lundi 6 août 2012

“L'ogre des Cyclades”



On dirait qu'en ce début août 2012 la saison à Syros devienne enfin “normale”, et que même les petits avions d'Olympic Air adaptés à l'aérodrome de l'île, y contribuent à la hauteur de leurs maigres capacités. Et évidemment ces ferrys aoûtiens surtout, qui finissent et ceci depuis samedi, par déverser une certaine masse de touristes sur le port d'Hermoupolis.



* Photo de couverture: Haute Hermoupolis, le 5 août

17 commentaires

Giuditta a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Giuditta a dit…

Bonjour. Je vis a Syros. Votre reportage est très juste.
On est un groupe de francophones que vit a Syros. On aime cette ile, pour ça on a crée l'AFASYR (Amicale Francophone des Amis de Syros)pour en faciliter l'accueil, pour rendre le séjour à Syros le plus agréable possible et pour participer au rayonnement culturel de l' ile. Pour ça Je vous informe de la création de l' "OPEN ART STUDIOS"; un chemin reliant les différents ateliers d'artistes de Syros, ouverts aux amateurs d'art.
Les modalités pour ces visites sont diffusées par affiches, plaquettes et médias; elles se tiendront de la mi Juillet à la mi Septembre 2012.
http://afasyros.blogspot.gr/2012/07/open-aert-studios-syros-2012.html

jpd a dit…

<< ....une société pillée et fascisée n'est plus réceptive des messages antiracistes venus d'en haut et elle considérera toujours que la solidarité de tous envers tous est un non sens. Peut-être aussi, parce qu'instinctivement, la société ressent que quelque chose de clair et d'éclairant doit manquer au discours de la gauche. Même les combats livrés par les élus de gauche au sein du Parlement n'ont guère de sens car le peuple a compris que la « Parlement » n'a plus aucun sens ».
Je fais partie de ces lecteurs (j'espère ne pas être le seul) qui pensent très sincèrement que ce que nous décrit et analyse Panaglotis correspond à quelques détails près :<< un univers sociétal où l'emploi ainsi qu'une certaine régularité des salaires versés à chaque fin du mois serait encore « de mise » à ce qui se dessine en France : l'incapacité du Pasok français et de son dirigeant à comprendre que la fascisation des esprits et de la société n'a pas été stoppée par la victoire de leur parti et que celle ci ne sert à rien dans la mesure où elle ne remet pas en cause la logique de la troïka (ils ne comprennent même pas ce que cela signifie).
Les commandos de l'Aube Dorée en Grèce comme en France peuvent jouer impunément dans tous les registres de provocation : ils auront le "soutien" des médias et l'assentiment de toute une partie de la population qui est prête à accepter une fascisation de la politique.
Et nous n'avons face à cette situation que nos pauvres arguments individuels à exprimer pour tenter de s'opposer à la diabolisation de l'étranger et du plus pauvre que moi.
Heureusement que le film va bientot sortir en France, cela nous donnera l'occasion de nous exprimer publiquement et collectivement.
Merci encore à Panaglotis de nous tenir éveillés.

Musée de l'Europe & de l'Afrique a dit…

Petite expérience journalistique sur une radio libre bruxelloise que j'avais introduite notamment à partir de ce blog. Résultats : Un philosophe grec admirateur de l'Allemagne, un poète grec en rupture de stalinisme, un constitutionnaliste de service, un bouc émissaire islamo-belge surgissant tel le Deus ex Machina : l'invocation des mannes de Karl Kraus, l'auteur de la 3ème nuit de Walpürgis, suffira-t-elle à conjurer le spectre des années 30 ?

"En plus d'un cerveau droit et d'un cerveau gauche, nous avons tous un cerveau social-démocrate duquel nous devons nous apprendre à nous méfier" (Vasquez Montalban, L'étrangleur )

Une émission de Panik sur la ville à écouter ici : http://www.radiopanik.org/spip/Grece-4-Y-a-t-il-un-message-pour-l

comment grossir a dit…

Je compte y aller bientôt histoire de me faire une idée par moi même rapidement

Alex a dit…

Panagioti,ca fait un bon moment que je lis ton blog

Tes chroniques et analyses personnelles sont souvent de l actualitee brute

Mais tu le fais non comme un anthropologue mais comme un journaliste a sensation,pas de recul sur l actualitee instantanee

Tes analyses sont a chaud alors qu en Grece la complexite emotionnel du grec n est pas un facteur stable

