lundi 23 avril 2012

Vote furtif



Les résultats du premier tour de l'élection présidentielle en France, sont sources de grand espoir pour le changement en France et en Europe. Les citoyens français, ont démontré avec clarté, leur volonté d'apporter une réponse différente aux grands problèmes économiques et sociaux...



* Photo de couverture: Savas Metoikidis. Source: pontosandaristera.wordpress.com

8 commentaires

Toutatis a dit…

Quelques remarques sur les élections et l'Europe.

En 2005 il y a eu en France un référendum sur la Constitution européenne. Ceux qui s'opposaient à cette constitution ont gagné. Les deux candidats qui restent pour le second tour de notre élection présidentielle étaient partisans du "oui" à la constitution.
Ensuite, quand Sarkozy est devenu président en 2007, il a fait passer une loi par l'Assemblée Nationale acceptant la plupart des termes de la constitution rejetée en 2005. Cette loi bafouant le référendum de 2005 a été votée par les deux grands partis, représentant Hollande et Sarkozy aujourd'hui.
ça rappelle un peu quand même ce qui se passe en ce moment en Grèce (en bien moins dramatique).

Je ne sais pas si c'est la même chose en Grèce, mais les partis dits "de gouvernement" ont constamment laissé passer ou approuvé des décisions européennes auxquelles la majeure partie de la population était opposée. Ensuite ils justifiaient l'application de ces décisions en disant : "ça ne vient pas de nous, c'est l'Europe".

Enfin, une grande spécialité de l'Europe en ce qui concerne les élections, c'est de toujours faire re-voter les gens qui se sont opposés par référendum à une nouvelle loi européiste. Re-voter jusqu'à ce que finalement cette loi soit acceptée. Mais on n'a jamais revoté pour revenir en arrière.

Panagiotis Grigoriou a dit…

Je pense que dans le cadre d'un référendum certes hypothétique, sur la question de la poursuite de l'aventure de l'U.E., organisé simultanément dans tous les pays de l'Union, et notamment chez les anciens membres, les résultats ne seraient pas "automatiquement" acquis en faveur de l'U.E., y compris du côté du peuple allemand, évidemment, en permettant en même temps un débat libre et équilibré à travers la sphère des médias...

Bibi a dit…

Un référendum européen ainsi organisé, ce serait acte fondateur, à la limite quel qu'en soit le résultat

Nicolas VDR a dit…

Si Papandreou estime que les résultats des élections en France sont source de grand espoir pour le changement, eh bien moi, j'estime que Papandreou est un grand adepte de la médiocrité.

Nicolas VDR a dit…

Si je puis me permettre, voici un lien pour signer une pétition "Solidarité avec la Résistance Grecque" :
http://www.humanite.fr/politique/ils-ont-signe-la-petition-en-solidarite-avec-la-resistance-grecque-490182?x

Denderman a dit…

Et si le vrai problème était que nous grecs, français, espagnols, belges, portugais et autres, aurions béatement accordé trop de "crédit" à l'idée Europe, pour nous trouver maintenant,résignés devant le principe paralysant du "too big to fail" et prêts à passer sous "les fourches caudines" des memoranda, pactes de stabilité et autres joyeusetés comme la "fin du modèle social européen © Mario Draghi "

Unknown a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Loredana a dit…

too big too fail, ce n'est qu'un autre slogan = ça sert à empêcher de penser, comme le There Is No Alternative,
regardons l'Islande, l'Argentine, ou même le Troisième Reich (au début, quand le programme des banquiers a enrayé la crise économique, les banquiers peuvent être utiles, quand ils sont correctement encadrés)

le "modèle social européen" c'est: libre renard dans libre poulailler
il faut une nouvelle construction avec une nouvelle monnaie calée sur la richesse réelle, un nouveau Bretton Woods, autrement ce sera le chaos et la misère, dans l'euro ou hors euro, en Grèce et en Allemagne (ses banque et ses lander sont dans une très mauvaise posture, et tiennent seulement grâce aux capitaux qui s'échappent du "club Med"

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...