dimanche 17 juin 2012

Bateau pirate



Dimanche des élections à Athènes. Des embouteillages dès le matin et tôt. Visages graves, sans pour autant perdre le sourire. Peu de discussions, le temps de la discussion est révolu. On en rediscutera après, et après la baignade, car sur les plages, c'est aussi la cohue. J'ai voté peu avant 9h ce matin.



* Photo de couverture: Dessin canadien. "Elefterotypia" édition spéciale des journalistes grévistes. Athènes, le 16 juin

8 commentaires

Bibi a dit…

Espoir?

Anonyme a dit…

je ne sais pas, mais déjà,
écoutez l'émission "terre à terre" de FranceCulture, ce dernier samedi matin
http://terreaterre.ww7.be/grece-2-ecologie-reponses-crise.html
ou aussi encore,
écoutez "le temps qu'il fait" de ce dernier vendredide Paul Jorion
http://www.pauljorion.com/blog/?p=38271

Anonyme a dit…

Comme à une autre époque, vous avez le choix de collaborer ou pas avec l'Allemagne....(certains pays n'ont même pas ce choix...)

Axelle Frebutte a dit…

Et voilà...les résultats seraient tombés ... ND l'emporte, la peur a gagné...on reste avec les mêmes, ceux qui ont conduit au chaos et on resigne pour les mesures injustes et inhumaines d'austérité qui ne font qu'agraver la situation du pays... je suis déçue, je ne comprends pas très bien...le masochisme est-il de rigueur ? L'ère des suicides, de la faim, de l'exode, de la pénurie de soins et de médicaments ne fait que commencer... Par peur des menaces (et je comprends que quand il reste un tout petit peu de patrimoine on a peur de la perdre, surtout quand on a des enfants et des responsabilités), une majorité de Grecs tournent le dos au changement... Nul ne sait si Syriza aurait pu améliorer les choses mais par ce résultat, il est certain que ce ne sera pas le cas ...
Analogie avec le football : Hier l'espoir s'est réveillé quand le petit poucet grec, à qui on ne donnait aucune chance, s'est qualifié pour les quarts de finale de l'EURO - Top 8 européen !!
Il y a de fortes chances que les Grecs vont rencontrer l'allemagne et malgré moi, malgré le fait que l'équipe allemande soit très forte, je me laissais aller à rêver d'une miraculeuse victoire du petit contre la domination du grand, ultra puissant...
A l'heure actuelle, mon rêve a éclaté, tout rentrera dans l'ordre et il y a de très fortes chances que le 22 juin au soir les Grecs rentreront à la maison...
En politique comme au football, finalement tout reste dans l'ordre établi... les gros restent les gros, les petits restent à leur place et comme disaient la chanson :"Non, non rien n'a changé; tout tout va continuer"
On sacrifie tout un peuple sur l'autel du profit, de la "phynance", des magouilles...et par peur (compréhensible)une majorité de ce peuple donne son accord ... Je ne suis pas en colère, je ne me le permettrais pas, vivant en Belgique, je ne peux juger, seulement essayer de comprendre mais je suis ...triste !!! J'ai mal à ma grécitude, j'ai mal pour mes amis grecs, pour leur no future...
Léonidas...tu as été oublié...Molon Labe ??? Quesako ???!!! Aujourd'hui les Perses sont passés...
Alla...ellada mou, s'agapao pio poli...

Katerina a dit…

Le système a besoin de nous pour survivre, nous nous n'avons pas besoin du système pour vivre :
http://terreaterre.ww7.be/grece-2-ecologie-reponses-crise.html
Ne nous décourageons pas

Anonyme a dit…

Cesse d'espérer, et tu cesseras de craindre...C'est un grec qui a dit ca!

Anonyme a dit…

Bonjour,

Enfin des solutions véritables pour changer le monde et stopper la spirale de la dette, voici un communiqué de presse extraordinaire : RT @communiques : Dette européenne et mondiale : comment stopper la spirale infernale... http://www.communique-de-presse-gratuit.com/?p=102658
Resterait-il des humains sur cette planète qui veulent un changement profond du système ?
Amicalement
Camille

Anonyme a dit…

Allons bon, les grecs ont élu un gouvernement de droite. Je me demande jusqu’à quel point un peuple doit être humilié pour qu’il arrête un jour de voter pour les mêmes escrocs. Apparemment on peut aller très loin, c’est assez décourageant.

En France les medias sont ravis. Ils titrent "le candidat pro-euro l'a emporté". Ce qui sous-entend qu'Alexis Tsipras serait anti-euro. En réalité c'est un candidat pro-troïka qui l'a emporté. La malhonnêteté des journalistes m'étonnera toujours.

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...