Aujourd hui il broie du noir,demain il oublie tout avec une parea

Le Grec n est pas un depressif,c est un excite

Il se lasse tres vite

Il ne supporte pas les rengaines routinieres

Si une personne a toujours des discours negatifs,il ne fera plus parti de la parea

Le grec ne supporte pas qu on lui crache la verite a tout heure et moment de la journee

Il ne sort pas de chez lui pour entendre ce qu il voit et entend sortir du televiseur ou de son compagnon ou compagne

Il sort pour vivre et se sentir vivre

Si il ne le fait pas et se morfond dans sa demeure ,il est capable de faire l irreparable a ses proches ou a son integrite si la melancolie devient suicidaire

Alors il sort dehors

Panagioti,le grec aime se plaindre ,c est sa specialitee maison

Tout va mal,je ne m en sors pas,un tel ceci un tel cela

Il commence toujours a se plaindre et fini par plaindre les autres qui sont selon lui encore en plus mauvaise posture en blagant,ironisant ou carrement avec du cynisme,il s auto remonte le morale de ce fait

Il n accepte pas d etre dans le camps des battus

C est pourquoi il se bat et continuera a se battre car il sait qu il n ai pas seul qu il a un noyaux dur famillialle ou relationnelle qui l epaulera d une maniere ou d autre

Tout n est pas une question d EURO

La decriptude d un systeme economique n est pas celui d un systeme de societe

C est pas parce que on est dans la decheance economique qu on arrive plus a finir les mois qu on decrepis personnellement

Dans cet atmosphere ,on apprend tres vite a vivre avec des dettes,qu il n y a pas de honte a etre endetter

Que de toutes facons ,il n y a plus de choix,on doit a tout le monde mais on payera qu en on pourra,chose impensable i, y a peu pour la majoriter des grecs,moi avoir des dettes mais quel honte

Fini cet etat d ame on est tous endetter alors pourquoi avoir honte ???

Vivre endetter et l accepter par la force des choses cette situation ramene le grec dans les annees 50 et 60 ou il n y avais pas d etat providence ou personne ne payait d impots ou de cotisation social

Une epoque qui refait surface aujourd hui

Le grec depuis 2008 a vu son bas de laine fondre ,d abords c etait celui de son couple,apres celui de ses parents,aujourd hui le petit pecule de ses grands parents

Le tiroire s est vide il ne peux plus payer ses taxes,surtaxes,impots car il n arrive plus a tenir le mois

Apres ce choc initial d etre devenu un endetter,il s habitue tres vite a cette nouvelle donne

Vu l etat du fisc et de la justice en Grece ou tout se traine d annee en annee,il n a plus peur d avoir des dettes car l appareil judiciare et fiscal de l etat par en deliquescence

Qu a t il peur d avoir une plainte d un tiers,meme ca il n a plus peur ,le plaignant doit au prealable payer 150 euros pour formuler une plainte

Le grec que tu depein Panagioti ,il n existe que dans ton fort interieur,celui que tu ne veux pas devenir

Alex a dit…

Suite

Le fantasme des medias occidentaux depuis plus de trois ans est de voir ce pays se rebeller ,s auto detruire,s embrasser

La ou il croit que ca y est que tout va peter apres une nuit,une semaine de destruction localiser,il se rend compte que ce n est qu un cirque,un defoulement du type hooligans apres un match de foot

Ton exemple des dires des expatrier ,retraites et de leurs craintes est une preuve que vis dans ton pays comme un spectateur etranger

Le grec n est pas triste,il est en colere avec son pays,son voisin et avec sois meme,sa colere se transforme en joie pour un rien,rien que par un bon moment sur une cafettaria

Il ne sent plus la tristesse,ni l ennuie car il sait qu il peut compter sur ceux qu ils aiment pour lui remonter le morale

Alors il se remet en question et par a l aventure

Ca le stimule car ca faisait plus de 20 ans qu il s ennuyait de son statut de ce que va dire le voisin

Aujourd hui il est libre ,il n a plus le choix ,il doit vaincre,se battre ou mourir

Car il ne peux plus s ennuyer car tout les jours il sait qu il doit assumer car demain il n y aura peut etre pas de lendemain

Cette crise est un stimulant pour les grecs de s auto reinventer personnellement

Alors triste non ,stimuler oui,tomber dans l ennui non en colere oui,en desamour non ,a la recherche d une simple joie de vivre oui

