jeudi 27 septembre 2012

Un jour avec (II)



Effectivement, nous étions assez nombreux ce matin dans les rues d'Athènes, de Salonique et d'ailleurs. Les syndicats ont estimé le chiffre de la participation à plus de 100.000 manifestants, rien qu'à Athènes. D'abord, les communistes ont ouvert la marche derrière les banderoles de leur syndicat PAME, car ils ont choisi d'arriver les premiers Place de la Constitution... puis de quitter les lieux... aussi les premiers.



* Photo de couverture: “Plan B: Oui à l'emploi - Non à l'euro

13 commentaires

Anonyme a dit…

Encore une manifestaion à Syntagma, une manifestation supplémentaire des fonctionnaires, des communistes, des pro-Tsipras ...Vraiment, c'est totalement inutile. Il faut retrousser ses bras de chemises pour travailler, pas pour tendre le poing.

Anonyme a dit…

il est temps que les grecs apprennent que l'Europe c'est du vent .
que leurs hommes politiques-comme ceux des autres Pays d'Europe - ne pensent qu'à leurs intérêts personnels et n'ont aucun sens patriotique.
la Grèce est un petit Pays . je pense que ses nationaux ont un sens aigu de la politique et de la pratique démocratique.
je suis convaincu que que c'est un atout important pour qu'ils s'en sortent .
les requins ne sont pas des sauveurs.... ce ne sont que des PREDATEURS

Agan a dit…

Heureusement que vous vous cachez derrière un pseudo. C'est bien le commentaire le plus stupide que j'ai lu ces derniers mois. Ah! les tenants de la droite quel vision réductrice vous avez.

Anonyme a dit…

"Il faut retrousser ses bras de chemises pour travailler, pas pour tendre le poing."

Encore faut il qu'il y ait du travail.
Le taux de chômage grec montre qu'il n'y a pas de travail, à moins de travailler gratuitement.

Tony A. a dit…

Merci pour ce compte-rendu et surtout ces magnifiques photographies d'Athènes ; qui n'est jamais aussi belle que lorsque son peuple relève la tête...

olivier trehard a dit…

L'impasse à gauche et à droite

avec ou sans pseudo, le système a besoin de bras pour sa police mais n'a pas besoin de bras pour des salaires encore trop élevés. La logique libérale prétend que l'offre et la demande de travail s'ajustent par les salaires et que s'il reste du chômage c'est que les revendications sont trop élevées. C'est le non dit de la bancocratie cosmopolite et apatride.

Donc la Grèce doit aller jusqu'au bout du dogme libéral comme toute la planète.

L'erreur domine les esprits.

La gauche avide de servitude volontaire manifeste devant des caisses vides mais tient à l'euro comme à un élément de progrès irréversible. Elle tient aussi à son catéchisme antiraciste, l'immigration n'est pas un problème mais une chance et vouloir maîtriser le problème c'est du fascisme. Le terrorisme intellectuel fonctionne à plein temps en France comme en Grèce.

La droite tient le même discours car les mots sont interchangeables mais la réalité est ailleurs. L'extrême droite tolérée caricature le patriotisme et s'ingénie à se rendre imbuvable, l'enfermement est alors complet. Chaque valeur isolée des autres devient monstrueuse.

Je me réfugie dans une abstention polie. Il faudrait un exorcisme collectif pour sortir tout le monde de cet apocalypse. je ne vois que des idiots utiles de la dictature bancaire.

Il faut donc aimer son prochain et lui verser une louche de la soupe populaire dans laquelle nous communierons tous rapidement.

Cordialement

Olivarus

Anonyme a dit…

Il faut que la Grèce sorte de l'euro, et dévalue, ses exportations, agricoles en particulier, redevenues compétitives, mais aussi le tourisme, augmenteront. Et cela créera des emplois.
A ceux qui disent que les importations seront donc plus chères..hé bien ça ne peut pas être pire qu'actuellement où la majorité des grecs ne peuvent plus se soigner, ou acheter de l'essence..

Anonyme a dit…

les exportations agricoles de la Grèce ........c'est une blague ?
le tourisme de masse n'est pas une solution cela à déjà salopé pas mal d'endroits et cela ne rapporte rien

Magne a dit…

pas toujours d'accord avec vous mais la je ne peux que plussoier avec vous .

Anonyme a dit…

Grèce, premier producteur européen de coton et de tabac!!!

Anonyme a dit…

le tabac est loin d'être une culture d'avenir quand au coton dans un pays ou les ressource en eau potable sont limités et vont le devenir de plus en plus ....... cela me fait doucement rire

Anonyme a dit…

OK donc la Grèce reste dans l'euro (cad le mark !)n'exporte plus, voit son tourisme baisser (la Tunisie ou la Turquie sont moins chères),les salariés qui n'ont plus rien travaillent pour des salaires de misère et donc la Grèce devient un pays parfait pour les firmes européennes qui veulent délocaliser..la Chine en moins loin !
Cela ne me fait pas doucement rire...

Panagiotis Grigoriou a dit…

Bonsoir, je crois les commentaires couvrent pratiquement tout le champ des interrogations possibles, y compris... dans la caricature (il s'agit du premier commentaire) ! Et aussi concernant l'impasse. Nous sommes dans l'impasse, mais elle peut aussi se transformer en ouverture. Un des problèmes majeurs tient de l'institutionnalisation des forces politiques, gauche(s) comprise(s), d'autant plus que c'est la finance qui dicte les règles depuis un moment déjà. Paul Jorion sur son blog, tire une fois de plus, l'alarme et pour ce qui est de la Grèce, on attend la Troïka encore lundi.... Une bonne semaine....

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...