jeudi 19 avril 2012

Temps de Bruxelles



Retour à la capitale, Pâques c'est fini. La circulation était même très fluide dans le sens des retours, sous un temps maussade, voilà que toute la Grèce est sous la tempête. Pas de résurrection en vue non plus. “Nous avons un vrai temps de Bruxelles, ciel bas et froid”, c'était la blague du jour ce mercredi matin à la radio.



* Photo de couverture: Voile déchirée. Mer Égée, mai 2010

16 commentaires

Toutatis a dit…

Pendant ce temps là, le FMI s'inquiète des banques européennes, elles ont besoin d'être recapitalisées d'urgence. La solution du FMI : le contribuable européen.
Pour résumer : c'est pas bien de dépenser l'argent public pour l'éducation ou la santé, mais c'est bien pour renflouer les banques.

source : http://globaleconomicanalysis.blogspot.fr/2012/04/imf-chief-jackass-calls-for-taxpayer.html

c'est un blog américain de tendance "libertarienne".
Là-bas il semble qu'il existe de vrais libéraux et pas quasiment 100% de semi-libéraux comme en Europe, pour qui le libéralisme ne doit s'appliquer qu'aux pauvres.

Denderman a dit…

La Grèce et le Portugal semblent avoir en commun une histoire de corruption liée à des achats de matériel militaire. Au Portugal c'est une histoire de sous-marins dans laquelle on retrouve aussi Ferrostaal.. Comme quoi les portugais "se voient de plus en plus grecs".

Panagiotis Grigoriou a dit…

Merci pour vos commentaires. C'est de la planification sur une certaine longue durée presque. D'abord, le corrupteurs issus des pays producteurs d'armes "arrosent" les corrompus des pays périphériques. Ces derniers deviennent alors riches en peu de temps mais en perdant toute autonomie politique. Ensuite, depuis les corrupteurs, "on" prête de l'argent aux pays corrompus qui perdent leur (petite) indépendance. Les corrupteurs et les vendeurs d'armes et d'argent, prennent enfin ouvertement le contrôle chez les pays (anciens) clients. En Grèce et au Portugal tout simplement, il y avait l'illusion propagée par la propagande, sur leur appartenance "à part égale" au sein de l'ensemble de l'U.E. - nous devrions peut-être poser la question à nos amis africains pour qu'ils nous expliquent mieux... ce processus.

David a dit…

http://www.marianne2.fr/L-Europe-dans-la-machoire-des-politiques-d-austerite_a217033.html

Voici le menu concocté par la bancocratie européenne.
Et les peuples ne réagissent pas. Ils marchent dans le mouvement suicidaire collectif, sans réaction, sans action, sans combat. Pourtant la Grèce nous donne bien l'image de ce qui attend les autres pays d'Europe. Et rien ne se passe non plus ailleurs qu'en Grèce et l'on voit maintenant pourtant ce que sera le futur proche. C'est tout de même étonnant de voir des peuples se laissant conduire à l'abattoir sans réagir. Je ne comprends pas cet endormissement. C'est sidérant.

fincaparaiso a dit…

bjr,
vous parlez régulièrement d'amis médecins ou dentistes qui déposent le bilan;pourriez vous expliquer pourquoi svp?

fincaparaiso a dit…

bjr,
vous parlez de gens qui se "débranchent" des médias en tout genre
pour ne pas que leur santé mentale en soit altérée ;LABORIT a trés bien explicité ce phénomène dans son livre "l'éloge de la fuite".
mais 2 points attirent mon attention: d'une part les gens hésitent à aller voter parce que restent en lice les 2 partis inféodés aux troikans mais ne veulent pas donner leurs voix aux petits partis qu'il jugent extrémistes ; je ne connais pas la constitution de votre pays mais que se passerait il si les gens s'abstenaient en masse ne laisant qu'un pourcentage de voix infime aux 2 partis pasok et nouvelle democratie?
d'autre part des voix ,dites vous ,s'élèvent pour préférer le chaos à la soumission et à l'humiliation : qu'entendent ils par chaos? que veulent ils exprimer,? que seraient ils prets à accepter dans leur vie quotidienne plutot que de subir les troikans et les 2 partis du pouvoir?

Panagiotis Grigoriou a dit…

Bonjour, parfois c'est par le hasard des discussions, ou sinon c'est parce que dans mon entourage familial ou de voisinage j'en connais certains.

Panagiotis Grigoriou a dit…

Selon la loi électorale actuelle, l'abstention, le vote blanc et le vote nul, finissent par favoriser le premier parti, supposons la Nouvelle Démocratie et s'abstenir, disons à 60% n'invalide en rien la "portée" du scrutin. Cette même loi, "apporte" également la majorité des sièges au Parlement aux formations (séparées ou en coalition) dépassant 36 à 38% des suffrages exprimés. Enfin, pour certains citoyens (ceux qu'ils n'ont plus rien à perdre), cela devient clair, le chaos est synonyme d'une volonté de renouveau passant par la destruction du système politique actuel. Mais toute prophétie est impossible dans pareil cas.