Ce que je te dis c est mon ressentis en tant que grec vivant a Athenes ,pere de 4 enfants avec femme au foyer ,qui ne sait pas si demain j arriverais a subvenir a mes besoins

Je suis tout sauf Triste,on a plus le temps de l etre ,la stimulation de demain il n y aura pas de lendemain,ca ne te laisse pas le temps de penser mais d agir

Ce que tu devrais faire sur place mon ami,il faut que tu te mette a la patte toi aussi,etre un chroniqueur ne tiendra qu un moment,demain ca sera l Espagne,l Italie

Les feux des projecteurs s eteindrons sur la Grece et les grecs et sur ton blog aussi

Construit du solide mon ami par de l ephemere,ne demande pas laumone car demain tu leur appartiendra

Ta leme

Panagiotis Grigoriou a dit…

Bonjour et pour vos commentaires divers et variés dans leurs interrogations et même suggestions ! La crise n'est pas éphémère et son temps sera long, l'avenir dira combien les Grecs et les autres peuples concernés réaliseront un autre chemin. La crise peut aussi devenir un "stimulant" mais encore sous conditions et les gens n'ont pas forcement les clefs de ces conditions, pour l'instant en tous cas.

Martine-Bxl a dit…

Bonjour Monsieur
Pouvez-vous nous en dire plus à propos de cet article ?....

http://www.lalibre.be/actu/international/article/753822/les-terribles-rafles-grecques.html

Jacoti a dit…

Nous sommes un couple mixte, greco etc, nous vivons dans les Cyclades et quelquefois nous sommes fatigués de voir nos amis français et grecs quelquefois aussi et nous sommes moins patients avec nos amis grecs... le pays s'est divisé...nous ne les voyons plus.. et attendons patiemment que nos amis français s'en aillent en les voyant le moins possible.
Et comme vous devez être fatigués Panagioti de nous rendre cette actualité... reposez vous!!!
NOTRE TETE ECLATE QUELQUEFOIS... nous n'en pouvons plus....

Anonyme a dit…

il est vrai que si nos yeux sont ouverts sur la réalité nous avons de moins en moins d'interlocuteurs car cette réalité dure, empire de jour en jour et continue. Peut-être il faut continuer d'observer et ne pas parler pour justement que la tête respire. Cependant merci à Panagiotis de ces compte rendu - Rendez vous qui gardent le lien avec vous et nous maintiennent les yeux ouverts et conservent un rythme dans cette perte de repère.

M a dit…

@ Martine-Bxl

...
Vous posez la question sur le fond sans doute mais j'avoue que je me pose aussi la question sur la façon dont les événements sont traités dans l'article.

Je reprends quelques extraits:

1er extrait.
"Il faut reconnaitre, continue Angélique Kourounis, qu’il existe un véritable problème visuel dans le centre d’Athènes."

Il existe un "véritable" "problème visuel" dans le centre d'Athènes... Mouiii ?
-Qu'est-ce donc que ce "problème visuel" ? Pour un problème présenté comme "véritable", c'est un peu flou comme caractérisation si l'on veut pouvoir le "reconnaître".

-Pour qui est-ce un "véritable" problème ?
Pour celui ou celle qui doit convaincre du caractère "véritable" - par opposition à inexact, inventé - de ce "problème visuel" ? La journaliste s'inclue-t-elle parmi ceux qui sont gênés visuellement ?
De quoi faut-il être convaincu d'ailleurs ? Que le véritable problème relève du visuel ?

Ou alors je n'ai pas compris ce qu'elle veut dire; peut-être veut-elle dire que "c'"est un problème visible ??? Quoi est le véritable problème ?

C'est la façon dont la journaliste pose le "problème" qui pose problème, selon moi. Ou la façon dont elle ne le pose pas, et/ou dont l'article ne le pose pas.

2ème extrait.
"Politiquement, effectuer de telles rafles est quelque chose qui peut rapporter, et le gouvernement sait que s’il veut survivre, il doit ratisser à droite et couper l’herbe sous le pied du parti néonazi Aube Dorée."AK

Le gouvernement "sait" que s'il veut "survivre", il "doit"...

Je ne sors pas du sentiment d’ambiguïté que m'inspire le positionnement d'Angélique Kourounis et la place donnée aux citations de ses propos dans l'organisation de l'article.

J'aurais formulé les choses plutôt dans cet esprit:

"
- Rafler des sans-papier pour rafler la mise dans l'opinion publique.
Le gouvernement reprend à son compte une politique que n'aurait pas boudé l'Aube Dorée. Pourquoi ? Compte-tenu de l'importance que prend le parti néo-nazi dans le champ politique -[préciser comment, en quoi]-, le gouvernement juge utile de marcher sur ses plates bandes.

