vendredi 28 septembre 2012

“Mr. Schäuble will we sign a memorandum for our weelchairs ?”



Le... “mémorandum rend libre”, et au rythme où vont les choses, nous finirons vraiment par l'admettre. Déjà, depuis un moment, on se laisse dire que la bancocratie serait aussi l'affaire juteuse d'un si bon plat... partagé entre initiateurs-initiées en excluant tous les... autres. Il est évident que dès que l'on saisit l'essence subjective de notre nouveau régime, ses initiateurs sont vite désignés: “créanciers”, traders, ou politiciens de l'Europe “d'en haut”, comme Mr. Schäuble par exemple.

10 commentaires

Anonyme a dit…

Le concepteur assez mal inspiré de l'Euro c'est un français ayant pour nom François Mitterrand qui d'ailleurs ne connaissait rien en économie, il était avocat...voilà comment on fabrique une machine infernale. F Hollande est un de ses fils "spirituels" :

"Guy Abeille, l’avoue aujourd’hui : les 3 %, inventés en une heure un soir de juin 1981, ne reposaient sur aucune théorie économique mais, pour cette raison sans doute, il convint parfaitement à François Mitterrand"

http://www.leparisien.fr/economie/l-incroyable-histoire-de-la-naissance-des-3-de-deficit-28-09-2012-2184365.php

Quant à Kant, je préfère Hegel ou Descartes, plus proches de la dialectique du réel.

Michel a dit…

Bonjour,
Vous écrivez "Car, si l’histoire doit se répéter sous forme de farce, parions qu’il « n’est plus temps de se lamenter, et agissons », comme on entend dire ici ou là. Facile à exprimer, mais plus compliqué à réaliser."

Oui en effet, encore plus aujourd'hui, ici aussi. Une des explications se trouve là, elle permet en tout cas, un début de réflexion qui se résumerait en un "Principe de noyauter les opposants !".

Anonyme a dit…

Pas sûr que ce soit Loukanikos, le "riot dog" sur la photo:

- Le bout de sa queue, dont les poils me semblent plus longs, n'était pas blanc contrairement au chien photographié à Syntagma le 27.9, mais je peux me tromper;

- J'ai aussi trouvé l'info (à recouper) qu'il aurait pris sa retraite à Chalkida (60 km d'Athènes) > lire http://www.keeptalkinggreece.com/2012/09/18/athens-riot-dog-loukanikos-protester-career-is-over/

Ceci dit, ce chien a toute ma sympathie, comme le peuple grec en lutte, sans oublier vos chroniques…

Courage!

Panagiotis Grigoriou a dit…

Bonsoir, merci pour les commentaires, quoi dire de plus sur l'euro et surtout comment faire et par qui ? Certaines déclarations des politiques et technocrates du type : "l'euro est irréversible" me font gentiment rire, et c'est l'historien qui se permet cette petite réflexion (et sans être un grand disons adepte de Kant non plus !) J'ai lu aussi le lien proposé par la suite, effectivement il y a un problème de ce point de vue : les opposants "appartiendraient" de ce point de vue aussi au système qui sait les intégrer. En Grèce on commence à (se) dire que la gauche par exemple fut instrumentalisée consciemment ou pas dans son rôle d'opposition... Pour ce qui est du chien, je crois que vous avez raison, ce n'est probablement pas Loukanikos, mais, une sorte de Loukanikos II, je vous dirai davantage j'espère sur le sujet !

Anonyme a dit…

Et on attend toujours l'étincelle.
Celle qui fera s'embraser tout ce système corrompu en pleine décomposition.
Ici , à Madrid, à Lisbonne ou ailleurs !.

Anonyme a dit…

Monsieur,

Comme j'ai aimé votre texte !
La justesse de vos propos,la passion teintée de tristesse qui les anime.
Une sensation étrange à la lecture de ces mots que j'aurais aimé écrire.
Dans votre plume, L'évocation d'un monde en perdition et la vision terrible de nos peuples ruinés et abandonnés.
La réalité d'aujourd'hui dépeinte sans artifice,et la vision du futur sordide et déshumanisé que l'on nous réserve .
La mise en esclavage du monde et des hommes se jouent comme un remake malsain.
Place au profit, à l'argent , à la pensée unique.