Toutatis a dit…

Je pense que fincaparaiso demandait pourquoi un médecin ou dentiste fait faillite, je me pose aussi la question.
Car a priori on peut penser qu'un médecin ou un dentiste voit ses revenus baisser, mais il ne fait pas faillite car ce n'est pas une entreprise. Pour un dentiste à la rigueur on peut imaginer qu'il ne peut plus financer les équipements qu'il utilise, mais un médecin ?
Cela veut probablement dire que ces médecins et dentistes exerceront toujours leur profession, mais dans des conditions différentes.

Anonyme a dit…

"Avec la remontée récente des taux d’intérêt sur les dettes périphériques, la
question de la pérennité de la zone euro dans sa structure actuelle se pose
pour de nombreux agents économiques exposés à la monnaie unique.
Parmi un ensemble des possibles très vaste, allant de la sortie d’un seul pays
comme la Grèce à l’explosion totale de la zone euro, nous retenons un cas
intermédiaire, à savoir la sortie de la Grèce, du Portugal et de l’Espagne. Ce
choix est motivé par le risque de crises politiques et sociales que les niveaux
de chômage atteints, notamment parmi les jeunes, font peser sur ces pays."

http://cib.natixis.com/flushdoc.aspx?id=63603

Panagiotis Grigoriou a dit…

Et pourtant certains, sont en train de fermer leurs cabinets. D'abord, parce que dans certains cas - chez les dentistes notamment - les revenus générés ont baissé (50 à 80%) et les frais fixes liés à leurs activités déjà, ne peuvent plus être honorés tout simplement. D'autant plus, que les caisses d'assurance-maladie retardent le remboursement des honoraires durant plusieurs mois. Entre-temps, les praticiens doivent acquitter l'impôt dû, lié à ces honoraires "officiellement et fiscalement comptables", et ainsi jusque là, et dans la mesure du possible ils ont fait appel à l'emprunt via les banques, tout comme les pharmaciens. A l'encontre de ces derniers, la Banque du Pirée, avait "mis en place" un type d'emprunt "adapté". Les pharmaciens apportèrent les preuves concernant les sommes "attendues" par les caisses, et ainsi ils obtenaient l'emprunt "équivalant", sauf qu'en ce moment les banques ne prêtent plus et les pharmaciens n'acceptent plus, et unilatéralement le tiers payant. Il y a aussi dans certains cas, des médecins qui ont triché, mais ce n'est pas dit que leur clientèle reste aussi prospère et "compréhensive", sauf que ces praticiens possèdent encore une certaine trésorerie. Évidement, ce n'est pas d'eux qu'il s'agit lorsque il est question des difficultés, voire des tragédies vécues à travers les billets de ce blog. Pour tout dire, ils ne sont pas mes amis. L'épouse d'un ami chômeur, exerce en tant que praticienne à Athènes,et depuis plusieurs mois, elle n'arrive même pas à faire face aux frais fixes de son cabinet. Je précise que ce couple, vient d'acquitter toute sorte d'impôts, anciens, nouveaux et "extraordinaires",et pour ce qui est du "reste" c'est la survie. Heureusement qu'il y a aussi la solidarité entre nous.

JBA a dit…

Bjr, je suis réalisateur de documentaires, parisien, et j'aimerais m'entretenir avec vous de l'affaire des panneaux photovoltaiques sur le mont Pentélique. Comment pouurais-vous joindre ?

Bien à vous, Jean-Bernard Andro, jbandro@free.fr

Anonyme a dit…

greek.crisis.blogg@gmail.com

Bibi a dit…

Bonjour, je vous lis et vois que vous ré-abordez la production d'armes. Lors de la conférence du 11 avril, je vous avais questionné à ce sujet, à savoir sur la part du budget de la Grèce dans l'armement, et votre réponse m'a tristement étonnée.

Je trouve indécent qu'un tel budget soit discuté, voir défendu, alors que l'accès aux soins disparaît et qu'avoir un toit est de moins en moins respecté en tant que droit.

Le chaos a quelque chose d'effrayant, non?

Penser que J.M. Barroso est un homme de gauche!
Et qu'il s'accroche à son siège depuis huit ans, c'est parfait qu'il ne soit pas rassuré, ainsi, il a un point commun avec le quidam qui ne l'est à aucun moment, ne serait-ce qu'au sujet de quelle mauvaise surprise son lendemain lui réserve!

Panagiotis Grigoriou a dit…

Bonsoir, vous avez raison sur ce point également. La survie, la santé et l'éducation sont et doivent être des priorités à travers le budget d'un État. Sur le dernier billet du blog, j'évoque un peu le mécanisme corrupteur des marchands d'armes, co-responsable de la situation actuelle (Mémorandum). Et cette même logique n'ira pas s'auto-annuler par elle même, il faudrait dans ce cas les renverser du pouvoir. Le chaos est certes effrayant, seulement il y a en a déjà certains ici qui ne le redoutent plus tellement, tellement "l'avenir bancocrate" est tout autant terrible, sinon davantage.

Cara a dit…

C'est incroyable que des gens posent encore la question de la faillite. C'est vrai que vu de chez nous, en France, on n'imagine pas un médecin ou un dentiste faire faillite. Pas encore. Mais si les gens ne peuvent plus se soigner parce qu'ils n'en ont plus les moyens, qui croyez-vous, dans ces conditions, se retrouvent alors sans patients ? Les médecins, les dentistes, les pharmaciens. Quand y a plus un ronc chez les uns forcément les autres ne gagnent rien c'est pourtant simple à comprendre !!

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...