Et pour endiguer la misère ?

- A défaut de combattre la misère, combattons les miséreux.
Ce ne sont certainement pas les "rafles" de sans-papiers qui vont régler le problème de la misère grandissante.
Mais pour le gouvernement reconnaître cela l'amènerait aussi à reconnaître que la politique économique qu'il mène comme réponse à la crise n'est pas non plus une solution à celle-ci, qu'elle est même constitutive de cette misère. La misère est de plus en plus difficile à ignorer, de plus en plus difficile à occulter. S'en prendre à ses figures plutôt qu'à ses fondements, plutôt que de reconnaître quelles seraient des solutions véritables, voilà quel est le véritable problème.
"


3ème extrait.
"ces rafles ont été organisées par l’Etat, et que même si elle ne doivent tout simplement pas avoir lieu, leur seul point positif est qu’elles vont couper l’herbe sous le pied des néo-nazis qui dans le passé ont organisé des expéditions punitives sans être inquiétés"

Il faudrait trouver un point positif au fait de voir un gouvernement mener une politique que des néo-nazis approuveraient ? Heuuuuu...

Anonyme a dit…

Les néo-Saigneurs (oligarques européens de la dite "nouvelle économie": chargés d'assurer le gavage des rentiers) saignent tant et tant les peuples asservis à "la dette", qu'ils en arrivent à douter eux-mêmes: auront-ils assez de sang ?

Voici ce que vient de sortir la Komandantur Troïkante basée à Bruxelles: (s'ajoutant aux nouvelles décisions de privatisations à marche forcée: chemins de fer, électricité etc.)
http://www.romandie.com/news/n/UEBruxelles_ne_va_pas_demander_a_Athenes_de_reduire_son_deficit_plus_que_prevu58070820121630.asp

UE/Bruxelles ne va pas demander à Athènes de réduire son déficit plus que prévu

BRUXELLES (awp/afp) - La Commission européenne n'entend pas demander à Athènes d'atteindre un déficit inférieur à 120% du PIB d'ici 2020, jugeant "ambitieux" cet objectif négocié dans le cadre du second plan d'aide au pays.

Ramener le déficit à 120% du PIB en 2020 est "un objectif ambitieux et nous nous y tenons", a affirmé mardi Olivier Bailly, un porte-parole de la Commission européenne. Il était interrogé sur un article de presse évoquant des pressions du Fonds monétaire international (FMI) pour qu'Athènes ramène son déficit autour de 100% du PIB en 2020.

Selon un article du Wall Street Journal, le FMI --un des principaux bailleurs de fonds de la Grèce-- fait pression pour que les Etats de la zone euro acceptent de subir des pertes sur les obligations grecques qu'ils détiennent et que, de son côté, Athènes ramène son déficit public autour de 100%.

Jusqu'ici, seul le secteur privé (banques, assurances etc.) a accepté de subir d'importantes pertes (ou décote en jargon financier) sur la dette grecque.

En mars, la zone euro avait lancé un deuxième programme d'aide à la Grèce, d'un montant de 130 milliards d'euros, passant par un effacement notable de la dette grecque détenue par le secteur privé. Grâce à ce programme, la dette du pays devait revenir en-deçà de 120% d'ici 2020 contre plus de 160% actuellement.

Mais le programme est "sorti des rails", selon de nombreux responsables européens, et a pâti de plusieurs mois d'inertie politique en Grèce. Résultat, les besoins financiers de la Grèce ont augmenté.

"On n'a plus de marge de manoeuvre s'il faut faire un nouvel effort pour les Grecs, car on a déjà imposé une décote terrible aux banques. Il faudra aller vers les bailleurs de fonds publics donc les contribuables nationaux", a estimé un diplomate européen.

La Grèce pourrait donc être contrainte de négocier une restructuration de sa dette vis-à-vis de la Banque centrale européenne et des Etats de la zone euro.

