vendredi 8 juin 2012

Les (autres) Maîtres Fous



Cet extrait, issu de l'article de Ghislain Casas “Petite histoire de la folie à l’âge postmoderne - Note sur Les Maîtres Fous de Jean Rouch”, nous conduirait aussi à sa manière sur le chemin d'Athènes en ce 7 juin 2012, et ceci, malgré le détour.



* Photo de couverture: Affiche du KKE. “Ne faites pas confiance à SYRIZA”. Athènes, le 6 juin 2012

18 commentaires

Anonyme a dit…

Bonjour,

Magie ? Certes , mais celle ci est "noire" .
Illusion ?
Il faut reconnaitre que le magicien est puissant : télés, journaux, radios , presse.
Attention Mesdames et Messieurs :
Dans cette boite des banquiers ..... abracadabra et hop la boite ne contient plus de banquiers mais des émigrés.
Le magicien est puissant vous dis-je : il sait transformer des Portugais , des Irlandais, des Grecs et des eSpagnols en PIGS.
Certains de ces fans prétendent même qu'il réussit à
faire disparaître la démocratie à plusieurs reprises (car la "bête" telle le sphinx renaquit de ses cendres).

Il parait que l'on ne tire pas sur les pianistes .

Rien n'est dit sur les illusionistes .

Bernie .

Toutatis a dit…

C'est étonnant qu'un parti désigne comme porte-parole quelqu'un accusé de vol à main armée. Ce parti pense donc que ce n'est pas de nature à repousser les électeurs. Les autres politiciens ont une si mauvaise image que même un gangster a des chances contre eux ?

Anonyme a dit…

Bonjour,
j'ai hésité à écrire à plusieurs reprises. Vous citez les deux fractures avec la question qui accompagne... laquelle va l'emporter.
Pour ne pas surcharger, juste une question : connaissez vous assez précisément le précédent historique en France qui court de 1931 à 1946 et en particulier ce que fut le CNR (Conseil National de la Résistance, ses composantes et son programme ?
On voit dans cette longue période des mécaniques (pas un copié collé) révélatrices et qui pourrait vous intéresser, notamment cette fracture et comment elle a évolué et s'est soldée.
C'est bien éclairant et étant proche de Mélenchon en France je n'en suis que plus distant avec sa stratégie sur cette question précisément.

Et merci autant que bravo pour ce travail, ce regard sur ce qui se passe en Grèce.

Yann

Nicolas VDR a dit…

Et en France, ce faux tract distribué par des militants FN à Hénin Beaumont montrant un photo montage de Jean-Luc Mélenchon affublé de la moustache d'hitler et de la croix gammée épinglée au revers de la veste posant devant l'entrée du camp d’Auschwitz...Le fascisme est bel et bien en recrudescence en Europe. Le pire, c'est que les médias français sont restés complètement silencieux là-dessus, preuve qu'ils soignent le front national. Ne disait-on pas, dans les années trente, "plutôt hitler que le Front Populaire" ? Et ou sont-ils les philosophes et autre historiens de salons, de pacotille, qui prenait l'air grave en s'écoutant parler lorsqu'ils disaient "plus jamais ça."

Toutatis a dit…

Vous voulez dire que Mélenchon est le nouvel Hitler, ou que la distribution d'un tract prouve la résurgence du nazisme ?

Nicolas VDR a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Nicolas VDR a dit…

Cela vous agace que je parle de votre idole Marine ?

Toutatis a dit…

Je cherche à comprendre, c'est tout.

Panagiotis Grigoriou a dit…

Bonsoir, eh oui le magicien est puissant mais il ne maîtrisera jamais complétement, l'univers des êtres, des pianistes et des illusionnistes, espérons-le en tout cas !

Panagiotis Grigoriou a dit…

Bonsoir, vous avez deviné, les autres politiciens ont une très très mauvaise image exactement à ce point...

Panagiotis Grigoriou a dit…

Bonsoir, oui je connais disons globalement le programme et les enjeux de la période. Je trouve déjà, et je ne vous apprends rien dans ce sens, que ce programme est beaucoup plus radical et de gauche que toutes la social-démocratie réunie de la vieille Europe. Même en comparant avec le programme de SYRIZA, on peut constater combien la financiarisation de l'économie, de la politique et du fait culturel a forcé le curseur de l'histoire, loin, très loin. Et la fracture alors? Toute prévision est difficile, car le "copier-coller" en histoire est impossible. Sauf que février 1934 peut se reproduire, jamais à l'identique certes, mais autrement.Nous entrons en tout cas dans une ère nouvelle, "très nouvelle" pour le meilleur ou pour le pire...

Panagiotis Grigoriou a dit…

Bonsoir, j'ai vu ce tract sur internet, ce n'est pas à mon avis digne d'un débat intelligent, pour ne pas dire plus. Je préfère le débat d'idées plutôt que sa caricature.

Anonyme a dit…

Rebonjour et merci pour cette réponse Grigoriou.
Je ne suis pas au fait du programme de SYRIZA, l'histoire grecque n'est pas la notre ni dans les faits ni dans les têtes. L'intérêt à mon avis pourrait être à chercher dans les mécaniques à l'oeuvre à cette époque, pas plus.

