samedi 5 mai 2012

Campagnes



Jusqu'à présent, et depuis bien des années, les élections n'ont jamais abouti à une quelconque redéfinition dans les principales options politiques en Europe. C'est pour dire et dans quelle mesure, ces “alternances” n'ont modifié que les accessoires ludiques d'une voiture, équipée toujours du même moteur ayant la conduite à droite, roulant en plus...

9 commentaires

fincaparaiso a dit…

"les urnes, la honte, les apparences" pourquoi n'avez vous pas ajouté le sentiment de culpabilité, vecteur de toutes les soumissions....de toutes les adhésions?

ilros a dit…

on verra le résultat dimanche que je suivrais avec attention peut être même plus que la présidentielle française,mais si les troikans passent je pense que je détournerais le regard de ce pays dont on nous dit qu' il est à genoux mais dont la population comme lobotomisée ne semble pas vouloir prendre son destin en main.

Catitalia a dit…

Bonjour,

« toute autre représentativité [que la sienne] comme les assemblées populaires sont illégitimes et illégales ».

"illégales" ? diantre ! Mouvement d'humeur d'un individu isolé ou tendance plus répandue à remettre en cause le droit de réunion ? (Je suppose qu'il existe aussi en Grèce)

Je profite du message pour donner des nouvelles d'Italie.

On y vote aussi ce week-end, élections locales dans 770 communes, dont 22 chef-lieu de provinces (= départements français). La campagne a été marquée par la progression constante dans les sondages du MoVimento 5 stelle, credité à l'heure actuelle de 7 à 10 % des intentions de vote et qui se présente ainsi :

"Le Mouvement 5 étoiles est une libre association de citoyens. Ce n'est pas un parti politique et n'a pas vocation à le devenir. Ni idéologie de droite ou de gauche, mais des idées.Il veut réaliser un échange d'opinions effectif et efficace et une confrontation démocratique hors des liens associatifs ou de parti et sans la médiation d'organismes directifs ou représentatifs, reconnaissant à la totalité des citoyens le role de gouvernement et d'orientation normalement attribué à une minorité d'entre eux."

Denderman a dit…

Mieux que le "Syndrome de Stockolm" : les politiciens de "l'ancien monde" inventent le "Syndrome de Bruxelles". Si cela marche en Grèce, gare aux autres pays Euro-evzones

Panagiotis Grigoriou a dit…

Oui, il existe ce sentiment, même si il n'est pas toujours exprimé clairement, c'est évident.

Panagiotis Grigoriou a dit…

Prendre son destin en main devient une affaire très complexe. Surtout après lobotomie...

Panagiotis Grigoriou a dit…

Je vous remercie pour votre commentaire ainsi que pour les nouvelle depuis l'Italie. Nous pensons aussi à la situation du peuple italien.

Panagiotis Grigoriou a dit…

Je reste assez dubitatif sur ce point. Vous avez raison sur le moyen terme, mais le processus historique peut s'avérer long, à l'échelle d'une échéance électoral pour ne pas dire d'une vie. Je crois que certains "syndromes" collectifs ne se dépassent pas si facilement, à vrai dire, le destin collectif n'est pas prévisible, heureusement dans un sens.

Lemmerdeur a dit…

Hello,

Pour une raison que j'ignore, je ne peux écrire "sur" ton message relatant le résultat de l'élection. Donc, je viens ici.

A titre personnel, je remercie et félicitent mes frères grecs. D'une part, comme tu l'écris, oui la droite extrême est là, mais vu la situation, il est certain que vous êtes restés largement raisonnables. Le raz de marée n'a pas eu lieu. Nous ne sommes malheureusement pas à l'abri pour le futur, mais la démocratie est toujours là et elle n'est pas menacée dans l'immédiat (de ce que je comprends) pour la forme classique et insuffisante que votre pays partage avec le reste de "occidant" ("oxidant" ? Mon clavier a failli foucher).

Mais surtout, ce sont les forces du "NON" à l'exploitation qui l'ont emportée ! Et ça c'est la première victoire de la démocratie contre les financiers ! J'en souhaite beaucoup d'autres à notre monde. Autrement nous allons retourner à une forme de féodalité terrible que je ne souhaite pas à mes enfants. Je ne pense pas à la Grèce quand je écris cela, mais à toute l'Europe...

Maintenant, nous attendons la suite ! Ayez confiance, ne cédez pas. L'exemple de l'Islande (ou plus anciennement d'une bonne part de l'Amérique du Sud) doit vous guider. Ne payer pas ! Ne payez plus ! Votre dette doit être payer par ceux qui en ont profité, pas par les citoyens "lambda".

BAV
L'Emmerdeur

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...