Cette idée a déjà circulé en mars dernier mais n'a jamais pris forme, face au refus de la zone euro et de l'institut monétaire.

rp

Anonyme a dit…

oui même si je pleure je ne suis pas triste, en colère, comme le dit Alex.
je suis en France, je ne prends même pas le temps de lire ce blog... j'aurais presque honte de venir en touriste en Grèce, alors que j'aime ce pays, parce que j'aime ce pays
comme on aime son père et sa mère
j'ai honte à l'Europe
Corinne

Anonyme a dit…

Je n'ai pas revu mes amis grecs depuis 4 ans (importants problèmes). Je vais enfin y retourner fin Août pour la 17ème fois depuis 23 ans. Mes amis sont dans les Cyclades. J'ai beaucoup pleuré avec eux et pour eux (par internet interposé), mais maintenant ça y est, je vais les voir, les toucher, les embrasser, rire, pleurer, discuter, manger, boire, vivre quoi ! mais intensément comme ils savent si bien le faire. Ici en France on sait plus vivre simplement, tout est compliqué.
Merci pour votre blog que je viens de découvrir récemment (par rezo.net). Au retour, je vous donnerai mes impressions et réflexions. Je vous embrasse. Béatrice.

Anonyme a dit…

Bonjour ,
Ce message est à la destination de Martine-bxl que je ne peux joindre autrement. mes excuses à Panagiotis Grigooriou que je lit tres regulierement .
Chacun peut avoir sa façon d'ecrire , vous auriez formulé différement ce que j'ai ecrit , tres bien c'est votre droit, vous pouvez aussi dire que vous n'aimez pas ce que j'ecrit c 'est aussi votre droit ,mais je n'accepte pas le mot ambiguité.
Il n y a aucune ambiguité dans mes ecrits ou mes reportages radio et télé sur ce qui se passe en Grèce avec les sans papiers et les migrants. Je me suis battue d'arrache pied pour que l'on parle de néo nazi lorsqu'on parle d'Aube Dorée dans les médias francophones et non d'extrême droite qui a déja deux partis distincts dans le pays .Des partis qui n'ont jamais à la différence d'Aube Dorée prôné la haine et la violence et qui l ont encore moins mise en pratique.
Mais vous avez raison sur un point . j'aurai peut être du effectivement être plus précise lorsque j'évoquai le problème de visibilitè. Il s agit du résultat de la polique de laissez aller , de laissez pourrir de tous les gouvernemnts qui se sont succédé ces derniéres cinq années
Resultat: le centre d'Athénes , que j'ai longuement decrit dans plusieurs articles dans la Libre et devenu un ghettos malodorant , mal famé , taggé de partout , repère de tous les les trafic , de tous les miséreux comme vous dites et de tous lesmalfrats. Le terreau idéal pour tous les extrémistes néo naz qui circulent en moto et qui poignardent tout ce qui est vaguement basané, ou qui a les yeux bridés .Un irakien est mort la semaine dernière. Je vous invite à lire Charlie Hebdo cette semaine ou j'ecrit longuement sur les rafles d'Athénes .Alors oui, il y un point positif à ces rafles par ailleurs condamnables en tous points , elles coupent l'herbe sous le pied des néo Nazis en Grèce qui ont le vent en poupe ( deux fois 7% aux elelctions en moins d'un mois .En voyant la police agir peut être que les grecs qui votaient Aube Dorée ne recommenceront peut être pas pas lors des prochaines élections légistaltives anticipées et c'est la prioité politique du moment car tant que les neo nazi seront au parlement grec ils auront une légitimité, dangeureuse par les tempsqui courrent . AK

Anonyme a dit…

@ Angélique Kourounis
J'espère que vous lirez mon propos même si je l'écris bien tardivement (je suis une lectrice assidue de ce blog mais j'avoue avoir fait un break pendant l'été). Vous avez adressé votre réponse à Martine-bxl alors que la critique provenait d'un(e) M qui répondait au message de Martine-bxl.
Rectification faite je viens donc de lire votre article et ce (ou cette) M n'a décidément rien compris.

@ M

Le fait d'écrire "doit" pour expliquer les agissements du gouvernement de coalition ne veut pas dire qu'on est d'accord avec. Il s'agit, en l'occurrence, d'expliquer quelle est sa position et, surtout, sa façon de penser ce qui n'a rien à voir. Quant aux rafles,aussi insupportables soient-elles, elles ont au moins le mérite de mettre à l'abri des personnes qui risquent leurs vies mises en danger par les néo nazies d'Aube dorée.

Le scandale vient d'abord de la politique européenne, de la troïka, de la finance et du capitalisme qui se foutent comme de leur première chemise de la misère et de la mort des populations.

En lisant ce blog, on voit se dessiner l'avenir de tous les peuples européens et ceux qui ne le voient pas ou refusent de le voir finiront par s'en mordre les doigts.

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...