Comment des peuples forgés par les millénaires, des pays si fiers si beaux peuvent t' ils à ce point être trahis, asservis, dominés par un système financier sacrificel qui, sournoisement décompose les peuples et les nations en les condamnant à la pauvreté et probablement à la guerre.
Oui, ce néant social, cette régression que l'on nous prépare, cette misère qui s'installe et qui se répand doucement comme un cancer, se propage en de multiples métastases de mort et de destruction.
Rassurez vous, les nations de ce monde réagiront tôt ou tard.
Comment en vouloir à ce peuple martyrisé mais encore debout, travaillant à en crever, persécuté par l'impôt ,terrorisé par la peur de l'avenir.
Nous tous , des millions forcés à l'immobilisme non pas par lâcheté mais par devoir pour cette famille et ces enfants qui nous obligent.
Comme une punition, servilement accepter un modèle de vie sans saveur, dans une société plus répressive et toujours plus inégale .
Accepter dans le silence la brimade quotidienne des informations truquées, truffées de propagande.
Cet immobilisme dont vous parlez , entretenu par la terreur du crédit et du remboursement détruit les idéaux et les rêves , les vrais pas ceux du loto mais ceux d'une vie douce heureuse.
Cette logique de la rentabilité et de l'ordre mondial amèneront sans nul doute à la La faim et la misère, à la rebellion et à la violence.
L'émergence de cette nouvelle idéologie politique mondiale , interconnectée, liée au profit des marchés fianciers, cette gouvernance pour un ordre mondial des peuples nous amènera brutalement au chaos et à la guerre.
Comme vous j'attends le sursaut, l'embrasement qui ne devrait pas tarder.Vos articles, ma réponse ,le réveil actuel des opprimés et des laissés pour compte en sont aussi la preuve.
Nous sommes encore quelques millions à vouloir un monde plus juste, plus humain, plus solidaire.
Vous l'avez compris, un sentiment de communion parfaite avec votre article ou transparait l'amour de la justice et de l'humain, le refus de la capitulation et de la lâcheté.
Je reviendrai donc visiter votre site et vous lire .
Cordialement Sven

Anonyme a dit…

Finalement, je me sens assez en phase avec l'idée d'une théatrocratie, merci Platon, dont les rebondissements sont assez imprévisibles, mais nécessitent une mobilisation des populations mises sous (com ?)pression :

"Nous sommes incontestablement à l'une de ces périodes où l'intervention de tous est décisive, mais le moment incertain où il ne s'agira plus seulement de manifester entre-soi. Voilà encore ce qui ne se décide pas mais auquel on peut participer le moment venu, sans oublier donc la dimension théâtrale de la politique que Platon appelait la théâtrocratie."

http://jeanzin.fr/2012/09/29/la-politique-est-un-theatre/

Anonyme a dit…

"l'euro est irréversible" ça me fait penser à Honecker (le président de la RDA) qui disait en 1989 que le Mur de Berlin allait durer 100 ans !

Tony A. a dit…

De la dialectique du créancier et du débiteur, cet extrait de capital.fr
http://www.capital.fr/bourse/actualites/la-grece-serait-assuree-de-toucher-la-prochaine-tranche-d-aide-760643

Le gouvernement grec a besoin du feu vert du parlement à son nouveau plan d'austérité avant la prochaine réunion des ministres des Finances de la zone euro, le 8 octobre.

"Les Grecs vont recevoir une liste de réformes qui doivent être approuvées par leur parlement avant une date précise. L'argent sera versé dès que les législateurs auront voté", a-t-on déclaré de source proche de l'Eurogroupe, selon le Wirtschaftswoche.

"La crainte d'un effet domino dans la zone euro est trop grande" pour ne pas verser la prochaine tranche, a ajouté un responsable européen, toujours d'après l'hebdomadaire économique.

"Le rapport rédigé par la troïka sera tourné de telle manière que l'argent sera versé", indique également le magazine Focus, citant des sources proches du parlement européen.

Anonyme a dit…

L'euro est irréversible comme Le Reich qui devait durer 1000 ans!

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...