mardi 25 septembre 2012

Les Épigones de l'utopia



L'utopie (utopia) est déjà un “non lieu”, un espace “défait”, un ailleurs. Souvent, elle renvoie à un temps mort qui n'est certainement pas le Paradis des chrétiens, et des autres hétéronomes planétaires. Ce qui en fin de compte rend encore plus rude la tâche des praticiens utopistes.



* Photo de couverture: Gertrud Höhler, et son dernier essai: “Die Patin

2 commentaires

Pierre a dit…

Bonsoir,
Pas de trace de traduction du livre de Gertrud Höhler. Juste un article du Monde… http://www.lemonde.fr/international/article/2012/08/24/angela-merkel-une-marraine-crypto-autoritaire_1751047_3210.html.
Courage, courage, courage. Et j'espère que vous serez nombreux dans la rue demain.

fincaparaiso a dit…

bonjour,
En Espagne et au Portugal les manifestations se multiplient contre les mesures d'austérité qui s'additionnent les unes aux les autres.
En espagne la police a chargé de manière très brutale contre ses citoyens(jusque sur les quais de la gare principale de Madrid );et cela est d'autant plus étrange que les membres de la police avaient eux même manifesté la semaine précédente contre la réduction attendue de leurs salaires; à tel point que l'on peut se demander cette fois ci si les policiers qui ont chargé de manière violente ne sont pas des "auxiliaires" recrutés pour l'occasion ;
d'autre part il semble qu'il y ait une synchronisation et symbiose dans les méthodes des gouvernements grecs , portugais, espagnols:ils annoncent par l'intermédiaire des médias qu'il va y avoir de nouvelles mesures d'austérité,réunissent les parlementaires qui les votent de manière ostensible au moment même où les manifestants sont dans la rue :c'est du pur style troikan, autoritaire, méprisant, dédaigneux ,sûr de lui et dominateur.Désormais en Europe le vote, acte fondateur et garant de la démocratie, détourné de son sens et de son objet par les veritables détenteurs du pouvoir(les membres de la troika)est devenue une arme majeure de coercition contre les populations.

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...