lundi 9 juillet 2012

Les particules de l'insignifiant



Chaque juillet déjà, nos vies ralentissaient au gré des caprices prévisibles du beau temps trop fixe, et cette semaine n'échappe pas à la règle... petite canicule, 41°C dès ce lundi, plus le discours de l'investiture de Samaras, c'en est trop. Juin, fut déjà un mois très éprouvant pour tous ici.



* Photo de couverture: “Notre grand cirque”. Affiche du spectacle, juillet 2012

21 commentaires

Anonyme a dit…

Lorsque l'Allemagne nazie a démantelé la Tchécoslovaquie, le monde a réagi, c'est comme ça que la guerre mondiale à éclaté : l’Allemagne avait dépassé les bornes.
Lorsque la Grèce est mise en vente à la découpe, personne ne bouge, et c'est bien là le plus important,et inquiétant, car ce n'est plus ce qui est fait qui compte, mais QUI le fait.
Comme ce "Qui" est celui qui ordonne les gouvernances, on est mal partis ou que ce soit.

philippe a dit…

j'aime beaucoup ce blog mais je ne sais pourquoi, à chaque fois que j'arrive sur cette page, la photo en en-tête ne me donne vraiment pas envie de continuer. trop clichée, trop niaise en gros. voilà, à bon entendeur salut

Anonyme a dit…

"Lorsque la Grèce est mise en vente à la découpe, personne ne bouge"

Ben si, les acheteurs! Ceux qui nous gouvernent pouvaient pas rêver de s'acheter un chouette palais en bord de mer à Athènes! Bientôt, dans Gala, on aura des supers photos de fêtes de stars avec "en toile de fond, ce décor qui vit naître notre chère Démocratie"...

Magne a dit…

Révise ton histoire , la Tchecoslovaquie à été démantelé avec l'aval de la France et de la Grande Bretagne d'une part d'autres part les frontiéres issus de la 1 ere guerre mondiale comme de la 2 eme étaient iniques à tous point de vue malheur aux vaincus ...

Anonyme a dit…

"les âmes ont toujours eu aussi besoin d'un certain néant, qui dirait le contraire"

Oui, oui !
Continuez !!

Namurois a dit…

Panagiotis,

On comprend qu'une certaine oligarchie voit d'un mauvais oeil de laisser la rue à Syriza.
A ton avis,concernant l'aube dorée, y aurait il une volonté politique déterminée d'occupation du pays, derrière ces milices?

Panagiotis Grigoriou a dit…

Bonjour, je ne pense pas que nous en sommes là. Il y a deux dynamiques, celle de l'Aube dorée qui avance ses thèses et ses actions en se "popularisant", les agissements criminels et autres violences de ses milices, plus l'organisation d'une "solidarité ethnique", visent occuper progressivement le terrain politique et social.

Puis, je ne sais pas quels seraient les plans des occupants du pays, c'est à dire des bancocrates. Instrumentaliser l'Aube dorée (plus que de "naturel"), l'utiliser à terme comme "force alternative" face à une alternative de gauche ? La laisser accélérer l'implosion sociale pour ainsi ensuite intervenir militairement même en Grèce sous prétexte de rétablissement de l'ordre ou de la "démocratie", il s'agit je crois de suppositions que nous pouvons faire, mais rien n'est certain, la situation est très fluide, la société grecque est "travaillée" de toute part !

fincaparaiso a dit…

bientôt nous ne pourrons plus compter sur les capacités de décryptage des décisions des troikans par notre ami JORION:en lui offrant une chaire à l'université libre de bruxelles,les néoliberaux savent que désormais il se taira

Anonyme a dit…

Ne jamais oublier le statut salarial bancaire de Jorion durant de longues années.

Panagiotis Grigoriou a dit…

Bonjour,

Je comprends vos craintes sur le "silence possible et futur" de Paul Jorion, mais je ne suis pas d'accord avec votre raisonnement. Déjà, le statut salarial bancaire n'est pas un synonyme "d'automaticité dans l'asservissement" et l'immense travail et débat suscités par le blog de Paul Jorion peuvent en fournir la preuve. Donc encourageons-le toujours, à poursuivre son décryptage, y compris à partir de son Université.

