden Freude qui ont déjà si bien servi contre le peuple grec.
Les français sont fainéants, ils ne pensent qu'au beaujolais et portent toujours des bérets avec une baguette de pain sous le bras. Enfin, la "Grande Nation" s'écroulent!
Et il s'agit de journaux "respectables", bénéficiant d'une large audience.
L'Europe vue de Berlin.

http://www.bild.de/geld/wirtschaft/euro-krise/frankreich-abstieg-rating-desaster-franzosen-zu-faul-27276184.bild.html

http://www.welt.de/debatte/kommentare/article111303463/Mit-Beaujolais-und-Baguette-in-die-Staatspleite.html

Anonyme a dit…

@JLM
Excellent! C'est dommage que la plupart des imbéciles qui insultent le peuple grec ne lisent pas l'allemand!

Anonyme a dit…

Une belle imagez de l'Amérique.
Oui l'Amérique vous savez !
le grand pays !

http://www.youtube.com/watch?v=qc7Uqm2df2E&feature=player_embedded

Anonyme a dit…

Il n'y a pas que Mélenchon, il y a aussi Jacques Cheminade qui mène une lutte sans merci contre l'empire financier britannique et qui prône le GLASS STEAGAL ACT. Jacques Cheminade s'est présenté lors des dernières présidentielles en France et a fait l'objet d'un véritable lynchage médiatique,car il dérrange la classe dominante qui ne veut pas que sa pensée soit connue. Son mouvement est international et son projet mûrement pensé. Je vous invite à visiter son site http://www.solidariteetprogres.org/actualites-001/La-tele-publique-a-fait-son-boulot-l-empire-financier-de-la-City-sous-les_08173.html, et soutenir son action en signant sa pétition pour la séparation stricte des banques d'affaires et de dépôts.Soyez curieux, sans préjugés. Lui est un véritable résistant!

Magne a dit…

et la reine d'Angleterre et la tete du cartel de la drogue ....oui on connait

alexandre clement a dit…

L'Union européenne aura au moins réussi à réveiller les vieux démons : l'Allemagne est à nouveau - mais c'est périodique - le peuple le plus détesté d'Europe. Mais ce pays arrogant et trop sûr de lui a mangé son pain blanc : il n'est pas possible de continuer à vivre en pillant le reste de l'Europe. C'est pourquoi on s'attend en 2013 à l'entrée de l'Allemagne en récession.

Anonyme a dit…

" Mais ce pays arrogant et trop sûr de lui a mangé son pain blanc : il n'est pas possible de continuer à vivre en pillant le reste de l'Europe."

Ah bon... et l'arrogance française connue mondialement ?

L'arrogance et l’inefficacité de ses dirigeants politiques et économiques, souvent issus de la classe petite bourgeoise prétentieuse des grandes écoles, HEC et ENA.

Pendant que l'Allemagne valorise le savoir faire de ses apprentis et ingénieurs, en permettant une progression de ceux ci, la France et son éducation nationale méprisent le travail technique.

Personne n'a été obligé d'acheter les produits allemands.

L'erreur de l'Allemagne, c'est de ne pas avoir su à temps élever le niveau de vie sa population, plutôt que d'exporter ses capitaux vers des pays immatures qui ont dilapidé ces capitaux dans des dépenses ou investissements sans futur.

Anonyme a dit…

Oui, ça veut dire quoi votre propos?
C'est tout ce que vous en dites?
Solidarité & Progrès est un parti politique créé en 1996 par Jacques Cheminade pour promouvoir une culture de la découverte et du travail humain contre la prédation financière et son diktat du court terme. Regroupement de citoyens inspiré du socialisme jaurésien et du gaullisme de rupture, le parti prend part à toutes les échéances électorales mais s’organise avant tout autour de ses activités militantes quotidiennes sur la place publique.

Au niveau international, S&P est associé au mouvement d’idées animé par l’économiste américain Lyndon LaRouche, défenseur au sein du parti démocrate de l’Amérique de Franklin Roosevelt, de Martin Luther King et des frères Kennedy. Dans ce cadre, le parti participe ponctuellement aux projets et conférences de l’Institut Schiller, association internationale promouvant la Paix par le développement mutuel entre les peuples et les nations par le biais de grands projets d’infrastructures et d’un dialogue des cultures et des civilisations autour de la créativité humaine.

Solidarité et Progrès défend un programme d’action rapide pour mettre en faillite les établissements financiers spéculateurs et rétablir un système bancaire distribuant un crédit à bas taux à l’ensemble de l’économie réelle. Comme à la Libération, ce mécanisme de croissance physique de l’économie ne pourra s’établir qu’autour de banques nationales citoyennes menant une politique de crédit dirigé grâce à un pouvoir d’émission monétaire retrouvé.

Solidarité et Progrès reconnaît les valeurs fondamentales promues par la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, la Déclaration de Philadelphie définissant les buts et objectifs de l’Organisation internationale du travail, le programme du Conseil national de la Résistance et le préambule de la Constitution de 1946 tel que garanti par notre Constitution.