Je résume à grands traits (en plusieurs messages):
la crise frappe la France en 1931.
- De 1931 à 1935: tentatives de modification du paysage politique et échec. Les hétérodoxes choisiront souvent d'être actifs soit dans la collaboration soit dans la résistance.
- 1935 à 1938 : face au choc antisocial (en particulier du Président du Conseil Pierre Laval, futur collaborateur avec l'occupant nazi) montée en puissance du Front Populaire (radicaux + socialistes + communistes en simple soutien) ; polarisation, radicalisation et glaciation du paysage politique sur un clivage droite gauche, puis échec du Front Populaire.
- 1938 à 1940 : sortie progressive de la démocratie et de la République (avec la chambre élue du Front Populaire hélas), accompagnée d'une régression sociale forte. Pour exemple, une partie des outils juridiques répressifs étaient en place avant la défaite.
- 1940 à 1943 : progressive montée des résistances venant de l'ensemble des forces politiques(de doite à gauche) et organisation progressive et difficile d'un front commun. Il s'agit de groupes et non des organisations politiques ; les partis politiques sont absents en tant que tels de la Résistance au début et il faut lire Jean Moulin (ancien préfet socialiste et coordonnateur des mouvements de résistances)ou Pierre Brossolette pour voir la dureté de leur jugement sur les partis. Le fond est très antiparlementaire dans les Mouvements de résistance mais les partis vont progressivement reprendre du terrain pour deux raisons majeures que je passe.
- 1943 à 1946 : mise en place du CNR ( Conseil National de la Résistance) et application de son programme. L'orientation de ce programme, très sociale et le véritable musellement du capitalisme libéral vient de la dominante de gauche (y compris le courant spiritualiste, en gros conservateurs, catho sociaux) de cette alliance transversale et de l'évolution dans le contexte historique des personnes venant de la droite, même extrême (il faut lire les souvenirs du secrétaire de Jean Moulin, Daniel Cordier, qui vient de l'extrême droite, pour voir comment se produit son évolution vers la démocratie et même le socialisme).
- Entre 1946 et 1947 : fin de l'alliance temporaire dans un contexte de Guerre Froide.

Anonyme a dit…

Ceci pour dire quoi...
Que cette double fracture évolue et ce processus connait des rebondissements (y compris si on va au delà de 1946).
Si la résistante active a été squelettique numériquement, l'assise du CNR à la Libération vient d'un fait clair : la force dominante est à gauche mais le CNR s'appuie sur des hommes venant de la totalité du champs politique, des hommes transformés par le contexte.
Résultat : ce programme s'appuie sur un soutien très large politiquement, notamment de l'ensemble des classes populaires et sur un silence honteux de ceux qui voudraient le refuser.
Traduction : l'idée de Ford qu'on pouvait toujours utiliser la moitié des ouvriers pour tirer sur l'autre moitié en grève est peu envisageable dans ce contexte, les hommes dangereux du Grand Capital sont sans armes pendant un petit temps et doivent reprendre pied progressivement.
En gros, durant les années 30 la coupure semblait être droite gauche et tout semblait dans ce sens pendant un moment, d'où le terme de glaciation ; l'invasion a montré que même si ce clivage persistait, il y avait un autre clivage temporairement plus fort, celui qui aller souvent séparer les collaborationnistes et les résistants, les fascistoïdes et les démocrates, un clivage y compris à gauche entre ceux fanatiquement pour la paix et l'Europe quel qu'en soit le prix, animés parfois d'un fort anticommunisme et ceux qui avaient en commun la défense de la souveraineté.
De là mon interrogation ; j'ai lu que vous parliez dans un texte d'une alliance élargie autour de SYRIZA, qu'en est il ? Est il possible d'imaginer une droite non fascistoïde , anti memorandum et non sectaire ET les pensées à gauche seraient elles prêtes à une telle alliance forcément de très courte durée mais dont le but est de retourner la table, de redonner un cadre démocratique avant de retourner à un combat plus apaisé, classique ou enrichi (écologie, décroissance, technologie...).
Bien à vous et désolé si j'ai fait long, ce n'est pas pour faire blabla mais je ne voyais pas autrement comment expliquer ce processus et les questions que ça me pose en vous lisant et en regardant ce qui se passe en France.
Yann

Bob a dit…

Sans vouloir défendre le député d'Aube Doré, je trouve votre présentation de l'incident partiale... En effet, vous oubliez de dire que si Liana Kanelli se prend des baffes, ce n'est pas parce qu'elle proteste, mais parce qu'elle soufflette le député d'Aube Doré avec des feuilles, ce qui provoque sa colère !

Toutatis a dit…

ça me rappelle
http://www.dailymotion.com/video/x48z0x_les-inconnus-van-damme_fun
ce genre de personnage doit faire le bonheur des humoristes. Comme on dit, le ridicule tue.

madam☆gaspar a dit…

soufflette ou pas faut que ce monsieur apprenne à se contrôler, on est plus à l'âge de la préhistoire, enfin je croyais...

Anonyme a dit…

Bob : et pourquoi donc le soufflette-t-elle avec des feuilles (ce qui, soit-dit en passant, doit effectivement faire très mal et mérite au moins une riposte à coups de claques et de poing!)?…Parce qu'elle veut défendre Rena Dourou, à l'instant agressée d'un lancer d'eau à la figure par ce brave homme si sensible, le pauvre.
C'est clair, elles avaient qu'à pas l'énerver, d'abord!

Dédé Zeus

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...