Merci pour vos commentaires

Catitalia a dit…

"Les Aubedoriens quant à eux, ils exercent une violence quotidienne sur les immigrés, souvent diurne d'ailleurs, menaces, intimidations et sang qui coule en silence. La Police observe bien entendu !"

Cela ressemble étrangement à une description de l'Italie du début des années 20. Ca ne s'appelait pas "Aube dorée", ça s'appelait "Fasci italiani di combattimento" et leur cible n'était pas les immigrés mais les "bolchéviques". Toutefois les prises à parti violentes d'individus sur fond d'indifférence bienveillante des "forces de l'ordre" officielles, sont similaires.

(soupir)

Magne a dit…

Vu le nombre de clandestin en Grèce et en particuliers dans les grandes villes Aube Dorée progresse puisqu'il n'y a pas de réponse de l'état Grec ni de l'Europe à ce probléme les dits clandestins peuvent aussi servir comme pression du patronat pour baisser les salaires

Anonyme a dit…

"Laisser faire les nazis parce que pour l'instant ils nous servent": ce fut la grande illusion du gouvernement et de la classe dirigeante en Allemagne avant 1933. On connaît la suite... mais bon oui, je sais, l'histoire parait-il ne se répète pas! Parait-il...

Anonyme a dit…

Un grand merci pour votre témoignage d'une honnêteté sans faille, je suis comme vous très dubitatif sur Syriza.

Concernant Aube dorée, il n'y a qu'un moyen de s'en débarrasser c'est d'utiliser les mêmes armes qu'eux, les terroriser !…

Denis,
membre du Parti de Gauche français

magne a dit…

et comment et en pratique on les terrorise , tu peux expliquer en détail ?

JiPai a dit…

Dans terroriser, il y a "terreur" le parti de gauche n'est pas là pour la terreur. Il y a erreur! L'humain d'abord.
JiPai, membre du PG.

D.M. a dit…

Il aurait fallu "terroriser" Aube Dorée bien avant qu'ils ne réalisent 7% des voix et passent devant...le KKE !
Je ne comprends pas l'inaction passée des grands partis de gauche face à ces cogneurs bas-du-front.
Le KKE aurait du étouffer dans l'oeuf ces descendants des Xités et autres Bataillons de sécurité !

Ceci est mon premier commentaire sur ce blog : je remercie vivement l'auteur pour ses analyses et impressions. Un regard lucide sur mon pays d'origine...

Magne a dit…

en 2009 l'aube dorée faisait 0.29 % à l'éléction de la Vouli ......entre temps la crise éclate et l' absence de travail social des partis sur le terrain ce paye cash quand au KKE , lui il attend la révolution ...il peut attendre encore longtemps ..il est mort

D.M. a dit…

L'on pourrait évoquer longtemps les erreurs stratégiques du KKE (notamment selon moi 1- l'absence de prise en compte du sentiment patriotique des grecs et 2- une mauvaise démarche, trop sectaire, vis à vis des opportunistes de Syriza ). Là n'était pas mon propos.
Quant à votre "il est mort", je vous répondrai simplement "il en a vu d'autres, et des plus dures".

Panagiotis Grigoriou a dit…

Merci pour vos commentaires qui laissent parfois perplexe, c'est normal et souhaitable. Une certaine "réponse" à l'Aube dorée, avancée en Grèce par une partie de la Gauche, consisterait à occuper le terrain social, au sens premier du terme, c'est à dire l'aide d'urgence et une solidarité couplée d'un sens politique à contre courant de celui des Aubedorins. Je ne sais pas quelle sera la portée d'une telle réponse. Pour ce qui est du KKE, sa lecture des faits culturels intrinsèques à la société en temps de crise, a été partielle. Mais il n'est pas mort il me semble. Par contre, on devrait se poser la question si finalement le monde (les représentations, les façons d'agir et de faire) auquel s'adresse ce parti historique de la Gauche, ne serait-il mort...

yvan a dit…

La France aussi se fait privatiser, mais discrètement ... en douceur.
Ne soyons pas inquiets : les nationalisations seront d'autant plus fortes après les révolutions.

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...