Pour S&P, la Paix mondiale ne pourrait être gagnée que par la conquête économique d’une véritable justice sociale à laquelle sera soumis le financier.

Toutatis a dit…

Sans compter qu'on a du mal à voir ce que l'Allemagne pille en France ou en Espagne.....

Magne a dit…

le retour de Lyndon la Rouche ........pitié

Magne a dit…

Réponse à Mr Clément
la crise spéculative sur l immobilier en Espagne n'a pas été causé par l'Allemagne .....
marre des ses analyses simplistes ou l'Allemagne est responsable de tout ce ni va pas en Europe , le népotisme et la corruption en Grèce n'est pas une création de l'Allemagne
lisez un peu sur l'histoire de la Grèce depuis 1820 cela vous ferait du bien

Anonyme a dit…

Bientôt, le Zimbabwe va se plaindre de l'Allemagne et la rendre responsable de son inflation.

Panagiotis Grigoriou a dit…

Je vous remercie pour vos commentaires, les suites du débat ainsi que des divergences, sans lesquelles aucun doute, ni pensée ne peut surgir finalement. Malheureusement je n'ai pas pu répondre de façon plus détaillée disons et précise, je me trouvais en débat ce week-end à Marseille, invité dans le cadre des rencontres d'Averroès. Je voudrais tout juste préciser - car cette question est finalement récurrente - que le blocage politique d'en haut, la peur, ainsi qu'une certaine acculturation démocratique et revendicative, font que les gens ne se révoltent pas (encore?), et bien d'autres raisons. Je dirais aussi (la question fut posée par un lecteur anonyme) que même "qu'avec un dixième des mesures en France", nous ne savons pas dans quelle mesure le peuple aurait commencé la révolution. Idem pour mai "2013 qui sera révolutionnaire" en Grèce, encore une fois, nous ne pouvons pas savoir.

Anonyme a dit…

Pas besoin d'avoir fait Normal Sup. pour comprendre ou sentir ce qui se trame. L'acculturation serait en somme la cause de nos malheurs car sans culture on ne peut pas comprendre donc on ne peut pas se révolter c'est n'importe quoi. La chance du peuple Grec c'est que bientôt nous serons tous nourris à la même gamelle.La haine de l'Allemagne revient à la mode quand à la suite on l'a connait.

Anonyme a dit…

Je vous remercie pour votre réponse, Takis. Je vis à Bruxelles, et je suis marié avec une grecque (et j'apprends le grec depuis 1 an, avec bonheur). Les échos que nous avons de la famille de mon épouse sont très inquiétants. Leur situation financière est vraiment "limite", et elle ne fait qu'aller de pire en pire. Mon épouse aide sa famille financièrement depuis 2 ans maintenant, et l'aide, nécessaire, s'accentue. Elle n'est pas la seule à faire cela : plusieurs de ces amis (ceux qui osent en parler) font de même.
Cet été, nous étions en vacances au Péloponnèse, et nous avons pu discuter avec de nombreux grecs. J'ai rencontré un retraité qui vit correctement pour l'instant, et il m'a confié sa rage : selon lui, la seule bonne chose à faire serait de "couper les têtes (au sens propre) des politiques grecs corrompus". Une telle véhémence chez un homme bon m'a impressionné. Nous avons l'impression que pour les jeunes, le seul salut à terme est l'émigration, et que pour ceux de notre génération (40 ans) ou autres actifs plus âgés, qui ont des enfants, un appartement à payer, etc., le futur est complètement bouché : que vont-ils faire? Génération foutue. Cet été, à la mer, nous avons entendu parler de nombreux avocats qui sont devenus serveurs dans des restaurants touristiques : ils n'ont plus d'activité, voilà tout. C'est seulement un micro-échantillon de ce que nous avons surtout entendu sur place.
La Grèce aujourd'hui, c'est le système D. D comme démerde et comme désespoir.
Bien sûr on ne peut pas savoir si le peuple grec se révoltera, ni quand. Je vous posais cette question parce qu'au fond j'espère une solution rapide à la tragédie actuelle qui se joue dans votre pays. Et cela pourrait précipiter, je crois, le cours de l'Histoire mondiale. La démocratie, née à Athènes, est morte à Athènes ; y sera-t-elle ressuscitée ?
Et pourquoi au fait le gouvernement ne met pas la priorité sur l'exploitation des immenses réserves énergétiques de la mer Egée?
Bon courage pour la suite. Je suis de tout coeur avec vous et avec le peuple grec.

Magne a dit…

1 la Grèce n'a pas d'industrie d'extraction Gaziére ou Pétroliére
2 pour ce qui concerne l'Egée au nord de la Créte la Turquie n'est pas d'accord sur la délimatation des zones economiques ....
3 au fait le fait qu'il y ait du Pétrole et du gaz en Méditerranée orientale c'est connu depuis 40 ans les techniques pour aller le chercher si profond sont beaucoup plus récentes techniques qu'aucune société Grecque ne posséde

Anonyme a dit…

Synthèse, la gestion européenne toujours aussi anémique, du mauvais bricolage de fortune :

"Il n’est donc pas étonnant que les pays européens n’aient pu se mettre d’accord que ce soit sur la programmation des budgets à l’horizon 2020, ou sur un plan réaliste de sauvetage de la Grèce. Ce double échec est révélateur de l’épuisement de l’idée européenne. On vivra donc d’expédients, et l’on vivra de plus en plus mal jusqu’au moment où il faudra affronter la réalité."

http://russeurope.hypotheses.org/539

Mamé Annie a dit…

Je voudrais apporter un peu de soleil à toute cette grisaille et si cela vous interesse je vous invite sur mon blog,

http://annie-jeanpierre-a-bord-de-grenadine.com

Ou je raconte notre vie en Grèce sur notre voilier pendant quatre mois cet été,la vie au jour le jour avec les grecs qui sont dans leur ensemble des gens charmants

Anonyme a dit…

En France, ça va de plus en plus mal, les caisses d'allocation n'arrivent plus à suivre l'augmentation du nombre d'allocataires :

Dans les files d’attente, les allocataires n’ont aucun mal à désigner le responsable des dysfonctionnements des Caisses. « Tout ça c’est de la faute de l’État. Les politiques, ils sont tous pareils. Regardez-nous ! On n’a plus de boulot, on n’arrive plus à nourrir nos familles. Il est où le changement ? On file des milliards aux banques, aux entreprises, et pour les pauvres, rien du tout, on nous laisse dans la misère », s’énerve une femme. Et son voisin de prévenir. « S’il continue comme ça, un jour où l’autre, il va y avoir une révolution. Il faut qu’il fasse attention. »

http://www.bastamag.net/article2795.html

Anonyme a dit…

Prévision de croissance de l'Allemagne pour 2012 et les années à venir (sources FMI):

2012: 0.94%
2013: 0.85%
2014: 1.37%
2015: 1.38%
2016: 1.33%
2017: 1.27%

Impressionnant en effet... Avec de telles "performances", on comprend mieux pourquoi ce pays se place en donneur de leçons économiques en permanence...
Les Teutons se voient beaucoup plus beaux qu'ils ne le sont, leur économie est aussi moribonde que celles de leurs voisins.

Anonyme a dit…

C'est toujours mieux que pour les autres pays qui décroissent.

Ceci dit, travaillant en Allemagne, ça m'arrive rarement mais j'ai poussé un coup de gueule récemment. Et c'est possible de le faire dans ce pays sans se faire mettre à la porte.

Sur un projet industriel technique, le truc partait totalement en vrille, j'ai dit nein, et on m'a écouté. Ce qui aurait été impossible en France où j'aurais été viré illico presto. Il s'agit de centaines de millions d'euros, tout de même. J'estime devoir donner mon opinion technique, quitte à risquer d'être mal vu. Mais non, mon point de vue est respecté dans ce pays. Il faut se battre, mais les résultats viennent. C'est la contre partie d'un minimum de franchise, même si un peu virile, parfois. Dans la plupart des cas, les négociations sont polies et efficaces. Ce n'est qu’exceptionnellement que j'ai dû hausser le ton jusqu'au risque du conflit net.

Jacoti a dit…

Article du journal suisse "Le Temps"
Les vautours toujours intéressés par la possibilité de faire du profit sur la dette grecque :

A l’instar du genevois Dromeus Capital, les fonds d’investissement amassent les emprunts d’Athènes. Leur pari? L’effacement d’une partie du passif grec par l’Europe, voire la BCE. Et une «réévaluation complète» des risques grevant l’investissement dans le pays par le reste des milieux financiers.

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/45bf5200-37fb-11e2-bb4d-b1ee4bc3c769%7C0#.ULSVJ-QgY2A

Anonyme a dit…

@ Olaf

"Ah bon... et l'arrogance française connue mondialement ?"

En effet ! Et en bonne Française vivant en France je ne le nie nullement. Cela dit, on ne peut non plus nier l'arrogance allemande. Elle est différente, certes, mais elle existe bel et bien. Ce n'est pas nouveau d'entendre des Allemands critiquer les autres (dont les Français) qui "sont des fainéants" qui "ne savent pas travailler", "ne savent pas construire un mur". Cela je l'ai entendu à maintes reprises il y a plus de 30 ans ...

Quant à votre réponse "C'est toujours mieux que pour les autres pays qui décroissent", là aussi on ne peut qu’acquiescer. Encore faudrait-il ne pas omettre que la croissance de l'Allemagne se fait au détriment des autres pays européens, un peu quand même. Alors qu'on reconnaisse les défauts des uns et des autres oui mais de tous les autres !
Et puis il ne faut pas oublier non plus les laissés pour compte en Allemagne également car il s'agit surtout de la politique de droite allemande qui mène l'Europe au désastre !
Espérons que Merkel sera battue en 2013 sachant, hélas, que ce seront encore ces p.... de socio-démocrates de m .... qui prendront la suite !

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...